Hugo Claus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hugo Claus (1961).

Hugo Claus, né le à Bruges et mort le à Anvers, est un écrivain, poète, dramaturge scénariste et réalisateur belge, et l'un des plus brillants romanciers contemporains d'expression néerlandaise. La force de son écriture et de son imagination font de ce Brugeois le plus grand écrivain contemporain de langue flamande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un imprimeur, Hugo s'enfuit de la maison paternelle et devient ouvrier saisonnier dans le nord de la France.

À Paris, Antonin Artaud devient pour lui un second père. Il participe à la révolution avant-gardiste de l'art d'après-guerre et fait partie du mouvement Cobra (1948-1951). Après un séjour en Italie où il apprend à connaître le milieu cinématographique, il retourne en Flandre et commence une carrière de romancier, poète, auteur dramatique, cinéaste et peintre.

À la fin des années 1960, Claus joue un rôle important dans le mouvement contestataire qui veut réformer la politique sociale et culturelle en Flandre. Au Festival expérimental de Knokke, en 1967, il choque l'opinion publique en faisant paraître sur scène trois hommes nus dans le rôle de la sainte Trinité.

En 1971, il est fait chevalier de l'ordre de la Couronne.

Hugo Claus, atteint de la maladie d'Alzheimer, a choisi la date de sa mort et a demandé, comme la loi belge l'y autorisait, à subir une euthanasie[1],[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Pendant une dizaine d'années, Hugo Claus fut le compagnon de l'actrice Sylvia Kristel. Ils ont eu un fils, Arthur, né le , qui est comédien.

Hommage[modifier | modifier le code]

  • Absynthe Minded, un groupe belge, a adapté un poème d'Hugo Claus, Envoi, en anglais dans une chanson du même nom.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

De aarde danst op haar wolken,
poème d'Hugo Claus à Leyde (Pays-Bas).

Considéré comme un des romanciers belges les plus talentueux de son époque, Hugo Claus se définit lui-même comme un « flamingant francophile ». Il est surtout le critique du traditionalisme et du provincialisme de la société flamande, tout en portant à l'universel l'évocation de la médiocrité.

Profondément marqué par son enfance dans un internat catholique très strict, il a su évoquer dans Le Chagrin des Belges (1985, trad. de 1983 Het verdriet van België) le comportement de ses compatriotes pendant la dernière guerre et peindre le Flamand fricoteur, conformiste et profiteur avec un réalisme qui rappelle celui de Pieter Bruegel l'Ancien ou de James Ensor. Il reste cependant fasciné par sa région maternelle qu'il ne cesse de recréer avec sensibilité et intelligence :

« Maintenir les mœurs et les extases de la tribu : oui, c'est aussi le rôle de l'écrivain. Par exemple, Le Chagrin des Belges, je l'ai écrit pour que mes deux fils sachent comment leur père avait vécu dans une civilisation tout à fait étrange et néandertalienne. J'ai voulu leur montrer ce que c'était de vivre avant la guerre, pendant la guerre et après la guerre dans une toute petite communauté. » (H. Claus, Le Passe-Muraille, Lausanne, 1997.)

Le Chagrin des Belges est également son premier grand succès international de librairie.

Le Passé décomposé, son dernier roman, paru au Seuil en février 2000, reprend les mêmes personnages que La Rumeur :

« L'interrogatoire policier qui en constitue la trame, aussi serré et aussi ambigu que ceux de Crime et Châtiment, éveille une quantité de questions essentielles sur la condition humaine tout en recourant au grotesque qui déclenche un rire grinçant. C'est un livre selon mon cœur, fait de sang et de rire, de tendresse et d'horreur, d'obscénité et de poésie. » (Dédicace du traducteur, France Inter.)

Hugo Claus s'est vu attribuer une cinquantaine de prix pour son œuvre[3], notamment :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Enny Meunier et Coba Kelling (nl) dans une retransmission télévisée de 1959 de la pièce d'Hugo Claus Een bruid in de morgen.

Théâtre et scenario[modifier | modifier le code]

  • Théâtre complet, L'Âge d'Homme, 4 vol., 16 pièces, 1990-1997
  • Escal-Vigor, scénario de Hugo Claus d’après le roman de Georges Eekhoud. Préface et traduction Mirande Lucien, Lille, QuestionDeGenre/GKC, 2002.

