Rhinogrades

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photomontage censé être une photographie « prise par Harald Stümpke avant la disparition de l'archipel »

L'ordre des Rhinogradentia, appelés Rhinogrades ou Nasins, est un taxon fictif imaginé par Gerolf Steiner, naturaliste allemand et professeur de Zoologie à l'Université de Karlsruhe, dans son livre-canular Anatomie et biologie des Rhinogrades (publié sous le pseudonyme « Harald Stümpke » aux éditions Gustav Fischer en 1961), avec la complicité très active du préfacier de l'édition française, l'éminent zoologiste Pierre-Paul Grassé. Ce livre présente tous les signes d'un ouvrage rigoureusement scientifique, respectant les règles de la systématique et du sourçage (lui-même fictif) et foisonnant d'informations tant sur l'habitat que les habitudes des Rhinogrades.

Taxonomie fictive[modifier | modifier le code]

La taxonomie fictive des rhinogrades est directement liée à la classe des Mammifères (Mammalia) et plus précisément à la lignée fossile tout aussi fictive 'Archirrhinum. Il est morphologiquement caractérisé par la présence d'un appendice nasal particulièrement développé - le nasarium - ayant des fonctions nombreuses et variées, et servant en particulier d'organe locomoteur.

    • Monorrhina
      • Pedestria
        • Archirrhiniformes
          • Archirrhinidae
            • Archirrhinos
              • Archirrhnos haeckelii
      • Nasestria
        • Asclerorrhina
          • Epigeonasida
            • Nasolimacidae
              • Nasolimaceus
                • Nasolimaceus palustris
                • Nasolimaceus conchicauda
              • Rhinolimaceus
                • Rhimolimaceus fodiens
            • Rhinocolumnidae
              • Emunctator
              • Dulcicauda
                • Dulcicauda griseaurella
                • Dulcicauda aromaturus
              • Dulcidauca
              • Columnifax
                • Columnifax lactans
          • Hypogeonasida
            • Rhinosiphonidae
              • Rhinotaenia
                • Rhinotaenia asymmetrica
                • Rhinotaenia tridacnae
              • Rhinosiphonia
            • Rhinostentoridae
              • Rhinostentor
                • Rhinostentor submersus
                • Rhinostentor spumonasus
                • Rhinostentor foetidus
          • Georrhinidae
            • Rhinotalpidae
              • Rhinotalpa
                • Rhinotalpa phallonasus
                • Rhinotalpa angustinasus
              • Enterorrhinus
                • Enterorrhinus dubius
            • Holorrhinidae,
              • Holorrhinus
                • Holorrhinus variegatus
                • Holorrhinus rhinenterus
                • Holorrhinus ammophilus
              • Remanonasus
                • Remanonasus menorrhinus
          • Hopsorrhinida,
            • Amphihopsidae;
              • Phyllohopla
                • Phyllohopla bambola
            • Hopsorrhinidae ,
              • Hopsorrhinus
                • Hopsorrhinus mercator (= Mercatorrhinus galactophilus)
                • Hopsorrhinus aureus
                • Hopsorrhinus macrohopsus
              • Mercatorrhinus,
              • Otopteryx,
                • Otopteryx volitans (= Hopsorrhinus viridiauratus): capable de voler en s'aidant de ses oreille, son nez lui sert de pied d’atterrissage.
            • Orchidiopsidae ,
              • Orchidiopsis,
                • Orchidiopsis rapax
              • Liliopsis ,
                • Liliopsis thaumatonasus
    • Polyrrhina, Polyrrhina
      • Brachyproata,
        • Tetrarrhinida,
          • Nasobemidae,
            • Nasobema
              • Nasobema lyricum
              • Nasobema aeolus
              • Nasobema morgensternii
            • Stella
              • Stella matutina
          • Tyrannonasidae
            • Tyrannonasus (The Predacious Snouter)
              • Tyrannonasus imperator (= Nasobema tyrannonasus)
        • Hexarrhinida, Hexarhinida
          • Isorrhinidae
            • Eledonopsis
              • Eledonopsis terebellum
              • Eledonopsis suavis
            • Hexanthus , = Ranunculonasus
              • Hexanthus ranunculonasus = Ranunculonasus pulcher
              • Hexanthus regma-noctis
            • Cephalanthus , = Corbulonasus
              • Cephalanthus thaumasios = Corbulonasus longicauda
              • Cephalanthus ineps = Corbulonasus ineps
              • Cephalanthus piger = Corbulonasus acaulis
          • Anisorrhinidae ,
            • Mammontops ,
              • Mammontops ursulus
          • Hydroidopsidae
            • Rhizoidonasus
              • Rhizoidonasus euphorbiformis
          • Hydroidopsidae
            • Larvanasus
              • Larvanasus haleciformis
          • Scyphoidopsidae
            • Nudirhinus
              • Nudirhinus medusiformis
      • Dolichoproata ,
        • Rhinochilopidae ,
          • Rhinochilopus
            • Rhinochilopus musicus

