Fipronil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fipronil
Énantiomère S du fipronil (en haut) et R-fipronil (en bas)
Énantiomère S du fipronil (en haut) et R-fipronil (en bas)
Identification
No CAS 120068-37-3
Code ATC QP53AX15
PubChem 3352
SMILES
InChI
Apparence poudre blanche[1].
Propriétés chimiques
Formule brute C12H4Cl2F6N4OS  [Isomères]
Masse molaire[2] 437,148 ± 0,02 g/mol
C 32,97 %, H 0,92 %, Cl 16,22 %, F 26,08 %, N 12,82 %, O 3,66 %, S 7,34 %,
Propriétés physiques
fusion 201 °C[1]
Solubilité 2,4 mg/ dans l'eau
Masse volumique 1,55 g·cm-3
Pression de vapeur saturante à 20 °C : négligeable[1]
Précautions
Directive 67/548/EEC
Toxique
T
Dangereux pour l’environnement
N



Écotoxicologie
DL50 97 mg·kg-1 (rats, peroral)
LogP 4
DJA 0,0002 mg·kg-1·j-1
Données pharmacocinétiques
Demi-vie d’élim. 120 jours
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le fipronil est une substance active de produit phytosanitaire (ou produit phytopharmaceutique, ou pesticide), qui présente un effet insecticide. Il appartient à une famille chimique dite des phénylpyrazoles.

Le fipronil a été mis au point en France par la société Rhône-Poulenc en 1987 et mis sur le marché en 1993. Il est ensuite devenu la propriété d'Aventis à la suite de la fusion de Rhône-Poulenc avec Hoechst, puis a été revendu à Bayer en 2002 et finalement à BASF en 2003.

Un relatif consensus existe sur sa faible toxicité pour les animaux à sang chaud ou l'Homme quand il est présent dans l'enrobage de semences et utilisé dans de bonnes conditions[3] mais une controverse s'est développée dans les années 2000 quant à son écotoxicité qui semble plus importante qu'annoncée par les fabricants pour les abeilles domestiques et peut-être d'autres apidés sauvages (importants pollinisateurs). Depuis 2013, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) considère qu'il présente "un risque aigu élevé" pour la survie des abeilles quand il est utilisé comme traitement des semences de maïs[4],[5]. Il est été interdit depuis le 16/07/2013 par la Commission Européenne[6]

Usages[modifier | modifier le code]

Cette molécule est couramment utilisée depuis la fin des années 1990, dont comme :

  • substance active de l'insecticide Régent commercialisé par BASF, notamment pour le traitement des semences[7]
  • comme produit antiparasitaire externe vétérinaire (insecticide, notamment contre les puces aux stades larvaire et adulte ;
  • comme acaricide et contre les tiques) des chiens et chats (Frontline) commercialisé par Merial ancienne division vétérinaire de Rhône-Poulenc et Rhône-Mérieux et comme antipuces pour animaux domestiques (en usage vétérinaire et domestique, sous forme de spray) ;
  • contre les cafards, moustiques, sauterelles, aux stades larvaire et adulte ;
  • comme termicide (y compris dans le sol, où il peut s'accumuler puis être désorbé ou percoler en profondeur[8] ; En laboratoire, après cinq cycles de lavage d'un sol traité (lavage avec une eau contenant 0.003 M CaCl), environ 30 % de résidus de fipronil adsorbés étaient désorbés[9]).

Réglementation[modifier | modifier le code]

Sur le plan de la réglementation des produits phytopharmaceutiques :

  • pour l’Union européenne : cette substance active est inscrite à l’annexe I de la directive 91/414/CEE par la directive 2007/52/CE du 16 août 2007, en tant qu'insecticide destiné au traitement des semences ;
  • pour la France : cette substance active est autorisée dans la composition de préparations bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché. Toutefois, elle a fait en 2004 l'objet d'importantes restrictions d'emploi pour son utilisation en protection des cultures. Mi-2007, BASF a fait savoir qu'il déposerait une nouvelle demande d'autorisation de mise sur le marché en France[10].

