Raspberry Pi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raspberry Pi
"Raspberry Pi" Ordinateur modèle B Rev1
"Raspberry Pi" Ordinateur modèle B Rev1
Développeur Raspberry Pi Foundation
Type ordinateur monocarte
Date de sortie 29 février 2012
Environnement Linux (Debian, Fedora et ArchLinux), RISC OS
Système d'exploitation Linux (Raspbian, Debian GNU/Linux, Fedora, et Arch Linux ARM), RISC OS, FreeBSD, NetBSD, Plan 9
Alimentation Micro-B USB 5 V
Processeur Broadcom BCM2835 - ARM1176JZF-S 700 MHz[1]
Stockage Carte SD
Mémoire 256 MByte (modèle A)
256 MByte (modèle B rev 1)
512 MByte (modèle B rev 2)
Carte graphique Broadcom VideoCore IV[1],
Connectivité USB, Ethernet (modèle B) (RJ45), HDMI, RCA, Jack 3,5 mm
Dimensions 85,60 mm × 53,98 mm × 17 mm
Masse 44,885 g

Le Raspberry Pi est un nano-ordinateur monocarte à processeur ARM conçu par le créateur de jeux vidéo David Braben, dans le cadre de sa fondation Raspberry Pi[2].

Cet ordinateur, qui a la taille d'une carte de crédit, est destiné à encourager l'apprentissage de la programmation informatique[2] ; il permet l'exécution de plusieurs variantes du système d'exploitation libre GNU/Linux et des logiciels compatibles. Il est fourni nu (carte mère seule, sans boîtier, alimentation, clavier, souris ni écran) dans l'objectif de diminuer les coûts et de permettre l'utilisation de matériel de récupération.

Son prix de vente était estimé à 25 $, soit 19,09 €, début mai 2011. Les premiers exemplaires ont été mis en vente le 29 février 2012 pour environ 25 €[3]. Début 2013, plus d'un million de Raspberry Pi ont déjà été vendus[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Version alpha de la carte. Le design est différent des versions beta et commerciales.

En 2006, les premiers prototypes du Raspberry Pi sont développés sur des microcontrôleurs Atmel ATmega 644. Le schéma et le plan du circuit imprimé sont rendus publics[5]. Cet ordinateur s'inspire du BBC Micro d'Acorn Computer (1981) et est destiné à encourager la jeunesse à la programmation[6],[7],[8]. Le premier prototype ARM a été intégré dans un boitier de la même taille qu'une clé USB[9]. Il possédait un port USB d'un côté et un port HDMI de l'autre.

L'objectif de la fondation était de proposer deux versions, l'une à 25$US et une deuxième à 35$US. L'ouverture des commandes pour le modèle B (le plus cher) a eu lieu le 29 février 2012[10] et le 4 février 2013 pour le modèle A (le moins cher)[11].

Avant le lancement[modifier | modifier le code]

En août 2011, 50 cartes version Alpha ont été construites, ces cartes étaient identiques du point de vue fonctionnel au modèle B prévu [12] mais elles étaient plus grandes pour faciliter le débogage (placement des sondes). Une démonstration montra la carte exécutant une distribution Debian avec un bureau LXDE, Quake 3 en 1080p et une vidéo en Full HD MPEG-4 par HDMI[13],[14].

En octobre 2011, une version de RISC OS 5 a été présentée tournant sur la carte. Après une année de développement la version grand public a été terminée en novembre 2012[15],[16],[17],[18].

En décembre 2011, 25 cartes modèle B furent construites et testées[19]. Le design des cartes version Beta était le même que les cartes grand public. Une seule erreur a été découverte dans le design, certaines broches du CPU ne fonctionnaient pas correctement ; l'erreur a été corrigée avant la première production[20]. Les cartes version Beta ont été présentées démarrant Linux, jouant une bande annonce en 1080p ou exécutant le benchmark Rightware Samurai OpenGL ES[21].

La première semaine de l'année 2012, 10 premières cartes furent mises aux enchères sur eBay[22],[23]. L'une a été achetée anonymement et donné au Centre for Computing History, dans le Suffolk en Angleterre[24],[25]. Les 10 cartes qui représentaient un prix de £220 ont été vendues pour un total de £16 000[26]. La carte possédant le numéro de série 01 fut achetée pour £3500[27]. En prévision du lancement fin février 2012, la montée en charge des serveurs de la fondation furent testés par des utilisateurs actualisant fréquemment leur navigateur[28].

Lancement[modifier | modifier le code]

Raspberry Pi Model A

La première série de 10 000 cartes a été produite à Taiwan et en Chine[29],[30].

Les premières livraisons de la première série ont été annoncés pour mars 2012 en raison de l'installation d'un mauvais connecteur Ethernet[31],[32], mais la fondation annonca qu'elle s'attendait à augmenter la production des futures séries sans difficulté[33].

Les ventes débutèrent le 29 février 2012[34] à 06:00 UTC. Au même moment fut annoncé un modèle A à 256MB de RAM au lieu des 128MB prévus[10]. Le site web de la fondation annonca : « Six ans après le début du projet, nous sommes presque à la fin de la première session de développement - cependant ce n'est que le début de l'histoire de Raspberry Pi[35].» Dès l'annonce du début de la vente, les deux sites ne sont plus joignables, le site français de Farnell annonçant « Nos sites internet sont actuellement indisponibles pendant la mise à jour de nos systèmes ». En septembre 2012, 500 000 cartes avaient été vendues[36]. Le 6 avril 2012, la fondation annonce que le Raspberry Pi a obtenu la certification CE[37], demandée par les distributeurs pour pouvoir lancer la distribution auprès des premiers acheteurs.

Après le lancement[modifier | modifier le code]

Le 16 avril 2012, les premiers commentaires apparurent de la part des premiers acheteurs ayant reçu leur Raspberry Pi[38],[39]. Au 22 mai 2012, 20 000 cartes avaient été envoyées[40]. Le 16 juillet 2012, 4000 unités étaient produites chaque jour[41],[42].

Le 5 septembre 2012, la Fondation Raspberry Pi annonça une deuxième révision du modèle B[43].

Le 6 septembre 2012, la Fondation annonça que les futures séries seraient fabriquées au Royaume-Uni, dans les usines Sony de Pencoed, au Pays de Galles. Il était estimé que 30 000 unités seraient produites par mois, créant 30 emplois[44],[45].

En octobre 2012, plusieurs clients ayant commandé à l'un des constructeurs attendaient leur commande depuis plus de six mois en raisons de difficultés de production[46].

Le 19 septembre 2012, la fondation annonce l'overclocking autorisé permettant un gain de performance jusqu'à 50 %[47]. La fréquence d'utilisation du processeur passant de 700 à 1 000 MHz.

Le 15 octobre 2012, la fondation annonce le passage au modèle B 4G, à partir de cette date ces modèles sont envoyés lors d'un achat[48].

Le 17 décembre 2012, la fondation, en collaboration avec IndieCity et Velocix, ouvre un Pi Store, une plateforme de téléchargement pour tout l'environnement logiciel Raspberry Pi. Une application incluse dans Raspbian permet aux utilisateurs de trouver et télécharger ce qu'ils veulent. Les applications de développeurs peuvent être envoyées pour modération et publication dans le Pi Store[49].

En octobre 2013, la fondation annonce qu'un million de Raspberry Pi ont été produites au Royaume-Uni[50].

En novembre 2013 la fondation annonce que le deux milionième Raspberry Pi a été envoyé entre le 24 octobre et le 31 octobre[51].

En avril 2014, une nouvelle version est annoncée, elle divise la carte en deux parties : une partie calcul et une partie interface d'entrées-sorties[52]. La partie calcul Compute Module comporte 512 Mio de mémoire vive et 4 Gio de mémoire flash. La dimension de la carte est réduite au format SO-DIMM (environ 68×30 mm). La partie interface d'entrées-sorties Compute Module IO Board comporte des connecteurs HDMI et USB. La carte calcul vient s'enficher dans la carte interface d'entrées-sorties.

En juin 2014 la fondation annonce que trois millions de Raspberry Pi ont été vendus[53].

Architecture et matériel[modifier | modifier le code]

Le Raspberry Pi possède un processeur ARM11 à 700 MHz. Il inclut 1, 2 ou 4 ports USB, un port RJ45 et 256 Mo de mémoire vive pour le modèle d'origine (512 Mo sur les dernières versions[54]). Son circuit graphique BMC Videocore 4 en particulier permet de décoder des flux Blu-Ray full HD (1080p 30 images par seconde), d'émuler d’anciennes consoles et d'exécuter des jeux vidéo relativement récents.

Spécifications[modifier | modifier le code]

Modèle A[modifier | modifier le code]

  • Processeur : ARM1176JZF-S (ARMv6) 700MHz Broadcom 2835[1](dispose d'un décodeur Broadcam VideoCore IV, permettant le décodage H.264 FullHD 1080P et d'un VFPv2 pour le calcul des opérations à virgule) ;
  • RAM : 256 Mo ;
  • 2 Sorties vidéo : Composite et HDMI ;
  • 1 Sortie audio stéréo Jack 3 5 mm (sortie son 5.1 sur la prise HDMI) ;
  • Unité de lecture-écriture de carte mémoire : SDHC / MMC / SDIO ;
  • 1 Port USB 2.0 ;
  • Prise pour alimentation Micro-USB (consommation : 400mA + périphériques) ;
  • Des entrées / sorties supplémentaires sont accessibles directement sur la carte mère via des pins 3v3 [55]: GPIO, S2C, I2C, SPI ;
  • API logicielle vidéo : OpenGL : version embarquée OpenGL ES 2.0 ;
  • Décodage vidéo : 1080p30 H.264 high-profile.

Modèle B[modifier | modifier le code]

Modèle B Rev1[modifier | modifier le code]

Différences :

  • 2 ports USB 2.0 au lieu de l'unique port du modèle A, mais sur un seul bus, via le composant SMSC LAN9512[56] ;
  • 1 port réseau Fast Ethernet (10/100 Mbits/s) via le même composant SMSC.

Le circuit LAN9512 qui gère les deux ports USB2 et le port réseau, est connecté au CPU via un unique port USB2 ; la bande passante est donc partagée entre ces trois ports.

Modèle B Rev1 + ECN0001[modifier | modifier le code]

Différences :

  • Suppression des fusibles protégeant les sorties USB
  • Suppression de la diode D14, qui pouvait provoquer des interférences avec des périphériques possédant une broche CEC, lorsque le Raspberry restait connecté sans être alimenté.
Modèle B Rev2[modifier | modifier le code]

Différences :

  • Implantation du reset (en reliant les broches 1 et 2 de P6)
  • Support JTAG (deux broches GPIO interchangées)
  • Support I2C (canaux primaire et secondaire inversés)
  • Suppression de quatre signaux GPIO utilisés pour l'identification de version, et réaffectation à d'autres rôles
  • SMSC +1V8
  • Deux trous de fixation
  • Correction du marquage des LED sur la platine
Modèle B 512 Mo[modifier | modifier le code]
  • Prise pour alimentation micro-USB (consommation : 700mA) ;

Différences :

  • La RAM passe à 512 Mo (au lieu de 256 Mo sur les modèles précédents)[48] ;
  • Le modèle est estampillé avec la référence 4G en lieu et place de l'ancienne référence 2G[57].

Pour utiliser les 512 Mo de RAM, le firmware de la carte mère doit être mis à jour[57].

Modèle B+[modifier | modifier le code]

Ce modèle est annoncé en juillet 2014[58].

Différences par rapport au modèle initial :

  • GPIO 40 broches
  • 4 ports USB 2.0 et meilleur comportement en cas de surcharge
  • micro SD
  • réduction de consommation de 3,5 W à 3 W
  • meilleur circuit audio

Tableau comparatif[modifier | modifier le code]

Modèle A Modèle B Modèle B+
Prix de lancement: 25 $US[1] 35 $US[58]
SoC : Broadcom BCM2835 (CPU, GPU, DSP, SDRAM, et 1 port USB)[59]
CPU : 700 MHz ARM1176JZF-S core (ARM11)[59]
GPU : Broadcom VideoCore IV[60], OpenGL ES 2.0, MPEG-2 and VC-1 (avec licence), 1080p30 h.264/MPEG-4 AVC high-profile decodeur et encodeur[59]
Mémoire (SDRAM) : 256 Mo (intégré avec GPU) 512 Mo (intégré avec GPU) au 15 octobre 2012[58]
Nombre de ports USB 2.0[61]: 1 (directement sur BCM2835 chip) 2 4[58]
Sorties vidéos[1]: Composite et HDMI HDMI seulement
Sorties audio[1]: stéréo Jack 3,5 mm (sortie son 5.1 sur la prise HDMI) stéréo Jack 3,5 mm (sortie son 5.1 sur la prise HDMI) et Composite
Unité de lecture/écriture : SD / MMC / fente pour carte SDIO (3,3V) MicroSD[58]
Carte/connectique réseau[1]: Non 10/100 Ethernet
Périphériques : 8 × GPIO, UART, I²C bus, SPI bus avec deux chip selects, I²S audio[62] +3.3 V, +5 V[60],[63]
17 × GPIO
Puissance : 300 mA (1,5 W)[64] 700 mA (3,5 W) 600 mA (3 W)
Source d'alimentation[1]: volt via Micro-B USB ou GPIO header
Dimensions : 85,60 mm × 53,98 mm × 17 mm[65]
Poids : 45 g[1]
Systèmes d'exploitation : Debian GNU/Linux, Raspbian OS, Fedora, Arch Linux ARM[1], RISC OS, FreeBSD, Plan 9, Kali Linux

Équipement supplémentaire minimum[modifier | modifier le code]

Le Raspberry Pi ne comprend pas :

  • D'écran. Un écran ou un téléviseur peuvent être connectés via les sorties HDMI et Composite (sauf si un convertisseur dynamique est utilisé, les écrans VGA sont incompatibles) ;
  • De clavier / de souris. Pour l'utiliser, il faut donc le connecter à ces deux périphériques, via la prise USB[66],[2]. Le modèle A n'offrant qu'un unique port USB, il faudra utiliser un concentrateur USB, ou un clavier intégrant un dispositif de pointage (trackball, trackpad, trackpoint) ou bien comprenant un port USB. Le dispositif de pointage (voire le clavier) ne sont cependant pas indispensables pour toutes les applications ; serveur, utilisation d'autre type d'interface (manette, reconnaissance vocale, etc.) ;
  • De carte mémoire SD contenant un système d'exploitation compatible. Dans un but d'économie, toute carte SD est compatible, la classe 6 étant néanmoins recommandée[67], et les fichiers systèmes nécessaires seront disponibles en téléchargement gratuit. Il est ainsi possible de recycler d'anciennes cartes mémoire de capacité modeste pour utilisation avec le Raspberry Pi ;
  • De boîtier. Ceux-ci sont proposés en option ou en lot ;
  • D'alimentation. Le Raspberry Pi est compatible avec de nombreuses alimentations, micro-USB étant par exemple une norme pour les téléphones mobiles récents en Europe. Encore une fois, recyclage ou achat local sont l'objectif ;
  • D'horloge matérielle, dit composant HTR (le terme anglais est RTC : real time clock). La fondation justifie ce choix par le coût excessif du composant par rapport au budget initial très serré. La fondation suggère d'utiliser par exemple un composant GPS, qui contient une HTR très précise. Ce composant peut être branché via la prise GPIO. Il est aussi possible de synchroniser le temps du système grâce au protocole de réseau NTP, ce qui implique de se connecter via un réseau à un service NTP qui fonctionne soit sur un ordinateur sur Internet, soit sur un ordinateur d'un réseau local, ce dernier ordinateur devant être capable de se synchroniser avec une référence NTP sur Internet[68].

Équipement supplémentaire utilisant l'USB[modifier | modifier le code]

Il est possible de connecter le Raspberry Pi avec :

  • Pour le modèle A, une carte réseau Ethernet ou wifi, pour établir une connexion en réseau, notamment avec Internet[2]. Le modèle B introduit durant l'été 2011 comporte une carte Ethernet intégrée ;
  • Des unités de stockage externe, clés USB ou disques durs alimentés séparément ;
  • Tout autre périphérique USB disposant d'un pilote informatique compatible : clé Bluetooth, clé Wifi, mémoire flash, imprimante, webcam…

La fondation Raspberry Pi proposera à la vente une palette de périphériques validés compatibles. D'autres périphériques seront possibles, mais la disponibilité d'un pilote informatique adéquat, compatible avec le processeur, le système d'exploitation, le circuit d'interface, et le périphérique lui-même, devra être scrupuleusement vérifiée.

Équipement supplémentaire utilisant les ports série[modifier | modifier le code]

Ces ports permettront l'interfaçage avec d'autres circuits, pour la réalisation de projets électroniques, robotiques, physiques (par exemple, émettre en FM grace à piFM[69]).

Aspects logiciel[modifier | modifier le code]

Système d'exploitation[modifier | modifier le code]

Les systèmes d'exploitation compatibles Raspberry Pi / ARM incluent :

  • Diverses distributions Linux - La plateforme par défaut du Raspberry Pi ;
    • Debian « wheezy » est recommandé par la fondation Raspberry Pi avec sa version dédiée Raspbian (Raspberry & Debian). L'image est disponible sur le site officiel de la fondation[70] ;
    • Fedora « Raspberry Pi Fedora remix ». L'image est disponible sur le site officiel de la fondation[71] ;
    • ArchLinux est fonctionnel avec sa version ARM pour Raspberry Pi. L'image est disponible sur le site officiel de la fondation[72] ;
    • Gentoo est utilisable classiquement[73] ;
    • Slackware est également utilisable classiquement[74] ;
    • Suse est fonctionnel avec sa version ARM pour Raspberry Pi. L'image est disponible sur le site officiel dédié à cette carte[75].
  • Firefox OS (anciennement Boot to Gecko), le système d'exploitation mobile développé par Mozilla a été annoncé comme fonctionnel par l'association[76] ;
  • RISC OS ;
  • NetBSD (aucun support de OpenBSD pour le Pi n'est à l'ordre du jour[77]) ;
  • OpenElec (en), dans sa version ARM, permet l'utilisation d'XBMC Media Center[78](voir tutoriel d'installation[79]).
  • Pimame (adapté de MAME), un émulateur de jeux arcade. Site officiel.
  • Kali Linux, un système dédié au pentest (Evolution de BackTrack).

Logiciels applicatifs[modifier | modifier le code]

Toutes les applications compatibles avec le système d'exploitation et le processeur ARM, ou utilisant un environnement d'exécution virtuel (Java, émulateurs…) sont susceptibles de fonctionner : Iceweasel, KOffice, Python… Les principales contraintes portent sur les performances du processeur et la mémoire vive disponible (256 Mo). Ce dernier point a toutefois été corrigé avec l'arrivée de versions embarquant 512 Mo de mémoire vive.

Le logiciel de surveillance réseau Overlook Fing a été porté sur la plate-forme Raspberry Pi[80] qui permet d'installer des sentinelles pour la surveillance à faible coût des réseaux distants.

Le logiciel open source Aseba[81], pour programmer des robots facilement et efficacement, est disponible sur Raspberry Pi. En utilisant Raspberry Pi avec Aseba et le robot Thymio II[82], un véritable laboratoire d'enseignement de la robotique peut être créé avec un coût très bas.

