Défense Grünfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La défense Grünfeld est une ouverture du jeu d'échecs créée par le joueur autrichien Ernst Grünfeld (1893-1962). Elle s'obtient après les coups 1.d4 Cf6 2.c4 g6 3.Cc3 d5 (l'ordre des coups peut varier, ce qu'on appelle une transposition). C'est une ouverture dynamique qui mène à de grandes complications.

Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
Tour noire sur case blanche a8 Cavalier noir sur case noire b8 Fou noir sur case blanche c8 Reine noire sur case noire d8 Roi noir sur case blanche e8 Fou noir sur case noire f8 Case blanche g8 vide Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7 Pion noir sur case blanche b7 Pion noir sur case noire c7 Case blanche d7 vide Pion noir sur case noire e7 Pion noir sur case blanche f7 Case noire g7 vide Pion noir sur case blanche h7
Case blanche a6 vide Case noire b6 vide Case blanche c6 vide Case noire d6 vide Case blanche e6 vide Cavalier noir sur case noire f6 Pion noir sur case blanche g6 Case noire h6 vide
Case noire a5 vide Case blanche b5 vide Case noire c5 vide Pion noir sur case blanche d5 Case noire e5 vide Case blanche f5 vide Case noire g5 vide Case blanche h5 vide
Case blanche a4 vide Case noire b4 vide Pion blanc sur case blanche c4 Pion blanc sur case noire d4 Case blanche e4 vide Case noire f4 vide Case blanche g4 vide Case noire h4 vide
Case noire a3 vide Case blanche b3 vide Cavalier blanc sur case noire c3 Case blanche d3 vide Case noire e3 vide Case blanche f3 vide Case noire g3 vide Case blanche h3 vide
Pion blanc sur case blanche a2 Pion blanc sur case noire b2 Case blanche c2 vide Case noire d2 vide Pion blanc sur case blanche e2 Pion blanc sur case noire f2 Pion blanc sur case blanche g2 Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1 Case blanche b1 vide Fou blanc sur case noire c1 Reine blanche sur case blanche d1 Roi blanc sur case noire e1 Fou blanc sur case blanche f1 Cavalier blanc sur case noire g1 Tour blanche sur case blanche h1
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
Position de la défense Grünfeld après 3...d5

La défense Grünfeld a été jouée par les champions du monde Vassily Smyslov et Bobby Fischer, avant d'être popularisée par Garry Kasparov qui l'employa, avec un succès limité, lors de ses matches de Championnat du monde contre Anatoli Karpov (voir parties ci-dessous). Dans les années 2000, elle est régulièrement employée à haut niveau par Peter Svidler, Maxime Vachier-Lagrave et Leinier Domínguez.

Elle est subdivisée en de nombreuses variantes parmi lesquelles :

  • la variante d'échange
  • le système russe
  • le système classique (avec Ff4)
  • les lignes avec Fg5.

Comme on le voit, les Blancs ont l'embarras du choix concernant les variantes, choix qu'ils peuvent effectuer tranquillement chez eux lors de la phase de préparation théorique. Au contraire, pour pouvoir jouer cette défense, les Noirs doivent connaitre parfaitement un grand nombre de variantes aiguës, et ils peuvent en outre avoir à résoudre dans le feu de l'action des problèmes difficiles, tant stratégiques que tactiques. C'est exactement ce qui s'est passé lors des rencontres Karpov-Kasparov sur le thème de la Grünfeld, Karpov disposant d'un arsenal redoutable de nouveautés théoriques préparées avant match. La seule victoire de Kasparov résulta d'une gaffe de Karpov dans une bonne position pour les Blancs, et le score global sur cette ouverture fut en faveur de ces derniers.

