Sorel (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sorel.
Sorel
Vue de l'église sur la mare de Sorel
Vue de l'église sur la mare de Sorel
Blason de Sorel
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Roisel
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Roisel
Maire
Mandat
Jacques Decaux
2014-2020
Code postal 80240
Code commune 80737
Démographie
Population
municipale
172 hab. (2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 01′ 27″ N 3° 03′ 03″ E / 50.0242, 3.050850° 01′ 27″ Nord 3° 03′ 03″ Est / 50.0242, 3.0508  
Altitude Min. 99 m – Max. 148 m
Superficie 7,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sorel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sorel

Sorel est une commune française située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

D’après Colliette, le nom de Sorel dériverait de soherie (villa).

Les Sohier de Vermand possesseurs de vastes domaines ont construit à Sorel une forteresse assez imposante mentionnée dans le dénombrement de 1214. Des habitations se sont élevées à l'abri de ce château fort et un noble chevalier à qui la garde fut confiée a donné naissance aux seigneurs du domaine. L’importante chapelle du château était desservie par des chanoines de l'abbaye de Revelon.

Les seigneurs de Sorel avaient fondé une maladrerie ou hôpital pour y soigner les malades ; l’hôpital est tombé en ruine vers 1550

Le premier seigneur connu est Gauthier de Sorel, chevalier du Santerre. Il est cité en 1187 comme l’un des principaux chevaliers d’un tournoi donné par Raoul Ier sire de Coucy. En 1214 Gauthier de Sorel tenait du roi sa maison, la forteresse et une partie du village plus une partie de Fins, village voisin. Il est rappelé dans une charte du roi Philippe Auguste en faveur de l’abbaye du mont Saint-Quentin.

Son fils nommé aussi Gauthier, figure avec distinction dans le célèbre tournoi de Hem, où, dit le trouvère Sarrasin, monté sur un beau destrier (cheval) noir il jouta contre Piéron de Bailleul. Gérard de Sorel son frère parut également à ce tournoi.

Les Sorel sont nommés avec les d’Hangest, les Clari, au nombre des chevaliers bannerets (portant bannière et conduisant une troupe de chevaliers) et avaient pour armes : de gueules, à 2 léopards d’argent passant, couronnés, lampassés et armés d’or. Le cri de guerre est Normandie.

En 1301 sont rappelés Hues de Sorel, pour un fief à Heudincourt ; et Jean de Sorel homme lige de l’évêché d’Amiens.

En 1414 Pierre de Sorel reçoit le château et la terre de Rémy-en-Beauvaisis. En 1421 Regnault est exécuteur testamentaire de Jean II d’Angest. Il devient, d’après Le Vasseur, l’époux d’Agnès Sorel future favorite de Charles VII et mourut en 1441 ; dans son blason il avait ajouté un orle d’or.

En 1748 la seigneurerie fut érigée en comté.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sorel Blason De gueules, à deux léopards d'argent, l'un sur l'autre, couronnés, lampassés et armés d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1995 Albert Bonniére    
mars 1995 2014 Bernard Dazin[1]    
2014[2] en cours
(au 6 mai 2014)
Jacques Decaux    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 172 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
552 604 613 620 684 750 758 773 754
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
748 750 713 724 691 630 594 530 512
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
509 485 473 245 268 261 270 226 224
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
236 223 197 184 187 163 163 163 173
2011 - - - - - - - -
172 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village a été reconstruit à la suite des dévastations de la Première Guerre mondiale. Durant les années 1920, l'architecte Louis Faille, originaire de Nurlu, fut nommé responsable de toutes les opérations de reconstruction du village. Ce dernier y réalisa notamment la mairie-école ainsi que l'église (1932).

Les vitraux de l'église l’œuvre de Louis Barillet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Réélu pour le mandat 2008-2014 : [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 6 avril 2009)
  2. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :