Architecture ARM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le logo désignant un appareil disposant de l'architecture ARM.

Les architectures ARM, développées par ARM Ltd, sont des architectures RISC 32 bits (ARMv3 à ARMv7) et 64 bits (ARMv8)[1] introduites à partir de 1983.

Dotés d'une architecture relativement plus simple que d'autres familles de processeurs, et bénéficiant d'une faible consommation, les processeurs ARM sont devenus dominants dans le domaine de l'informatique embarquée, en particulier la téléphonie mobile et les tablettes.

Ces processeurs sont fabriqués sous licence par un grand nombre de constructeurs.

SoC ARM[modifier | modifier le code]

Diagramme d'un SoC ARM.

Aujourd'hui, ARM est surtout connu pour ses SoC, intégrant sur une seule puce, microprocesseur, processeur graphique (GPU), DSP, FPU, SIMD, et contrôleur de périphériques. Ceux-ci sont présents dans la majorité des smartphones et tablettes. ARM propose des architectures, qui sont vendues sous licence de propriété intellectuelle aux concepteurs. Ils proposent différentes options dans lesquelles les constructeurs peuvent prendre ce qui les intéresse pour compléter avec leurs options propres ou de concepteurs tiers. ARM propose ainsi pour les SoC les plus récents, les microprocesseurs Cortex (Cortex-A pour l'appliance, Cortex-M pour le couplage à un microcontrôleur, Cortex-R pour les microprocesseurs temps réel), des processeurs graphiques (Mali), des bus AMBA sous licence libre, ainsi que les divers autres composants nécessaires à la composition du SoC complet. Certains constructeurs, comme Nvidia préfèrent produire leur propre processeur graphique, d'autres, comme Samsung, préfèrent prendre dans certains cas un processeur graphique de prestataire tiers ou d'ARM selon les modèles, et d'autres, comme Apple, modifier certains composants du microprocesseur en mélangeant plusieurs architectures processeur ARM (l'Apple A6 par exemple, mixe les technologies de microprocesseur Cortex-A9 et Cortex-A15).

Présentation des processeurs ARM[modifier | modifier le code]

L'architecture ARM a initialement été développée en interne par la société britannique Acorn Computers, qui l'utilisa à partir de 1987 dans sa gamme d'ordinateurs 32 bits Archimedes. ARM signifiait alors 'Acorn Risc Machine'. Ultérieurement la division 'création de microprocesseurs' d'Acorn fut détachée de la société mère et devint la société 'Advanced Risc Machine limited', se positionnant avec une offre indépendante pour le marché de l'électronique embarquée.

Une particularité des processeurs ARM est leur mode de vente. En effet, ARM Ltd. ne fabrique ni ne vend ses processeurs sous forme de circuits intégrés. La société vend les licences de ses processeurs de manière à ce qu'ils soient gravés dans le silicium par d'autres fabricants. Aujourd'hui, la plupart des grands fondeurs de puces proposent de l'architecture ARM.

Le cœur le plus célèbre est l'ARM7TDMI[réf. souhaitée] qui comporte 3 niveaux de pipeline. De plus, le ARM7TDMI dispose d'un second jeu d'instructions appelé THUMB permettant le codage d'instructions sur 16 bits et, ainsi, de réaliser un gain de mémoire important, notamment pour les applications embarquées.

ARM Ltd. a ensuite développé le cœur ARM9 qui comporte 5 niveaux de pipeline. Cela permet ainsi l'augmentation du nombre d'opérations logiques sur chaque cycle d'horloge et donc une amélioration des performances en vitesse.

L'architecture ARM est utilisée dans de très nombreux domaines et équipe par exemple les calculatrices TI-Nspire. Cette architecture est notamment très répandue dans la téléphonie mobile.

De nombreux systèmes d'exploitation sont compatibles avec cette architecture :

Le monde des ordinateurs portables pourrait connaître prochainement une évolution avec le remplacement progressif des processeurs x86 par l'architecture ARM. Windows 8 est compatible avec cette architecture (avec certaines limitations), tout comme Google Chrome OS. L'utilisation de l'architecture ARM devrait permettre la réduction de la consommation électrique.