La variante d'échange[modifier | modifier le code]

Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
Tour noire sur case blanche a8 Cavalier noir sur case noire b8 Fou noir sur case blanche c8 Reine noire sur case noire d8 Roi noir sur case blanche e8 Case noire f8 vide Case blanche g8 vide Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7 Pion noir sur case blanche b7 Pion noir sur case noire c7 Case blanche d7 vide Pion noir sur case noire e7 Pion noir sur case blanche f7 Fou noir sur case noire g7 Pion noir sur case blanche h7
Case blanche a6 vide Case noire b6 vide Case blanche c6 vide Case noire d6 vide Case blanche e6 vide Case noire f6 vide Pion noir sur case blanche g6 Case noire h6 vide
Case noire a5 vide Case blanche b5 vide Case noire c5 vide Case blanche d5 vide Case noire e5 vide Case blanche f5 vide Case noire g5 vide Case blanche h5 vide
Case blanche a4 vide Case noire b4 vide Case blanche c4 vide Pion blanc sur case noire d4 Pion blanc sur case blanche e4 Case noire f4 vide Case blanche g4 vide Case noire h4 vide
Case noire a3 vide Case blanche b3 vide Pion blanc sur case noire c3 Case blanche d3 vide Case noire e3 vide Case blanche f3 vide Case noire g3 vide Case blanche h3 vide
Pion blanc sur case blanche a2 Case noire b2 vide Case blanche c2 vide Case noire d2 vide Case blanche e2 vide Pion blanc sur case noire f2 Pion blanc sur case blanche g2 Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1 Case blanche b1 vide Fou blanc sur case noire c1 Reine blanche sur case blanche d1 Roi blanc sur case noire e1 Fou blanc sur case blanche f1 Cavalier blanc sur case noire g1 Tour blanche sur case blanche h1
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
Position de la variante d'échange après 6...Fg7
  • 1.d4 Cf6
  • 2.c4 g6
  • 3.Cc3 d5
  • 4.cxd5 Cxd5
  • 5.e4 Cxc3
  • 6.bxc3 Fg7 (ou 6...c5)

Les Blancs occupent le centre avec leurs pions.
Les Noirs vont le contrôler à distance avec le fou g7 et des coups comme ...c5, ...Cc6, ...Da5 et ...Td8 par exemple.

Sur cette variante, les Blancs ont plusieurs possibilités :

  • Les systèmes attaque b7(Tb1) : a)
  • Les systèmes avec 8.Fe3 : b)
  • Les systèmes avec 7.Fc4 : c)

a)

  • 7.Cf3 c5
  • 8.Tb1

b)

  • 7.Cf3 c5
  • 8.Fe3

c)

  • 7.Fc4 c5
  • 8.Ce2 (la variante classique)

Le système russe[modifier | modifier le code]

  • 1.d4 Cf6
  • 2.c4 g6
  • 3.Cc3 d5
  • 4.Cf3 Fg7
  • 5.Db3 dxc4
  • 6.Dxc4 0-0
  • 7.e4

Les Blancs visent le centre (d5+e4), qui est le lieu privilégié de l'échiquier (qui contrôle le centre contrôle l'échiquier).

Le système classique (avec Ff4)[modifier | modifier le code]

  • 1.d4 Cf6
  • 2.c4 g6
  • 3.Cc3 d5
  • 4.Ff4

Les blancs espèrent jouer Tc1,cxd5 avec une pression sur c7. Les noirs réagissent au centre par ...c5. Fg7 5.e3 0-0 6.Cf3 c5 7.dxc5 Da5

Les lignes avec Fg5[modifier | modifier le code]

  • 1.d4 Cf6
  • 2.c4 g6
  • 3.Cc3 d5
  • 4.Cf3 Fg7
  • 5.Fg5

Exemples de parties[modifier | modifier le code]