Polémique en France sur l'impact du fipronil sur les abeilles (et restrictions règlementaires)[modifier | modifier le code]

Des apiculteurs considèrent que le fipronil et l'imidaclopride, qui étaient largement employés en traitement des semences, sont responsables de mortalités importantes d'abeilles.

Dans le cadre de l'évaluation communautaire de la toxicité et écotoxicité du fipronil (en 2004-[11]2006[12], les autorités françaises ont transmis le 6 février 2004 à l'Autorité européenne de sécurité des aliments un projet de monographie concluant à la non-inscription du fipronil à cette annexe I de la directive 91/414/CEE. Cette proposition est fondée sur deux avis de la Commission d'étude de la toxicité des 19 novembre et 17 décembre 2003, recommandant la non-inscription du fipronil « compte tenu des préoccupations majeures pour l'environnement et les espèces sauvages (organismes aquatiques, abeilles, oiseaux et mammifères sauvages ».

En Février 2004, la France a décidé[13] de  :

  • retirer les autorisations provisoires de vente pour tous les usages des produits Régent TS et Régent 5 GR,
  • suspendre les autorisations de mise sur le marché pour tous leurs usages jusqu'à ce que la décision communautaire relative à l'inscription de la substance active fipronil intervienne des produits Schuss, Jumper, Metis, Texas et Zoom,
  • attribution un délai d'écoulement (jusqu'au 31 mai 2004) à la distribution et à l'utilisation des stocks de semences traitées avec les produits Régent TS, Jumper, Métis, Texas, et Zoom.

Le 4 avril 2005, ces décisions ont cependant été annulées par le Conseil d'État, non sur le fond, mais en raison d'un vice de forme, le ministère de l'agriculture n'ayant pas accordé à la société BASF, avant de prendre sa décision, le nombre de jours suffisants pour formuler ses observations.

Considérant qu’il y a lieu de suspendre, jusqu’à la fin de la procédure communautaire d’évaluation, la mise sur le marché des semences traitées avec des produits phytopharmaceutiques contenant du fipronil, trois arrêtés sont alors pris :

  • l'arrêté du 6 avril 2005 interdisant la mise sur le marché de semences traitées avec des produits phytopharmaceutiques contenant du fipronil ;
  • l'arrêté du 15 avril 2005 interdisant la mise sur le marché de produits phytopharmaceutiques contenant du fipronil et destinés au traitement du sol dans le cadre de la lutte contre les taupins et les charançons ;
  • l'arrêté du 19 avril 2005 interdisant l’utilisation des produits phytopharmaceutiques contenant du fipronil en traitement du sol dans le cadre de la lutte contre les taupins et les charançons, et des semences traitées avec ces produits.

Le , un rapport d'étude (Évaluation des risques pour la santé humaine liés à une exposition au fipronil) est publié conjointement par l'AFSSA et l'AFSSE (en France). Il conclut que l'utilisation du fipronil - dans les conditions normales d'usage - est sans danger pour l'homme, qu'il s'agisse de la population générale au travers des résidus alimentaires ou par exposition aux insecticides domestiques, ou des populations professionnelles (agents des usines de production et des stations de semences, agriculteurs). Cette évaluation des effets du fipronil ne portait pas sur ses effets sur la faune, la flore et les écosystèmes.

L'Union européenne et le Fipronil[modifier | modifier le code]

La substance active fipronil a fait l'objet de plusieurs évaluation communautaires par l'EFSA (European Food Safety Authority) :

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques physico-chimiques dont l'ordre de grandeur est indiqué ci-après, influencent les risques de transfert de cette substance active vers les eaux, et le risque de pollution des eaux :

  • Hydrolyse à pH 7 : très stable ;
  • Coefficient de partage carbone organique-eau : 730 cm3·g-1. Ce paramètre, noté Koc, représente le potentiel de rétention de cette substance active sur la matière organique du sol. La mobilité de la matière active est réduite par son absorption sur les particules du sol ;
  • Instable si exposé au soleil (photolyse). Mais il se montre (en laboratoire) stable durant au moins deux semaines dans des récipients en polyéthylène exposés à la lumière, si ces derniers exposés à la lumière durant 0, 24, 48, 72, 168 et 336 heures[23].

