Clothianidine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Clothianidine
Clothianidine
Identification
Nom IUPAC (E)-1-(2-chloro-1,3-thiazol-5-ylméthyl)- 3-méthyl-2-nitroguanidine
No CAS 210880-92-5 (E)
PubChem 213027
Apparence cristaux incolores
Propriétés chimiques
Formule brute C6H8ClN5O2S  [Isomères]
Masse molaire[1] 249,678 ± 0,014 g/mol
C 28,86 %, H 3,23 %, Cl 14,2 %, N 28,05 %, O 12,82 %, S 12,84 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La clothianidine est un insecticide de la famille des néonicotinoïdes.

La clothianidine est notamment le principe actif du Poncho, insecticide systémique commercialisé par Bayer et Sumitomo. C'est aussi le principal métabolite toxique du thiamétoxame (Syngenta). Elle sera interdite sur certaines cultures en Europe avec deux autres principes actifs (imidaclopride et thiaméthoxame) à partir du 1er décembre 2013[2], en raison de leur probable responsabilité dans la mortalité des abeilles et autres pollinisateurs, telle qu'évaluée par l'EFSA en 2013.

Plus généralement les insecticides systémiques ont fait l'objet d'une attention croissante de la communauté scientifique du fait de leurs impacts sur la biodiversité et l'agriculture[3]. Conduite par Jean-Marc Bonmatin (CNRS), une méta-analyse basée sur l'examen de toute la littérature existante concernant les néonicotinoïdes et le fipronil a été publiée fin 2014 par 29 chercheurs indépendants, sous la forme d'un numéro spécial dans Environmental Science and Pollution Research (Bijleveld van Lexmond et al. 2014). Ce groupe de scientifiques de la Task Force on Systemic Pesticides a publié 8 articles scientifiques consécutifs concluant à un impact élevé pour les pollinisateurs (dont les abeilles et bourdons), invertébrés du sol (dont les vers de terre), invertébrés et vertébrés aquatiques (dont les amphibiens) et d'autres vertébrés non cibles (dont les oiseaux) (Van der Sluijs et al. 2014).

Les néonicotinoïdes sont bien moins actifs sur le système nerveux des mammifères. Toutefois, l'impact sur la santé humaine des néonicotinoïdes reste peu étudié bien que l'Homme soit exposé de façon multiple et chronique au travers de la nourriture (céréales, fruits, légumes...), des boissons (eau, jus de fruits...), insecticides pour animaux (anti-puces et tiques...), traitements des charpentes contre les termites, anti-blattes etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. « Abeilles : interdiction de trois pesticides dans l'UE à compter du 1er décembre », sur http://www.lemonde.fr/,‎ 24/05/2013
  3. « Le déclin massif des insectes menace l'agriculture », le Monde,‎ 2014 (lire en ligne)