Aye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AYE.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Ail, Aille et Aïe (homonymie).
Aye
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Marche-en-Famenne
Commune Marche-en-Famenne
Code postal 6900
Démographie
Gentilé Godis
Population 3 000 hab.
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 13′ N 5° 18′ E / 50.217, 5.3 ()50° 13′ Nord 5° 18′ Est / 50.217, 5.3 ()  
Superficie 1 781 ha = 17,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg

Voir sur la carte administrative de Province de Luxembourg
City locator 14.svg
Aye

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Aye

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Aye

Aye [aj][1] (en wallon Åye) est une section de la ville belge de Marche-en-Famenne située en Région wallonne dans la province de Luxembourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Aye n'est une commune de la province de Luxembourg que depuis 1839. Elle faisait partie avant cela du département de Sambre-et-Meuse. Elle fut créée sous le régime français par la réunion des localités d'Aye, Hassonville, Jamodenne, et la partie luxembourgeoise de Hogne.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Aye est réputée pour son cadre de vie privilegié. On y trouve deux écoles : une école communale et une école libre.

Aye compte trois jolies demeures, à savoir : la ferme du château construite de 1672 à 1678, un château néo-classique d'architecture traditionnelle dans l'esprit du XVIIIe, et un autre château néo-classique en calcaire du milieu du XIXe.

Elle a donné son nom à une formation géologique.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Peeters, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 105.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]