Lac de Vassivière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac de Vassivière
Image illustrative de l'article Lac de Vassivière
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision Limousin
Coordonnées 45° 48′ 52″ N 1° 51′ 08″ E / 45.81456, 1.8521745° 48′ 52″ Nord 1° 51′ 08″ Est / 45.81456, 1.85217  
Cours d'eau Maulde et quelques ruisseaux épars.
Objectifs et impacts
Vocation Énergie
Date du début des travaux 1947
Date de mise en service 1950
Barrage
Type Poids en béton
Hauteur du barrage (lit de rivière) 32,90 m
Hauteur du barrage (fondation barrage) 38 m
Longueur du barrage 233 m
Épaisseur du barrage (au sommet) m
Épaisseur du barrage (à la base) 25 m
Réservoir
Altitude du réservoir 650 NGF m
Volume du réservoir 110 Mm3
Surface du réservoir 976 ha
Centrale hydroélectrique
Puissance installée 56 MW
Production annuelle 115 GWh/an

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac de Vassivière

Géolocalisation sur la carte : Creuse

(Voir situation sur carte : Creuse)
Lac de Vassivière

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

(Voir situation sur carte : Haute-Vienne)
Lac de Vassivière

Le lac de Vassivière (Vaciviéra en occitan) est un lac artificiel français de 9,76 km² qui fut créé par la construction d'un barrage situé sur la Maulde à la sortie de son vallon encadré par ses deux collines, à l'endroit idéal pour construire un barrage. Plan d'eau le plus important du Limousin et un des plus grands lacs artificiels de France[1], il se situe au nord-ouest du plateau de Millevaches, au sein d'une forêt épaisse, dans les départements de la Creuse et de la Haute-Vienne[2], et à proximité de la Corrèze.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du lac et de ses abords

Le barrage a été construit en béton armé de 1947 à 1950 pour fermer plusieurs vallons ou talwegs se rejoignant en un même point, qui étaient parcourus par des ruisseaux dont la Maulde qui a depuis cette époque son embouchure dans le port de Vauveix près de la presqu'île de Broussat. La mise en eau se fera la veille de Noël 1950[3]. La capacité du lac est de 110 millions de m³ aux plus hautes eaux à la cote 651 NGF. Tous les ans à la fin du mois de septembre, début octobre, le niveau du lac est abaissé volontairement (observé le 28/09/11) pour pouvoir récupérer et stocker les eaux des pluies d'automne et de fonte des neiges d'hiver qui sont très abondantes sur cette région. Le lac est alimenté par la Maulde, un affluent de la Vienne et quelques ruisseaux sur son pourtour dont La Gane du Réau, le ruisseau de Haute-Faye, l'aqueduc du lac de Lavaud-Gelade et les eaux de l'étang d'Arfeuille amenées par une conduite souterraine. Le lac est situé pour partie en Haute-Vienne et pour partie en Creuse. Par ailleurs, le lac de Lavaud-Gelade situé à proximité d'une surface de 285 hectares, a été créé lui aussi par Électricité de France. Depuis 1950 il sert de réserve d'eau permettant d'alimenter, grâce à une canalisation souterraine, le lac de Vassivière en fonction des besoins en eau de celui-ci.

En aval, au pied du barrage sur sa gauche, une chambre de vanne voutée, construite sous la colline à proximité des buttons de renforts des fondations, est raccordée à un petit canal de fuite à ciel ouvert, permet de maintenir un débit d'eau constant de l'ordre de 1 m3/s pour préserver l'écosystème du ruisseau la Maulde qui continue sa course dans son vallon.

L'originalité du site est la suivante :

  • le barrage est situé à Auchaise (commune de Royère-de-Vassivière) ;
  • la prise d'eau à Port Crozat (commune de Peyrat-le-Château) ;
  • la centrale électrique du Mazet est implantée sur la commune de Peyrat-le-Château ;
  • une galerie souterraine de 2 585 m ainsi qu'une conduite forcée de 610 m relient ces deux dernières.

Lors de la mise en eau du lac, huit lieux-dits et villages abandonnés et désertés ont été engloutis par la montée de l'eau, dont l'ancien village de Vassivière qui a donné son nom au lac. Ce nom veut dire en ancien Occitan « ensemble des agneaux d'une bergerie ».

Le lac est bordé par de nombreuses communes dont :

Il est le 23e lac de France en superficie, si l'on prend en compte les étangs côtiers et les lacs naturels. Il est en revanche 14e si l'on ne considère que les lacs et étangs artificiels. Il s'agit de la 6e plus grande étendue d'eau du Massif central.

En cas de nécessité, deux zones sont réservées pour l'écopage d'hydravions bombardiers d'eau sur une distance de plus de 1 500 mètres, sous le contrôle et l'autorité de la Gendarmerie Nationale. Des panneaux d'informations sont placés dans des endroits stratégiques pour informer le public sur la réglementation du plan d'eau - notamment sur les installations interdites, la vitesse de navigation, les zones spécifiques réservées pour certaines pratiques, ski nautique, motonautisme, - etc. Ces panneaux ont été édités par le Syndicat d'Aménagement du Lac et l'EDF qui est propriétaire du plan d'eau. Tous les organismes concernés ont signé des conventions en partenariat avec les communes environnantes pour préserver ce lieu exceptionnel.

Dans les années 60 et 70, le docteur Pierre Ferrand, un élu local et régional, fut un grand visionnaire en ayant l'idée de faire aménager les bords du lac en site touristique. Il bénéficia de divers soutiens, dont celui du président du Conseil général de la Creuse, le sénateur Pauly[4]. Plages, ports, villages de vacances, restaurants, hôtels et campings vont naître et se développer, attirant du printemps à l'automne vacanciers, plaisanciers, touristes, promeneurs, randonneurs…

Une route faisant tout le tour du plan d'eau fut construite pour desservir les villages et hameaux nouvellement créés à la suite de la mise en eau du lac.

Son environnement naturel[modifier | modifier le code]

Sphaignes
Le site du Tuquet, sur la commune de Beaumont-du-Lac, est protégé par le Conservatoire du littoral.

Le lac de Vassivière présente plus de 7 600 hectares de zones naturelles regroupant 15 petites zones identifiées comme ZNIEFF de type I. Le lac de Vassivière et ses abords représentent le paysage traditionnel du plateau de Millevaches avec des tourbières, étangs tourbeux, landes et forêts[5].

De nombreuses tourbières sont situées à proximité du lac : tourbière de la Ribière de Gladière, tourbière de la Mazure, tourbière d'Orladeix, tourbière de Masgrangeas, tourbière de l’Epinassou, tourbière d'Auzoux-Auchaise[6]. Une tourbière est un écosystème très original, fragile, une zone humide caractérisée par l'accumulation progressive de la tourbe, un sol caractérisé par sa très forte teneur en matière organique majoritairement végétale, peu ou pas décomposée. Cette caractéristique fait des tourbières des puits de carbone.

Climat[modifier | modifier le code]

Les hivers sont souvent synonymes de froidure avec des chutes de neige denses. Les étés au contraire sont très agréables. Les inter-saisons sont plutôt douces avec un printemps frais et humide et un automne souvent accompagné de l'été indien. La couleur des arbres en automne offre un spectacle magique qui évoque l'automne canadien.

Vidange[modifier | modifier le code]

Le lac est périodiquement vidangé afin de permettre le contrôle et l'entretien des installations techniques. La dernière vidange s'est opérée du 1er août au 18 septembre 1995. Des photos ont été prises et sont consultables sur des sites d'associations régionales. À cette occasion plus de 11 tonnes de poissons furent récupérées.

L'île de Vassivière[modifier | modifier le code]

Le château de l'île

Au centre du lac se trouve une île de 70 hectares qui abrite un centre d'art contemporain, créé en 1990, à la suite du Symposium de sculptures de 1983, puis des différentes actions de l'association Limousin Art Contemporain & sculptures (LAC&S) jusqu'en 1989. Dirigé entre 1989 et 2000 par Dominique Marchès, puis de 2001 à 2004 par Guy Tortosa, enfin l’institution devient, en 2005, à la suite de la nomination de Chiara Parisi à sa direction, « Centre international d'art et du paysage de l'ile de Vassivière[7] ». Chiara Parisi est directrice de 2004 à 2011. Marianne Lanavère est sa directrice depuis 2011.

Le président du Centre d'Art est Stéphane Cambou, vice-président du Conseil Régional du limousin (depuis 2005).

Les bâtiments ont été construits par les architectes Xavier Fabre et Aldo Rossi. Le phare du centre d'art, de forme conique, est adjacent à une longue nef qui sert de lieu d'exposition pour des artistes contemporains.

L'île comprend également un parc-parcours de sculptures contemporaines qui accueille chaque année des œuvres d'artistes du monde entier. À la suite du premier symposium de sculptures en 1983 à l'initiative de LAC & S et autour de son dynamique Président Marc Sautivet, puis des installations de Bouillon, Estaque (de 1984 à 1989), le musée en plein air a été complété par des commandes à partir de 1990. Il comprend des œuvres de David Nash, Bernard Calet, Per Barclay, Andy Goldsworthy, Michelangelo Pistoletto, Jean Clareboudt, Erik Samakh

Ce site est avant tout un lieu de recherche, d'expérimentation et de production où se succèdent des expositions temporaires. Alors, au fil des mois et des années, de grands noms ont exposé leurs œuvres dans cet espace consacré aux relations de l’art et du paysage : Adel Abdessemed, Cyprien Gaillard, Huang Yong Ping, Fabrice Hyber, Koo Jeong-a, Claude Lévêque

Sur l'île se déroulait chaque année en juin, jusqu'en 2006, le festival Tous en scène. Le festival Paroles de conteurs, s'y déroule fin août depuis 1995.

Les coordonnées de l'île de Vassivière sont : 45° 48′ 09″ N 1° 51′ 53″ E / 45.8025, 1.86472

Loisirs[modifier | modifier le code]

Planche à voile sur le lac de Vassivière
Panorama et bateaux.

Le lac de Vassivière est le premier pôle de loisirs et de sport de la région[réf. nécessaire] au cœur d’une nature préservée et vallonnée de landes et de bruyères, avec notamment 45 kilomètres de rivage, cinq plages surveillées, toutes les activités nautiques (ski nautique, voile, pêche…) et nature (VTT, randonnées pédestres, randonnées avec des ânes de bât[8], cheval, champignons…), des hébergements variés (hôtels, terrains de camping, chambres d'hôtes, gîtes…).

Toutefois la fréquentation touristique reste modeste se concentrant essentiellement dans la période estivale. En 2001, un plan de relance est envisagé sans grand succès[9].

En 2008, le Conseil régional du Limousin achète l'île de Vassivière, un grand projet ambitieux est présenté, afin de « donner à Vassivière une place de choix dans le paysage touristique régional »[10].

Le syndicat « le lac de Vassivière » est chargé de l'aménagement du site. Une politique touristique plus attractive et dynamique est initiée, avec en mai 2010, l'inauguration du sentier de rives.

La « Maison de Vassivière » est chargée de l'information, de la communication et de la promotion touristique du site du lac de Vassivière.

Radio Vassivière est une radio locale dont le siège est à Royère. Elle a été créée en 1984 uniquement pour promouvoir le tourisme autour du lac de Vassivière et émet seulement pendant la période estivale de juillet et août. Après une année difficile en 1986 où elle cesse d'émettre, Radio Vassivière émet en permanence[11]. À Royère son antenne est située à puy Beaubier à une altitude au sol de 822 mètres soit 844 mètres au sommet de l'antenne. La dernière autorisation d'émettre du CSA date du 20 février 2012 avec une fin de celle-ci au 22 septembre 2017[12].

Cyclisme[modifier | modifier le code]

La route desservant les villages autour du lac fut nommée par la suite circuit Raymond Poulidor, en hommage à l'enfant du pays natif de Masbaraud-Mérignat.

Trois courses d'étape contre-la-montre individuels du Tour de France se sont déroulées autour du lac de Vassivière, à chaque fois lors de l’avant-dernière étape. La première fois ce fut en 1985 avec le succès de Greg LeMond sur une distance de 47,5 km. Le Tour de France revenait en 1990 et c’est Erik Breukink qui fut le plus fort sur les 45,5 km. Le lac de Vassivière accueille une nouvelle fois le Tour en 1995, encore pour un contre-la-montre de 46,5 km autour du lac remporté sans surprise par Miguel Indurain.

Le lac a également accueilli l'arrivée de la 3e étape de Paris-Nice en 2012 et c’est Alejandro Valverde qui s’adjugea l’étape.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bénédicte Ramade, « Île de Vassivière, de jour comme de nuit », L'Œil, juillet-août 2007, p. 80
  • (fr)[PDF] Registre mondial des barrages

Liens externes[modifier | modifier le code]