I.M. Kashkina (2004) et son collègue V.V. Bukashkina (2004) décrivent deux autre genres marins : Dendronasus et un taxon parasite non nommé.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1962, paraît un ouvrage sur les Rhinogrades du Dr. Harald Stümpke, traduit par R. Weill et préfacé par P.P. Grassé. Une trentaine de croquis illustrent un texte fort sérieux, décrivant les Corbulonasus, Cephalantus, Dulcicauda, Eledonopsis, Emunctator, Hopsorrhinus, Nasobema, Otopteryx, Rhinotalpa et autres genres de cet ordre découvert fortuitement dans le Pacifique oriental en 1941 : Einar Pettersson-Skämtkvist, suédois évadé d’un camp de prisonniers japonais, aborda l’île inconnue de Hy-dud-dye-fee (Assaa-Lor), de l'archipel des Hi-iay (en français : Aïeaïeaïes). L'histoire a retenu sa découverte des Rhinogrades, plutôt que la catastrophe écologique qu'il causa en introduisant le rhinovirus qui engendra le décès des quelque 700 autochtones, les Huacha-Hatchis.

À la faveur du climat tropical, l'isolement de l'archipel depuis le Crétacé supérieur a accéléré la spéciation, permettant l'apparition de nombreuses espèces endémiques, dont près de 200 espèces de Rhinogrades réparties sur les 37 îles de l’archipel.

Description[modifier | modifier le code]

Steiner illustre avec les rhinogrades une diversité d'adaptations particulières possibles de l'appendice nasal (comme la trompe de l'éléphant) ici nommé appendice naso-ambulacraire et de la queue, préhensile. Le nasarium sert au déplacement chez les Nasobémides et les Dulcicaudas, à sauter chez les Hopsorrhinus et les Otopteryx, à chasser chez les Eledonopsis et les Cephalantus. La queue, préhensile, est utilisée pour sauter, s'accrocher, parfois se défendre grâce au crochet venimeux dont elle peut être pourvue.

Présentation du canular au Musée zoologique de la ville de Strasbourg.
Un Rhinograde xylophage du genre Nasoperforator de l'île Santo réalisé par Franz Jullien[1], exposé dans la Salle des espèces disparues et menacées de la Grande galerie de l'évolution du Muséum national d'histoire naturelle (mai 2012).

Devenus moins utiles, les membres classiques sont plus ou moins atrophiés, surtout chez l'adulte. Les Rhinogrades sont généralement de petite taille mais leur régime alimentaire est varié : ils sont herbivores, frugivores, insectivores ou carnivores. Leurs prédateurs ne sont constitués que de quelques oiseaux et du crapaud à queue, une espèce également endémique. La structure particulière du cortex pileux peut rendre leur pelage éclatant. La faible fertilité des Rhinogrades — une portée ne comptant qu'un petit — est accentuée par la durée de la gestation, longue de plus de six mois, ce qui rend les espèces menacées.

En montrant que les contraintes du milieu influent sur les êtres qui le peuplent, la découverte des Rhinogrades a constitué une éclatante preuve de la théorie de l'évolution de Darwin. Voici la description des espèces les plus remarquables :

  • Le corbulonase (Corbulnasus longicauda), dont la longévité est de huit mois, repose sur une queue rigide capable de se dresser jusqu'à 50 cm. Il attire les insectes avec l'odeur de petit-lait de son haleine et les capture lorsqu'ils se posent sur les excroissances du nasarium qu'il a déployé, les ramenant rapidement dans sa bouche.
  • Le queue-mielleux gris dorée (Dulcicauda griseaurella) vit sur les éboulis proches du littoral. Sédentaire, il demeure le nez planté à l'emplacement qu'il avait choisi dans son jeune âge. De son nasarium s'écoule une sécrétion orangée qui se solidifie en formant une colonne, la sella, ce qui le hausse lentement. La sécrétion gluante et fruitée qui exsude de sa queue attire les insectes, qu'il dévore.
  • Le polynase (Eledonopsis suavi) vit dans des terriers, sous les racines ou les pierres. Sédentaire et de mœurs crépusculaires, il ne s'active que le soir venu : telle une pieuvre, il expose alors son nez, formé de quatre à six excroissances rubanées pouvant atteindre 30 cm, afin d'appâter les insectes. Très sensible à la lumière, il rétracte ses rubans au moindre rayon.
  • Le nasin sauteur ou hopsorrhine (Hopsorrhinus aureus) est répandu dans tout l'archipel et vit sur les plages. Sa queue est munie d'une pince avec laquelle il peut capturer les crustacés dont il se nourrit. Son nez lui permet de faire des bonds en arrière qui peuvent dépasser dix fois la longueur de l'animal. Animal grégaire, les mâles dominants s'approprient les femelles des plus faibles.
  • Le grand nasobème (Nasobema lyricum), appelé Honatata par les indigènes, ressemble à une musaraigne qui porterait quatre longs tentacules nasaux sur une grosse tête. Il peut rester en équilibre sur le nez et de se servir de ses quatre pattes pour capturer sa nourriture. À l'instar du aye-aye (Daubentaunia madagascariensis) vénéré par les Malgaches, les Huacha-Hatchis considèrent cet animal sacré car il pleure lorsqu'on le capture.
  • L'oreille-volant (Otopteryx volitans) peut voler en battant des oreilles à un rythme rapide, ce qui constitue une exaptation unique, tout aussi efficace que le développement du patagium chez les chiroptères ou le phalanger volant (marsupial pétauridé). Il peut ainsi poursuivre et capturer les libellules dans les prairies, jusqu'à une vingtaine de mètres d'altitude. Comme il vole à reculons, son nez lui sert de train d'atterrissage.