Par contre, les fondeurs des processeurs x86 (Intel et AMD) se préparent à cette concurrence en réduisant la consommation électrique de leurs solutions et en simplifiant leurs architectures, comme avec les Atom et Bobcat, par exemple en intégrant les capacités graphiques avec le processeur. De l'autre côté, les fondeurs des SoC à base d'architecture ARM, comme NVidia et Qualcomm, continuent d'augmenter les performances de leurs puces, par exemple en augmentant le nombre de cœurs ou en ajoutant de nouvelles instructions.

Il est également possible d’agglomérer différents cœurs de différentes puissances, les plus faible en consommation et puissance travaillant la majorité du temps, afin de minimiser la consommation électrique et des cœurs plus puissants activés uniquement en cas de forte demande de calcul afin d'en accélérer le traitement. Cette technologie est appelée big.LITTLE, elle est utilisée par Samsung, avec ses Exynos 5 octo (4 cortex-A7 faible consommation et 4 cortex-A15 de forte puissance), MediaTek et d'autres. Le Tegra 3 de NVidia, utilise une technique similaire avec un seul cœur de faible consommation et plusieurs de forte puissance.

Architecture et jeu d'instruction[modifier | modifier le code]

L'architecture ARM est fortement inspirée des principes de conception RISC. Elle dispose de 16 registres généraux de 32 bits. Les instructions, codées sur 32 bits jusqu'à l'ARMv7 peuvent toutes disposer d'exécution conditionnelle, et sur 64 bits avec l'ARMv8[1] dont seules un petit nombre d'entre elles peuvent disposer d'exécution conditionnelle.

Le jeu d'instruction a reçu des extensions au fil du temps, telles que Thumb, permettant d'améliorer la densité du code, NEON, apportant des instructions SIMD, ou Jazelle, améliorant l'exécution de code Java.

Technologies des processeurs[modifier | modifier le code]

Les processeurs qui suivent utilisent les technologies indiquées plus bas :

  • MMU (memory management unit) : gestionnaire de mémoire permettant d'avoir une sécurité accrue (uniquement présente sur l'ARM710 et les ARM9). La MMU permet l'adressage virtuel de la mémoire, elle est nécessaire pour faire fonctionner certains systèmes d'exploitation comme Windows CE ou la plupart des Linux[3].
  • MPU (memory protection unit) : protection de la mémoire, faisant partie du MMU, donc protection simplifiée.
  • DSP : composant électronique optimisé pour les calculs. Son application principale est le traitement du signal numérique (filtrage, extraction de signaux, etc.).
  • FPU : unité de calcul sur les nombres flottants

Jazelle[modifier | modifier le code]

Jazelle DBX (Direct Bytecode eXecution) est une technique permettant d'exécuter directement du Bytecode Java dans les architectures ARM comme un troisième état d'exécution (et jeu d'exécution), en parallèle à l'ARM existant et au mode Thumb. Le support pour cet état est signalé par le « J » de l'architecture ARMv5TEJ et les noms de cœurs ARM9EJ-S et ARM7EJ-S. Le support de cet état est requis à partir d'ARMv6 (sauf pour le profil ARMv7-M). Malgré tout, les cœurs plus récents incluent seulement une implémentation triviale qui ne fournit pas d'accélération matérielle.

Thumb[modifier | modifier le code]

Thumb est un jeu d'instruction 16 bits qui fournit un sous-ensemble des instructions ARM 32 bits classique et permet un gain de mémoire important. Pour obtenir un codage plus compact de ces instructions, certains opérandes sont implicites et les possibilités offertes sont plus limitées.

Dans le mode Thumb, les instructions 16 bits offrent moins de possibilités. Seuls les branchement peuvent par exemple, être conditionnels et plusieurs instructions sont limitées à l'accès d'une partie réduite des registres généraux du processeur. Ces possibilités réduites améliorent la densité globale d'un programme, bien que certaines opérations nécessitent plus d'instructions. Cela peut réduire le temps de chargement du code en mémoire (libérant ainsi de la bande passante) et augmenter la probabilité de rester dans le cache d'instruction, augmentant ainsi considérablement les performances.

Du matériel embarqué tel que la Game Boy Advance a typiquement une petite quantité de RAM accessible via un bus de donnée 32 bits mais la majorité y est accédé via un second bus de 16 bits ou moins. Dans cette situation, il est très intéressant de compiler son programme en mode Thumb et d'optimiser à la main les quelques sections les plus consommatrices en utilisant le jeu d'instructions complet ARM 32 bits, permettant de placer ces instruction plus large dans le bus d'accès mémoire 32 bits.