Alexandre Alekhine-Ernst Grünfeld, Vienne (Autriche), 1922

  • 1. d4 Cf6
  • 2. c4 g6
  • 3. Cc3 d5
  • 4. Fg5 Ce4
  • 5. cxd5 Cxc3
  • 6. bxc3 Dxd5
  • 7. Cf3 Fg7
  • 8. e3 c5
  • 9. Fb5+ Fd7
  • 10. c4 De4
  • 11. o-o Fxb5
  • 12. cxb5 Cd7
  • 13. Tc1 b6
  • 14. Db3 h6
  • 15. Fh4 o-o
  • 16. Tc4 De6
  • 17. Td1 Tfe8
  • 18. d5 Dd6
  • 19. Fg3 e5
  • 20. dxe6 Dxe6
  • 21. Td6 De7
  • 22. Ta4 Cf8
  • 23. Dd5 Tad8
  • 24. Cd2 Txd6
  • 25. Fxd6 Td8
  • 26. Cc4 Dd7
  • 27. h3 Ce6
  • 28. De4 Ff8
  • 29. Fxf8 Dd1+
  • 30. Rh2 Dxa4
  • 31. Fe7 Te8
  • 32. Ff6 Cg7
  • 33. Dd3 Dxa2
  • 34. Fb2 Te6
  • 35. Dc3 f6
  • 36. Dd3 h5
  • 37. e4 Da4
  • 38. Cd6 Db4
  • 39. Cc4 Dxb5
  • 40. f4 Dc6
  • 41. e5 f5
  • 42. Cd6 Te7
  • 43. Dg3 Rh7
  • 44. Dg5 Dd7
  • 45. Dg3 Ce6
  • 46. Df3 b5
  • 47. Da8 Dd8
  • 48. Dd5 b4
  • 49. g3 a5
  • 50. Dc6 Dd7
  • 51. Da6 a4
  • 52. Fa1 a3
  • 53. Dc4 Dc6
  • 54. Rg1 Df3
  • 55. Rh2 Df2+ 0-1 (il peut suivre: 56. Rh1 h4 57. gxh4 Cxf4 58. Dxf4 - pour retarder le mat - 58...Dxf4).


Donald Byrne-Bobby Fischer, New York (États-Unis), 1956

  • 1. Cf3 Cf6
  • 2. c4 g6
  • 3. Cc3 Fg7
  • 4. d4 o-o
  • 5. Ff4 d5
  • 6. Db3 dxc4
  • 7. Dxc4 c6
  • 8. e4 Cbd7
  • 9. Td1 Cb6
  • 10. Dc5 Fg4
  • 11. Fg5 Ca4
  • 12. Da3 Cxc3
  • 13. bxc3 Cxe4
  • 14. Fxe7 Db6
  • 15. Fc4 Cxc3
  • 16. Fc5 Tfe8+
  • 17. Rf1 Fe6!!
  • 18. Fxb6 Fxc4+
  • 19. Rg1 Ce2+
  • 20. Rf1 Cxd4+
  • 21. Rg1 Ce2+
  • 22. Rf1 Cc3+
  • 23. Rg1 axb6
  • 24. Db4 Ta4!
  • 25. Dxb6 Cxd1
  • 26. h3 Txa2
  • 27. Rh2 Cxf2
  • 28. Te1 Txe1
  • 29. Dd8+ Ff8
  • 30. Cxe1 Fd5
  • 31. Cf3 Ce4
  • 32. Db8 b5
  • 33. h4 h5
  • 34. Ce5 Rg7
  • 35. Rg1 Fc5+
  • 36. Rf1 Cg3+
  • 37. Re1 Fb4+
  • 38. Rd1 Fb3+
  • 39. Rc1 Ce2+
  • 40. Rb1 Cc3+
  • 41. Rc1 Tc2# (mat).