Persistance dans le sol[modifier | modifier le code]

Dans les années 2000, on a montré que le fipronil originaire des enduits de traitements de semences, comme certains de ses métabolites (ex : phénylpyrazole) et résidus peuvent être retrouvés dans le sol[24]. Il est peu mobile dans le sol, et reste à proximité de la graine (sauf peut-être, si des vers de terre l'ingèrent et le transportent)[24]. Lors d'expériences faites avec des graines de tournesol traitées par enrobage au fipronil, après 6 mois de culture, 51% du fipronil de l'enrobage était retrouvé dans le sol,7% ayant été absorbé par le tournesol et 42% étant encore présent dans le tégument de la graine[24]. Dans ce cas, trois principaux métabolites étaient trouvés dans le sol (sulfone-fipronil, sulfide-fipronil and amide-fipronil)[24] alors que le produit de photodégradation (le désulfinyl-fipronil), comme on pouvait s'y attendre était presque absent du sol. Le dérivé amide était plus mobile que les autres, mais son activité insecticide est nulle, alors que les deux autres (moins mobiles) sont encore insecticides[24]

Le Fipronil est aussi utilisé à forte dose pour lutter contre les termites souterrains dans les fondations des bâtiments. Pour évaluer la durée de son efficacité contre les termites, on a étudié sa persistance et distribution verticale dans le sol, dans des conditions météorologiques naturelles (à Dehradun en Inde[8]). Pour cela on a pulvérisé sur les sols le fipronil à quatre concentrations (0,05, 0,1, 0,25 et 0,5 %) puis des échantillons de ces sols ont été prélevés après 22, 38 et 56 mois, jusqu'à 75 cm de profondeur. Chaque "carotte" de sol a été découpé en cinq morceaux de 15 cm (correspondant 0-15, 15-30, 30-45, 45-60 et 60-75 cm de profondeur) puis les résidus extractibles en ont été récupérés en agitant 20 g d'échantillon de sol avec de l'acétone. L'extrait dans l'acétone a été ensuite concentré et purifié sur une colonne de Florisil et dosés. On a ainsi montré que le fipronil persistait encore dans le sol 56 mois après l'application jusqu'à 30 cm de profondeur. Deux métabolites (désulfinyl et sulfure de fipronil) ont été détectés dans le sol après le 22ème mois qui a suivi l'application et des Résidus de fipronil ont été retrouvés jusqu'à 60 cm de profondeur. Ces résidus se sont lentement dissipés dans les couches profondes[8].

Écotoxicologie[modifier | modifier le code]

Sur le plan de l’écotoxicologie, les concentrations létales 50 (CL50) dont l'ordre de grandeur est indiqué ci-après, sont observées :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c FIPRONIL, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Fipronil: environmental fate, ecotoxicology, and human health concerns. Tingle CC, Rother JA, Dewhurst CF, Lauer S, King WJ. Rev Environ Contam Toxicol. 2003; 176:1-66.
  4. European Food Safety Authority (2013), Conclusion on the peer review of the pesticide risk assessment for beesfor the active substance fipronil, EFSA Journal2013;11(5):3158. [51pp.]doi:10.2903/j.efsa.2013.3158. En lkigne : :www.efsa.europa.eu/efsajournal (résumé)
  5. Actu Environnement (2013)Pesticide : l'Efsa pointe les risques du fipronil pour les abeilles
  6. http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-708_en.htm
  7. APENET (2011) “Effects of coated maize seed on honeybees” . Report base d on results obtained from the third year (2011) activity of the APENET project
  8. a, b et c KK Sharma, Kalpana, Vandana Sharma, Pratigya Gupta, Maisnam Jaya, Anoop Kumar and Bijendra Singh, Persistence and vertical distribution of termiticide fipronil in modified ground board test  ; Environmental Monitoring and Assessment Volume 137, Numbers 1-3, 179-184, 2008, DOI: 10.1007/s10661-007-9738-7 (Résumé)
  9. Neil A. Spomer and Shripat T. Kamble, Sorption and Desorption of Fipronil in Midwestern Soils ; Bulletin of Environmental Contamination and Toxicology Volume 84, Number 2, 264-268, DOI: 10.1007/s00128-009-9915-1 (Résumé)
  10. Source : France agricole, p 14, 31 Août 2007
  11. France (2004) Draft assessment report on the active substance fipronil prepared by the rapporteur Member State France in the framework of Directive 91/414/EEC, Avril 2004
  12. France (2006) Final Addendum to the Draft assessment report on the active substance fipronil, compiled by EFSA, Janvier 2006
  13. Décision du 24 février 2004 publiée au Journal officiel sous forme d'un avis du 27 février 2004
  14. El Hassani, A. K., Dacher, M., Gauthier, M., & Armengaud, C. (2005). Effects of sublethal doses of fipronil on the behavior of the honeybee (Apis mellifera). Pharmacology Biochemistry and Behavior, 82(1), 30 - 39.
  15. EFSA ( European Food Safety Authority ), 2006 ; Conclusion regarding the peer review of the pesticide risk assessment of the active substance fipronil, finalised on 3 March 2006, revised version of 12 Ari l 2006. EFSA Scientific report (2006) 65, 1 - 110 doi:10.2903/j.efsa.2006.65r . Available online: www.efsa.europa.eu/efsajournal
  16. European Commission, 2010; Review report for the active substance fipronil, finalised in the Standing Committee on the Food Chain and Animal Health at its meeting on 16 March 2007 in view of the inclusion of fipronil in Annex I of Directive 91/414/EEC. SANCO/10033/2006 – final rev 1, 12 March 2010
  17. EFSA PPR (EFSA Panel on Plant Protection Products and their Residues), 2012 ; Scientific Opinion on the science behind the development of a risk assessment of Plant Protection Products on bees ( Apis mellifera , Bombus spp. and solitary bees). EFSA Journal 2012; 10(5) 2668. [275 pp.] doi:1 0.2903/j.efsa.2012.2668. Available online: www.efsa.europa.eu/efsajournal
  18. EFSA (European Food Safety Authority), 2012 Statement on the assessment of the scientific information from the Italian project “APENET” investigating effects on honeybees of coated maize seeds with some neonicotinoids and fipronil. EFSA Journal 2012;10(6):2792. [26 pp.] doi:10.2903/j.efsa.2012.2792. Available online : www.efsa.europa.eu/efsajournal
  19. EFSA (European Food Safety Authority) 2013 ; Conclusion on the peer review of the pesticide risk assessment for bees for the active substance thiamethoxam. EFSA Journal 2013;11(1):3067. [68 pp.] doi:10.2903/j.efsa.2013.3067. En ligne : www.efsa.europa.eu/efsajournal
  20. EFSA (European Food Safety Authority), 2013. Peer Review Report to the conclusion regarding the peer review of the pesticide risk assessment for bees for the active substance fipronil
  21. EFSA (European Food Safety Authority) 2013 ; Conclusion on the peer review of the pesticide risk assessment for bees for the active substance clothianidin. EFSA Journal 2013;11(1): 3066. [58 pp.] doi:10.2903/j.efsa.2013.3066. En ligne : www.efsa.europa.eu/efsajournal