Ce taxon est désormais considéré éteint, son habitat ayant été englouti en 1956 lors d'une éruption volcanique, consécutive à des essais nucléaires effectués à 200 km de l'archipel. Simultanément, disparut l'Institut Darwin, qui renfermait les collections, photographies et rapports destinés à une monographie exhaustive sur l'archipel et ses particularités, tant ethnologiques que botaniques, géologiques et zoologiques.

Des travaux anciens des spécialistes des Rhinogrades, qui comptèrent Bromeante de Burlas, Tassino di Campotassi et Shirin Taffaruj, ne subsistent que l'ouvrage de Stümpke. Pierre-Paul Grassé, éminent zoologiste français (18951985), professeur à la Sorbonne, ancien président de l'Académie française des sciences, éditeur du monumental Traité de Zoologie en 35 volumes, en a signé la préface et fut un ardent opposant au darwinisme. Plus récemment, un nouveau taxon a été décrit par Labat & Sigissui (2009 : Description de 3 nouvelles espèces de Rhinogrades, provenant de l'île Santo (Pacifique, présenté par Franz Jullien et Guillaume Lecointre au Muséum national d'histoire naturelle[2].

Emunctator sobens[modifier | modifier le code]

Reniflard chuintant

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Un Emunctator sorbens du Musée zoologique de Strasbourg

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Ordre Rhinogradentia

Genre

Rhinostelidae
Stümpke, 1961

Nom binominal

Emunctator sorbens
Stümpke, 1961

L’Emunctator sobens ou reniflard chuitant est un animal de la taille d'un petit rat, inventé par Harald Stümpke dans son ouvrage Anatomie et biologie des Rhinogrades.

Son mode d'alimentation est très particulier : de son nez longuement étiré il mouche de longs et fins filaments glutinants, qui trempent dans l'eau et auxquels restent collés des animalcules aquatiques (principalement des copépodes, cloportes et amphipodes). Sa queue porte un aiguillon, seul moyen de défense de ce petit animal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stümpke, Harald 1961 : Bau und Leben der Rhinogradentia. 1. Auflage, 83 S., Stuttgart: Gustav Fischer Verlag, 1961 (ISBN 3-437-30083-0).
  • Stümpke, Harald (1962), Anatomie et biologie des Rhinogrades, un nouvel ordre de mammifères, Masson & Cie (ISBN 210005449X).
  • Geeste, Karl D. S. (1988), Stümpke's Rhinogradentia. Versuch einer Analyse, Gustav Fischer Verlag (ISBN 3-437-30597-2).
  • Kashkina, M.I. (= Ivanova, O.M.) (2004), Dendronasus sp. A new member of the order nose-walkers (Rhinogradentia), Russian Journal of Marine Biology, 30(2):148-149.
  • Bukashkina, V.V. (? Isaeva, V.V.) (2004), New parasitic species of colonial Rhinogradentia, Russian Journal of Marine Biology, 30(2):150.
  • Isaeva, V.V. (2004), Olga Mikhailovna Ivanova is 90!, Russian Journal of Marine Biology, 30(2):147.
  • Hergueta, Stéphane (2006), « Les rhinogrades », article de la revue Sciences et Avenir (n° 147 Hors-série).
  • Lecointre, G. 2012. Les Rhinogrades surprennent encore. La Recherche. 463: 68-70.
  • Jean-Baptiste MASSUET, 2005, Science et Littérature chez Harald Stümpke: une frontière ambiguë et révélatrice

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de l'exposition sur les Rhinogrades sur le site du MNHN
  2. [1]