PirateBox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo original de la PirateBox

Une PirateBox est un dispositif électronique souvent composé d'un routeur et d'un dispositif de stockage d'information, créant un réseau sans fil qui permet aux utilisateurs qui y sont connectés d'échanger des fichiers anonymement et de manière locale[1]. Par définition, ce dispositif qui est souvent portable, est déconnecté d'internet.

Les PirateBox sont à l'origine destinées à échanger librement des données libres du domaine public ou sous licence libre. Les logiciels utilisés pour la mise en place d'une PirateBox sont majoritairement open source, voir libres.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce type de dispositif a été imaginé par David Darts (en) en 2011[2], professeur à la Steinhardt School of Culture, Education and Human Development de l'Université de New York[1] sous licence Art Libre. Il a été créé dans le but de devenir affranchi du web tel que nous le connaissons  : fichage, vente de données personnelles, publicité en ligne (ciblage) etc. Son créateur explique dans nombre d'interviews son envie de montrer à ses concitoyens qu'un autre web est possible, un endroit anonyme et libre reprenant les bases des prémices d'internet, le libre échange d'information et de données.

Depuis elle a été fortement popularisée en Europe de l'Ouest, notamment en France par Jean Debaecker[3]. Alors enseignant-chercheur (ATER) à l'Université Charles-de-Gaulle Lille-III, ce docteur en sciences de l'information et de la communication a recentré l'utilisation de la PirateBox dans un contexte d'usage pédagogique. Initiative qui fut reprise sous le nom de PedagoBox ou LibraryBox à travers différentes bibliothèques[4], universités, collèges et lycées.

Son développement est très largement maintenu par Matthias Strubel [5]. Ce dernier contribue au développement technique et fonctionnel.

Exemples d'usages[modifier | modifier le code]

Plusieurs projets pédagogiques les utilisent pour offrir des contenus à des élèves ou des étudiants et leur permettre d'échanger par chat ou forum[6].

La PirateBox est aussi utilisée dans des lieux où l'accès à internet est quasi impossible, comme un projet visant à fournir à des villages d'Afrique de quoi échanger des données mais aussi stocker des informations comme une bibliothèque, des ouvrages de médecine ou des manuels scolaires.

Un autre usage envisagé consiste à fournir à un quartier puis à une ville un réseau parallèle permettant aux habitants d'échanger des informations comme la date d'une réunion de quartier, celle de la prochaine brocante, ou d'un événement quelconque. Il permet aussi de discuter en temps réel via son service de messagerie instantanée.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'utilisateur se connecte à la PirateBox en Wi-Fi (au moyen d'un ordinateur portable par exemple) sans avoir à renseigner de mot de passe. Il lance ensuite son logiciel navigateur web, lequel va afficher la page web locale de la PirateBox et ainsi au moyen d'applications web permettre de :

Tous ces échanges de données restent confinés à la PirateBox, sans aucun lien avec l'internet. Cependant, une option (encore en développement) permet de créer un réseau maillé entre plusieurs PirateBox afin, par exemple, de télécharger des fichiers entre plusieurs PirateBox.

Appareils pouvant être détournés en PirateBox[modifier | modifier le code]

Routeurs WIFI[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive :

  • Routeur TP Link (en) MR3020 : c'est le premier appareil modifié par David Darts[11].
  • Routeur TP Link MR3040 : certains versions uniquement[12]

Le wiki officiel du projet PirateBox contient une liste à jour de matériels compatibles[13].

Déclinaisons[modifier | modifier le code]

  • Share Box : en juillet 2013, en France à Clermont-Ferrand nait une adaptation de la PirateBox, sous le nom "Share Box". Plusieurs sont mises en place dans la ville en lien avec le mouvement des Indignés local. Le concepteur (membre des indignés) explique « Le mot pirate fait peur, ... du coup on a baptisé la nôtre, Share box. »[14],[15]. En septembre le site web officiel ouvre, proposant de transformer des PirateBox en ShareBox[16].
  • LibraryBox : Une version destinée au partage de livres numériques nommée LibraryBox est lancée sur le site Kickstarter en juin 2013[17],[18]. Elle vise à fournir un media d'installation simplifié et une plus grande facilité dans la personnalisation de l'interface d'une PirateBox.
  • BiblioBox : projet francophone inspiré de la LibraryBox[19].
  • CoWBox : projet d'étudiants français (ISEN Toulon,)[20]
  • BibleBox : déclinaison de la PirateBox destinée à la diffusion de livres religieux tels que la Bible, réalisé par un Chrétien Australien[21].

Autour de la PirateBox[modifier | modifier le code]

Début 2012 est lancé un appareil à l'utilité assez proche de celle de la PirateBox, par le moyen de Kickstarter, nommé le CloudFTP[22].

Depuis 2012, il existe sous Android une « Application permettant de lister, et localiser les Piratebox dans toute la France. »[23],[24]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Guillaume Champeau, Une PirateBox miniature à moins de 40 euros !, Numerama, 8 mars 2012.
  2. Une PirateBox miniature à moins de 40 euros ! Numerama2012
  3. Site de Jean Debaecker
  4. Un exemple de PirateBox dans le réseau des bibliothèques d'Aulnay sous bois
  5. Site de Matthias Strubel, La Voix du Nord., 8 mars 2012.
  6. Avec sa PirateBox, Jean Debaecker fait le rêve d'un réseau sans fil à la patte , La Voix du Nord., 8 mars 2012.
  7. http://fun2code-blog.blogspot.de/search/label/PirateBox
  8. https://play.google.com/store/apps/details?id=de.fun2code.android.piratebox&hl=fr
  9. http://forum.daviddarts.com/read.php?6,3047
  10. http://piratebox.cc/raspberry_pi
  11. http://daviddarts.com/piratebox-diy-openwrt/
  12. http://piratebox.aod-rpg.de/dokuwiki/doku.php/openwrt/hardware_firmware_recommendations
  13. http://piratebox.cc/openwrt:hardware
  14. http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/puy-de-dome/clermont-ferrand/2013/07/16/share-box-un-nouveau-reseau-alternatif-sur-clermont-1629593.html
  15. http://www.occupyclermont.org/?p=2375
  16. http://www.thesharebox.fr/
  17. https://www.kickstarter.com/projects/griffey/librarybox-20
  18. http://boingboing.net/2013/06/30/librarybox-kickstarting-the-n.html
  19. http://bibliobox.net/pages/A-propos-de-BiblioBox.net
  20. http://cowboxisen.tumblr.com/post/56351585463/retour-sur-le-piratebox-camp
  21. http://biblebox.org/about/
  22. http://www.kickstarter.com/projects/125911486/cloudftp-wirelessly-share-any-usb-storage-with-ipa
  23. https://play.google.com/store/apps/details?id=com.piratebox.app
  24. http://m.appszoom.com/android_applications/lifestyle/piratebox_cgyff.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :