Beynac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Beynac-et-Cazenac
Beynac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Aixe-sur-Vienne
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Vienne
Maire
Mandat
Jean-Claude Couty
2014-2020
Code postal 87700
Code commune 87015
Démographie
Gentilé Beynacois
Population
municipale
643 hab. (2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 05″ N 1° 10′ 08″ E / 45.7681, 1.1689 ()45° 46′ 05″ Nord 1° 10′ 08″ Est / 45.7681, 1.1689 ()  
Altitude Min. 207 m – Max. 356 m
Superficie 12,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de Haute-Vienne
City locator 14.svg
Beynac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de Haute-Vienne
City locator 14.svg
Beynac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beynac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beynac

Beynac (Beinac en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Commune de Beynac en Haute-Vienne

Beynac est située sur une colline, et est bordée par le Cramoulou ou Gramoulou selon le SANDRE (7,4 km)[1] qui se jette dans la Vienne. Il ne faut pas confondre avec le village de Beynac situé en Dordogne (24), et célèbre pour son château.

Communes limitrophes de Beynac
Aixe-sur-Vienne Isle
Saint-Martin-le-Vieux Beynac Bosmie-l'Aiguille
Burgnac

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom est d'origine celte : on a avancé Bunium, nom de personne, mais le plus vraisemblable est le gaulois Bagina, hêtraie, de bagos, hêtre (cf. latin fagus), suivi du suffixe d'appartenance -acos. L'origine du village serait donc une villa celte. La commune ne possède pas de château, néanmoins, un ancien curé, l'Abbé Pénicaud, estimait qu'au lieu dit : "Le Puytignon" s'élevait une ancienne seigneurerie.

Commune rurale malgré la proximité de Limoges, Beynac subit la pression foncière due à cet encombrant voisinage. Malgré tout, la volonté de ne pas transformer cette petite ville en simple banlieue dortoir est bien réelle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur à la tige de blé de trois épis d'or posée en bande, au rameau de noyer fruité d'argent posé en barre, brochant sur le tout.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1947 François Troutaud    
1947 1953 Jean Léon Guyot    
1953 1971 Henri Mariaux    
1971 1983 Jacques Mariaux    
1983 mars 2014 Michel Beaudou    
mars 2014 en cours Jean-Claude Couty[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 643 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
504 397 385 488 473 460 451 416 424
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
449 465 442 455 525 548 561 553 549
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
542 537 529 493 439 435 464 456 479
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
418 372 349 386 467 478 604 618 643
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Gramoulou (L0605500) » (consulté le 17 mars 2013)
  2. (fr) « Les maires de la commune » (consulté le 9 mars 2011)
  3. (fr) Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. (fr) « Château de Leymarie », sur www.patrimoine-de-france.org (consulté le 9 mars 2011 )