Le premier processeur contenant un décodeur d'instruction Thumb est l'ARM7TDMI. Toutes les ARM9 et supérieures (dont l'XScale), incluent un décodeur Thumb.

Thumb-2[modifier | modifier le code]

La technologie Thumb-2 commence avec le cœur ARM1156 annoncé en 2003. Thumb-2 étend le jeu d'instructions limité 16 bits de Thumb par un des instructions 32 bits additionnelles afin de donner plus de largesse au jeu d'instruction. Il en résulte un jeu d'instructions de largeur variable. Thumb-2 a pour visée d'atteindre une densité de code proche de Thumb tout en conservant des performances similaires au jeu d'instructions ARM en mémoire 32 bits.

Thumb-2 étend à la fois le jeu instruction Thumb et celui d'ARM avec notamment de la manipulation de champs de bits, des branches de table et des exécutions conditionnelles. Un nouveau Langage assembleur unifié (Unified Assembly Language, UAL) supporte la génération simultanée de code d'instructions ARM et Thumb-2 depuis le même code source ; Les versions de Thumb sur processeurs ARMv7 sont également capables de code ARM incluant la possibilité d'écrire des fonctions de gestion d'interruption. Un peu d'attention est nécessaire et l'utilisation de la nouvelle instruction « IT » (if-then), qui permet d’exécuter quatre instructions successives en fonction d'une condition de test. En compilant en code ARM, ce cas est ignoré, mais en compilant en Thumb-2, une réelle instruction est générée. Par exemple :

; if (r0 == r1)
CMP r0, r1
ITE EQ        ; ARM : pas de code ... Thumb : instruction IT
; then r0 = r2;
MOVEQ r0, r2  ; ARM : conditionnel ; Thumb : condition via ITE 'T' (then)
; else r0 = r3;
MOVNE r0, r3  ; ARM : conditionnel ; Thumb: condition via ITE 'E' (else)
; Se rappeler que l'instruction MOV de Thumb n'a pas de bits pour encoder "EQ" ou "NE"

Toutes les puces ARMv7 supportent le jeu d'instruction Thumb-2. Les autres puces dans les séries Cortex et ARM11 supportent toutes les états d'instruction ARM ou d'instruction Thumb-2[4],[5],[6].

Thumb Execution Environment (ThumbEE)[modifier | modifier le code]

ThumbEE, également appelé Thumb-2EE, ou, commercialement Jazelle RCT pour (Runtime Compilation Target, signifiant en anglais « cible de compilation à la volée »), est annoncé en 2005 et apparait pour la première fois dans le processeur Cortex-A8. ThumbEE est le quatrième état de processeur, ajoutant de petit changement au jeu d'instruction étendue Thumb de Thumb-2. Ces changements rendent le jeu d'instruction particulièrement adapté à la génération de code au moment de l’exécution, par compilation à la volée, dans des environnements d’exécution contrôlés. ThumbEE est orienté vers les langages de programmation tels que Limbo, Java, C#, Perl, Python ou Ruby et permet aux compilateurs à la volée de générer moins de code de sortie sans affecter les performances.

Les nouvelles fonctionnalités de ThumbEE incluent la vérification automatique de pointeur nul à chaque instruction de chargement et sauvegarde, une instruction vérifiant les limites d'un tableau, un accès aux registres r8-r15 (où la Machine virtuelle Jazelle/DBX Java est maintenue), et des instructions spéciales qui appellent une fonction de rappel[7]. Les handlers sont des petites sections de code fréquemment appelées, utilisées généralement pour implémenter une fonctionnalité d'un langage de programmation de haut niveau tel que l'allocation de mémoire pour un nouvel objet. Ces changements ont été effectués pour réorienter une poignée d'opcodes et afin de savoir que le cœur est dans le mode ThumbEE.

