Le Petit Nicolas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Petit Nicolas)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Petit Nicolas (homonymie).

Illustrée par Jean-Jacques Sempé, Le Petit Nicolas est une œuvre de littérature pour la jeunesse écrite de 1955 à 1965[1] par René Goscinny.

Ecrites sous forme de courts récits dans lesquels se mêlent l'humour et la tendresse de l'enfance, les aventures du Petit Nicolas mettent en scène un petit garçon dans un environnement urbain[2] pendant les années 1960. Le personnage y livre ses pensées intimes grâce à un langage enfantin créé par Goscinny et les thèmes sont avant tout ceux de l'enfance (la camaraderie, les disputes, les rapports avec la maîtresse d'école, les premières amourettes,...) mais Goscinny y décrypte également le monde complexe des adultes : l'éducation, les disputes familiales, les rapports entre voisins, la relation du père avec son patron, etc.

Ces récits entrecoupés d'illustrations ne comptent que quelques pages et sont généralement indépendants les uns des autres, bien que parfois Nicolas cite une anecdote d'une histoire précédente. L'ensemble de l'œuvre peut être lue sans ordre particulier tandis que certains passages tels que l'origine du surnom du Bouillon, la description du terrain vague ou encore le fait qu'Alceste est « un copain qui mange tout le temps » sont repris très régulièrement et contribuent au style enfantin de la narration.

Origine et publications[modifier | modifier le code]

On rencontre pour la première fois les aventures du Petit Nicolas, tout d'abord sous forme de bande dessinée, dans un hebdomadaire belge, Le Moustique, de 1955 à 1958[3]. René Goscinny signe le scénario de ces 28 gags (un par semaine) sous le pseudonyme d'Agostini alors que Sempé les illustre sous son propre nom. Celui-ci ne se sentant pas à l'aise dans le rôle de dessinateur de bande dessinée, le projet est abandonné[4].

À la demande d'Henri Amouroux, on retrouve ensuite le Petit Nicolas dans le numéro de Pâques de Sud Ouest Dimanche publié en mars 1959[3]. Le succès est immédiat et l'œuvre prend sa forme définitive telle qu'on la connaît actuellement : de courts textes illustrés et non plus une bande dessinée. Le journal Pilote l'accueille également dès son premier numéro en octobre 1959 et la série connaît un engouement ininterrompu jusqu'en 1965, année au cours de laquelle Goscinny met fin aux aventures de son petit personnage[1].

En mars 2009, le Petit Nicolas fête ses cinquante ans. Cet anniversaire sera marqué par la sortie d'histoires inédites[5], d'un film[6] et d'une série télévisée d'animation.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Nicolas et sa famille[modifier | modifier le code]

  • Nicolas : Personnage principal, c'est un garçon sympathique et un peu turbulent qui fait parfois des colères. C'est lui qui raconte les histoires. Il a entre 7 et 8 ans. On le reconnaît assez facilement sur les dessins de groupe car il est le seul garçon avec des cheveux noirs.
  • La mère de Nicolas : Mère au foyer, elle gronde souvent Nicolas qui ne lui facilite pas la vie, ou même elle peste contre son mari qui n'est pas toujours compréhensif.
  • Le père de Nicolas : Il travaille dans un bureau pour son patron M. Moucheboume et se plaint souvent des difficultés de son travail. Lorsqu'il rentre à la maison, il aime lire son journal dans son fauteuil et fumer une pipe. Il est généralement plus jovial et indulgent envers son fils que sa femme ne l'est. En fait, dans un épisode, on voit que dans son bureau on ne travaille pas beaucoup.
  • Mémé : La grand-mère maternelle de Nicolas. Elle gâte son petit-fils (cadeaux en tout genre, bonbons, gâteaux…) au grand dam de son gendre. Nicolas l'aime beaucoup et se réjouit toujours de ses visites chez sa mémé ou des nombreux cadeaux qu'il reçoit par colis postal (L'appareil de photo, La montre...). Elle critique souvent le père de Nicolas ce qui ne lui plait guère
  • Tonton Eugène : C'est le frère du père de Nicolas et il est VRP de profession.
  • Tante Dorothée : Sa méchanceté est bien connue.
  • Les cousins et cousines de Nicolas : Ce sont Éloi, Roch et Lambert ainsi qu’Elvire[7] et Clarisse[8].
  • Les sœurs de Maman : Elles se nomment Pulchérie[9], Eulogie[10], Clarisse[11] et la redoutable tante Mathilde au sans-gêne proverbial.

