Plédéliac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plédéliac
Église Saint-Malo de Plédéliac.
Église Saint-Malo de Plédéliac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Jugon-les-Lacs
Intercommunalité Communauté de communes Arguenon - Hunaudaye
Maire
Mandat
Alain Briens
2014-2020
Code postal 22270
Code commune 22175
Démographie
Gentilé Plédéliacais, Plédéliacaise
Population
municipale
1 301 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 00″ N 2° 23′ 12″ O / 48.45, -2.3866666666748° 27′ 00″ Nord 2° 23′ 12″ Ouest / 48.45, -2.38666666667  
Altitude 102 m (min. : 17 m) (max. : 111 m)
Superficie 51,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plédéliac

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plédéliac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plédéliac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plédéliac

Plédéliac [pledeljak] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

L’actuelle commune de Plédéliac comprend, outre le bourg, de nombreux lieux-dits, parmi lesquels : le Chêne-au-Loup, Saint-Jean, la Chênaie, la Tortillais, la Bertière, la Denais, le Fougeray, le Frêne, Saint-Maleu, le Plessis-Camet, la Villéon, Loiserie, le Pré, le Saint-Esprit-des-Bois, le Chef-du-Bois, la Ville-Morvan, la Brousse, la Goudais, le Clos, le Lié, la Plançonnais, Saint-André, la Pefferie, etc.

Trois forêts couvrent une partie de la commune de Plédéliac :

  • la forêt de Saint-Aubin (2 600 ha),
  • la forêt de Coat-Jégu (forêt privée),
  • la forêt de la Hunaudaye (1 040 ha).

La commune de Plédéliac se situe également sur la rive ouest du barrage de l'Arguenon, où se trouve notamment implantée une base nautique réputée.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient du breton ploe qui désigne une paroisse et de saint Théliau ou Saint-Theleau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

L'allée couverte qui se situait à proximité du village de Saint-André attestait d'une présence humaine des environs de Plédéliac dès la Préhistoire. Cependant, la paroisse n'est évoquée dans les documents historiques qu'à partir du Moyen Âge.

En 1214, le duc de Bretagne, Pierre Mauclerc, autorise les Tournemine à construire une forteresse. Il leur offre pour cela les terres de Pleherel, de Landébia et de la forêt alors dite « de Lamballe ». Puis, les seigneurs de la Hunaudaye et de Penthièvre accueillent sur leurs terres les religieux du prieuré du Saint-Esprit et de l'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois, qui contribuent au défrichement, à la mise en valeur du territoire et au développement de techniques agricoles nouvelles.

La forteresse de la Hunaudaye, construite à partir de 1220, était la clé du Penthièvre ; érigée en baronnie au XVe, elle résista aux tentatives de démolition de la Révolution.

Dès l'époque médiévale, l'importance de la forêt sur le territoire est cruciale. L'antique forêt de Lanmeur est rebaptisée forêt de la Hunaudaye lors de la montée en puissance des Tournemine, les seigneurs du château de la Hunaudaye.

Peu à peu, c'est autour de l'église paroissiale Saint-Malo que se développe le bourg de Plédéliac. La seigneurie de La Hunaudaye, quant à elle, est érigée en baronnie des États de Bretagne le 6 septembre 1487.

Au cours de la Révolution, le château et l'abbaye de Saint-Aubin sont pillés, comme tant d'autres en France, mais ne sont pas détruits.

Jusqu'au début du XXe siècle, la forêt de la Hunaudaye est exploitée pour le charbon et le bois d'œuvre, ce qui apporte un complément important à la vocation agricole de la commune. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, en 1943 précisément, un maquis vient se fixer à la Hunaudaye et plusieurs parachutages d'armes sont effectués en 1944 dans les Landes de Plédéliac.

Après la Libération, le maquis de Plédéliac constitue un camp d’internement pour ancien collaboration, de son propre chef et illégalement. Cette situation ne dure que quelques jours[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1946 Louis Le Mazier SFIO agriculteur
conseiller général (1945-1940)
1977 1987 Marcel Meslay PS  
- mars 2001 Hélène Hamon DVD retraitée
mars 2001 mars 2008 Madeleine Houzé DVG sans profession
mars 2008 mars 2014 Alain Briens DVD agriculteur en retraite
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 301 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 688 1 713 1 763 1 903 2 007 2 017 2 024 2 044 2 128
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 054 2 051 2 077 2 162 2 255 2 211 2 255 2 302 2 186
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 084 2 041 1 959 1 737 1 707 1 644 1 562 1 436 1 388
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 399 1 390 1 336 1 300 1 232 1 238 1 256 1 258 1 301
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte quatre monuments historiques et vingt-deux monuments inventoriés :

l'Église de Plédéliac 
inscrite au titre des Monuments historiques[4] ;
château du Guillier 
XVIIee siècle, inscrit au titre des Monuments historiques[5] ;
Château de la Hunaudaye.
Château de la Hunaudaye XIIIe siècle 
classé et inscrit au titre des Monuments historiques[6] ;
Allée couverte
L'allée couverte et les alignements de menhirs indicateurs de Saint-André 
classés au titre des Monuments historiques[7] ;
Les vestiges de l'abbaye de Saint-Aubin ou Saint-Aubin-des-Bois (XIIe siècle) 
inventorié au titre des monuments historiques[8] ;
La chapelle du Saint-Esprit (XXe siècle) 
située au lieu-dit « le Saint-Esprit-des-Bois » et reconstruite vers 1925. On y trouve une statue de saint Jean Baptiste datée du XIVe siècle[9]. Un retable en bois porte les armes de la famille de Rieux, propriétaire de La Hunaudaye aux XVIIe et XVIIIe siècles. La chapelle abrite les tableaux intitulés La Sainte Famille et La Mort, œuvre de Philippe et qui datent de 1781[10],[11]. La chapelle est inventoriée[12] ;
Le manoir de Belouze (XVIe siècle) 
est aujourd'hui une ferme-auberge pédagogique, accueillant surtout les enfants et les classes de découverte, principalement autour du thème de la nature.
la Ferme d'Antan
L'écomusée de la Ferme d'Antan 
restitue la vie d'une ferme dans les années 1920.

Vie communale[modifier | modifier le code]

La commune de Plédéliac comporte de nombreuses associations de toutes sortes : des associations sportives comme l'ASP (club de football), les Avirons d'Armor (club d'aviron) ou Hunaudaye Tonic ("Gym Tonic"), des associations touchant à l'art comme la chorale de la Hunaudaye, l'art floral, la troupe de théâtre "Pécroute & Co", mais aussi des associations diverses telles que le club de chasse ou l'association des jeunes "Bouge ton bled", et l'association «voir autrement», œuvrant pour le Niger ou l'association "Awar Bonyolo", œuvrant pour le Burkina.

On peut également citer le bar "Coup d'Tabac" qui organise des animations telles que des concerts, des soirées à thèmes ou des jeux pour les plus jeunes (comme les courses d'escargots).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Amiot, L'Abbaye de Saint-Aubin des Bois, dans Le Pays de Dinan, 1981, p. 71-80.