Floating-point (VFP)[modifier | modifier le code]

La technologie VFP (Vector Floating Point ou « virgule flottante vectoriel » en français) est une extension de coprocesseur de type FPU dans les architectures ARM. Il fournit le calcul des formats de virgule flottante simple précision à bas prix et de virgule flottante en double précision remplissant la norme ANSI/IEEE Std 754-1985 Standard for Binary Floating-Point Arithmetic. VFP fournit des calculs en virgule flottante permettant d'accomplir un vaste spectre d'applications et de besoins tels que les PDAs, les smartphones, la compression et décompression de voix, des graphiques en trois dimensions ou encore de l'audio numérique, des imprimantes, des boîtiers multimédias, et des applications automobiles. L'architecture VFP a eu pour but de supporter l’exécution de mode d'instructions vectorielles courtes mais elles opèrent séquentiellement sur chaque élément vectoriel et ainsi n'offre pas les performances d'un vrai parallélisme vectoriel comme le fait un SIMD. Ces modes vectoriels ont donc été retirés rapidement après leur introduction[8], et ont été remplacées par l'unit NEON Advanced SIMD, bien plus puissante.

Quelques processeurs, tel que l'ARM Cortex-A8 ont été amputés avec un module VFPLite au lieu d'un module VFP complet, et requièrent environ dix fois plus de cycles d'horloge par opération en nombre flottant[9]. Les autres coprocesseurs à virgule flottante ou SIMD que l'on peut trouver dans les processeurs basés sur l'architecture ARM incluent NEON, les FPA, FPE, iwMMXt. Ils fournissent quelques fonctionnalités similaires aux VFP mais ne sont pas compatible avec lui au niveau de l'opcode.

Advanced SIMD (NEON)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : ARM NEON.

L'extension Advanced SIMD (également appelée NEON ou "MPE" pour Media Processing Engine (signifiant « moteur de calcul de médias » en anglais)) est un SIMD (Single Instruction, Multiple Data), combinant des jeux d'instruction 64 et 128 bits, qui fournissent de l'accélération de calcul standardisé pour les application de médias, 2D/3D et de traitement du signal. NEON est inclus dans tous les cœurs Cortex-A8 mais est optionnel dans les cœurs Cortex-A9[10]. NEON peut faire du décodage MP3 sur un processeur fonctionnant à 10 MHz et peut encoder/décoder le codec audio GSM AMR à 13 MHz et permet d'accélérer le décodage de formats vidéos tels que h264 ou Real. Il contient un jeu d’instruction, un registre de fichiers séparé et de l’exécution matérielle indépendante[11]. Il comporte 32 registres 64 bits flottants, qu'il partage avec le FPU, pouvant être couplés pour former 16 registres de 128 bits flottants, et accepte aussi que ces registres soient traités comme des entiers signés ou non signés de 8, 16, 32 et 64 bits. Ce SIMD supporte jusqu'à 16 opérations simultanées. Des cœurs comme le ARM Cortex-A8 et le Cortex-A9 supportent des vecteurs 128 bits mais ne traitent que 64 bits à la fois[9], tandis qu'à partir du plus récent Cortex-A15, il peut traiter 128 bits à la fois.

Processeurs graphiques ARM[modifier | modifier le code]

Article détaillé : ARM Mali.

ARM propose également des processeurs graphiques (GPU) appelés Mali qui peuvent être intégrés aux architectures des SoC ARM. La première série, Mali 200, utilisée dans des processeurs tels que le SoC Telechips TCC890x[12].

La seconde série, Mali 300 ne semble pas avoir été utilisée par les constructeurs.

La troisième série, Mali 400 MP est proposé sur des processeurs plus haut de gamme, généralement, Cortex A9, comme le ST-Ericsson U8500[13], les Samsung Exynos 4 ou l'Amlogic 8726-M, mais aussi sur les Cortex A8 AllWinner A1X.

La série Mali 600 est à destination des Cortex A15. Elle équipe notamment la série de Samsung Exynos 5. Le premier modèle a été le Mali T604[14].

L'API générique d'accès au GPU MALI compatible EXA/DRI2 libres à sources ouvertes (licences Apache et MIT) est disponible pour les Mali 200, 300, 400 et 600 sur la plateforme Linux[15], mais la partie la plus basse d'accès au processeur, dépendant du constructeur reste fermée.

Le projet Lima driver a été créé pour développer un pilote libre permettant d'utiliser pleinement ces processeurs. En septembre 2013, il dépasse déjà les performances des pilotes propriétaires sur les séries Mali 400[16].