Mikhaïl Botvinnik-Vassily Smyslov, Match de Championnat du monde 1957, Moscou (Russie), 17e partie

  • 1. Cf3 Cf6
  • 2. g3 g6
  • 3. c4 c6
  • 4. Fg2 Fg7
  • 5. d4 o-o
  • 6. Cc3 d5
  • 7. cxd5 cxd5
  • 8. Ce5 b6
  • 9. Fg5 Fb7
  • 10. Fxf6 Fxf6
  • 11. o-o e6
  • 12. f4 Fg7
  • 13. Tc1 f6
  • 14. Cf3 Cc6
  • 15. e3 Dd7
  • 16. De2 Ca5!
  • 17. h4 Cc4
  • 18. Fh3 Cd6
  • 19. Rh2 a5
  • 20. Tfe1 b5
  • 21. Cd1 b4
  • 22. Cf2 Fa6
  • 23. Dd1 Tfc8
  • 24. Txc8+?! Txc8
  • 25. Ff1 Fxf1
  • 26. Txf1 Dc6
  • 27. Cd3 Dc2+
  • 28. Dxc2 Txc2+
  • 29. Tf2 Txf2+
  • 30. Cxf2 Cc4
  • 31. Cd1 Rf7
  • 32. b3 Cd6
  • 33. Rg2 h5
  • 34. Rh3 Ce4
  • 35. g4?! hxg4+
  • 36. Rxg4 f5+
  • 37. Rh3 Ff6
  • 38. Ce1 Rg7
  • 39. Cd3 Cc3!
  • 40. Cxc3 bxc3
  • 41. Ce1 Rh6
  • 42. Cc2 Fe7
  • 43. Rg3?! Rh5
  • 44. Rf3 Rxh4
  • 45. Ce1 g5
  • 46. fxg5 Rxg5
  • 47. Cc2 Fd6
  • 48. Ce1 Rh4
  • 49. Cc2 Rh3
  • 50. Ca1 Rh2
  • 51. Rf2 Fg3+
  • 52. Rf3 Fh4!
  • 53. Cc2 Rg1
  • 54. Re2 Rg2
  • 55. Ca1 Fe7
  • 56. Cc2 Rg3
  • 57. Ce1 Fd8
  • 58. Cc2 Ff6!
  • 59. a3 Fe7
  • 60. b4? a4
  • 61. Ce1 Fg5
  • 62. Cc2 Ff6
  • 63. Rd3 Rf2
  • 64. Ca1 Fd8
  • 65. Cc2 Fg5
  • 66. b5 Fd8
  • 67. Cb4 Fb6
  • 68. Cc2 Fa5
  • 69. Cb4 Re1! 0-1. (il peut suivre: 70.Cc2+ Rd1 71. Ca1 Rc1 72. Cc2 Rb2 73. Ce1 Rxa3).

Anatoli Karpov-Garry Kasparov, Match de Championnat du monde 1986, Londres (Angleterre), 5e partie

  • 1. d4 Cf6
  • 2. c4 g6
  • 3. Cc3 d5
  • 4. Ff4 Fg7
  • 5. e3 c5
  • 6. dxc5 Da5
  • 7. Tc1 Ce4
  • 8. cxd5 Cxc3
  • 9. Dd2 Dxa2
  • 10. bxc3 Dxd2+
  • 11. Rxd2 Cd7
  • 12. Fb5 o-o
  • 13. Fxd7 Fxd7
  • 14. e4 f5
  • 15. e5 e6
  • 16. c4 Tfc8
  • 17. c6! bxc6
  • 18. d6 c5?!
  • 19. h4! h6 [note1 1]
  • 20. Ch3!! (Kasparov prévoyait plutôt 20. Cf3 Fc6 21. Ce1 g5!) a5
  • 21. f3! a4
  • 22. The1! a3
  • 23. Cf2! a2
  • 24. Cd3 Ta3
  • 25. Ta1 g5
  • 26. hxg5 hxg5
  • 27. Fxg5 Rf7?!
  • 28. Ff4 Tb8
  • 29. Tec1 Fc6
  • 30. Tc3 Ta5
  • 31. Tc2 Tba8
  • 32. Cc1 1-0
  1. Dans son livre Le guide des échecs, Traité complet, Nicolas Giffard rapporte que Kasparov a déclaré : « Je m'étais préparé à jouer cette position, mais c'est seulement devant l'échiquier que je m'aperçus que les Noirs étaient complètement perdus »