Les camarades de Nicolas[modifier | modifier le code]

  • Alceste : C'est le meilleur ami de Nicolas. Il est très gros car il mange tout le temps. Les dessins le représentent presque toujours en train de mettre quelque chose dans sa bouche. Sa nourriture rend aussi ses mains sales ce qui est parfois une gêne pour ses copains. Ses parents sont aussi gourmands que lui. Il est d'humeur assez égale, généralement positif, il n'aime cependant pas partager sa nourriture avec ses copains ce qui crée quelquefois des disputes et quand on lui serre la main, elle est toujours collante.
  • Rufus : Il est le fils d'un policier et a hérité de lui un sifflet à roulette, ce qui pose des problèmes lorsqu'il joue avec ses camarades car il veut être arbitre et participer en même temps. Rufus prend très au sérieux le métier de son père. Ce garçon est plutôt un cancre et il est jaloux de Nicolas quand celui-ci a de bonnes notes. De plus, il se fait souvent remarquer et il est souvent puni. Mais c'est quand même un bon copain de Nicolas et de ses camarades. On peut remarquer qu'il est très farceur.
  • Clotaire : Le dernier de la classe, il est très maladroit mais est considéré comme un très bon copain. Il est le seul des personnages à avoir une télévision chez lui. Quand la maîtresse l'interroge, il finit presque inévitablement au coin car il n'apprend rien puisqu'il s'entraîne au vélo, ce qui l'amène éventuellement à aller directement au coin pour gagner du temps.
  • Louisette : Meilleure amie de Nicolas qui en est amoureux et réciproquement. Elle court vite et a un shoot terrible.
  • Eudes : Il est très fort et souvent enclin à utiliser la violence pour faire accepter ses idées aux autres (« il aime bien, Eudes, donner des coups de poing sur le nez »), mais il paraît qu'il ne le fait qu'avec des amis, car il serait très timide. Eudes a un grand frère, Jonas, qui fait son service militaire et un père qui a failli être en relation d'affaires avec le père de Nicolas mais qui refusa de « signer avec un minable ».
  • Geoffroy : Son père est très riche et il achète beaucoup de choses à son fils (« il gagne des tas et des tas d'argent »). Quand il apporte quelque chose à l'école, il aime faire son mystérieux et ses copains viennent toujours vers lui lorsqu'il a un paquet sous le bras. Ce dernier aime venir à l'école déguisé. Geoffroy est plutôt fier de son luxe et à force de se vanter, il s'est fait une réputation de menteur chez ses camarades qui depuis croient rarement ses histoires. Quand les mamans sont demandées à l'école, la mère de Geoffroy ne vient jamais : c'est Albert, le chauffeur de son père, qui se dévoue.
  • Joachim : On ne sait pas grand-chose de lui, si ce n'est qu'il a un petit frère, Léonce, dont la naissance a été l'objet d'un épisode et qu'il est « terrible aux billes ». On le reconnait sur les dessins car il porte un béret.
  • Agnan : Très sérieux et toujours prêt à s'instruire, il est le premier de la classe et le chouchou de la maîtresse auprès de qui il fait souvent de la délation, ce qui lui vaut d'être détesté par la plupart de ses camarades qui le traitent de « cafard ». En contrepartie, il montre parfois de la joie quand un camarade se fait punir. Il est le seul dans la classe à porter des lunettes (bien que Clotaire en ait porté le temps d'une histoire) ce qui dissuade les autres de lui taper dessus. Agnan pleure très facilement lorsqu'il est contrarié ou embarrassé, c'est pourquoi lorsque tout le monde joue au foot, il est nommé arbitre ou alors joueur en arrière voire gardien. Agnan, comme tous les autres personnages, a vraiment existé et l'auteur en a gardé le nom de famille de son camarade de classe.[réf. nécessaire]
  • Maixent : Il a des jambes très longues avec de gros genoux sales et court très vite, il serait le seul à être plus rapide que Nicolas. Il est susceptible. Il a aussi des parents apparemment très pingres. Quand sa grande sœur, Hermione, se marie, Maixent devient beau-frère et provoque ainsi la jalousie de ses copains !