De nombreux SoC ARM comportent cependant un GPU PowerVR ou plus rarement d'autres processeurs graphiques (Qualcomm Adreno, Vivante, Nvidia), qui possèdent tous des pilotes pour Linux, mais dont la partie 3d est propriétaire et à sources fermées. Le projet Freedreno a les mêmes visées pour les Adreno que le projet Lima driver pour la série des Mali.

Architectures[modifier | modifier le code]

Architecture Famille(s)
ARMv1 ARM1
ARMv2 ARM2, ARM3
ARMv3 ARM6, ARM7
ARMv4 StrongARM, ARM7TDMI, ARM8, ARM9TDMI
ARMv5 ARM7EJ, ARM9E, ARM10E, XScale, FA626TE, Feroceon, PJ1/Mohawk
ARMv6 ARM11
ARMv6-M ARM Cortex-M0, ARM Cortex-M0+, ARM Cortex-M1 (voir ARM Cortex-M)
ARMv7-A ARM Cortex-A (ARM Cortex-A8, ARM Cortex-A9 MPCore, ARM Cortex-A5 MPCore, ARM Cortex-A7 MPCore, ARM Cortex-A12 MPCore, ARM Cortex-A15 MPCore, Scorpion, Krait, PJ4/Sheeva, Swift
ARMv7-M ARM Cortex-M (ARM Cortex-M3)
ARMv7-R ARM Cortex-R (ARM Cortex-R4, ARM Cortex-R5, ARM Cortex-R7)
ARMv8 ARM Cortex-A50 (ARM Cortex-A53, ARM Cortex-A57), X-Gene, Denver

Divers processeurs ARM[modifier | modifier le code]

  • ARM1 (1985) : premier prototype de cœur ARM
  • Famille ARM2 (1987) : premier ARM commercialisé dans l'Archimedes d'Acorn : Pipeline 3 niveaux, adressage sur 24 bits alignés (16 mébimots de 32 bits soit 64 Mio adressables), 8 MHz puis 12 MHz
  • Famille ARM3 : Interface FPU, fréquence 25 puis 33 MHz, 4K cache
  • Famille ARM4
  • Famille ARM4T
  • Famille ARM5TE (2000) : arrivée de Thumb et de fonctionnalités de DSP
  • Famille ARM5TEJ (2000) : arrivée de Jazelle
  • Famille ARM6 sorti en 1990
    • avec Jazelle (2001)
    • ARM1136J(F)-STM (été 2002)
    • ARM1156T2(F)-S (2003)
    • ARM1176JZ(F)-S (2003)
  • Famille ARM7 :
    • ARM720T (MMU)
    • ARM7TDMI
    • ARM7TDMI-S
    • ARM7EJ-S : DSP et Jazelle
  • Famille ARM9 (5 niveaux de pipeline sur les entiers, MMU) : ARM920T (double cache de 16 Ko) et ARM922T (double cache de 8 Ko)
  • Famille ARM9E
    • ARM946E-S : DSP, double cache, MPU, 1 port AHB
    • ARM926EJ-S: DSP, double cache, MMU, 2 ports AHB
    • ARM966E-S : DSP, double cache, MPU, 1 ports AHB
  • Famille ARM10E
    • ARM1020E : DSP, double cache de 32 Ko, MMU
    • ARM1022E : identique au ARM1020E, sauf le double cache de 16 Ko
    • ARM1026EJ-S
  • Famille ARM11 : SIMD, Jazelle, DSP, Thumb-2
    • ARM1136JF-S : FPU
    • ARM1156T2-S
    • ARM1156T2F-S : FPU
    • ARM1176JZ-S
    • ARM1176JZF-S : FPU
  • Famille Cortex-A, processeur applicatif: Architecture ARMv7-A, SIMD, Jazelle, DSP, Thumb-2
    • Cortex-A5
    • Cortex-A5 MPCore : Cortex-A5 version multiprocesseur (1 à 4 CPU)
    • Cortex-A7 MPCore : Cortex-A7 multiprocesseur (1 à 4 CPU)
    • Cortex-A8
    • Cortex-A9
    • Cortex-A9 MPCore : Cortex-A9 version multiprocesseur (1 à 4 CPU), 45, 32[17] et 28 nm jusqu’à 2 GHz (3,1 GHz dans certaines conditions [18])
    • Cortex-A12 MPCore
    • Cortex-A15 MPCore : Cortex-A15 multiprocesseur (1 à 4 CPU), 45, 32 et 28 nm[19] (20 nm projeté), jusqu’à 2,5 GHz
  • Famille Cortex-R, processeur temps-réel: Architecture ARMv7-R
    • Cortex-R4
  • Famille Cortex-M, processeur embarqué : Architecture ARMv6-M et ARMv7-M
    • Cortex-M0
    • Cortex-M0+
    • Cortex-M1
    • Cortex-M3
    • Cortex-M4

