Roger Boutry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Roger Boutry, né le 27 février 1932 à Paris, est un compositeur et chef d'orchestre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 27 février 1932 à Paris Xe, il réside à Paris. Pianiste virtuose, chef d’orchestre réputé et reconnu internationalement, arrangeur ingénieux et élégant, compositeur accompli, Roger Boutry est né de parents musiciens, originaires de Cambrai, (mère pianiste et chanteuse, père Trb solo à l’ONF dont il est avec Ingelbrecht l’un des fondateurs). Alors qu’il poursuit ses études secondaires au lycée Chaptal, il est admis en 1944 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dont il est lauréat de plusieurs premiers prix : solfège en 1944 (classe de Lucette Descaves), piano : 1er nommé en 1948 (classe de Jean Doyen), harmonie en 1949 (classe d’Henri Challan), musique de chambre en 1949 (classe de P. Pasquien), accompagnement au piano en 1950 (classe de Nadia Boulanger), fugue et contrepoint en 1951 (classe de Noël Gallon), direction d'orchestre : 1er nommé en 1953 (classe de Louis Fourestier), composition en 1954 (classe de Tony Aubin). Grand prix de Rome en 1954 [1] et Prix Tchaïkovsky à Moscou en 1958.

À son retour de la Villa Médicis, il effectue son service militaire d’abord à Grenoble au 6ème bataillon des Chasseurs Alpins puis durant deux ans en Grande Kabylie. C’est à son retour d’Algérie en 1962, qu’il débute une carrière internationale de concertiste aux USA, URSS, Australie, Japon... et joue sous la direction des plus éminents chefs, André Cluytens, P. Dervaux, D.E. Ingelbrecht, J. Martinon, Pierre Monteux... Comme chef d’orchestre, il débute sa carrière avec l’Orchestre de l’Opéra de Monte-Carlo, puis dirige les orchestres de la R.A.T.B. de Bruxelles, de la R.A.I. de Rome, des Concerts Colonne, Lamoureux, Pasdeloup. Nommé professeur au CNSMP, il y enseigne l'harmonie de 1962 à 1997. Il a notamment pour élèves Cl. Pichaureau, Thierry Escaich, O. Chassain, François Weigel, Naji Hakim... Il est également chargé de cours de direction chorale au Centre national de préparation au CAEM (Paris) de 1965 à 1970, et à partir de 1963 de la rédaction des épreuves d’écriture pour les concours de recrutement des chefs de musique des Armées.

C’est en janvier 1973, après un concours sur titre, qu’il est nommé chef des musiques de la Garde républicaine et dirige ainsi jusqu’en février 1997 l’orchestre d'harmonie, l’orchestre symphonique, l’orchestre à cordes et les formations de musique de chambre.

Premier chef d’une musique militaire à avoir le grade de colonel, il est nommé président honoraire de l’Orchestre de la Garde Républicaine. Grand Prix Musical de la Ville de Paris 1963 pour le Rosaire de Joies - Prix Georges Bizet de l’Institut de France (Académie des Beaux Arts) 1967 pour le Concerto pour Orchestre - Grand Prix de la Promotion Symphonique de la Sacem 1970 - Prix de la Fondation Pineau-Chaillou 1971 pour les œuvres Rosaire de Joies, Concerto-Fantaisie, Reflets sur Rome - Grand Prix Charles Cros 1974 pour le disque les Chefs d’œuvres de la musique russe - Prix Sacem (Pierre et Germaine Labole) 1979 pour l’ensemble de son œuvre pour orchestre d'harmonie. Élu Personnalité de l’année 1989 pour l’ensemble de ses activités artistiques. Jury aux examens des CNSM de Paris et Lyon - Président de nombreux concours nationaux et internationaux. Directeur Artistique du Club Français du disque 1964 à 1966, Vice-Président de la Guilde Française des Artistes solistes 1965 à 1966 - Membre du CNMP au Ministère des Affaires Culturelles à compter de 1969 - Président d’Honneur de la Spédidam - Membre du Comité d’honneur de l’Ordre national des musiciens. Récipiendaire de la Médaille de vermeil de la Ville de Paris en 1990.

Interview[modifier | modifier le code]

Interview par 2 musiciens de la Garde Républicaine, réalisée en décembre 2012 chez Vandoren à Paris : http://www.lesmusiciensdelagarde.com/index.php?option=com_content&task=view&id=193&Itemid=118

Discographie (partielle)[modifier | modifier le code]

  • Tubacchanale par David Maillot saxhorn et Géraldine Dutroncy, piano chez Hybrid'Music (octobre 2008)
  • Musiques de kiosque avec Maurice André (trompette) et l'orchestre de la garde républicaine (direction Roger Boutry).
  • Tableaux symphoniques pour orchestre, de R.Boutry, LP Versailles VER 35002 de 1985 (mais encore analogique), avec, en complément de programme, la Première suite de Jean-Joseph Mouret et la Petite suite d'Albert Roussel. À l'orgue, Hakim Naji. Boutry dirige l'orchestre symphonique de la Garde républicaine.
  • Roger Boutry, Oeuvres orchestrales par l'orchestre d'harmonie de la Garde républicaine, direction Roger Boutry, Corélia 2006
  • Musique française pour trompette avec Daniel Doyon et la Musique de la flotte de Brest, Corélia 2005
  • La clarinette de la Belle Epoque, vol. I & Il, piano : Roger Boutry, clarinette : Sylvie Hue, REM (Polygram) 311209 XCD/ 311295 XCD
  • Breeze on the sea, aver la clarinettiste Sylvie Hue, Edition Syrius (Coda) Syr 141349
  • Songe, sonates et croquis, avec Alexis Galpérine et Roger Boutry, L'algarade 2008
  • Concert pour l'année Honnorat avec l'orchestre de la cité internationale, direction Adrian Mcdonnell, L'algarade 2011
  • Az'art, avec Emilie Leclercq et Roger Boutry, Corelia 2011

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Roger Boutry", in Sax, Mule & Co, Jean-Pierre Thiollet, Anagramme Ed., 2004, p. 103