Hérisson (échecs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
Case blanche a8 vide Case noire b8 vide Case blanche c8 vide Case noire d8 vide Case blanche e8 vide Case noire f8 vide Roi noir sur case blanche g8 Case noire h8 vide
Case noire a7 vide Fou noir sur case blanche b7 Case noire c7 vide Cavalier noir sur case blanche d7 Fou noir sur case noire e7 Pion noir sur case blanche f7 Pion noir sur case noire g7 Pion noir sur case blanche h7
Pion noir sur case blanche a6 Pion noir sur case noire b6 Case blanche c6 vide Pion noir sur case noire d6 Pion noir sur case blanche e6 Cavalier noir sur case noire f6 Case blanche g6 vide Case noire h6 vide
Case noire a5 vide Case blanche b5 vide Case noire c5 vide Case blanche d5 vide Case noire e5 vide Case blanche f5 vide Case noire g5 vide Case blanche h5 vide
Case blanche a4 vide Case noire b4 vide Pion blanc sur case blanche c4 Case noire d4 vide Pion blanc sur case blanche e4 Case noire f4 vide Case blanche g4 vide Case noire h4 vide
Case noire a3 vide Case blanche b3 vide Case noire c3 vide Case blanche d3 vide Case noire e3 vide Case blanche f3 vide Case noire g3 vide Case blanche h3 vide
Case blanche a2 vide Case noire b2 vide Case blanche c2 vide Case noire d2 vide Case blanche e2 vide Case noire f2 vide Case blanche g2 vide Case noire h2 vide
Case noire a1 vide Case blanche b1 vide Case noire c1 vide Case blanche d1 vide Case noire e1 vide Case blanche f1 vide Case noire g1 vide Case blanche h1 vide
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
structure hérisson

Le hérisson (parfois système hérisson ou début hérisson) est un schéma d’ouverture développé dans les années 1970 dans lequel les noirs concèdent aux blancs un net avantage d’espace en échange d’une structure souple, sans faiblesse, et propice à la contre-attaque.

Le hérisson peut être obtenu par transposition via différentes ouvertures : principalement la partie anglaise, la défense sicilienne ou la défense ouest-indienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les théoriciens de l’école classique, Steinitz et son continuateur Tarrasch, considéraient le fait de contrôler plus d’espace comme un avantage substantiel. En effet, avec plus de place pour manœuvrer, les pièces peuvent alterner les menaces d’une aile à l’autre avec facilité tandis que l’adversaire dans une position resserrée voit la mobilité de ses pièces diminuée.

Dans les années 1920, l’école hypermoderne a modulé ce jugement en montrant qu’une trop grande expansion pouvait générer des faiblesses, les pions ne pouvant pas reculer.

La structure hérisson était toutefois considérée comme inférieure car trop passive jusque dans les années 1960.

Les pionniers de l'utilisation de cette structure sont considérés comme étant Ulf Andersson et Ljubomir Ljubojević dans les années 1970, bientôt suivis par la plupart des meilleurs joueurs de leur époque[1].

L’un des premiers exemples du dynamisme de ce type de position fut révélé par Bobby Fischer dans sa partie contre Andersson en 1970[2] lors d'une partie exhibition à Siegen[3].

Puis les succès de Ljubojevic en 1973 (victoire face à Hort à Wijk aan Zee, Pomar à Madrid, et les parties nulles face à Portisch à Madrid et Polougaevski à Hilversum) montrèrent la validité du concept. Après la victoire d’Andersson contre Karpov à Milan en 1975 (le champion du monde subissant sa première défaite depuis son accession au titre mondial), le hérisson fut adopté par de nombreux grand maîtres de premier plan (Adorjan, Ribli, Portisch, Polougaevski etc.)

Principe[modifier | modifier le code]

Hormis le cavalier roi qui se développe en f6, toutes les pièces noires restent derrière le « hérisson[4]  » dont les « piquants » sont les pions a6, b6, d6 et e6[5] qui contrôlent la cinquième rangée. Le fou dame est développé en fianchetto afin d’exercer une pression sur le pion blanc en e4, pression qui gène la mobilité des pièces blanches. Le pion c5 est échangé contre le pion d4 blanc.

Les hérissons peuvent différer d'une partie à l'autre selon le jeu des blancs[1]. Le placement du fou roi des blancs peut en effet varier, se trouvant souvent en d3 dans la défense sicilienne où il contrôle plutôt l'aile roi, dans l'anglaise on le retrouve régulièrement en g2 d'où il vise le centre (ce qui n'interdit pas une attaque à l'aile roi)[1]. La case où se trouve ce fou aura des conséquences importantes sur les plans des deux camps[1]. Si les blancs développent leur fou roi en fianchetto, la Dame noire en c7 et la tour en c8 forcent les blancs à défendre le pion c4. Si le fou reste sur la diagonale f1-a6 son activité est limitée par ses propres pions[réf. nécessaire].

Les seules faiblesses des noirs sont les pions d6 et b6. Le pion d6 est défendu par le fou e7 (et éventuellement par une tour noire en d8), tandis que le pion b6 est défendu par le cavalier d7 (voire la Dame en c7).

La variété des ouvertures pouvant mener au hérisson fait qu'il est extrêmement important au joueur actuel de connaître cette structure[1].

Exemple de lignes pouvant mener à une structure en hérisson[modifier | modifier le code]

Le hérisson peut découler de plusieurs types d'ouvertures dont voici des exemples :

Idées stratégiques[modifier | modifier le code]

  • Pression sur e4 (Cf6, Fb7 éventuellement Da8) sur c4 (Tc8)
  • Poussées libératrices en d5 b5
  • Faiblesse en d6 facilement défendue par le Fe7

Parties modèles[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Suba : The Hedgehog
  • (en) Suba : Dynamic Chess Strategy
  • (en) Garri Kasparov : Revolution in the 70’s
  • (en) John Watson : Modern Chess Strategy

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Zenon Franco et Christian Bauer, L'Anglaise expliquée, Olibris,‎ 2007, 140 p. (ISBN 978-2-916340-13-5), p. 9-10
  2. La partie sur le site chessgame.com
  3. En fait, Fischer a joué cette structure avec les blancs.
  4. Xavier Tartacover fut le premier à utiliser cette image pour cette formation — quoique dans une position différente : cf. le site de l'historien des échecs Edward Winter : (en) Chess Notes n°7574
  5. a et b Gábor Kállai, Traité moderne des ouvertures, vol. 2, Caissa Chess Books,‎ 1997, 180 p., p. 140-142