Mojang et 4J Studios ont développé une version de Minecraft pour cette plate-forme : Minecraft Pi Edition[83].

Pilotes[modifier | modifier le code]

Jusqu'en octobre 2012, la politique générale de Broadcom (fournisseur du processeur et de la carte graphique) était de fournir très peu d'information sur la communication avec son matériel, mais en raison du succès du Raspberry Pi, elle a changé de politique, du moins, pour le SoC utilisé sur le Raspberry Pi[84].

Communauté[modifier | modifier le code]

Fondation Raspberry Pi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fondation Raspberry Pi.

La fondation Raspberry Pi est une organisation caritative créée par David Braben.

Le Raspberry Pi en France[modifier | modifier le code]

Il n'existe aujourd'hui aucune structure officielle française. Cependant, l'association RaspFR se présente comme le groupement des utilisateurs francophone du Raspberry Pi.

Distribution[modifier | modifier le code]

Le Raspberry Pi a été disponible en pré-commande dès le jour du lancement chez RS Components et Farnell qui restent distributeurs et grossistes exclusifs[85] en 2014. Au début de cette même année, le Raspberry Pi est disponible sur une grande variété de plate-formes marchandes. Les prix varient selon le modèle, les accessoires inclus, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Raspberry Pi - FAQ
  2. a, b, c et d Site de la fondation RaspberryPi
  3. article sur 01.net
  4. http://www.place4geek.com/blog/2013/01/plus-dun-million-de-raspberry-pi-vendus/
  5. Wong, George, « Build your own prototype Raspberry Pi minicomputer », ubergizmo,‎ 24 octobre 2011 (consulté le 2 novembre 2011)
  6. Moorhead, Joanna, « Raspberry Pi device will 'reboot computing in schools' », The Guardian, London,‎ 9 janvier 2012 (lire en ligne)
  7. « Raspberry Pi • View topic - Raspberry Pi as the successor of BBC Micro », raspberrypi.org,‎ 2012-04-22 (consulté le 2013-06-12) : « The Foundation trustees tried very hard to get an agreement to use the BBC Micro name, right up to May 2011. /../ Eben touched on the subject a bit during his speech at the Beeb@30 celebration at the beginning of the month: http://www.raspberrypi.org/archives/970 starting at time index 11:30 »
  8. Quested, Tony, « Raspberry blown at Cambridge software detractors », Business Weekly,‎ 29 février 2012 (lire en ligne)
  9. « Tiny USB-Sized PC Offers 1080p HDMI Output » (consulté le 1 février 2012)
  10. a et b Richard Lawler, 29 February 2012, Raspberry Pi credit-card sized Linux PCs are on sale now, $25 Model A gets a RAM bump, Engadget
  11. launch of the model A announced
  12. Matthew Humphries, « Raspberry Pi $25 PC goes into alpha production », Geek.com,‎ 28 juillet 2011 (consulté le 1 août 2011)
  13. « Raspberry Pi YouTube Channel » (consulté le 28 août 2011)
  14. « Full HD video demo at TransferSummit Oxford » (consulté le 12 septembre 2011)
  15. Holwerda, Thom, « Raspberry Pi To Embrace RISC OS », OSNews,‎ 31 octobre 2011 (consulté le 1 novembre 2011)
  16. Dewhurst, Christopher, « The London show 2011 », Archive (magazine), vol. 23, no 3,‎ décembre 2011, p. 3
  17. Lee, Jeffrey, « Newsround », The Icon Bar (consulté le 17 octobre 2011)
  18. eben, « RISC OS for Raspberry Pi » (consulté le 12 novembre 2012)
