Probiotique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants (bactéries ou levures) qui, ajoutés comme compléments à certains produits alimentaires comme les yaourts ou les céréales par exemple, auraient un effet bénéfique sur la santé de l'hôte.

Définition[modifier | modifier le code]

En 2001, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont donné une définition officielle des probiotiques qui sont des « micro-organismes vivants qui, lorsqu'ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels »[1].

Mise en œuvre[modifier | modifier le code]

Lactobacillus acidophilus vus au microscope

Ces bactéries ou levures aident à la digestion des fibres, stimulent le système immunitaire et préviennent ou traitent la diarrhée.

Pour que les probiotiques aient un effet bénéfique sur la santé, il faut que plusieurs conditions soient réunies[réf. nécessaire] :

  • qu'ils soient vivants (ou lyophilisés) ;
  • que les bonnes souches soient sélectionnées pour l'effet recherché (ex. : dans Lactobacillus acidophilus, il existe des milliers de souches dont chacune a un effet différent) ;
  • que les souches aient montré leur résistance à l'acidité gastrique et à la bile [réf. nécessaire] ;
  • que les cures soient d'au moins 10 jours par mois ;
  • que la démonstration de leur bénéfice ait été faite tant chez l'être humain sain que chez le malade.

Un ingrédient garantit la survie et l'efficacité des probiotiques : humidité relative résiduelle de moins de 4 %.

En fait, « pour être efficaces sur la flore intestinale », il faut que les probiotiques parviennent vivants dans le côlon et « en nombre suffisant ». Ils ne doivent donc pas être dégradés suite à leur passage dans l'estomac et « doivent être capables de résister à l'acidité gastrique et aux sucs pancréatiques ».

Flore intestinale[modifier | modifier le code]

Chaque espèce animale a son cocktail bactérien personnalisé. Ainsi des souris dont la flore intestinale a été remplacée par des germes propres à l’espèce humaine ont présenté par la suite de profondes altérations métaboliques.

Ilya Ilitch Metchnikov, prix Nobel de médecine 1908, est le premier à s'être intéressé aux bactéries probiotiques en 1907 : Lactobacillus delbrueckii subsp. bulgaricus. Il a postulé que la longévité de certaines populations est liée à l'absorption de produits laitiers fermentés qui aurait pour effet de maintenir un équilibre adéquat entre la flore digestive pathogène et bénéfique. Le terme de probiotique, par opposition à antibiotique, a été attribué en 1965.

Les scientifiques doutaient qu’un phénomène similaire puisse se produire lors de l’ingestion de probiotiques, les yaourts contiennent à peine un petit milliard de bactéries face à la centaine de milliers de milliards présentes dans l’intestin.

Ce microbiote, terme qui remplace dorénavant microflore, est constitué de plus de 500 espèces différentes connues. La diversité d’espèces du microbiote intestinal dominant est spécifique de l’individu et le nombre d’espèces communes à plusieurs individus est très restreint (ou nul). Au plan quantitatif, celui-ci apparaît très stable au cours du temps pour un individu donné sur une période de 2 mois à 2 ans, bien qu’il ne soit pas possible de définir un microbiote intestinal de l’espèce humaine par le profil d’espèces dominantes. C’est un consortium adapté à l’hôte, stable et donc résistant à la modification.

Les probiotiques agissent par différents mécanismes. Ils modulent l’activité du système immunitaire intestinal, en renforçant l’immunité lorsqu’elle est faible, par exemple chez l'enfant, ou la personne âgée. A contrario ils peuvent diminuer la sur-activation du système immunitaire, en cas d’allergies ou de maladies inflammatoires de l’intestin. La fonction de barrière de la muqueuse intestinale est en effet améliorée, par augmentation de la production de mucus ou des anticorps de type IgA[2]. Ils ont donc des effets anti pathogènes directs, (compétition) en empêchant l'adhésion des pathogènes aux parois intestinales.

Souches probiotiques[modifier | modifier le code]

Parmi les microorganismes utilisées en termes de probiotique, on retrouve souvent des bactéries lactiques, hôtes naturels du microbiote intestinal de l'homme. Les probiotiques les plus étudiés appartiennent aux deux genres :

La levure Saccharomyces boulardii a également été largement étudiée en tant que probiotique. Administrativement, Elle dispose d'une autorisation de mise sur le marché en tant que médicament.

Lactobacillus reuteri et Saccharomyces boulardii sont des probiotiques ayant montré une efficacité dans la prévention des diarrhées post-antibiotiques et les colites à Clostridium difficile[3],[4].

Recherches sur les probiotiques et études de l'industrie alimentaire[5].
Type Nom commercial Producteur (non exclusif) Effet potentiel pour la santé
Bacillus coagulans GBI-30, 6086 GanedenBC30 Ganeden Biotech Améliore l'état des patients présentant les symptômes de l'intestin irritable[6]. Accroit la réponse immunitaire à une agression virale[7].
Bifidobacterium LAFTI B94 Bifidobacterium sp LAFTI B94 Institut Rosell-Lallemand Protège de Salmonella typhimurium chez la souris. Améliore l'apoptose dans le cancer du côlon. Réduit l'inflammation et la diarrhée dans un modèle de l'intestin irritable.[citation nécessaire] Réduit le réponse allergique. Peut réduire les complications de H. pylori sur la muqueuse.[citation nécessaire] Inhibe le développement des bactéries : H. pylori, des monocytogènes, de E. coli et de Salmonella typhimurium.[citation nécessaire] Adhère aux cellules épithéliales de l'intestin.[citation nécessaire] Produit des folates des yaourts.[citation nécessaire] Aucune de ces dernières affirmations n'a cependant à ce jour été approuvée par l’[[Autorité européenne de sécurité des aliments|European Food Safety Authority]], EFSA[8].
Lactobacillus acidophilus LAFTI L10 Lactobacillus acidophilus LAFTI L10 Institut Rosell-Lallemand Selon le producteur[9] qui se base sur plusieurs études non publiées[10], il favorise la lutte contre Candida albicans par augmentation de la réponse immunitaire. Réduit la réponse allergique dans un modèle d'allergie animale. Protège contre les monocytogènes de la Listeria dans le tube digestif de la souris. Réduit l'incidence et la taille des tumeurs chez les rats. Réduit l'inflammation dans un modèle d'intestin irritable.[citation nécessaire] Inhibe les bactéries pathogènes dont H. pylori, monocytogènes, E. coli et Salmonella typhimurium.[citation nécessaire] Adhère aux cellules intestinales humaines.[citation nécessaire] Produit des substances anti-microbiennes comme H2O2.[citation nécessaire]
Lactobacillus casei LAFTI L26 Lactobacillus casei LAFTI L26 Institut Rosell-Lallemand Protection contre Salmonella typhimurium chez la souris. Réduit les phénomènes inflammatoires dans le cas de l'intestin irritable. Réduit l'allergie. Réduit les complications d'une infection à H. pylori de la muqueuse de l'estomac.[citation nécessaire] Inhibe les bactéries pathogènes comme H. pylori, monocytogènes, E. coli et Salmonella typhimurium.[citation nécessaire] Adhère aux cellules intestinales.[citation nécessaire]
Bifidobacterium animalis subsp. lactis BB-12 Probio-Tec Bifidobacterium BB-12 Chr. Hansen Des premières études ont montré que BB-12 seul ou en association peut avoir un effet sur le système gastro-intestinal[11]. Cette affirmation n'a pas pour l'instant été reconnue par l'EFSA[8].
Bifidobacterium breve Yakult Bifiene Yakult [citation nécessaire]
Bifidobacterium infantis 35624 Align Procter & Gamble Une étude a montré une amélioration significative de la douleur abdominale/des flatulences et de la mauvaise mobilité intestinale[12].
Bifidobacterium animalis subsp. lactis HN019 (DR10) Howaru Bifido Danisco [citation nécessaire]
Bifidobacterium longum BB536 Morinaga Milk Industry [citation nécessaire]
Escherichia coli M-17 ProBactrix BioBalance [citation nécessaire]
Escherichia coli Nissle 1917 Mutaflor Ardeypharm [citation nécessaire]
Lactobacillus acidophilus DDS-1 Nebraska Cultures
Lactobacillus acidophilus LA-5 Chr. Hansen Les études humaines limitées sur LA-5 on montré qu'elle peut avoir des effets bénéfiques. [citation nécessaire]
Lactobacillus acidophilus NCFM Danisco Une étude a montré qu'elle réduit les effets de diarrhée induite par l'antibiothérapie[13].
Lactobacillus casei DN114-001 (Lactobacillus casei Immunitas(s)/Defensis) Actimel/DanActive Danone [citation nécessaire]
Lactobacillus casei 431 Chr. Hansen Des études humaines limitées ont montré que L. casei 431 seule ou associée à d'autres peut avoir un effet bénéfique.[citation nécessaire]
Lactobacillus casei F19 Cultura Arla Foods [citation nécessaire]
Lactobacillus casei Shirota Yakult Yakult [citation nécessaire]
Lactobacillus paracasei St11 (or NCC2461)[14] Lactobacillus fortis Nestlé [citation nécessaire]
Lactobacillus johnsonii La1 (=Lactobacillus LC1, Lactobacillus johnsonii NCC533) Nestlé Peut réduire les effets de H pylori et en particulier la gastrite et l'inflammation[15].
Lactococcus lactis L1A Norrmejerier Stimulation de l'immunité, amélioration de la santé digestive, réduction de la diarrhée associée à l'antibiothérapie[16].
Lactobacillus plantarum 299v GoodBelly/ProViva/TuZen/Bion Transit/ProbiMage Probi Peut atténuer les symptômes de l'intestin irritable ; néanmoins, des recherches plus poussées sont en cours[17].
Lactobacillus reuteri ATTC 55730 (Lactobacillus reuteri SD2112) BioGaia (en) Prévention de la diarrhée et soulagement chez les enfants[18],[19], Disparition de l'infection à H. pylori[20] amélioration de la gingivite[21], Prévention de la maladie chez l'enfant[22] et chez les adultes[23].
Lactobacillus reuteri Protectis (DSM 17938, daughter strain of ATCC 55730)[24] BioGaia (en)
Lactobacillus rhamnosus ATCC 53013 (Also strain number GG, discovered by Gorbach & Goldin) LGG, Gefilus, Vifit and others Valio [citation nécessaire]
Lactobacillus rhamnosus LB21 Verum Norrmejerier Peut améliorer la réponse immunitaire et donc la santé digestive, ainsi que la diarrhée post antibiotiques[16].
Lactobacillus Crispatus LactoGyn Crispatus NaturaMedicatrix Peut améliorer la flore vaginale et donc combattre cystites et vaginites.
Saccharomyces boulardii DiarSafe and others Wren Laboratories and others Peut protéger des diarrhées post-antibiotiques et des infections à Clostridium difficile et d'autre variétés de Clostridium[25],[26],[27].
tested as mixture :
Lactobacillus rhamnosus GR-1 & Lactobacillus reuteri RC-14
Bion Flore Intime Jarrow Fem-Dophilus Chr. Hansen dans une étude, la consommation de cette bactérie a contribué à la prévention de la vaginite[28].
tested as mixture :
Lactobacillus acidophilus NCFM & Bifidobacterium bifidum BB-12
Florajen3 American Lifeline, Inc. Diminution des effets d'une infection à C. difficile (CDAD)[1].
tested as mixture :
Lactobacillus acidophilus CL1285 & Lactobacillus casei LBC80R
Bio-K+ CL1285 Bio-K+ International Diminue l'incidence de la diarrhée liée à la prise d'antibiotiques[29].

Inhibition in vitro de Listeria monocytogenes et L. innocua, Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Enterococcus faecalis and Enterococcus faecium[30].

Réduit les symptômes de l'intolérance au lactose et simule le système immunitaire[31].

Lactobacillus plantarum HEAL 9 & Lactobacillus paracasei 8700:2 Bravo Friscus/ ProbiFrisk Probi Est à l'étude concernant ses effets sur les rhumes[32].
Lactobacillus reuteri Prodentis (L. reuteri DSM 17938 & ATCC PTA 5289) GUM PerioBalance BioGaia (en)
Lactobacillus helveticus R0052 & Lactobacillus rhamnosus R0011 A'Biotica and others Institut Rosell [citation nécessaire]
Lactobacillus casei var. rhamnosus MG001 & Lactobacillus acidophilus MG002 & Lactobacillus plantarum MG003 & Enterococcus faecium MG004 Symprove Probiotic Symprove Ltd. [citation nécessaire]

Aliments[modifier | modifier le code]

Les probiotiques contenus le plus souvent dans les yaourts sont:

Des produits fermentés contenant des bactéries lactiques et acides, obtenus par fermentation lactique, sont:

Intérêt pour la santé et controverses[modifier | modifier le code]

La Commission de la Transparence de la Haute Autorité de santé a rendu des avis mitigés, comme elle l'a fait pour la plupart des médicaments faisant l'objet d'un remboursement partiel de la part de la sécurité sociale (Service Médical Rendu), pour les spécialités pharmaceutiques bénéficiant d'AMM en France et ayant comme principe actif des probiotiques : Saccharomyces boulardii dans la spécialité Ultra-Levure[40], Lactobacillus fermentum et Lactobacillus delbrueckii dans la spécialité Lactéol[41].

Une demande déposée par Danone auprès de l'EFSA pour citer les « bienfaits pour la santé » de ses produits Activia et Actimel, a finalement été retirée en avril 2010 par cette firme, le niveau de preuve de ces affirmations étant jugé non satisfaisant par l'Agence européenne de sécurité alimentaire[42].

Les études les plus récentes montrent qu'en fonction de(s) souche(s) sélectionnée(s) et des espèces animales sur lesquelles ils sont étudiés, les effets sont différents. Ils peuvent diminuer la durée d'une diarrhée infectieuse aiguë[43] ou d'une diarrhée persistante chez l'enfant[44]. Ils ont montré leur intérêt dans nombre de pathologies intestinales d'origine infectieuse ou inflammatoire :

Leur mécanisme repose sur un effet de symbiose, qui permet à la flore intestinale de conserver une dominante majoritairement non pathogène. Même si le niveau de son efficacité peut être critiqué, la prescription de probiotiques reste un traitement peu cher et avec un très faible risque[51].

En 2012, une méta-analyse d'essais réalisée par le biologiste Didier Raoult et portant sur l'effet de probiotiques sur la prise de poids chez l'homme et sur des animaux de laboratoire suggère que Lactobacillus acidophilus entraîne une prise de poids chez l'homme et chez l'animal, Lactobacillus fermentum et Lactobacillus ingluviei ayant le même effet uniquement chez l’animal. À l'opposé, Lactobacillus gasseri est associée à une perte de poids chez les hommes et animaux obèses alors que Lactobacillus plantarum a le même effet uniquement chez l’animal[52].

Du point de vue réglementaire, dans l'Union européenne, l'indication « probiotique » pour des produits alimentaires est conditionnée à l'obtention d'une allégation de santé spécifique dans le cadre du Règlement 1924/2006. Jusqu'à maintenant aucun probiotique n'a été accepté dans le cadre de ce Règlement[53],[54]. Cependant des discussions sont en cours au niveau européen pour savoir si le terme « probiotique » peut avoir un sens plus générique.

Risque pour la santé[modifier | modifier le code]

Pour des patients présentant un état infectieux avancé, la prise de certaines souches de probiotiques serait déconseillée. Ainsi, dans une étude un apport de certaines souches aurait contribué à augmenter de 10 % la mortalité en cas de pancréatite aiguë sévère.

Le marché[modifier | modifier le code]

Il est estimé à près de 4 milliards de dollars en 2007[55].

L'un des premiers médicaments contenant des probiotiques est le Lacteol, suite à la découverte de la bactérie Lactobacillus acidophilus par le Docteur Pierre Boucard en 1907[56]. Dans l'alimentation on en consomme au moins depuis la haute Antiquité, avec par exemple le kéfir, le kombucha, le yaourt, le yakult ou le fromage. Nombre d'aliments couramment consommés contiennent des souches spécifiques[57].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)[PDF] Report of a Joint FAO/WHO Expert Consultation on Evaluation of Health and Nutritional Properties of Probiotics in Food Including Powder Milk with Live Lactic Acid Bacteria (October 2001) .
  2. [PDF] Organisation mondiale de gastroentérologie « Probiotiques et pre-biotiques », Coll. Recommandations Pratiques, mai 2008, 23 pages ; consulté le 17 août 2012.
  3. (en) Savino F. et al. « Lactobacillus reuteri vs. simethicone in the treatment of infant colic: a prospective randomized study » Pediatrics 2007 Jan;119(1):e124-30. PMID 17200238
  4. (en) Egervärn M. et al. « Antibiotic susceptibility profiles of Lactobacillus reuteri and Lactobacillus fermentum » J Food Prot. 2007 Mar; 70(3):557-65. PMID 17340877
  5. (en) M. E. Sanders, « Probiotics, strains matter », Functional foods & nutraceuticals magazine,‎ juin 2007, p. 36–41 (lire en ligne)
  6. (en) L Hun, « Bacillus coagulans diminue sensiblement la douleur abdominale pour les patients présentant les symptômes de l'intestin irritable. », Postgraduate Medicine, vol. 121, no 2,‎ 2009, p. 119–124 (PMID 19332970, DOI 10.3810/pgm.2009.03.1984, lire en ligne)
  7. (en) M Baron, « Un variété brevetée de Bacillus coagulans accroit la réponse immunitaire a une agression virale. », Postgraduate Medicine, vol. 121, no 2,‎ 2009, p. 114–118 (PMID 19332969, DOI 10.3810/pgm.2009.03.1971, lire en ligne)
  8. a et b http://www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/pub/2047.htm
  9. http://www.institut-rosell-lallemand.com/lafti/ LAFTI Probiotics
  10. R. Eccles et al. Human study on winter infections, in otherwise healthy students (age 18-25) to determine if oral administration of the probiotic Lactobacillus acidophilus LAFTI® L10 helps to support the immune system, Internal report, 2008
  11. http://www.chr-hansen.com/fileadmin/user_upload/_temp_/Selected_summaries_BB-12.pdf
  12. (en) Brenner DM, Moeller MJ, Chey WD, Schoenfeld PS, « The utility of probiotics in the treatment of irritable bowel syndrome: a systematic review », The American Journal of Gastroenterology, vol. 104, no 4,‎ avril 2009, p. 1033–49; quiz 1050 (PMID 19277023, DOI 10.1038/ajg.2009.25)
  13. DOI:noedit
  14. (en) Sarker SA, Sultana S, Fuchs GJ. et al., « Lactobacillus paracasei strain ST11 has no effect on rotavirus but ameliorates the outcome of nonrotavirus diarrhea in children from Bangladesh », Pediatrics, vol. 116, no 2,‎ août 2005, e221–8 (PMID 15995003, DOI 10.1542/peds.2004-2334)
  15. (en) Dionyssios N. Sgouras, Effrosini G. Panayotopoulou, Beatriz Martinez-Gonzalez, Kalliopi Petraki, Spyros Michopoulos et Αndreas Mentis, « Lactobacillus johnsonii La1 Attenuates Helicobacter pylori-Associated Gastritis and Reduces Levels of Proinflammatory Chemokines in C57BL/6 Mice [Lactobacillus johnsonii La1 atténue les effets de la gastrite et le niveau de Chemokines pro-inflamatoires pour C57BL/6 de la souris] », Clinical and Diagnostic Laboratory Immunology,‎ 12 décembre 2005 (PMCID 1317072)
  16. a et b (sv) « Nyttiga bakterier bringar ordning i oroliga sommarmagar », Norrmejerier,‎ 1 juillet 2003 (consulté en 25 août 2007)
  17. (en) Niedzielin K, Kordecki H, Birkenfeld B., « A controlled, double-blind, randomized study on the efficacy of Lactobacillus plantarum 299V in patients with irritable bowel syndrome. », Eur J Gastroenterol Hepatol, vol. 13, no 10,‎ octobre 2001, p. 1135–6 (PMID 11711768, DOI 10.1097/00042737-200110000-00004)
  18. (en) Ruiz-Palacios G, Guerrero ML, Hilty M., « Feeding of a probiotic for the prevention of community-acquired diarrhea in young Mexican children », Pediatr Res, vol. 39, no 4,‎ 1996, p. 184 (lire en ligne)
  19. (en) Shornikova AV, Casas IA, Mykkänen H, Salo E, Vesikari T, « Bacteriotherapy with Lactobacillus reuteri in rotavirus gastroenteritis », Pediatr Infect Dis J, vol. 16, no 12,‎ décembre 1997, p. 1103–7 (PMID 9427453, DOI 10.1097/00006454-199712000-00002)
  20. (en) Saggioro A, Caroli M, Pasini M, Bortoluzzi F, Girardi L, Pilone G., « Helicobacter pylori eradication with Lactobacillus reuteri. A double blind placebo-controlled study », Dig Liver Dis, vol. 37, no suppl 1,‎ 2005, S88, abstr. PO1.49
  21. (en) Krasse P, Carlsson B, Dahl C, Paulsson A, Nilsson A, Sinkiewicz G, « Decreased gum bleeding and reduced gingivitis by the probiotic Lactobacillus reuteri », Swed Dent J, vol. 30, no 2,‎ 2006, p. 55–60 (PMID 16878680)
  22. (en) Weizman Z, Asli G, Alsheikh A, « Effect of a probiotic infant formula on infections in child care centers: comparison of two probiotic agents », Pediatrics, vol. 115, no 1,‎ janvier 2005, p. 5–9 (PMID 15629974, DOI 10.1542/peds.2004-1815)
  23. (en) Tubelius P, Stan V, Zachrisson A, « Increasing work-place healthiness with the probiotic Lactobacillus reuteri: a randomised, double-blind placebo-controlled study », Environ Health, vol. 4,‎ 2005, p. 25 (PMID 16274475, PMCID 1298318, DOI 10.1186/1476-069X-4-25)
  24. (en) Rosander A, Connolly E, Roos S, « Removal of antibiotic resistance gene-carrying plasmids from Lactobacillus reuteri ATCC 55730 and characterization of the resulting daughter strain, L. reuteri DSM 17938 », Appl Environ Microbiol, vol. 74, no 19,‎ octobre 2008, p. 6032–40 (PMID 18689509, DOI 10.1128/AEM.00991-08)
  25. (en) W. Hochter et al., « Saccharomyces boulardii in acute adult diarrhea. Efficacy and tolerance of treatment », Munchener Medizinische Wochenschrift, vol. 132, no 12,‎ 1990, p. 188–192 (lire en ligne [PDF])
  26. (en) G. Cetina-Sauri et S. Basto, « Therapeutic evaluation of Saccharomyces boulardii in children with acute diarrhea », Annales de Pédiatrie, vol. 41, no 6,‎ 1994, p. 397–400 (lire en ligne [PDF])
  27. (en) Kurugöl Z, Koturoğlu G, « Effects of Saccharomyces boulardii in children with acute diarrhoea », Acta Paediatrica, vol. 94, no 1,‎ janvier 2005, p. 44–7 (PMID 15858959, DOI 10.1080/08035250410022521)
  28. (en) Anukam K, Osazuwa E, Ahonkhai I. et al., « Augmentation of antimicrobial metronidazole therapy of bacterial vaginosis with oral probiotic Lactobacillus rhamnosus GR-1 and Lactobacillus reuteri RC-14: randomized, double-blind, placebo controlled trial », Microbes Infect, vol. 8, no 6,‎ mai 2006, p. 1450–4 (PMID 16697231, DOI 10.1016/j.micinf.2006.01.003)
  29. (en) Beausoleil M, Fortier N, Guénette S. et al., « Effect of a fermented milk combining Lactobacillus acidophilus Cl1285 and Lactobacillus casei in the prevention of antibiotic-associated diarrhea: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial », Canadian Journal of Gastroenterology, vol. 21, no 11,‎ novembre 2007, p. 732–6 (PMID 18026577, PMCID 2658588, lire en ligne)
  30. (en) Millette M., Luquet F.M., Lacroix M., FM Luquet et M Lacroix, « In vitro growth control of selected pathogens by Lactobacillus acidophilus- and Lactobacillus casei-fermented milk », Letters of Applied Microbiology, vol. 44, no 3,‎ mars 2007, p. 314–9 (PMID 17309510, DOI 10.1111/j.1472-765X.2006.02060.x)
  31. (en) Robinson, R.K. (editeur), Acidophilus Products (Therapeutic Properties of Fermented Milks), Chapman & Hall, London,‎ 2007, p. 81–116
  32. (en) Berggren A, Lazou Ahrén I, Larsson N, Onning G., « Randomised, double-blind and placebo-controlled study using new probiotic lactobacilli for strengthening the body immune defence against viral infections », Eur J Nutr,‎ 2010 (PMID 20803023, DOI 10.1007/s00394-010-0127-6)
  33. (en) S Seseña et ML Palop, « An ecological study of lactic acid bacteria from Almagro eggplant fermentation brines », Journal of Applied Microbiology, Blackwell Publishing, vol. 103, no 5,‎ 2007, p. 1553–1561 (PMID 17953566, DOI 10.1111/j.1365-2672.2007.03387.x, lire en ligne)
  34. a et b (en) Frederick et al. Breidt, Jr, « Fermented Vegetables » [PDF], ASM Press,‎ 2007 (consulté le 7 novembre 2007)
  35. (en) Feng-Di et al. Ji, B.-P. Ji, B. Li et B.-Z. Han, « Note. Microbial Changes During the Salting Process of Traditional Pickled Chinese Cabbage », Food Science and Technology International, SAGE Publications, vol. 13, no 1,‎ 2007, p. 11–16 (DOI 10.1177/1082013207075952, lire en ligne)
  36. (en) Y Friedman, Jeroen Hugenholtz, Willem M. De Vos, Eddy J. Smid et al., « Safe use of genetically modified lactic acid bacteria in food. Bridging the gap between consumers, green groups, and industry », Electronic Journal of Biotechnology, Pontificia Universidad Católica de Valparaíso, vol. 9, no 4,‎ 2006, p. 0 (PMID 16710463, PMCID 1463031, DOI 10.2225/vol9-issue4-fulltext-12, lire en ligne)
  37. (en) CK Oh, Oh et Kim, « The Depletion of Sodium Nitrite by Lactic Acid Bacteria Isolated from Kimchi », Journal of Medicinal Food, Mary Ann Liebert, vol. 7, no 1,‎ 2004, p. 38–44 (PMID 15117551, DOI 10.1089/109662004322984680, lire en ligne)
  38. (en) Somboon et al. Tanasupawat, J Thongsanit, S Okada et K Komagata, « Lactic acid bacteria isolated from soy sauce mash in Thailand », Journal of General and Applied Microbiology, The Microbiology Research Foundation, vol. 48, no 4,‎ 2002, p. 201–209 (PMID 12469319, DOI 10.2323/jgam.48.201, lire en ligne)
  39. (en) M.R.F. et al. Moreno, JJ Leisner, LK Tee, C Ley, S Radu, G Rusul, M Vancanneyt et L De Vuyst, « Microbial analysis of Malaysian tempeh, and characterization of two bacteriocins produced by isolates of Enterococcus faecium », Journal of Applied Microbiology, The Microbiology Research Foundation, vol. 92, no 1,‎ 2002, p. 147–157 (PMID 11849339, DOI 10.1046/j.1365-2672.2002.01509.x, lire en ligne)
  40. Avis de la Commission de la Transparence - ULTRA-LEVURE, 13 avril 2005
  41. Avis de la Commission de la Transparence - Lactéol, 29 mars 2006
  42. Demande Danone
  43. (en) Allen SJ, Martinez EG, Gregorio GV, Dans LF, « Probiotics for treating acute infectious diarrhoea » Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 11. Art. no CD003048. DOI:10.1002/14651858.CD003048.pub3
  44. (en) Bernaola Aponte G, Bada Mancilla CA, Carreazo Pariasca NY, Rojas Galarza RA, « Probiotics for treating persistent diarrhoea in children » Cochrane Database of Systematic Reviews 2010;Issue 11. Art. no CD007401. DOI:10.1002/14651858.CD007401.pub2
  45. Probiotiques et maladies inflammatoires cryptogénétiques de l’intestin
  46. Thèse 2010, Pages 136-150
  47. Probiotics: future directions
  48. "maladie de Crohn, une bactérie anti-inflammatoire"
  49. "Inra, Meta Hit, Page 9"
  50. "Pour la science: Modification nutritionnelle du microbiote intestinal"
  51. (en) Butler CC, Duncan D, Hood K. « Does taking probiotics routinely with antibiotics prevent antibiotic associated diarrhoea? » BMJ 2012;344:e682. PMID 22354599
  52. (en) Matthieu Million, Emmanouil Angelakis, MicalPaul Paul, Fabrice Armougom, Leonard Leibovici et Didier Raoult, « Comparative meta-analysis of the effect of Lactobacillus species on weight gain in humans and animals », Microbial Pathogenesis, vol. 53, no 2,‎ août 2012, p. 100-8. (DOI 10.1016/j.micpath.2012.05.007)
  53. Refus de l'EFSA pour Yakult, dans le cadre du Règlement 1924/2006
  54. Refus de l'EFSA pour Actimel, dans le cadre du Règlement 1924/2006
  55. (en) « Probiotics or con? », Lancet, 2008;371:624. DOI:10.1016/S0140-6736(08)60275-5
  56. (en) Probiotics or con? 'Portrait of Doctor Boucard', Medical Classics
  57. "techniques de l'ingénieur, ferments et aliments"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]