Le personnel enseignant[modifier | modifier le code]

  • La maîtresse : Elle instruit la classe de Nicolas qui lui cause beaucoup de problèmes. Lorsqu'elle veut gronder un élève, elle se met à le vouvoyer. Bien qu'elle soit parfois sévère, Nicolas la trouve généralement « chouette ».
  • Le directeur de l'école : Il apparaît fréquemment lorsque la classe devient trop intenable, il entre toujours selon la formule rituelle : « Debout », dit la maîtresse. « Assis », dit monsieur le Directeur. Il menace les enfants de les envoyer au bagne s'ils ne sont pas sages, notamment Clotaire.
  • M. Dubon alias le Bouillon : Un surveillant à l'école qui est très sévère. Il est secrètement surnommé « le Bouillon » non parce qu'il bouillonne souvent de colère, mais parce qu'il dit souvent aux élèves « Regardez-moi dans les yeux » et dans le bouillon, il y a des yeux (ce sont les grands qui ont trouvé ce surnom). Dubon semble être originaire de Corrèze[12] et a été sergent-chef dans la Coloniale où il commandait une unité de tirailleurs sénégalais.[réf. nécessaire] Il utilise un langage assez recherché : « proférer », « sobriquet », etc.
  • M. Mouchabière : Un autre surveillant de l'école, plus jeune que Le Bouillon mais pas moins sévère. Les élèves ne lui ont pas encore trouvé un surnom. Le Petit Nicolas dit de lui : « On a l'impression que ça ne fait pas longtemps qu'il est sorti de l'école. Il est un peu plus vieux que les grands, mais pas tellement plus. »
  • Mlle Vanderblergue : C'est la professeur de chant. Elle n'apparaît que dans une seule histoire (On a répété pour le ministre) où elle fait chanter La Marseillaise aux élèves.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • L'inspecteur : Ce personnage n'apparaît que dans une aventure (On a eu l'inspecteur). C'est un monsieur habillé en noir avec des lunettes et de gros sourcils. On raconte que c'est un sacré blagueur mais qu'il est reparti aussi vite qu'il est venu à cause de l'attitude des élèves.
  • Le ministre : Ce personnage éminent n'est autre qu'un ancien élève de l'école. Nicolas et deux de ses camarades devaient lui apporter des plumeaux pour lui faire honneur mais ils ont été enfermés dans la buanderie à cause de leur indiscipline.
  • La remplaçante : Elle remplace la maîtresse de Nicolas et ses amis dans une aventure. Elle est décrite comme une femme âgée, qui porte des lunettes et qui postillonne lorsqu'elle parle. Elle est un peu sourde à tel point qu'elle appelle Agnan "Armand" et Clothaire "Hilaire".

Le voisinage et le quartier[modifier | modifier le code]

  • Marie-Edwige : La jolie petite voisine de Nicolas et fille des Courteplaque. Blonde et particulièrement chipie, elle est très amie avec Nicolas et a même fait tourner la tête à quelques-uns de ses camarades (comme Alceste). Elle a une poupée qui s'appelle Chantal. Nicolas s'est aussi mis dans la tête qu'il l'épouserait plus tard (idée qu'il s'était déjà faite avec une certaine Louisette). On peut se demander si Nicolas n'est pas tombé amoureux d'elle.
  • Mme. Courteplaque : Mère de Marie-Edwige, elle adore vanter les qualités de sa fille.
  • M. Blédurt : Le voisin de Nicolas. Il aime taquiner le papa de Nicolas, mais c'est pour rire ! En réalité, ils s'entendent plutôt bien : ils vont pique-niquer ensemble, jouer au croquet ou encore faire des promenades.
  • Mme. Chouquette : Boulangère et pâtissière, Nicolas et ses amis viennent parfois la voir pour s'acheter leur goûter, surtout Alceste (qui est en fait son chouchou).
  • M. Compani : L'épicier de la ville. Il s'agit vraisemblablement d'un homme très sympathique, qui aime bien Nicolas. Il lui offre parfois des biscuits ou des olives à manger, voire un chaton, « Bonbon », que sa chatte « Biscotte » a eu. Malheureusement, la mère de Nicolas ne voudra pas garder le chaton, et celui-ci devra s'en séparer.

Histoires[modifier | modifier le code]

Goscinny a écrit 220 histoires. Elles ont été rassemblées en huit recueils, 5 alors que Goscinny était vivant et 3 au cours des années 2000.

Recueils[modifier | modifier le code]

Le Petit Nicolas (1960) - 19 histoires.

Les Récrés du Petit Nicolas (1961) - 15 histoires.