  19. (en) Dom Cobley, « What happened to the beta boards? », sur raspberrypi.org,‎ 04/02/2012 (consulté le 14/07/2014)
  20. More on the beta boards (Raspberry Pi Blog)
  21. Bringing up a beta board (Raspberry Pi Blog)
  22. « We’re auctioning ten beta Raspberry Pi's; », Raspberrypi.org,‎ 31 décembre 2011 (consulté le 6 mai 2012)
  23. Williams, Chris, « That Brit-built £22 computer: Yours for just £1,900 or more », The Register,‎ 3 janvier 2012 (lire en ligne)
  24. Cheerin, Iris, « Raspberry Pi Goes Into Production », TechWeekEurope UK,‎ 11 janvier 2012 (lire en ligne)
  25. « One of the First Raspberry Pi Computers Donated to Museum », The Centre for Computing History,‎ 9 janvier 2012 (consulté le 28 février 2012)
  26. « eBay list of items sold by Raspberry Pi ''(retrieved 13 January 2012)'' », Ebay.co.uk (consulté le 6 mai 2012)
  27. « eBay item ''(retrieved 13 January 2012)'' », Ebay.co.uk,‎ 11 janvier 2012 (consulté le 6 mai 2012)
  28. « "Set your alarms!" – Raspberry Pi looks ready for early Wednesday launch », Cabume,‎ 28 février 2012 (lire en ligne)
  29. Lee, Robert, « Raspberry Pi Balks At UK Tax Regime », Tax-News.com,‎ 17 janvier 2012 (lire en ligne)
  30. Weakley, Kirsty, « UK computing charity opts to manufacture product abroad », Civil Society Media,‎ 2012 (lire en ligne)
  31. Upton, Liz, « Manufacturing hiccup », Raspberry Pi Foundation,‎ 8 mars 2012 (consulté le 19 mars 2012)
  32. Gilbert, David, « Raspberry Pi £22 Computer Delayed Due to 'Manufacturing Hiccup' », International Business Times,‎ 9 mars 2012 (lire en ligne)
  33. Gilbert, David, « Interview with Eben Upton – Raspberry Pi Founder », International Business Times,‎ 13 mars 2012 (lire en ligne)
  34. « The Raspberry Pi £22 computer goes on general sale », BBC News,‎ 29 février 2012 (lire en ligne)
  35. Subramanian, Karthik, « Low-cost mini-PC Raspberry Pi gets heavily booked », The Hindu, Chennai, India,‎ 2 mars 2012 (lire en ligne)
  36. Lomas, Pete, « Raspberry Pi’s Secret: ‘Sell Out a Little to Sell a Lot’ », Wired,‎ 25 septembre 2012 (lire en ligne)
  37. Certification CE http://www.raspberrypi.org/archives/978
  38. « the first reports of forum members reporting they received their Raspberry Pi » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 16 avril 2012. Consulté le 6 mai 2012
  39. « engadget reports raspberry pi begins shipping (video) », Engadget.com (consulté le 6 mai 2012)
  40. « Add your Raspberry Pi to the Rastrack map », Raspberrypi.org,‎ 22 mai 2012 (consulté le 14 juin 2012)
  41. « Raspberry Pi lifts sale restrictions, open to bulk buyers », Electronista, Macintosh News Network,‎ 16 juillet 2012 (lire en ligne)
  42. « Want to buy more than one Raspberry Pi? Now you can! », Raspberrypi.org,‎ 16 juillet 2012 (consulté le 16 juillet 2012)
  43. « Upcoming board revision », Raspberrypi.org,‎ 6 septembre 2012 (consulté le 5 septembre 2012)
  44. John E Dunn, « Raspberry Pi resurrects UK computer industry with new jobs », Computerworld UK,‎ 7 septembre 2012 (lire en ligne)
  45. « Made in the UK! », Raspberrypi.org,‎ 6 septembre 2012 (consulté le 6 septembre 2012)
  46. Shead, Sam, « Raspberry Pi delivery delays leave buyers hungry (and angry) », ZDNet,‎ 18 octobre 2012 (lire en ligne)
  47. http://www.raspberrypi.org/archives/2008
  48. a et b Model B now ships with 512MB of RAM sur raspberrypi.org
