Lecoanet Hemant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lecoanet Hemant est une maison de couture et prêt-à-porter parisienne fondée en 1981 par le styliste français Didier Lecoanet et son associé indo-germanique Hemant Sagar.

Historique[modifier | modifier le code]

La maison Lecoanet Hemant naît en 1981 de l'association de Didier Lecoanet, né en 1955, ancien élève de l'Académie Rœderer qui a fait ses premières armes chez Lanvin, et de Hemant Sagar, né à New Delhi en 1957, venu d'Allemagne où il a étudié le management dans le secteur de la mode[1]. Les deux associés s'installent dans une boutique de la rue du Faubourg-Saint-Honoré.

En 1984, Lecoanet Hemant rejoint officiellement la Chambre syndicale de la haute couture parisienne à laquelle elle restera affiliée pendant plusieurs années[2]. Les fondateurs font appel à deux professionnels pour les assister : Roy Gonzales qui a travaillé chez Cardin et Patou, et Juliette Cambursano, ancienne première de Balenciaga.

Dix ans plus tard, en 1994, la maison reçoit le Dé d'or, récompense convoitée dans le monde de la haute couture[3].

En 1998, les salons haute couture sont installés dans un hôtel particulier du quartier du Marais, alors que la rue du Faubourg-Saint-Honoré devient le lieu de présentation du prêt-à-porter. De nos jours, la maison, qui ne défile plus durant le calendrier officiel de la Chambre syndicale de la haute couture parisienne, ne bénéficie plus de l’appellation « haute couture ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Guido Vergani, « Dizionario della moda 2010 » (dictionnaire de la mode 2010), p. 681, Baldini Castoldi Dalai editore, Milan, 2010 (ISBN 886073608[à vérifier : ISBN invalide]) lire en ligne (page consultée le 15 décembre 2010)
  2. Marie-Claude Sicard, « Luxe, mensonges et marketing », pp. 102-103, Pearson Village Mondial, 2010 (3e édition), (ISBN 978-2744064562) lire en ligne (page consultée le 15 décembre 2010)
  3. « Les Dés d'or 1994 », L'Officiel de la mode no 786, pp. 100-101, 1994 lire en ligne (page consultée le 15 décembre 2010)