Anatoli Karpov-Garry Kasparov, Match de Championnat du monde 1987, Séville (Espagne), 5e partie

  • 1. d4 Cf6
  • 2. c4 g6
  • 3. Cc3 d5
  • 4. cxd5 Cxd5
  • 5. e4 Cxc3
  • 6. bxc3 Fg7
  • 7. Fc4 c5
  • 8. Ce2 Cc6
  • 9. Fe3 o-o
  • 10. o-o Fg4
  • 11. f3 Ca5
  • 12. Fxf7+ [note2 1] Txf7
  • 13. fxg4 [note2 2] Txf1+
  • 14. Rxf1 Dd6 [note2 3]
  • 15. e5 Dd5
  • 16. Ff2 Tf8
  • 17. Rg1 Fh6
  • 18. h4 Df7
  • 19. Fg3 Fe3+
  • 20. Rh2 Dc4!
  • 21. Tb1 b6
  • 22. Tb2 Dd5
  • 23. Dd3 Cc4
  • 24. Tb1 b5
  • 25. Rh3! a6
  • 26. Cg1 cxd4
  • 27. Cf3 Td8
  • 28. a4! dxc3
  • 29. Dxc3 De6
  • 30. Rh2 bxa4
  • 31. Tb4 Cd2
  • 32. Txa4 Cf1+
  • 33. Rh3 Td1 [note2 4]
  • 34. Dc2 Tc1
  • 35. De2 h5
  • 36. Fe1 Dd7? (36...Ta1! 37. Dc4 Dxc4 38. Txc4)
  • 37. Dxa6 Ta1??
  • 38. Dxg6+ 1-0 (il suit : 38...Rf8 39. e6 Dxe6 40. Dxe6, ou bien 38...Rh8 39. e6 suivi de 40. Dh5+, et l'échec et mat est proche).
  1. (une nouveauté théorique préparée à l'avance par Karpov et/ou ses secondants)
  2. (ce qu'on appelle depuis la variante de Séville de la défense Grünfeld)
  3. (Nicolas Giffard rapporte que Kasparov, totalement surpris par la variante de Séville, dépensa plus d'une heure de son précieux temps à réfléchir sur son 14e coup)
  4. (Kasparov était ici en zeitnot : il ne lui restait qu'une minute pour arriver au contrôle de temps du 40e coup)

Vasily Ivanchuk-Peter Svidler, Morelia/Linares, 2006

  • 1. d4 Cf6
  • 2. c4 g6
  • 3. Cc3 d5
  • 4. Fg5 Ce4
  • 5. Fh4 Cxc3
  • 6. bxc3 dxc4
  • 7. e3 Fe6
  • 8. Db1 c5
  • 9. Dxb7 Fd5
  • 10. Db5+ Cd7
  • 11. Cf3 Tb8
  • 12. Da4 cxd4
  • 13. cxd4 Dc8
  • 14. Tc1 e6?!
  • 15. Fxc4 Tb4
  • 16. Da6! Fb7
  • 17. Da5 f6
  • 18. Cd2! Fxg2
  • 19. Tg1 Dc6
  • 20. Txg2! Dxg2
  • 21. Fxe6 Fd6
  • 22. Tc8+ Re7
  • 23. Txh8 Rxe6
  • 24. Dd8 Dg1+
  • 25. Re2 1-0 (il peut suivre : 25...Dg4+ 26. f3 Tb8 27. Te8+ Rf7 28. fxg4 Txd8 29. Txd8).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Giffard, Le guide des échecs, Traité complet, Éditions Robert Laffont, collection Bouquins, Paris, 1993
  • Anatoli Karpov, La Défense Grünfeld, Ed. A. Colin, 1993
  • (en) Jonathan Rowson, Understanding the Grünfeld, Gambit Publications, 1999
  • (en) Jacob Aagaard, Starting Out: The Grünfeld, Everyman Chess, 2004