  49. « Introducing the Pi Store », Raspberry Pi Foundation,‎ 17 décembre 2012
  50. « BBC News - Baked in Britain, the millionth Raspberry Pi », Bbc.co.uk,‎ 1970-01-01 (consulté le 2013-10-08)
  51. « Two Million! » (consulté le 2013-11-18)
  52. Raspberry Pi Compute Module: new product!
  53. « 3-million-sold »
  54. Le Raspberry Pi passe à 512 Mo de RAM, Tom's Hardware (15 octobre 2012).
  55. elinux.org: RPi Hardware http://elinux.org/FR:RPi_Hardware
  56. (en) « LAN951x Family — Industry's First Single-Chip, Hi-Speed USB 2.0 Hub and High-Performance 10/100 Ethernet Controllers », sur microchip.com (consulté le 14/07/2014)
  57. a et b Raspberry Pi : deux fois plus de mémoire pour le même prix sur pcinpact.com
  58. a, b, c, d et e (en) Eben Upton, « Introducing Raspberry Pi Model B+ », sur raspberrypi.org,‎ 14/07/2014 (consulté le 14/07/2014)
  59. a, b et c (en) « BCM2835 Media Processor; Broadcom », Broadcom.com,‎ 1er septembre 2011 (consulté le 6 mai 2012)
  60. a et b (en) « Q&A with our hardware team », Raspberry Pi Foundation (consulté le 20 septembre 2011)
  61. (en) « Verified USB Peripherals and SDHC Cards; », Elinux.org (consulté le 6 mai 2012)
  62. Depuis la mise à jour (Révision 2)
  63. (en) « Raspberry Pi GPIO Connector; », Elinux.org (consulté le 6 mai 2012)
  64. (en) « Power supply confirmed as 5V micro USB », Raspberrypi.org (consulté le 25 juillet 2012)
  65. (en) « Final PCB artwork », Raspberrypi.org,‎ 14 novembre 2011 (consulté le 6 mai 2012)
  66. Raspberry Pi, un ordinateur très mini à seulement 17 € (HDMI, 1080p, ARM, Linux) http://www.laptopspirit.fr/91063/raspberry-pi-ordinateur-mini-17-euros-hdmi-1080p-arm-linux.html
  67. Tweet du distributeur RS Components https://twitter.com/#!/RSElectronics/status/178118513557389312
  68. Why is there no real time clock (RTC)? http://www.raspberrypi.org/faqs/
  69. http://www.icrobotics.co.uk/wiki/index.php/Turning_the_Raspberry_Pi_Into_an_FM_Transmitter PiFM
  70. Page de téléchargement
  71. Raspberrypi.org : Raspberry Pi fedora remix http://www.raspberrypi.org/archives/805
  72. Raspberrypi.org : Arch Linux ARM available for download http://www.raspberrypi.org/archives/746
  73. (en)Le wiki de Gentoo Linux, avec les explications ad hoc http://wiki.gentoo.org/wiki/Raspberry_Pi
  74. « D'autres distributions GNU/Linux ont été testées avec succès avec le Raspberry Pi. C'est le cas de Slackware, Arch et Gentoo dans leur version destinée au processeur ARM. », chapitre Système d'exploitation, Présentation du Raspberry Pi, Léa-Linux, http://lea-linux.org/documentations/Présentation_du_Raspberry_Pi (consulté en janvier 2013)
  75. http://en.opensuse.org/HCL:Raspberry_Pi
  76. (en) Rapsberrypi.org : Firefox OS for Raspberry Pi http://www.raspberrypi.org/archives/1787
  77. looking for hardware recommendations, x86 or otherwise. - OpenBSD-Misc mailing list thread
  78. (en) OpenElec.
  79. (fr)Installer XBMC sur son Raspberry Pi avec Openelec [1].
  80. Annonce « Fing for Raspberry Pi » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-02-16 (19 janvier 2013)
  81. Aseba
  82. Thymio II
  83. Site officiel de Minecraft, Pi edition
  84. Open Source ARM userland sur le blog de Raspberry Pi
  85. Voir la question 7.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]