  22. EFSA (European Food Safety Authority) 2013; Conclusion on the peer review of the pesticide risk assessment for bees for the active substance imidacloprid. EFSA Journal 2013;11(1):3068. [55 pp.] doi:10.2903/j.efsa.2013.3068 ; En ligne : www.efsa.europa.eu/efsajournal
  23. T. J. Husen, N. A. Spomer et S. T. Kamble, Degradation of Fipronil (Termidor®) in Aqueous Solution Stored in Polyethylene Tanks Exposed to Sunlight or Shade ; Bulletin of Environmental Contamination and Toxicology, Volume 82, Number 5, 605-609, DOI:10.1007/s00128-009-9651-6 (Résumé)
  24. a, b, c, d et e Raveton, M., Aajoud, A., Willison, J., Cherifi, M., Tissut, M., & Ravanel, P. (2007). Soil distribution of fipronil and its metabolites originating from a seed - coated formulation. Chemosphere, 69(7), 1124 - 1129 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bernal, J.;Garrido-Bailón, E.;Del Nozal, M. J.;González-Porto, A. V.;Martín-Hernández, R.;Diego,J. C.;Jiménez, J. J.;Bernal, J. L.;Higes, M. (2010) Overview of pesticide residues in stored pollenand their potential effect on bee colony (Apis mellifera) losses in Spain. Journal of EconomicEntomology, 103(6), December 2010, pp. 1964-1971,DOI:http://dx.doi.org/10.1603/EC10235.
  • (en) Bernal, J., Martin - Hernandez, R., Diego, J. C., Nozal, M. J., Gozalez - Porto, A. V., Bernal, J. L., & Higes, M. (2011) An exposure study to assess the potential impact of fipronil in treated sunflower seeds on honey bee colony losses in Spain. Pest management science, 67(10), 1320 - 1331, DOI: 10.1002/ps.2188.
  • (en) Biocca M . , Conte E . , Pulcini P . , Marinelli E . , Pochi D . (201 1 ) Sowing simulation test of a pneumatic drill equipped with systems aimed at reducing the emission of abrasion dust from maize dressed seed. J ournal of Environ mental Sci ence and Health , B 46(6): 438 - 448.
  • (en) Chauzat, M. P., Fau con, J. P., Martel, A. C., Lachaize, J., Cougoule, N., & Aubert, M. (2006) A survey of pesticide residues in pollen loads collected by honey bees in France. Journal of Economic Entomology, 99(2), 253 - 262, doi: 10.1603/0022 - 0493 - 99.2.25.
  • (en) Chauzat, M. P., Ca rpentier, P., Martel, A. C., Bougeard, S., Cougoule, N., Porta, P., Lachaize, J., Madec, F., Aubert, M., & Faucon, J. P. (2009) Influence of pesticide residues on honey bee (Hymenoptera: Apidae) colony health in France. Environmental Entomology, 38(3), 51 4 - 523, doi: 10.1603/022.038.0302.
  • (en) Chauzat, M. - P., Martel, A. - C., Cougoule, N., Porta, P., Lachaize, J., Zeggane, S., Aubert, M., Carpentier, P. and Faucon, J. - P. (2011). An assessment of honeybee colony matrices, Apis mellifera (Hymenoptera: Apidae) to mon itor pesticide presence in continental France. Environmental Toxicology and Chemistry, 30(1), 103 – 111, doi: 10.1002/etc.361.
  • (en) CRD (Chemicals Regulation Directorate of the Health and Safety Executive ), 2013 Results of Wildlife Incident Investigation Scheme enquiries in the UK, Quarterly reports spreadsheet, http://www.pesticides.gov.uk/Resources/CRD/Migrated-Resources/Documents/W/WIIS_Q1_Publication_2012.xlsx
  • (en) Frommberger, M., J. Pistorius, A. Schier, I. Joachimsmeier, D. Schenke (2012)Guttation and the risk for honey bee colonies (Apis mellifera L.): a worst case semi - field scenario in maize with special consideration of impact on bee brood and brood development. Hazards of pesticides to bees (ICPBR), Pays-Bas 2011, Julius - Kühn - Archiv, No. 437, p. 71-76
  • (en) Marzaro M, Vivan L, Targa A, Mazzon L, Mori N, Greatti M, Petrucco Toffolo E, Di Bernardo A, Giorio C, Marton D, Tapparo A, Girolami V. (2011). Lethal aerial powdering of honey bees with neonicotinoid s from fragments of maize seed coat. Bulletin of Insectology, 64, 118-125</ref>.
  • (en) Mohapatra S, Deepa M, Jagdish GK, Rashmi N, Kumar S, Prakash GS (2010), Fate of fipronil and its metabolites in/on grape leaves, berries and soil under semi arid tropical climatic conditions ; Bull Environ Contam Toxicol. 2010 May; 84(5):587-91. Epub 2010 Apr 3.
  • (en) Vidau C., Diogon M., Aufauvre J., Fontbonne R., Viguès B., Brunet J - L., Texier C., Biron D. G., Blot N., El Alaoui H., Belzunces L. P., Delbac F. (2011). Exposure to sublethal doses of fipronil and thiacloprid highly increases mortality of honeybees previously infected by Nosema ceranea . Plos One - www.plosone.org – Juin 2011 – Vol 6 – Issue 6 – e21550</ref>