Saint-Léger-la-Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Léger.
Saint-Léger-la-Montagne
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Arrondissement Arrondissement de Limoges
Canton Canton de Laurière
Intercommunalité Communauté de communes Porte d'Occitanie
Maire
Mandat
Claude Péricaud
2014-2020
Code postal 87340
Code commune 87159
Démographie
Population
municipale
315 hab. (2011)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 50″ N 1° 25′ 12″ E / 46.0306, 1.4246° 01′ 50″ Nord 1° 25′ 12″ Est / 46.0306, 1.42  
Altitude Min. 418 m – Max. 701 m
Superficie 32,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-la-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-la-Montagne

Saint-Léger-la-Montagne (Sent Legèr en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Léger-la-Montagne en Haute-Vienne.

Saint-Léger-la-Montagne abrite le point culminant des Monts d'Ambazac (le Puy de Sauvagnac, 701 mètres), dans un paysage contrasté de monts et vallons ; le visiteur y trouve une nature riche et diversifiée.

Saint-Léger-la-Montagne s’enorgueillit, à juste titre, de son patrimoine forestier. Celui-ci est composé de bois, futaies, taillis, châtaigneraies, etc. ; pour partie, la forêt, gérée par l’ONF, représente environ 200 hectares de résineux.

Saint-Léger-la Montagne couvre une superficie de 3 262 ha.

Communes limitrophes de Saint-Léger-la-Montagne
Bersac-sur-Rivalier Saint-Sulpice-Laurière
Razès Saint-Léger-la-Montagne
Saint-Sylvestre Ambazac La Jonchère-Saint-Maurice
Saint-Laurent-les-Églises


À découvrir également, la réserve naturelle nationale de la Tourbière des Dauges.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La commune de Saint-Pierre-la-Montagne est réunie à Saint-Léger-la-Montagne en 1829.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 à ce jour Claude Péricaud [1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 315 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
905 1 129 1 001 836 1 071 1 105 1 106 1 157 1 226
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 222 1 143 1 131 1 134 1 200 1 130 1 143 1 126 1 129
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 091 1 093 1 064 927 834 762 781 691 596
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
501 474 423 392 365 342 318 309 315
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Saint-Pierre-la-Montagne, adorable village situé entre Saint-Léger-la-Montagne et Mallety. Son église, petite merveille du XIIe siècle (base Gramontaine) fut remaniée au XVe siècle. Elle recueille une Vierge de Pitié et un reste de peinture murale datant de sa construction. Sa porte recouverte de feuilles de cuivre embouties, unique dans la région, est de facture contemporaine. Il n'y plus d'office dans cette église de par la volonté du curé d'Ambazc. Chacun méditera à ce propos.

Découvrez l'église de Saint Pierre la Montagne.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Le château, à l’entrée nord-est du bourg, est implanté sur une motte préhistorique de défense. Aujourd’hui Centre de Vacance SNCF.
  • Le Pont romain, à la sortie du bourg, en contrebas de la RD 78, sur la Couze, défie le temps dans un environnement ombragé très apprécié des promeneurs.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Pierre Branlante (entre Sauvagnac et Mallety).
  • Pierre Tremblante (route du Temple).
  • Pierre Millier, site inscrit (près du barrage du Mazeau). Gigantesques blocs de granite, ils révèlent la beauté du pays et évoquent la présence des premiers hommes sur ces sites exceptionnels. De la Pierre Millier, en surplomb, magnifique panorama sur le barrage du Mazeau.
  • La Réserve naturelle nationale de la Tourbière des Dauges créée en 1998, elle a une superficie de 199,52 hectares.
  • Mine d'uranium de Gorces Saignedresse (1977-1991).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Saint-Léger-la-Montagne propose un réseau de sentiers de randonnées.
  • La Couze, affluent de la Gartempe, attire de nombreux pêcheurs.
  • Les nombreux bois et forêts permettent la pratique de la chasse.
  • Les passionnés d'archéologie industrielle peuvent en de nombreux endroits retrouver des sites de carrières et de traitement du kaolin (Les Combes, Mallety, Le Goulet, Combechave ...)

La commune met à la disposition des visiteurs plusieurs moyens d'hébergement : un gîte d'étape (9 lits) et 3 chambres d'hôtes dans le bourg, deux gîtes ruraux au village de Saint Pierre, ainsi que des chambres d'hôtes et gites privés.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]