Andert-et-Condon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Andert-et-Condon
Vue du château d'Andert.
Vue du château d'Andert.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Canton Belley
Intercommunalité Communauté de communes Bugey Sud
Maire
Mandat
Yves Delaruelle
2014-2020
Code postal 01300
Code commune 01009
Démographie
Population
municipale
339 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 43″ N 5° 39′ 21″ E / 45.7952, 5.6558 ()45° 47′ 43″ Nord 5° 39′ 21″ Est / 45.7952, 5.6558 ()  
Altitude Min. 225 m – Max. 374 m
Superficie 6,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
Andert-et-Condon

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
Andert-et-Condon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andert-et-Condon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andert-et-Condon

Andert-et-Condon (prononcé [ɑ̃.dɛ.ʁe.kɔ̃.dɔ̃]) est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à 6 km de Belley (sous-préfecture de l'Ain), Andert-et-Condon est une commune de 694 ha. Elle est arrosée par le Furans. Outre le bourg, le village compte plusieurs hameaux : Gevrin, Andert, les Barraques et Bognens.

La commune se trouve dans la zone de délimitation des vins AOC du Bugey.

Histoire[modifier | modifier le code]

Site habité depuis le chalcolithique jusqu'à la période romaine. Des fouilles ont fourni des poteries néolithiques. De 1180 à 1829, la seigneurie d'Andert joue un rôle important dans la région (Ducs de Savoie - Roi de France). On trouvera dans la chapelle d'Andert le tombeau de François Parra, prévôt de la maréchaussée du Bugey. Chapelle d'Andert du XIIIe siècle dont une pierre date du Ier siècle. Fusion d'Andert et Condon en 1791. Le château d'Andert et le manoir de Beauregard surplombent en vis-à-vis la route qui descend de Contrevoz au Furans. En 1838 se déroule au pont d'Andert le drame mystérieux de l'affaire Sébastien-Benoît Peytel défendu par Balzac, Lamartine et de Gavarni [1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
1995 En cours Yves Delaruelle[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie d'Andert-et-Condon.

En 2011, la commune comptait 339 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
265 283 268 298 310 302 316 330 304
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
311 309 330 321 282 278 376 333 331
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
335 311 301 261 230 215 209 170 170
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
166 159 184 276 262 275 319 331 339
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château d'Andert fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]