Jaeger-LeCoultre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jaeger et Lecoultre.

Jaeger-LeCoultre

Description de l'image  Logo Jaeger-LeCoultre.gif.
Création 1833 par Antoine LeCoultre
Siège social Drapeau de Suisse Le Sentier, Vaud (Suisse)
Activité Horlogerie
Produits Montres-bracelets
Société mère Filiale du groupe Richemont
Site web www.jaeger-lecoultre.com

Jaeger-LeCoultre (prononcé [ jɛgɛʁ.ləkultʁ ]) est une manufacture d'horlogerie de luxe basée dans le village du Sentier en Suisse et dont la fondation remonte à la première moitié du XIXe siècle. La marque est à l'origine de centaines d'inventions et de plus d'un millier de calibres, notamment le plus petit mouvement au monde, la montre-bracelet la plus compliquée au monde et un garde-temps doté d'un mouvement quasi perpétuel. Aujourd'hui, Jaeger-LeCoultre propose huit différentes collections de montres et conduit des partenariats dans des domaines aussi variés que la préservation des océans, les sports mécaniques et le polo. La marque est une filiale à 100 % du groupe de luxe suisse Richemont[1] depuis 2000.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille LeCoultre[modifier | modifier le code]

Les plus anciens éléments d'archive attestant de la présence de la famille LeCoultre en Suisse datent du XVIe siècle. Accablé par les persécutions religieuses qui frappent les huguenots, Pierre LeCoultre (environ 1530 – environ 1600) fuit Lizy-sur-Ourcq pour gagner Genève. En 1558, il obtient le statut d'« habitant » de Genève mais part un an plus tard pour acquérir un terrain dans la Vallée de Joux. Peu à peu, une petite communauté se forme et le fils de Pierre LeCoultre y bâtit une église en 1612. Cet événement marque la fondation du village baptisé Le Sentier, qui abrite encore aujourd'hui la manufacture de l'entreprise[2].

La Manufacture[modifier | modifier le code]

En 1833, peu de temps après avoir inventé la machine à découper les pignons à partir de l'acier[3], Antoine LeCoultre (1803-1881) fonde un petit atelier d'horlogerie au Sentier, où il affûte ses compétences horlogères pour créer des garde-temps de qualité supérieure[4]. En 1844, il invente l'instrument de mesure le plus précis au monde, le Millionomètre. En 1847, il crée un système dans lequel il n'est plus nécessaire d'utiliser de clé pour remonter et régler la montre[4]. Quatre ans plus tard, il reçoit une médaille d'or pour son travail sur la précision et la mécanisation en horlogerie lors de la première exposition universelle à Londres[4].

En 1866, à une époque où les différents corps de métier étaient disséminés dans des centaines de petits ateliers[5], Antoine et son fils, Elie LeCoultre (1842-1917), fondent la première véritable manufacture de la Vallée de Joux, LeCoultre & Cie., en réunissant tous leurs artisans sous un seul et même toit. C'est ainsi qu'en 1870, la Manufacture développe les premiers procédés de fabrication partiellement mécanisés pour des mouvements à complication[6].

La même année, la Manufacture employait 500 personnes. En 1900, la Grande Maison de la Vallée de Joux, comme on la surnommait à l'époque, avait créé plus de 350 calibres différents, dont 128 équipés d'une fonction chronographe et 99 d'un mécanisme de répétition. À compter de 1902 et jusque dans les années 1930, LeCoultre & Cie produisit la plupart des ébauches de montres pour le compte de la marque genevoise Patek Philippe.

Jaeger-LeCoultre[modifier | modifier le code]

En 1903, Edmond Jaeger, horloger parisien et fournisseur officiel de la marine française, met au défi les marques horlogères suisses de développer et produire les mouvements extra-plats qu'il a inventés[4].

Jacques-David LeCoultre, petit-fils d'Antoine et responsable de la production chez LeCoultre & Cie., relève le défi et crée une série de montres de poche extra-plates. En 1907, LeCoultre & Cie. présente la montre la plus fine au monde, équipée d'un calibre LeCoultre Calibre 145[4]. La même année, le bijoutier Cartier, qui figure parmi les clients de Jaeger, signe avec celui-ci un contrat stipulant que tous les mouvements Jaeger seront exclusivement réservés à Cartier sur une période de 15 ans. Jaeger confie la fabrication de ces mouvements à LeCoultre[4].

