Défense Tchigorine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Fou noir sur case noire f8
Cavalier noir sur case blanche g8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire c7
Pion noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Cavalier noir sur case blanche c6
Pion noir sur case blanche d5
Pion blanc sur case blanche c4
Pion blanc sur case noire d4
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche e2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Cavalier blanc sur case blanche b1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Fou blanc sur case blanche f1
Cavalier blanc sur case noire g1
Tour blanche sur case blanche h1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
défense Tchigorine : 1.d4 d5 2.c4 Cc6

La défense Tchigorine est une variante du gambit dame refusé qui s'obtient après les coups 1.d4 d5 2.c4 Cc6. Son code ECO est D07.

La défense Tchigorine tire son nom du grand maître russe du XIXe siècle Mikhail Tchigorine.

Cette défense viole quelques principes de base : les Noirs ne défendent pas le pion central d5, ils bloquent le pion c7 et échangent souvent fou contre cavalier, concédant ainsi la paire de fous. En échange, les noirs se développent rapidement et exercent une pression sur le centre.

Bien que cette ouverture soit critiquée, elle semble jouable pour les Noirs, et peut être employée comme arme surprise.

Le grand maître international Alexander Morozevitch l'a employée régulièrement dans les années 1990 et lui a redonné de l'attrait. Le seul grand-maître à l'avoir intégrée de manière systématique à son répertoire, avec de bons résultats, est le serbe Igor Miladinovic.

Principales variantes[modifier | modifier le code]

Comme c'est une défense peu usuelle, la théorie de cette ouverture n'est pas aussi développée que pour des ouvertures plus populaires.

Après 1.d4 d5 2.c4 Cc6 les principales variantes sont :

  • 3.Cc3
    • 3...Cf6 4.cxd5 Cxd5 5.e4 Cxc3 6.bxc3 e5 7.d5 Cb8 ou 7.Cf3 exd4.
    • 3...dxc4 4.Cf3 Cf6 5.e4 Fg4 6.Fe3 e6 7.Fxc4 Fb4 est une position qui apparaît fréquemment.
  • 3.cxd5 Dxd5 4.e3 e5 5.Cc3 Fb4 6.Fd2 Fxc3
    • 7.bxc3 et maintenant les coups principaux noirs sont 7...Cf6 et 7...Dd6.
    • 7.Fxc3 a reçu beaucoup d'attention ces dernières années et 7...exd4 8.Ce2 Cf6 9.Cxd4 0-0 semble être considéré comme le choix le plus fiable des noirs, mais l'aigu 8...Fg4 est aussi joué parfois.
  • 3.Cf3 Fg4 4.cxd5 Fxf3
    • 5.gxf3 Dxd5 6.e3 et maintenant les noirs ont deux choix, 6...e5 7.Cc3 Fb4 et 6...e6 7.Cc3 Dh5.
    • 5.dxc6 Fxc6 6.Cc3 et les noirs ont deux options 6...Cf6 et 6...e6.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Morozevitch, Vladimir Barsky, Sylvie Templeur, Comment jouer la défense Tchigorine, Payot, 2007, ISBN 2-228902-51-9
  • (en) Valery Bronznik, The Chigorin Defence, Schachverlag Kania, 2005