Fabricants de processeurs ARM[modifier | modifier le code]

La propriété intellectuelle appartient à une société britannique, mais les processeurs fabriqués sous licence le sont par différentes entreprises de par le monde. Parmi les entreprises fabriquant les modèles des séries Cortex (les plus avancées), la majorité se trouve en Asie (20), suivie par les États-Unis (11) et enfin par l'Europe (4).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b ARMv8 : le 64 bits va arriver (28 octobre 2011).
  2. Quoi de neuf dans Windows 8 ?, Cachem.fr, publié le 23 mai 2011.
  3. uclinux excepté, mais pas seulement:(en)site officiel
  4. (en) « ARM Processor Instruction Set Architecture », Arm.com (consulté le 18 avril 2009)
  5. (en) « ARM aims son of Thumb at uCs, ASSPs, SoCs » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Linuxdevices.com. Consulté le 18 avril 2009
  6. (en) « ARM Information Center », Infocenter.arm.com (consulté le 18 avril 2009)
  7. (en) Arm strengthens Java compilers: New 16-Bit Thumb-2EE Instructions Conserve System Memory by Tom R. Halfhill 2005.
  8. « VFP directives and vector notation », Arm.com (consulté le 21 novembre 2011)
  9. a et b « Differences between ARM Cortex-A8 and Cortex-A9 », Shervin Emami (consulté le 21 novembre 2011)
  10. « Cortex-A9 Processor », Arm.com (consulté le 21 novembre 2011)
  11. « About the Cortex-A9 NEON MPE », Arm.com (consulté le 21 novembre 2011)
  12. (en) TCC8900 development board
  13. (en) MOP500 development board
  14. (en) Mali-T604 sur ARM
  15. (en) Open Source Mali GPUs Linux EXA/DRI2 And X11 Display Drivers sur malideveloper.com
  16. (en) The lima mesa driver runs es2gears
  17. Exynos 4 Quad sur samsung.com
  18. (en)TSMC's 28nm Based ARM Cortex-A9 Test Chip Reaches Beyond 3GHz sur TSMC.com
  19. [1]
  20. (en) Applied Micro X-Gene 64-Bit ARMv8 Server-on-Chip Presentation
  21. (zh) A1X by Allwinner Technology Co., Ltd 珠海全志科技股份有限公司 sur ARM.com
  22. (ja) ARMコアマクロ sur jp.Fujitsu.com
  23. (zh) 海思半导体获ARM技术授权,用于创新的3G/4G基站网络基础架构及移动计算应用 sur arm.com
  24. (en)HiSilicon Announces K3V2 Quad-core Application Processor
  25. [2] sur ses propres smartphones.
  26. (en) (ja) (zh-CN) LG Electronics Becomes Lead Partner For ARM Cortex-A50 Family Of Products And Next-Generation Mali GPUs sur ARM.com
  27. (en) Processor licensees
  28. (en) MediaTek Launches MT6575 Android Platform sur MediaTek.com
  29. (en) Renesas Mobile Introduces First Integrated LTE Triple-Mode Platform Optimised for Full-Featured, High Volume Smartphones
  30. (en) (zh) Rockchip Licenses a Wide Range of ARM IP for Turnkey Solution Targeting Mass Market, Cost-Effective Android Tablets sur ARM.com
  31. (en)Samsung Announces Industry First ARM Cortex-A15 Processor Samples for Tablet Computers sur Samsung.com, le 30 novembre 2011
  32. (en) « ARM Cortex-A15 processor adopts Imagination's new graphics IP » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur Linuxfordevices.com

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Le processeur StrongARM pour les applications embarquées demandant de la puissance de calcul.
  • Le processeur Intel (revendu à Marvell) XScale qui est dérivé de l'architecture ARM.