Suite à celle collaboration, la marque est officiellement rebaptisée Jaeger-LeCoultre en 1937. Toutefois, en Amérique du Nord, les modèles de la marque continueront à être vendus sous l'appellation LeCoultre jusqu'en 1985. Selon les archives, le dernier mouvement utilisé pour une montre LeCoultre américaine fut envoyé par la Manufacture du Sentier en 1976.

Certains collectionneurs et revendeurs mal renseignés ont pu avancer que la marque américaine LeCoultre n'avait aucun lien avec la marque suisse Jaeger-LeCoultre. Cette confusion est née dans les années 1950. À l'époque, la distribution des montres LeCoultre en Amérique du nord était assurée par le groupe Longines-Wittnauer, également chargé de distribuer les garde-temps Vacheron Constantin. Les collectionneurs ont confondu le nom du distributeur avec celui du fabricant. D'après Zaf Basha, grand spécialiste de Jaeger-LeCoultre, la Galaxy, une mystérieuse montre de luxe dotée d'un cadran serti de diamants, est le fruit d'une collaboration entre Vacheron Constantin et LeCoultre pour le marché américain. On peut lire « LeCoultre » sur le cadran et « Vacheron Constantin — LeCoultre » sur le boîtier. L'appellation LeCoultre a définitivement disparu en 1985 au profit de Jaeger-LeCoultre[7].

Inventions[modifier | modifier le code]

Depuis la fondation de Jaeger-LeCoultre, la marque a produit plus de 1242 calibres différents, déposé environ 400 brevets et créé des centaines d'inventions.[réf. nécessaire]

Millionomètre[modifier | modifier le code]

Inventé par Antoine LeCoultre en 1844, le millionomètre fut le premier instrument de l'histoire capable de mesurer les microns, permettant ainsi d'affiner la fabrication des composants de montres. Cette invention ne fut jamais brevetée, car aucun système d'homologation officiel n'existait en Suisse à l'époque. Toutefois, son procédé de fabrication unique fut jalousement gardé et utilisé par la marque pendant plus de 50 ans. Le millionomètre fut présenté lors de l'Exposition universelle de 1900 à Paris[8].

Montre sans clé[modifier | modifier le code]

En 1847, Antoine LeCoultre invente la montre sans clé, dotée du premier système de mise à l'heure et de remontage à la fois simple et fiable[8]. Au lieu du dispositif classique, on trouve un petit bouton poussoir activant un levier permettant de passer d'une fonction à l'autre[4]. Une fois de plus, l'invention n'est pas brevetée et d'autres horlogers ne tardent pas à appliquer ce système[8].

Calibre 145 LeCoultre[modifier | modifier le code]

En 1907, le Calibre 145 LeCoultre établit le record du mouvement le plus plat au monde avec seulement 1,38 mm d'épaisseur. Il est intégré à des montres de poche qui demeurent à ce jour les plus fines dans leur catégorie[8]. De 1907 jusque dans les années 1960, 400 exemplaires du mouvement ont été produits[9].

Grandes complications[modifier | modifier le code]

En 1866, pour la première fois dans l'histoire de l'horlogerie, LeCoultre & Cie. se lance dans la production de calibres avec petites complications en volumes réduits. En 1891, la manufacture crée un calibre muni d'une double complication : chronographe et répétition minutes[10].

Au milieu des années 1890, LeCoultre & Cie. développe les montres à grandes complications, qui comprennent au moins trois complications horlogères classiques, telles que le quantième perpétuel, le chronographe et la répétition minutes[8].

En 2004, la Manufacture crée la Gyrotourbillon I, sa première montre-bracelet à grande complication, munie d'un tourbillon gravitant autour de deux axes et d'un quantième perpétuel avec double affichage rétrograde et équation du temps marchante[8]. En 2006, Jaeger-LeCoultre présente la Reverso grande complication à triptyque, première montre de l'histoire dans laquelle trois cadrans sont animés par un seul mouvement[11]. En 2009, la marque lance la montre-bracelet la plus compliquée au monde, l'Hybris Mechanica à Grande Sonnerie, munie de 26 complications[12].

Modèles historiques[modifier | modifier le code]

Reverso[modifier | modifier le code]

La Reverso, dont le nom signifie en latin « Je tourne sur moi-même », a été conçue en 1931 pour résister aux chocs inhérents à une partie de polo : le boîtier peut en effet pivoter sur lui-même de manière à mettre le cadran à l'abri. Considérée comme un objet emblématique de l'esthétique Art Deco, la Reverso est encore fabriquée à l'heure actuelle[8].

