Izieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Izieux.
Izieu
Le village d'Izieu
Le village d'Izieu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Canton Belley
Intercommunalité Communauté de communes Bugey Sud
Maire
Mandat
Jean-Philippe Gardaz
2008-2014
Code postal 01300
Code commune 01193
Démographie
Population
municipale
201 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 19″ N 5° 38′ 39″ E / 45.6552777778, 5.64416666667 ()45° 39′ 19″ Nord 5° 38′ 39″ Est / 45.6552777778, 5.64416666667 ()  
Altitude Min. 211 m – Max. 758 m
Superficie 7,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
Izieu

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
Izieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Izieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Izieu

Izieu est une commune du département de l'Ain, dans le Bugey, près du haut Rhône, à proximité de Belley, entre Lyon et Chambéry.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à la pointe sud du Bugey et du département de l'Ain, à trois kilomètres du Rhône. Elle est traversée par le GR 59 et accessible par la route départementale D19d.

Elle est entourée par les communes de Prémeyzel au nord, de Peyrieu et Murs-et-Gélignieux à l'est, de Brégnier-Cordon au sud et à l'ouest.

Reliefs[modifier | modifier le code]

Vue du Grand Thur

Le point culminant de la commune est le Grand Thur, à 758 m d'altitude, dans la Montagne d'Izieu. Un autre sommet remarquable est le mont Saint-Clair (549 m), sur lequel est érigée la croix de Saint-Clair.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de cours d'eau sur le territoire d'Izieu, à l'exception du canal du Rhône, à l'extrême sud de la commune. L'ancien lac de Pluvis a été comblé en 1981 lors du creusement de ce canal.

Hameaux[modifier | modifier le code]

L'habitat est surtout groupé dans le village, auquel s'ajoutent les hameaux de Pluvis, de Carron, de Lélinaz et de Lambraz. Ce dernier hameau est aujourd'hui abandonné.

Histoire[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Enfants d'Izieu.

En 1943, des enfants juifs sont hébergés et cachés par Sabine Zlatin et Miron Zlatin, avec le soutien de l'Œuvre de secours aux enfants, dans une maison d'Izieu accueillant régulièrement avant la guerre des colonies de vacances.
Le , les 44 enfants d'Izieu et les 7 adultes qui les encadraient sont arrêtés lors d'une rafle conduite par le SS et chef de la Gestapo de Lyon Klaus Barbie. Passés par la prison Montluc à Lyon, puis par le camp de Drancy en région parisienne, 42 enfants et 6 éducateurs sont ensuite envoyés vers le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau où ils sont immédiatement gazés. Miron Zlatin et 2 adolescents, Théo Reis et Arnold Hirsch, sont déportés en Estonie par le convoi n°73. Parti de Drancy le 15 mai 1944, ce convoi est composé uniquement d’hommes en âge et en force de travailler. Ils sont fusillés par les SS dans la forteresse de Tallinn en Estonie au cours de l’été 1944.

Ces événements tragiques font notamment l'objet du téléfilm La Dame d'Izieu, d'Alain Wermus, et de la chanson de Reinhard Mey, Die Kinder von Izieu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Henri Rampin    
mars 2008   Jean-Philippe Gardaz[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 201 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305 305 334 304 325 309 338 331 335
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
319 326 316 326 327 340 334 332 307
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
269 250 262 217 207 185 174 147 145
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
113 103 141 136 161 178 185 184 202
2011 - - - - - - - -
201 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maison des Enfants d'Izieu qui abrite depuis 1994, le mémorial des enfants d'Izieu

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Machet (1902 -1980), sculpteur français, est né dans la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]