Les Vacances du petit Nicolas (1962) - 18 histoires.

Le Petit Nicolas et les Copains (1963), récompensé par le prix Alphonse Allais - 16 histoires.

Le Petit Nicolas a des ennuis (1964) - 16 histoires, à l'origine édité sous le titre Joachim a des ennuis

Histoires inédites du Petit Nicolas (2004) 80 histoires inédites publiées par Anne Goscinny et Sempé. Ces histoires avaient déjà été publiées dans Sud-Ouest Dimanche, mais jamais sous forme de livre.

Histoires inédites du Petit Nicolas - volume 2 (2006) 45 autres histoires inédites.

Le Ballon et autres histoires inédites (2009). Les dix dernières histoires non publiées en livre de Nicolas (dont la toute première histoire parue en 1959, L'œuf de Pâques), illustrées par 70 aquarelles réalisées en 2008 par Sempé.

Le cas d'une histoire isolée[modifier | modifier le code]

Après la publication en 2009 du Ballon et autres histoires inédites, une seule aventure publiée dans la presse est demeurée non éditée en recueil. Il s'agit de Nicolas vous présente Pilote, qui figurait dans le numéro 224 de la revue hebdomadaire Pilote. Le nom même de l'histoire explique son absence en recueil, car il s'agit d'une présentation par Nicolas du sommaire du numéro de la semaine, illustrée par quelques dessins issus de son crayon, dont Obélix en couverture du magazine qui se voit revisité sous une forme enfantine. Elle sera finalement en 2012 éditée dans Les plus belles histoires de Pilote, Tome 1 : de 1960 à 1969.

Autres éditions[modifier | modifier le code]

Le Petit Nicolas ; Les Récrés du petit Nicolas ; Les Vacances du petit Nicolas ; Le petit Nicolas et les Copains ; Le Petit Nicolas a des ennuis. Paris : Éd. France loisirs, 2005, 688 p. (ISBN 2-7441-8384-9). Comme indiqué dans le titre, il s'agit des cinq premiers recueils publiés ensemble.

Le recueil Histoires inédites du Petit Nicolas de 2004 a été édité au format de poche en 5 volumes dont les titres sont :

  • Les Bêtises du Petit Nicolas
  • Le Petit Nicolas voyage
  • La Rentrée du Petit Nicolas.
  • Le Petit Nicolas et ses voisins
  • Les Surprises du Petit Nicolas

Le recueil Histoires inédites du Petit Nicolas - volume 2 de 2006 a été édité au format de poche en 3 volumes dont les titres sont :

  • Le Petit Nicolas s'amuse
  • Le Petit Nicolas, c'est Noël !
  • Les Bagarres du Petit Nicolas

Les premières histoires du Petit Nicolas (2012). Paris : IMAV éd., 2012, 700 p. (ISBN 2-915732-50-7). Il s'agit des 5 premiers recueils publiées ensemble.

Recueils en langues régionales[modifier | modifier le code]

La collection Langues de France édite depuis 2013 des histoires diverses dans d'autres langues que le français.

Niculinu in corsu - Le Petit Nicolas en langue corse - 8 histoires. Livre bilingue corse/français. Traduction : Jean Pasquin Castellani. Paris : IMAV éd., 2013, 144 p. (ISBN 978-2-915732-49-8).

Le Petit Nicolas en yiddish - 8 histoires. Traduction : Gilles Rozier et Sharon Bar-Kochva. Paris  : IMAV éd., 2013, 104 p. (ISBN 9782915732481).

Le Petit Nicolas en arabe maghrébin 9 histoires : 3 en marocain, 3 en algérien et 3 en tunisien. Livre à double entrée, en graphie arabe et transcription latine phonétique. Traduction : Jihane Madouni-Lapeyre, Amine Hamma, Abdelwahid Fayala, sous la direction de Dominique Caubet. Paris  : IMAV éd., 2013, 192 p. (ISBN 9782915732474).

Le Petit Nicolas en breton. Paris  : IMAV éd., 2013.

Discographie (enregistrements parlés)[modifier | modifier le code]

  • Le Petit Nicolas / Sempé, Goscinny, aut. ; musiques originales de Patrice Gomis ; lu par Brigitte Lecordier. - Paris : Éditions Gallimard Jeunesse, P 2004. - 2 disques compacts (2 h) + 2 f. de pl. Prod. : Paris : Gallimard Jeunesse, P 2004. - Gallimard jeunesse A 53556 (boîte). - EAN 3260050668583
  • Les Vacances du petit Nicolas / Sempé, ill. ; Goscinny, aut. ; Manuel Dubigeon et Hervé Mallet, mus. ; texte lu par Rémy Dévèze, Véronique Françaix, Barbara Hurel, Marie-Pierre Sanson. - Édition spéciale. - Paris : Gallimard ; Lagny-Sur-Marne : distrib. Société de distribution des produits de l'édition, 1987 (cop.). - 1 livre (186 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 18 cm. - 2 cass. audio (2 h). - (Folio junior). Cop. 1987. (ISBN 2-07-033457-0) (livre). - (ISBN 2-07-058460-7) (Coffret) : 130 F. - Gallimard jeunesse A58460 (Boîte).
  • Le Petit Nicolas et ses copains / Sempé, ill. ; Goscinny, aut. ; Manuel Dubigeon et Hervé Mallet, mus. ; texte lu par Rémy Dévèze, Véronique Françaix, Barbara Hurel, Marie-Pierre Sanson. - Édition spéciale. - Paris : Gallimard ; Lagny-Sur-Marne : distrib. Société de distribution des produits de l'édition, 1988 (cop.). - 1 livre (184 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 18 cm. - 2 cass. audio (2 h). - (Folio junior). Cop. 1988. (ISBN 2-07-033475-9) (livre). - (ISBN 2-07-058458-5) (Coffret) : 130 F. - Gallimard jeunesse A58458 (Boîte).
  • Les Récrés du petit Nicolas / Sempé, ill. ; Goscinny, aut. ; Manuel Dubigeon et Hervé Mallet, mus. ; texte lu par Rémy Dévèze, Véronique Françaix, Barbara Hurel, Marie-Pierre Sanson. - Édition spéciale. - Paris : Gallimard ; Lagny-Sur-Marne : distrib. Société de distribution des produits de l'édition, 1987 (cop.). - 1 livre (181 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 18 cm. - 2 cass. audio (2 h). - (Folio junior). P 1994. - Cop. 1987. (ISBN 2-07-033468-6) (livre). - (ISBN 2-07-058459-3) (Coffret) : 130 F. - Gallimard jeunesse A58459 (Boîte).
Maxime Godart, interprète du Petit Nicolas dans l'adaptation cinématographique en 2009.

Adaptations[modifier | modifier le code]

En 2009 est sorti Le petit Nicolas, un film de Laurent Tirard qui rassemble plusieurs éléments de différentes histoires. Un deuxième film, Les Vacances du petit Nicolas, est sorti en juillet 2014.

Une série télévisée d'animation, Le Petit Nicolas, est diffusée à partir de septembre 2009 sur M6.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Novembre 2007 : à l'occasion du trentième anniversaire de la disparition de Goscinny, le magazine Lire propose un hors-série qui comporte un article de fond et un inédit, La nouvelle épicerie. Cet inédit est repris en 2009 dans le 8e volume des aventures de Nicolas, Le ballon et autres histoires inédites.
  • L'année 2009 commémore le cinquantenaire de la première publication dans la presse française des histoires de Nicolas sous la forme de textes de Goscinny illustrés par des dessins de Sempé.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Dans Les Vacances du petit Nicolas, un moniteur du camp raconte une histoire aux enfants : « Il y avait une fois, dans un très lointain pays, un calife qui était très bon, mais qui avait un très méchant vizir. » Goscinny s'inspira plus tard de cette histoire pour créer Iznogoud. Nicolas dit d'ailleurs que la suite de l'histoire parle du calife qui se déguise pour voir ce que les gens pensent de lui, ce qui sera l'intrigue d'un épisode d'Iznogoud.
  • Dans Les Bêtises du petit Nicolas, Clotaire fait référence à Pilote, dans laquelle la série était publiée. Dans une scène du film, un des personnages brandit un exemplaire de cette revue.

Pastiches[modifier | modifier le code]

Jacques Molyneux a publié dans Pilote un pastiche intitulé Le Petit Colas.

À partir de 2007 est édité une série humoristique jouant sur l'homonymie entre Le Petit Nicolas et le président Nicolas Sarkozy. Il s'agit d'un pastiche de la série, imitant son dessin et son style narratif, qui place les politiciens français de l'époque dans le rôle de camarades de classe (Nicolas Sarkozy est donc l'équivalent du petit Nicolas, Ségolène Royal est présente, etc.). Les auteurs se dissimulent sous les pseudonymes de « Gospé » (il s'agit de l'illustrateur Mario Alberti) et « Sempinny » (journaliste qui se cache sous le masque de « haut fonctionnaire tenu au devoir de réserve »[13]).

Cinq albums ont été édités, de 2007 à 2012 :

  • Le petit Nicolas, Ségolène et les copains : pastiche / Gospé et Sempinny ; [illustré par Mario Alberti]. Monaco ; Paris : Éd. du Rocher, 2007, 187 p. (ISBN 978-2-268-06241-9)
  • Le petit Nicolas à l'Élysée : pastiche / Gospé et Sempinny ; [illustré par Mario Alberti]. Monaco ; Paris : Éd. du Rocher, 2007, 183 p. (ISBN 978-2-268-06384-3)
  • Nicolas a de petits soucis : pastiche / Gospé et Sempinny ; Pascal Galodé éditeurs, 2008, 180 p. (ISBN 978-2-35593-039-3)
  • Le petit monde de Nicolas : pastiche / Gospé et Sempinny ; [illustré par Mario Alberti] ; Pascal Galodé éditeurs, 2009, 192 p. (ISBN 978-2355930652)
  • Le Petit Nicolas a bien grandi / Gospé et Sempinny ; Éditions Fleurus, Collection Mango, février 2012, 180 p. (ISBN 978-2317003073)

En 2008, Claudine Desmarteau a publié Le Petit Gus (Paris : Panama, 2008, 160 p. (ISBN 978-2-7557-0302-3)). Il ne s'agit pas à proprement parler d'un pastiche mais d'une transposition moderne, en hommage à Goscinny et Sempé.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

  • L'Agenda du petit Nicolas 2008. Paris : IMAV éd., 2007, 180 p. (ISBN 978-2-915732-03-0)
  • Le Calendrier du petit Nicolas 2008. Paris : IMAV éd., 2007, 14 p. (ISBN 978-2-915732-04-7)
  • Les Flip books du Petit Nicolas - Bon Anniversaire. Paris : IMAV éd., 2008, 100 p. (ISBN 978-2-915732-15-3)
  • Les Flip books du Petit Nicolas - Les jumelles. Paris : IMAV éd., 2008, 100 p. (ISBN 978-2-915732-16-0)
  • Les Flip books du Petit Nicolas - Les singes. Paris : IMAV éd., 2008, 100 p. (ISBN 978-2-915732-17-7)
  • Les Flip books du Petit Nicolas - Marie-Edwige. Paris : IMAV éd., 2008, 100 p. (ISBN 978-2-915732-18-4)
  • Le Petit Nicolas : Un livre pop-up. Paris : Gallimard-Jeunesse, 2008, 13 p. (ISBN 978-2-07-062137-8). 6 scènes animées (livre pop-up, pages dépliables) tirées des aventures de Nicolas.
  • L'Agenda du petit Nicolas 2009. Paris : IMAV éd., 2008, 180 p. (ISBN 978-2-915732-19-1)
  • Le Calendrier du petit Nicolas 2009. Paris : IMAV éd., 2008, 14 p. (ISBN 978-2-915732-20-7)
  • Le coffre à jouet du Petit Nicolas : Leblon-Delienne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b L’historique du Petit Nicolas, chronologie d'une œuvre, éditions IMAV
  2. Un dessin des aventures inédites situe l'action à Paris
  3. a et b voir site officiel de Goscinny
  4. Sempé déclare : « Je n'aime pas la bande dessinée. Je n'en ai jamais lu, je n'ai jamais aimé ça. En revanche, les dessins humoristiques m'ont toujours passionné ».
  5. Site web annonçant le livre
  6. Article du Figaro sur le film
  7. mentionnée dans l'histoire Je fréquente Agnan
  8. mentionnée dans l'histoire Le repas de famille
  9. mentionnée dans l'histoire Je suis malade
  10. mentionnée dans l'histoire Je quitte la maison
  11. mentionnée dans l'histoire Le football
  12. Dans Cher Père Noël des Histoires inédites, volume 2 : « Il est très fatigué le Bouillon. Alors, vous devriez lui donner tout de suite des vacances, pour qu'il puisse partir chez lui, en Corrèze, et rester très longtemps là-bas ».
  13. « Le campagne expliquée à mon fils », Le Figaro, 15 octobre 2007 (version en cache du 27 août 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]