Duoplan[modifier | modifier le code]

En 1925, LeCoultre & Cie. développe le Calibre 7BF Duoplan LeCoultre afin de concilier miniaturisation et précision. La mode de l'époque était en effet aux montres-bracelets de petite taille. Mais souvent, les petits calibres manquaient de fiabilité. Créé par Henri Rodanet, directeur technique des Établissements Ed. Jaeger, la Duoplan fut disposée sur deux étages afin de maintenir un équilibre comparable aux calibres de dimensions normales[8].

La Duoplan fut également l'une des premières montres en acier serties de pierres précieuses. En 1929, son verre fut remplacé par une glace saphir, une grande première en horlogerie. La Duoplan était assurée par la Lloyds of London et bénéficiait d'un service après-vente spécial. Il était possible de remplacer un mouvement endommagé en quelques minutes. On pouvait même lire l'inscription suivante dans la vitrine de la boutique Tyme à Londres : « Votre montre sera réparée en moins de temps qu'il ne faut pour fumer une cigarette »[13][réf. insuffisante].

Joaillerie 101[modifier | modifier le code]

Après la Duoplan, LeCoultre & Cie. présente en 1929 le Calibre 101, dont les 74 composants (98 aujourd'hui) pèsent seulement 1 gramme environ. Il s'agit aujourd'hui encore du plus petit mouvement mécanique au monde. En 1930 apparaît la deuxième collection de montres équipées du Calibre 101 : la gamme Joaillerie 101 Étrier. En 1953, la reine Elizabeth II d'Angleterre porte la montre-bracelet Jaeger-LeCoultre Calibre 101 le jour de son couronnement[14].

Atmos[modifier | modifier le code]

Pendule Atmos.

La pendule Atmos est pourvue d'un mouvement quasi-perpétuel ne nécessitant aucune intervention humaine et pratiquement aucune énergie. Inventée par l'ingénieur suisse Jean-Léon Reutter en 1928 à Neuchâtel, la pendule Atmos a été adoptée en 1950 par le gouvernement suisse comme cadeau officiel à l'attention des hôtes de marque. La version originelle, brevetée en 1928 et connue aujourd'hui sous le nom d'Atmos 1, fut commercialisée par La Compagnie Générale de Radiologie (CGR) en 1930[15].

Les brevets furent rachetés par Jaeger-LeCoultre en France en 1936 et en Suisse en 1937. Jaeger-LeCoultre passera ensuite dix ans à perfectionner la pendule avant de la produire sous sa forme actuelle à partir de 1946[8].

En 1988, l'agence de design Kohler & Rekow crée un cabinet en édition limitée à deux exemplaires pour la pendule. En 2003, la Manufacture dévoile l'Atmos Mystérieuse, animée par le Calibre 583 Jaeger-LeCoultre et abritant 1460 composants[16].

Memovox[modifier | modifier le code]

En 1950, la Manufacture présente la Memovox, la « voix de la mémoire » en latin. Son surprenant mécanisme peut être utilisé comme alarme le matin ou pour notifier les rendez-vous. Les premiers modèles à remontage manuel étaient dotés d'un Calibre 489 Jaeger-LeCoultre[17].

En 1956, une Memovox équipée d'un Calibre 815 Jaeger-LeCoultre devient la première montre à remontage automatique avec alarme dans l'histoire de l'horlogerie. Peu de temps après, la marque célèbre son 125e anniversaire en dévoilant la Memovox Worldtime. En 1959, Jaeger-LeCoultre lance la Memovox Deep Sea, pourvue d'une alarme spéciale pour indiquer aux plongeurs quand remonter à la surface. En 1965, la Manufacture fait breveter une version de la Memovox Polaris avec triple fond pour amplifier le signal sonore sous l'eau[8].

Ce modèle inspirera par la suite les collections Master Compressor et AMVOX. Il sera réédité en 2008 sous l'appellation Memovox Tribute to Polaris[18].

Geophysic[modifier | modifier le code]

En hommage à l'année géophysique internationale de 1958, Jaeger-LeCoultre crée une montre résistante à l'eau, aux chocs et aux champs magnétiques. Le chronomètre Geophysic fut proposé par Jules-César Savary, horloger de longue date chez Jaeger-LeCoultre, dans l'optique de contribuer aux recherches scientifiques en Antarctique. Animée par un Calibre 478BWS Jaeger-LeCoultre, la montre était équipée de 17 rubis, d'un spiral Breguet, d'un ressort régulateur sur le pont du balancier, d'un amortisseur et d'un balancier en Glucydur®. L'année de son lancement, le chronomètre Geophysic fut offert à William R. Anderson, capitaine du Nautilus, le premier sous-marin nucléaire américain à joindre les océans Pacifique et Atlantique via le pôle Nord[8].

Chronologie[modifier | modifier le code]

L'inventivité de l'entreprise s'est maintenue sans jamais s'essouffler tout au long du XXe siècle.

  • 1559 : Premier LeCoultre à la Vallée du Joux
  • 1844 : La découverte du micron
  • 1847 : La montre sans clé
  • 1885 : Élégance féminine
  • 1889 : Répétition à jaquemarts
  • 1890 : Savonnette à répétition minutes
  • 1890 : Montre de poche à l’effigie du Maharadja de Porbandar
  • 1891 : Double-Complications
  • 1895 : Régulateurs silencieux et timbres dits « cathédrale »
  • 1895 : Grandes complications
  • 1900 : Montre pendentif émaillée
  • 1907 : Développement du mouvement le plus plat du monde (1 38 mm d’épaisseur).
  • 1910 : Pionnier des montres bracelets
  • 1910 : Pendentif Haute Joaillerie
  • 1925 : Développement de la montre Duoplan
  • 1926 : Pendulettes
  • 1928 : Fabrication de la pendule Atmos (après acquisition du brevet de Jean-Léon Reutter, qui l'avait développé en 1928)
  • 1928 : Grande complication émail bleu
  • 1929 : Calibre 101 : le plus petit mouvement au monde (1 gramme, de 74 pièces).
  • 1931 : Invention de la Reverso
  • 1931 : Le remontoir dissimulé
  • 1931 : Calibre 124, double barillet avec 8 jours de réserve de marche
  • 1933 : Montre Reverso à cadran bleu modèle 201
  • 1936 : Reverso de la Maharani
  • 1936 : Atmos II
  • 1937 : Naissance officielle de la marque Jaeger-LeCoultre
  • 1938 : Compass, appareil de photo miniature
  • 1938 : Montre Duoplan dite « tuile » modèle 18008
  • 1939 : Montres-bracelets à calendrier
  • 1940 : Montres de pilote Mark VII
  • 1941 : Concours de chronométrie
  • 1941 : Jaeger-LeCoultre remporte la plus haute distinction à l'Observatoire de Neuchâtel pour son calibre tourbillon 170.
  • 1946 : Première Jaeger-LeCoultre automatique, calibre 476.
  • 1947 : Montres-bracelets chronographes
  • 1948 : Première montre automatique avec indicateur de réserve de marche
  • 1949 : Montre de pilote Mark XI
  • 1949 : Hommage à Jacques-David LeCoultre
  • 1950 : Création de la Memovox, calibres 489 et 814.
  • 1953 : Création de la Futurematic, montre automatique sans couronne.
  • 1956 : Première montre-bracelet automatique avec Réveil
  • 1958 : Chronomètre Geophysic, calibre 478b ; rebaptisé Geomatic en 1962.
  • 1958 : Montre Chronomètre Geophysic modèle 2985
  • 1959 : Memovox Deep Sea
  • 1959 : Montre Memovox Deep Sea, modèle E857
  • 1960 : Créations féminines
  • 1965 : Memovox Polaris
  • 1967 : Master Mariner de plongée
  • 1967 : Montre Memovox Polaris , modèle E859
  • 1970 : Memovox Polaris II
  • 1973 : Atmos collection Christopher Lawrence
  • 1981 : Jaeger-LeCoultre prend part dans le développement de la première montre-bracelet à quartz, le Beta 2.
  • 1982 : Calibre 601 remporte le titre de mouvement le plus plat du monde ; la même année, le calibre 608 bat déjà ce record.
  • 1983 : Calibre 889, avec date à guichet. En 1992, ce mouvement sera le premier à équiper les toutes premières montres à affronter le test des 1000 heures.
  • 1984 : Nouveau boîtier Reverso
  • 1989 : Grand Réveil, calibre automatique 919 qui comprend pas moins de 350 pièces, un calendrier perpétuel avec phase de lune et une alarme
  • 1990 : Géographique, Calibre 929 avec 24 fuseaux horaires, indicateur jour-nuit, réserve de marche et un balancier à haute fréquence.
  • 1990 : L’Atmos s’offre la lune
  • 1991 : Reverso 60e Calibre 824.
  • 1992 : Calibre Jaeger-LeCoultre 889 : Contrôle 1000 Heures.
  • 1993 : Reverso Tourbillon
  • 1994 : Reverso répétition minute ; Reverso Duo, Calibre 854
  • 1996 : Reverso chronographe rétrograde.
  • 1998 : Reverso GMT.
  • 1999 : L’Atmos du Millénaire dans le désert
  • 2001 : Reverso platinum
  • 2002 : Master Compressor
  • 2002 : Reverso Septantième
  • 2002 : Le sertissage neige
  • 2003 : Atmos mystérieuse
  • 2004 : Gyrotourbillon I
  • 2004 : AMVOX
  • 2005 : Master Minute Repeater Antoine LeCoultre
  • 2006 : Diving
  • 2007 : Montres extraordinaires
  • 2007 : Extreme LAB
  • 2008 : Reverso gyrotourbillon 2
  • 2008 : Atmos 561 by Marc Newson
  • 2009 : Premiers prix de chronométrie
  • 2009 : Hybris Mechanica à Grande Sonnerie
  • 2010 : Master Grande Tradition à Grande Complication
  • 2011 : La Reverso célèbre ses 80 ans
  • 2011 : Pendule Atmos 561 by Marc Newson, pièce unique
  • 2011 : Montre Reverso à éclipse Zep pièce unique
  • 2013 : Collection Jubilee Jaeger-LeCoultre