Grâce à des rééditions modernes, on connaît Escal-Vigor, le roman de Georges Eekhoud publié au Mercure de France en 1899. C'est le premier roman moderne où l'amour d'un homme pour un autre homme n'est pas présenté comme un vice honteux, mais comme un sentiment juste et légitime. Les bourgeois de Belgique, la patrie de Georges Eekhoud, ont entendu la nouveauté du propos et l'auteur a eu à se défendre en 1900 devant la cour d'assises de Bruges pour atteinte aux mœurs. Mais ce qu'on ne connaissait pas, c'est l'adaptation du roman d'Eekhoud par Hugo Claus. Le grand romancier belge de langue néerlandaise, connu surtout pour Le Chagrin des Belges, son maître livre paru en traduction française en 1985, est aussi auteur de scénarios (une vingtaine) et réalisateur. On lui doit des films comme De Vijanden (Les Ennemis), (1967), Vrijdag (« Vendredi jour de liberté ») (1980), Het Sacrament (« Le sacrement ») (1989) ou De verlossing (« La rédemption ») (2001). Il adapta le roman de Georges Eekhoud Escal-Vigor en 1995 avec l'intention de le porter à l'écran. Mais le scénario est resté dans ses cartons et le film n'a jamais été réalisé. On peut supposer que l'histoire de ce scénario ressemble un peu à celle contée par Hugo Claus dans son roman Belladonna

Mirande Lucien, qui a consacré sa thèse de doctorat à Georges Eekhoud, a traduit en français le scénario d'Hugo Claus. Les éditions QuestionDeGenre/GKC publient sa traduction poursuivant ainsi ce jeu de langue entrepris par Eekhoud : un Flamand de langue française.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Poèmes, Mercure de France, 1965
  • Encre à deux pinceaux, écrit avec Karel Appel et Pierre Alechinsky, Yves Rivière, 1979
  • Traces : choix de poèmes 1948-1985, L'Âge d'Homme, 1988
  • D'encre et d'eau. Alechinsky, Yves Rivière, 1995
  • Poèmes, L'Âge d'Homme, 1998

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 1950 - De Metsiers (La Chasse aux canards, Grasset, 1987)
  • 1962De verwondering (L'Étonnement, Complexe, 1986 et Stock, 1999)
  • 1969 - Vrijdag (Vendredi, jour de liberté, Complexe, 1980)
  • 1972Schaamte (Honte, Actes Sud, 1987 et LGF, 1990)
  • 1978Het verlangen (Le Désir, L'Âge d'Homme - Éditions de Fallois, 1990)
  • 1983 - Het verdriet van België (Le Chagrin des Belges, Julliard, 1985 et Seuil, coll. « Points », 2003) s'attaque au conformisme provincial de la Flandre pendant la Seconde Guerre mondiale et lève le tabou de la collaboration
  • 1988 - Een zachte vernieling (Une douce destruction, de Fallois, 1988)
  • 1988 - Gilles en de nacht (Gilles et la nuit, Calmann-Levy, 1995)
  • 1989 - L'Amour du prochain (recueil de nouvelles extraites de De Mensen Hiernaast, 1985, et de Natuurgetrouwer, 1954,1969 ), Maren Sell Éditeurs. Réédition chez Seuil, collection Points, 1991
  • 1989 - De zwaardvis (L'Espadon, de Fallois, 1989) - prix de l'Humour noir Xavier Forneret
  • 1994 - Belladonna (Belladonna, de Fallois, 1995 et LGF, 1997)
  • 1996De geruchten (La Rumeur, de Fallois, 1997)
  • 1998Onvoltooid verleden (Le Passé décomposé, Seuil, 2000)
  • 1998 - Het laatste bed (Le dernier lit, Seuil, 2003)

Peinture[modifier | modifier le code]

  • Hugo Claus imagier (Hugo Claus prentenmaker, 1988), œuvres picturales, choix de textes et traductions par Marnix Vincent, textes de Freddy De Vree et al., Anvers, Fonds Mercator / Paris, Éditions Albin Michel, 1988, 256 p., illus.

Adaptation à l'écran[modifier | modifier le code]

  • Le Chagrin des Belges, adapté en 1994 par Claude Goretta en trois épisodes de 90 minutes chacun

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]