Stosswihr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stosswihr
Église protestante et mairie.
Église protestante et mairie.
Blason de Stosswihr
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar
Canton Munster
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de Munster
Maire
Mandat
Louis Schermesser
2014-2020
Code postal 68140
Code commune 68329
Démographie
Population
municipale
1 386 hab. (2011)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 16″ N 7° 06′ 18″ E / 48.0544, 7.10548° 03′ 16″ Nord 7° 06′ 18″ Est / 48.0544, 7.105  
Altitude Min. 417 m – Max. 1 363 m
Superficie 26,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Stosswihr

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Stosswihr

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Stosswihr

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Stosswihr

Stosswihr est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace. Proche de Munster, elle fait partie du Parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vallée de la Petite Fecht vue du col de Falimont
La Petite Fecht à Stosswihr

Le village de Stosswihr, situé au cœur du parc naturel régional des Ballons des Vosges et seulement à quelques kilomètres de Colmar, s'enfonce vers le Hohneck et forme ainsi avec la vallée de Munster, une des plus belles vallées vosgiennes. Elle enchante par la variété et les ressources de ses paysages.

Aux massifs succèdent les vallons, aux forêts les plus hautes chaumes, aux lacs les prairies ...

Stosswihr est arrosé par la Petite Fecht, un affluent de la Fecht (ou Grande Fecht), elle-même tributaire de l'Ill.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Stosswihr apparaît pour la première fois en 783 sous la forme de Stozzeswillars.

À la suite de la guerre de Trente Ans, Stosswihr, comme le reste de l'Alsace, passa sous domination française, suivant les clauses du traité de Westphalie en 1648.

Après 1870 et en vertu du traité de Francfort en 1871, le village fut à nouveau intégré dans l’Empire allemand. De 1914 à 1918, la Première Guerre mondiale allait, une fois de plus, les faire changer de nationalité. Dès les premiers jours, la commune fut transformée en champ de bataille.

En février 1915, les Allemands attaquèrent le front pour s’emparer du col de la Schlucht. Après 8 jours de combat et des pertes considérables[Combien ?], les Allemands purent occuper la moitié de Stosswihr et le Reichackerkopf. L’offensive allemande sur la Schlucht était brisée, mais le front traversa le village en son milieu (dans les parages du Monument aux Morts actuel) jusqu’en 1918.

Reconstruit à partir de 1920, le nouveau village eut à affronter une nouvelle guerre et une occupation de 1940 à 1945, mais sans trop de dommages cette fois-ci.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Stosswihr

Les armes de Stosswihr se blasonnent ainsi :
« D'argent à la pelle d'azur posée en pal au manche brisé de même, la pointe haute. »[1]

Économie[modifier | modifier le code]

Le village comptait 1 389 habitants en 2006[2]. Peu d'industrie, mais un artisanat développé et une agriculture vivace, le village dispose du plus important cheptel bovin de la vallée. Son authenticité attire de nombreux touristes. Ces derniers, en fins gourmets, s'intéressent également aux spécialités et traditions locales et naturellement au munster, le fromage de fabriqué dans les marcairies et fermes de la vallée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Louis Schermesser UMP  
1865   Jean Edel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 386 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
984 932 1 080 1 161 1 434 1 549 1 524 1 614 1 552
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 536 1 698 1 801 1 827 1 810 1 807 1 809 1 795 1 856
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 907 1 857 1 786 713 1 389 1 474 1 489 1 424 1 516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 377 1 312 1 306 1 264 1 276 1 305 1 389 1 407 1 386
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église catholique.
  • Moulin à huile
  • Chapelle de Schweinsbach
  • Église protestante
  • Église catholique
  • Cascades du Stolz Ablass
  • Cirque du Frankental

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

L'année 2003 a été marquée par le jumelage avec la municipalité allemande de Gutach, après 40 années d'échanges, notamment avec les pompiers, et d'amitié entre les habitants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :