Diverticulose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Diverticulite du sigmoïde.
Diverticulose
Classification et ressources externes
Diverticulosis 2.jpg
Diverticulose vue en endoscopie
CIM-10 K57
CIM-9 562.00
OMIM 223320
DiseasesDB 3871
eMedicine med/3102 
MeSH D004240
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La diverticulose est la présence de petites hernies muqueuses sur la paroi du côlon.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La diverticulose est observée chez plus de 30 % des sujets de plus de 60 ans et 50 % des plus de 70 ans, plus souvent les femmes que les hommes[réf. nécessaire].

Sa localisation est sigmoïdienne dans 80 % des cas.

Le risque semble être sensiblement diminué chez le végétarien[1]. La consommation de fruits à coque (noix, noisette, etc.) pourrait être protectrice[2]. Le rôle d'une alimentation riche en fibres alimentaires est discutée, avec peut-être une majoration du risque retrouvée par certains[3].

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

La paroi colique est formée de quatre couches différentes, qui se superposent: la muqueuse à l'intérieur, la sous-muqueuse, la musculeuse, et la séreuse. Ces couches sont traversées de dehors en dedans par les vaisseaux sanguins, ce qui détermine des points de faiblesse dans la musculeuse. Un régime alimentaire pauvre en fibres alimentaires entraîne la formation de selles dures, nécessitant de fortes contractions irrégulières du côlon. Cette pression, exercée sur les points faibles de la musculeuse, forme des diverticules : hernies de muqueuse à travers la musculeuse, et refoulant la séreuse, au niveau des points de pénétration des vaisseaux droits.

L'affaiblissement naturel des muscles de l'intestin avec l'âge peut aussi favoriser la formation de diverticules. Un trouble de la motilité intestinale est retrouvée[4], avec, en particulier, un trouble de la relaxation longitudinale[5], pouvant être un facteur de la genèse de la diverticulose.

Il existe également des modifications structurales de la paroi colique chez les patients porteurs d'une diverticulose avec plus de plexus myentérique mais moins de cellules ganglionnaires[6].

Clinique[modifier | modifier le code]

La diverticulose est asymptomatique. L'examen clinique est le plus souvent normal.

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

On détecte la diverticulose lors d'un transit baryté, d'une tomodensitométrie ou d'une coloscopie, ou à l'occasion d'une complication.

Évolution et complications[modifier | modifier le code]

La principale complication de la diverticulose est la sigmoïdite (ou diverticulite), qui correspond à une infection des diverticules. Il s'agit d'un mode de découverte fréquent de la maladie. Chez ceux qui ont été traité médicalement, la récidive d'un épisode de diverticulite est rare, les facteurs prédictifs étant le patient de moins de 50 ans et la survenue d'une première récidive[7]. dans un tiers des cas, la récidive concerne un autre endroit du sigmoïde[8]. Les douleurs chroniques sont cependant fréquentes (un tiers des patients s'en plaint pendant plusieurs jours par mois[9])

Prévention et prise en charge[modifier | modifier le code]

Aucun traitement n'a prouvé son efficacité dans la prévention des complications.

Un régime riche en fibres alimentaires est souvent recommandé même si les preuves de son efficacité sont inexistantes[10]. L'interdiction de nourritures spéciales n'est pas pertinente. Les akènes, qui sont en fait des sortes de pépins que l'on trouve sur les fraises ou les framboises, ainsi que les pépins de tomates ou de concombre sont généralement considérés comme inoffensifs[11].

l'administration de probiotiques après une première crise de diverticulite pourrait réduire les douleurs[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Crowe FL, Appleby PN, Allen NE, Key TJ, Diet and risk of diverticular disease in Oxford cohort of European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC): prospective study of British vegetarians and non-vegetarians, BMJ, 2011;343:d4131
  2. Strate LL, Liu YL, Syngal S, Aldoori WH, Giovannucci EL, Nut, corn, and popcorn consumption and the incidence of diverticular disease, JAMA, 2008;300:907-914
  3. Peery AF, Barrett PR, Park D et al. A high-fiber diet does not protect against asymptomatic diverticulosis, Gastroenterology, 2012;142:266-272
  4. Maselli MA, Piepoli AL, Guerra V et al. Colonic smooth muscle responses in patients with diverticular disease of the colon: effect of the NK2 receptor antagonist SR48968, Dig Liver Dis, 2004;36:348-354
  5. Golder M, Burleigh DE, Ghali L et al. Longitudinal muscle shows abnormal relaxation responses to nitric oxide and contains altered levels of NOS1 and elastin in uncomplicated diverticular disease, Colorectal Dis, 2007;9:218-228
  6. Iwase H, Sadahiro S, Mukoyama S, Makuuchi H, Yasuda M, Morphology of myenteric plexuses in the human large intestine: comparison between large intestines with and without colonic diverticula, J Clin Gastroenterol, 2005;39:674-678
  7. Broderick-Villa G, Burchette RJ, Collin JC, Abbas MA, Haigh PI, Hospitalization for acute diverticulitis does not mandate routine elective colectomy, Arch Surg, 2005;140:576-581
  8. Gervaz P, Platon A, Widmer L, Ambrosetti P, Poletti PA, A clinical and radiological comparison of sigmoid diverticulitis episodes 1 and 2, Colorectal Dis, 2012;14:463-468
  9. Humes DJ, Simpson J, Neal KR, Scholefield JH, Spiller RC, Psychological and colonic factors in painful diverticulosis. Br J Surg, 2008;95:195-198
  10. Ünlü C, Daniels L, Vrouenraets BC, Boermeester MA, A systematic review of high-fibre dietary therapy in diverticular disease, Int J Colorectal Dis, 2012;27:419-427
  11. (en) Diverticulosis and Diverticulitis sur le site du NIDDK (National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases)
  12. Dughera L, Serra AM, Battaglia E, Tibaudi D, Navino M, Emanuelli G, Acute recurrent diverticulitis is prevented by oral administration of a polybacterial lysate suspension, Minerva Gastroenterol Dietol, 2004;50:149-153

Lien externe[modifier | modifier le code]