Liste des anciennes communes de la Haute-Vienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cette page retrace toutes les anciennes communes du département de la Haute-Vienne qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom.

La liste des simples modifications du territoire d'une commune (passage d'un hameau d'une commune à une autre, par exemple) est données, en complément et dans la limite des données des sources, à la fin de cette page.

L'information avant 1943 peut être incomplète.

Évolution des communes et des sections de la Haute-Vienne
Cartes de l'évolution des communes et de certaines sections de la Haute-Vienne

Fusions de communes[modifier | modifier le code]

1982[modifier | modifier le code]

1974[modifier | modifier le code]

1973[modifier | modifier le code]

  • Milhaguet est rattaché à Marval par l'arrêté préfectoral du 27 juillet 1973, qui entre en en vigueur le 1er octobre 1973. C'est une fusion association.
  • Morterolles-sur-Semme est rattachée à Bessines-sur-Gartempe, par l'arrêté préfectoral du 29 novembre 1972, qui prend effet le 1er janvier 1973. C'est une fusion association qui deviendra fusion simple en 1982.
  • Saint-Priest-le-Betoux est rattachée à Saint-Sornin-Leulac par l'arrêté préfectoral du 31 décembre 1973. C'est une fusion association.

1962[modifier | modifier le code]

1836[modifier | modifier le code]

1829[modifier | modifier le code]

  • Boubon est rattachée à Cussac par l'ordonnance du 19 août 1829 qui confirme sont rattachement provisoire de 1803.
  • Bussière-Rapy est rattachée à Saint-Amand-Magnazeix par ordonnance du 4 novembre 1829.
  • Bussy-Varache est rattachée à Eymoutiers par l'ordonnance du 20 mai 1829.
  • Champeaux est rattachée à Gajoubert par l'ordonnance du 30 septembre 1829
  • La Villeneuve est rattachée à Rempnat par l'ordonnance du 16 septembre 1829
  • Lagarde-Saint-Gérald est rattachée à Roussac par l'ordonnance du 4 novembre 1829.
  • Les Allois sont rattachées à La Geneytouse par l'ordonnance du 30 septembre 1829.
  • Mounisme est rattachée à Saint-Ouen-sur-Gartempe en 1829.
  • Pont-Saint-Martin est rattachée à Saint-Bonnet-de-Bellac, pour sa partie à l'Ouest de la Gartempe, et à Saint-Sornin-la-Marche, pour l'autre partie de son territoire, par l'ordonnance du 4 novembre 1829
  • Royère-hors-la-Roche est rattachée à La Roche-l'Abeille par l'ordonnance du 4 novembre 1829.
  • Saint-Amand-le-Petit est rattachée à Peyrat-le-Château par l'ordonnance du 4 novembre 1829. Elle sera rétablie en 1874.
  • Saint-Martinet est rattachée à Meilhac par l'ordonnance du 11 septembre 1829.
  • Saint-Pierre-Château est rattachée à Eymoutiers par l'ordonnance du 20 mai 1829.
  • Texon est rattachée à Flavignac par l'ordonnance du 22 novembre 1829.
  • Vacqueur est rattachée à Bellac par l'ordonnance royale du 4 novembre 1829, qui confirme la décision du Directoire du district de 1794.
  • Videix est rattachée à Saint-Gervais et, la petite section des Boisseries, à Pressignac (Charente) par l'ordonnance du 20 mai 1829.

1824[modifier | modifier le code]

  • Saint-Christophe-en-Dognon est rattachée à Sauviat-sur-Vige en 1824.
  • Voulons est rattachée au Dorat par l'ordonnance du 7 janvier 1824.

1819[modifier | modifier le code]

1818[modifier | modifier le code]

  • Solignac, avec des limites voisines celle de la ville actuelle, est rattachée au Vigen par l'ordonnance du 25 février 1818. Elle sera rétablie, dans de nouvelles limites, en 1890.

1816[modifier | modifier le code]

1806[modifier | modifier le code]

  • Aigueperse-et-Combret est rattachée à Saint-Bonnet-Briance par le décret du 4 juillet 1806.

1805[modifier | modifier le code]

  • Biennat est rattachée, définitivement, à Rochechouart par décret du 5 floréal an XIII, le 25 avril 1805. Le même décret rattache à cette même commune près d'un quart de la commune de Vayres.

1803[modifier | modifier le code]

  • Boubon est rattachée à Cussac par l'arrêté daté du 25 fructidor an XI, 12 septembre 1803, rattachement confirmé en 1829.
  • Le Buis et Saint-Symphorien-sur-Couze sont provisoirement fusionnées par l'arrêté préfectoral daté du 27 fructidor an XI, le 14 septembre 1803. Elles seront rétablies en 1832
  • Milhaguet est rattachée à La Chapelle-Montbrandeix par l'arrêté préfectoral daté du 25 fructidor an XI, le 12 septembre 1803. Elle sera rétablie en 1845 et rattachée à Marval en 1973.

1800[modifier | modifier le code]

  • Biennat est rattachée provisoirement à Rochechouart par arrêté préfectoral du 26 frimaire an IX, le 17 décembre 1800, puis définitivement en 1805.
  • Château-hors-Chervix est rattachée à Chervix donnant naissance à Château-Chervix en 1800.
  • Chenevières est rattachée aux Cars et en sera distraite pour intégrer celle de Pageas en 1855.
  • Courbefy est rattachée à Saint-Nicolas, qui devient Saint-Nicolas-Courbefy, en 1919, et sera rattachée à Bussière-Galant en 1973.
  • Masléon est rattachée à Roziers-Saint-Georges, donnant naissance à Roziers-Masléon. Les 2 communes sont rétablies en 1831.

1795[modifier | modifier le code]

1794[modifier | modifier le code]

  • Vacqueur est rattachée à Bellac, par une décision provisoire du Directoire du district daté du 9 pluviôse an II, le 28 janvier 1794. Ce rattachement confirmé en 1829.

1795[modifier | modifier le code]

  • Glandon est rattachée à Saint-Yrieix-la-Perche par l'arrêté daté du 20 ventôse an III, le 9 janvier 1795. Elle est rétablie en 1902.

1793 ou 1794[modifier | modifier le code]

  • Peyrat est rattachée à Bellac en l'an II (1793 ou 1794).

1792[modifier | modifier le code]

  • Le Chalard est rattachée à Ladignac, par la décision du directoire départemental du 11 septembre 1792. Elle redeviendra commune en 1867.

1790[modifier | modifier le code]

  • Beaulieu est rattachée à Peyrat-le-Château en 1790.
  • Cheissoux est rattachée à la commune de Champnétery en 1790. Elle en sera distraite en 1826 pour intégrer celle de Bujaleuf dont elle sera détachée pour devenir commune en 1905.
  • Lageyrat est rattachée à Châlus en 1790.
  • Lastours est rattachée à Rilhac en 1790, donnant naissance à la commune de Rilhac-Lastours.
  • Montbrun est rattachée à Dournazac en 1790.

Dates incertaines[modifier | modifier le code]

  • Aubesaigne est rattachée à La Porcherie entre 1795 et 1801.
  • Beaulieu est rattachée à Peyrat-le-Château entre 1790-1794.
  • Combret est rattachée à Aigueperse entre 1790-1794, qui devient Aigueperse-et-Combret
  • Conore est rattachée à Peyrilhac entre 1801-1806.
  • Freissinet est rattachée à Saint-Priest-Ligoure entre 1795-1800.
  • La Bretagne est rattachée à Saint-Junien entre 1790-1794.
  • La Brugère est rattachée à Limoges entre 1790-1794
  • La Cité-de-Limoges est rattachée à Limoges entre 1790-1794
  • La Rochette est rattachée à Saint-Yrieix-la-Perche entre 1790-1794.
  • Lagudée est rattachée à Saint-Junien-les-Combes avant 1801.
  • Moustiers est rattachée à Verneuil entre 1795-1800, donnant Verneuil-Moustiers.
  • Quinsac est rattachée à Saint-Yrieix-la-Perche avant 1806.
  • Saint-Christophe est rattachée à Limoges entre 1790-1794
  • Sainte-Claire-Soubrevas est rattachée à Limoges entre 1790-1794
  • Tarn est rattaché à Aixe-sur-Vienne entre 1790-1794.

Créations ou rétablissements de communes[modifier | modifier le code]

1928[modifier | modifier le code]

1905[modifier | modifier le code]

1902[modifier | modifier le code]

1890[modifier | modifier le code]

  • Rétablissement de Solignac à partir du Vigen, dans des limites différentes de celle d'avant sa fusion en 1818, par la loi du 29 juillet 1890.

1874[modifier | modifier le code]

1867[modifier | modifier le code]

  • Rétablissement du Chalard à partir de Ladignac par la loi du 19 juin 1867.

1861[modifier | modifier le code]

  • Création de Thiat par démembrement de la commune de Darnac par le décret du 28 août 1861.

1845[modifier | modifier le code]

1832[modifier | modifier le code]

1831[modifier | modifier le code]

1827[modifier | modifier le code]

  • Rétablissement de Villefavard à partir de Droux, réunie à celle-ci en 1816, par l'arrêté préfectoral du 17 avril 1827.

1800[modifier | modifier le code]

1792[modifier | modifier le code]

  • Création de Bosmie-l'Aiguille par démembrement de la partie au Sud de la Vienne d'Isle, augmentée de la section des Landes (prise à la commune de Beynac) et de Saint-Paul (prise à la commune de Condat-sur-Vienne)

Modifications des noms officiels des communes[modifier | modifier le code]

1995[modifier | modifier le code]

1979[modifier | modifier le code]

1967[modifier | modifier le code]

1962[modifier | modifier le code]

1953[modifier | modifier le code]

1936[modifier | modifier le code]

1933[modifier | modifier le code]

Toutes ces communes ont changées de nom par le même décret du 9 juin 1933.

1919[modifier | modifier le code]

Toutes ces communes ont changées de noms par le même décret du 16 août 1919.

1905[modifier | modifier le code]

1901[modifier | modifier le code]

  • Saint-Bonnet-la-Rivière devient Saint-Bonnet-Briance par l'arrêté préfectoral du 6 novembre 1901.

1896[modifier | modifier le code]

1888[modifier | modifier le code]

Date inconnue[modifier | modifier le code]

Communes associées[modifier | modifier le code]

Liste des communes ayant, ou ayant eu (en italique), suite à une fusion, le statut de commune associée.

Nom de la commune Code INSEE Fusion-association Transformation de l'association en fusion simple
date de la décision date d'effet commune absorbante date de la décision date d'effet
Morterolles-sur-Semme 87102 Arrêté préfectoral du 23 novembre 1972 1er janvier 1973 Bessines-sur-Gartempe Arrêté préfectoral du 15 juin 1982 1er juillet 1982
Saint-Nicolas-Courbefy 87171 Arrêté préfectoral du 15 novembre 1973 1er janvier 1974 Bussière-Galant
Milhaguet 87098 Arrêté préfectoral du 27 juillet 1973 1er octobre 1973 Marval
Saint-Priest-le-Betoux 87175 Arrêté préfectoral du 31 décembre 1972 1er janvier 1973 Saint-Sornin-Leulac

Rattachements des sections de communes[modifier | modifier le code]

Cette section contient un liste des divers rattachements de sections de 2 communes voisines dont des traces existent dans les sources.

2005[modifier | modifier le code]

  • La section de Laugerie est distraite de Feytiat et est rattachée à Limoges (58 ha., 26 habitants) le 1er août 2005. Ce rattachement se fait pour que le Golf de Limoges se trouve entièrement dans Limoges.

1970[modifier | modifier le code]

  • La section de Fombesse est distraite de la commune de Bonnac-la-Côte et rattachée à celle de Saint-Jouvent par le décret du 24 mars 1970

1966[modifier | modifier le code]

  • Les sections de Gouhaut  et des Vergnes (la Grande et la Petite Vergne) sont distraites de Dournazac et rattachées à Châlus par le décret du 12 juin 1966.

1959[modifier | modifier le code]

  • La section de La Mazaubrun est distraite de la commune de Pageas et rattachée à celle de Châlus par l'arrêté préfectoral du 7 octobre 1959.

1958[modifier | modifier le code]

  • La section de Buxerolles est distraite de Couzeix et est rattachée à Limoges par l'arrêté préfectoral du 20 septembre 1958 et 2 parcelles, de même superficie, autour des Quatre-Pins, sont distraites de cette dernière et rattachées à celle de Couzeix.

1953[modifier | modifier le code]

  • La section de Villard est distraite de Fromental et est rattachée à Bessines-sur-Gartempe par l'arrêté préfectoral du 21 mai 1953

1938[modifier | modifier le code]

  • La section du Moulin-du-Retour est distraite de Saint-Yrieix-la-Perche et est rattachée au Chalard par une décision du Conseil général du 4 novembre 1938.

1875[modifier | modifier le code]

  • La section des Adoux est distraite de Jabreilles pour être rattachés à celle de La Jonchère par le décret du 20 novembre 1875.

1874[modifier | modifier le code]

  • La section de Puytignon est distraite de Saint-Martin-le-Vieux et est rattachée à celle de Beynac par le décret du 4 mars 1874.

1867[modifier | modifier le code]

  • La section de Serre est distraite de Peyrat-le-Château et est rattachée à Augne par la loi du 29 mai 1867. En fait cette section faisait partie de la commune de Saint-Amand-le-Petit qui était alors, provisoirement, rattachée à Peyrat-le-Château (de 1829 à 1874).

1855[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne commune de Chenevières, section de celle des Cars depuis 1800, est rattachée à celle de Pageas par la loi du 18 janvier 1855.

1847[modifier | modifier le code]

  • La section de Puyfferat est distraite de la commune de Saint-Georges-les-Landes et rattachés à celle des Grands-Chézeaux par la loi du 9 août 1847.

1836[modifier | modifier le code]

  • La section de Pin-les-Fougères est distraite de Saint-Amand-Magnazeix et rattachée à Morterolles par l'ordonnance du 18 mars 1836.

1835[modifier | modifier le code]

  • Le domaine de La Monnerie est distrait de la commune de Tersannes et est rattaché à Magnac-Laval par l'ordonnance du 26 avril 1835.

1833[modifier | modifier le code]

  • Les villages d'Épied et Mondouhaut sont distraits de la commune de Roziers, dont ils constituent une enclave entre Neuvic-Entier, Bujaleuf et Masléon, et est rattachés, à cette dernière par l'ordonnance du 5 mars 1833.
  • La section de Neuvialle est distraite de Peyrat-le-Château et est rattachée à Nedde par l'ordonnance du 5 mars 1833. En fait cette section faisait partie de la commune de Saint-Amand-le-Petit qui était alors, provisoirement, rattachée à Peyrat-le-Château (de 1829 à 1874).

1832[modifier | modifier le code]

  • La section d'Exidioux est distraite de Domps et est rattachée à Saint-Gilles-les-Forêts suivant un projet de cette année peux être par l'ordonnance du 5 mars 1833[1]. La rivière Combade devenant ainsi la limite entre les 2 communes.

1827[modifier | modifier le code]

  • Quelques portions Champeaux sont rattachées à Bussière-Boffy par l'ordonnance du 21 septembre 1827

1826[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne commune de Cheissoux, section de Champnétery depuis 1790, est distraite de celle-ci et est rattachée à celle de Bujaleuf par l'ordonnance du 6 janvier 1826. Elle sera rétablie en 1905. En 1826, Champnétery obtient en compensation de la perte de Cheissoux, que les 3 sections de Prat, Mascrochet et Le Mazet soient distraites de Bujaleuf et lui soient rattachées.

1829[modifier | modifier le code]

  • Le domaine de La Crocherie est distrait de Meuzac et est rattaché à Montgibaud (Corrèze) par l'ordonnance du 29 septembre 1829.
  • La section de Champvieux est distraite Saint-Yrieix et est rattachée à Jumilhac-le-Grand (Dordogne), alors que la secttion de Monluc est distraite de Jumilhac-le-Grand et rattachés à Saint-Yrieix tous cela par la loi du 26 novembre 1829. 

1814[modifier | modifier le code]

  • Le domaine de Piquette est distrait de La Porcherie et est rattaché à La Mongerie (Corrèze) par le décret du 31 janvier 1814.

1805[modifier | modifier le code]

  • La section de Babaudus est distraite de Vayres (environ le quart de celle-ci), et est rattachée à Rochechouart par le décret du 5 floréal an XIII, le 5 avril 1805, décret qui confirme aussi la fusion de la commune de Biennat à cette même commune.

Date incertaine[modifier | modifier le code]

  • La section des Fayannauds est distraite de Couzeix et est rattachée à Limoges vers 1972. Ce rattachement se fait dans l'optique de la construction de l'aéroport de Limoges-Bellegarde qui se trouve, grâce à ce rattachement, entièrement dans la commune de Limoges.
  • La section du Cluzeau est distraite d'Isle et est rattachée à Limoges vers 1975. Ce rattachement se fait dans l'optique de la construction du Centre hospitalier régional universitaire de Limoges qui se trouve, grâce à ce rattachement, entièrement dans la commune de Limoges.

Sources[modifier | modifier le code]

    • Répertoire numérique détaillé de la série O - Administration et comptabilité communales du département de la Haute-Vienne de 1800 à 1940[2], dont une version simplifiée est disponible sur le site des Archives départementales de la Haute-Vienne[3].
    • Les plans du cadastre napoléonien des communes[4].
    • L'historique des communes, depuis 1930, sur le site de L'INSEE[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan de rattachement d'Exidioux », sur www.culture.gouv.fr,‎ 2006 (consulté le 28 août 2014)
  2. « Répertoire numérique détaillé de la série O : Administration et comptabilité communales du département de la Haute-Vienne de 1800 à 1940 » [doc] via le lien O. Renseignements sur les communes de la Haute-Vienne entre 1800 et 1940. Extrait du répertoire imprimé de la série O., DOC, 1.31 Mo, sur www.archives-hautevienne.com (consulté le 27 août 2014)
  3. « Répertoire numérique de la série O », sur www.archives-hautevienne.com (consulté le 27 août 2014), Sélectionner ; O. Renseignements sur les communes de la Haute-Vienne entre 1800 et 1940. Extrait du répertoire imprimé de la série O., DOC,
  4. « Cadastre napoléonien », sur www.archives-hautevienne.com (consulté le 28 août 2014)
  5. « Historique des communes », sur www.insee.fr,‎ 2014 (consulté le 28 août 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]