Collection actuelle[modifier | modifier le code]

Jaeger-LeCoultre Master Control : réserve de marche.

Les gammes principales sont :

  • Reverso, déclinée en de nombreuses tailles et variantes.
  • Duomètre
  • Master Control
  • Master Grande Tradition
  • Master Compressor
  • Rendez-Vous
  • AMVOX
  • Haute Joaillerie
  • Excellence Horlogère
  • Pendule Atmos
  • Hybris Mechanica

Autres[modifier | modifier le code]

Sponsoring[modifier | modifier le code]

La Reverso étant née d'une demande d'une équipe de polo, Jaeger-LeCoultre est le sponsor officiel de l'équipe de polo Dolfina, qui évolue dans le Championnat d'Argentine open de polo, la Temporada. Elle l'a remporté cette année[Laquelle ?], à l'issue d'un match très serré arraché avec un score de 16 à 15 face à Ellerstina. Les quatre champions (Cambiaso, Monteverde, Aguerre et Castognola) sont les ambassadeurs (publicitaires) de la marque.

Depuis février 2008, l'actrice et top model allemande Diane Kruger compte également parmi les « ambassadrices » de Jaeger-LeCoultre.

Environnement[modifier | modifier le code]

Afin de réduire le flux de véhicules dans la Vallée de Joux et de limiter l'étendue des parkings à proximité des ateliers, Jaeger-LeCoultre applique depuis 2008 une politique de covoiturage et met à disposition plusieurs lignes de bus (vers Morez, Pontarlier et Mouthe).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) History including Significant Investments and Divestments.
  2. La Manufacture Jaeger-LeCoultre célèbre 175 ans de développement continu autour de l'atelier d'Antoine LeCoultre, Fabrice Gueroux.
  3. (en) Business Destinations delves inside the painstaking precision behind fine Swiss watchmaking, le 15/03/2011.
  4. a, b, c, d, e, f et g (en) The Manufacture's Book of Timepieces, Le Sentier, VD, CH: Jaeger-Lecoultre, 2007.
  5. (en) 175 years of continuous development around Antoine LeCoultre’s original workshop|accessdate=2009-04-12.
  6. (en) New temporary exhibition in the Jaeger-LeCoultre Heritage Gallery.
  7. (en) Jaeger-LeCoultre: a guide for the collector, Basha, Zaf, 2008.
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Jaeger-LeCoultre: La Grande Maison, Franco Cologni, Flammarion, 2006.
  9. (en) Master Ultra Thin Jubilee, Mars 2013.
  10. title=Double complications.
  11. History of the Jaeger-LeCoultre Reverso, le 2012 - 2013
  12. Jæger-LeCoultre Hybris Mechanica, Professional Watches, 2009-6.
  13. (en) The Manufacture Jaeger-LeCoultre celebrates its 180th anniversary.
  14. (en) Reflecting on the Jaeger-LeCoultre calibre 101 movement – World’s smallest, le 16/07/2010, Ariel Adams.
  15. (en) Wireless Sensor Networks: Architectures and Protocols, Callaway, Edgar H, US CRC Press, 2003.
  16. (en) Atmos Mystérieuse.
  17. (en) Wake-up Caller: Jaeger-LeCoultre’s Master Memovox, le 01/11/2012.
  18. (en) Jaeger-LeCoultre Memovox Tribute to Polaris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Manfred Fritz, Reverso. La Légende Vivante, Jaeger-LeCoultre, 1992 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Franco Cologni, Jaeger-LeCoultre. La Grande Maison, Éditions Flammarion, 2006, (ISBN 9782080116130) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :