Dialectes du grec ancien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Distribution des dialectes grecs, aux alentours de 400 av. J.-C.
Histoire de la langue grecque
(voir aussi : alphabet grec)
Proto-grec (vers 2000 av. J.-C.)

Mycénien (vers 1600-1100 av. J.-C.)


Grec ancien (vers 800-300 av. J.-C.)
Dialectes :
éolien (en), arcado-cypriote (en), ionien-attique,
dorien, pamphylien (en) ; grec homérique.
Dialecte possible : ancien macédonien.


Koinè (dès 300 av. J.-C.)


Grec médiéval (vers 330-1453)
Parlers :
helladique (Έλλαδική) en Grèce, autour de l'Égée et à Constantinople,
katoitaliote (Κατωιταλιώτικη) en Calabre et Sicile,
paléopontique (Παλαιποντική) autour de la Mer Noire,
anatolien (Ανατολική) en Asie Mineure intérieure, Anatolie et au proche-orient
notique (Νοτική) en Cyrénaïque et Égypte.


Grec moderne (dès 1453)
Dialectes :
cappadocien, crétois, chypriote,
démotique, griko, katharévousa,
pontique, tsakonien, yévanique

Dans l’Antiquité, le grec ancien n'était pas constitué d'une langue unique, littéraire et normative, celle qu’on étudie actuellement lorsqu’on lit dans le texte des auteurs comme Platon ou Aristophane. Leur langue — langue d’Athènes — l’ionien-attique, n’est en effet qu’un des nombreux dialectes grecs alors présents dans la sphère hellénophone ; c’est cependant le plus prestigieux et, surtout, celui qui nous est le mieux connu. Son succès se constate simplement lorsque l’on sait que le grec moderne en est issu.

Il faut donc se représenter ce que l’on nomme grec ancien comme un ensemble de dialectes plus ou moins intercompréhensibles et plus ou moins proches, qui n’ont pas nécessairement existé à la même époque et qui, surtout, n’ont pas eu la même importance ni le même destin au sein de cette famille linguistique.

Disparités entre les dialectes[modifier | modifier le code]

Si certains dialectes comme celui d’Athènes nous sont très bien connus, c’est en raison de plusieurs facteurs qui font se mêler importance culturelle, littéraire, économique et politique (dans une moindre mesure) puis religieuse (surtout avec l’apparition du christianisme) de la zone où les dialectes en question ont été parlés. Ainsi, l’ionien-attique est devenu la langue grandement majoritaire des textes littéraires et scientifiques grecs (d'où son importance, encore actuelle, dans la formation de mots savants au moyen de radicaux grecs) puis, avec l’hégémonie athénienne et les conquêtes d’Alexandre le Grand, la langue véhiculaire (la koinè au sens propre, « langue commune »), du monde hellénistique puis Romain (à tel point que les Romains des classes aisées, sous l'Empire, se devaient de la parler). De là, son expansion est devenue irrépressible : langue de communication, la koinè est la langue grecque par défaut, celle dans laquelle, enfin, sont rédigés les Évangiles chrétiens, ce qui la consacre comme langue liturgique (et lui permet d'influencer grandement des langues de pays partageant cette religion, comme le latin ecclésiastique puis, après le Grand Schisme d'Orient, les langues de l'église orthodoxe : langues slaves, copte...). Tous ces phénomènes expliquent qu’actuellement ionien-attique soit devenu synonyme de grec et que ce soit cette variante qu’on étudie en classe : c’est en effet celle que l’on connaît le mieux et que l’on peut, grammaticalement et lexicalement, décrire le plus en détail, celle qui est aussi porteuse d’un passé illustre.

À l’inverse, d’autres dialectes ne nous sont connus que par de rares inscriptions non littéraires (souvent très limitées quant au lexique, du type « X a donné Y à Z » ou « X a fait Y pour Z »), voire quelques mots isolés (dans des gloses, les Grecs s'étant souvent étonnés que tel mot se dise de telle manière dans tel dialecte), ne sont généralement étudiés que dans le cadre de la philologie ou de linguistique. C’est le cas de l’éléen, de l’étolien ou du cyrénéen, par exemple.

Entre les deux se trouvent des dialectes qui auraient pu connaître le destin de l’ionien-attique, utilisés aussi en littérature, bien connus et que l’on peut décrire très correctement quant à la grammaire et au lexique. L’importance qu’a pris l’ionien-attique les a cependant plus ou moins effacés des usages puis des mémoires. On peut compter au rang de tels dialectes l’ionien, l'éolien (en) ou le dorien.

Raisons du morcellement dialectal[modifier | modifier le code]

L'absence apparente d'unité linguistique dans la Grèce d'avant la koinè s'explique historiquement, culturellement et naturellement. Premièrement, très tôt les Grecs ont établi une dichotomie entre les Doriens et les Achéens, les premiers correspondant aux « envahisseurs » de la seconde vague de peuplement, les mêmes qui ont fait disparaître la civilisation mycénienne. Cette séparation se retrouve, mutatis mutandis, dans le domaine linguistique.

De plus, la Grèce d'avant la période hellénistique ne constitue pas une nation et si le sentiment d'appartenir à une même « race » (qu'on oppose au reste du monde, les βάρϐαροι / bárbaroi, « barbares », proprement « ceux qui font brrr brrr », « ceux qui baragouinent ») existe bel et bien, cette « race » grecque ne vise pas à une unité. De fait, le modèle politique dominant est celui de la cité ; le sentiment d'indépendance peut même être renforcé par le relief montagneux grec, qui isole les différentes cités. Les conquêtes d'Alexandre le Grand puis des Romains vont cependant, en faisant de la langue d'Athènes une langue véhiculaire, promouvoir l'emploi d'un seul dialecte, l'ionien-attique, alors devenu la koinè (puis le grec médiéval et, de là, le grec moderne). Il est d'ailleurs notable qu'actuellement le grec moderne soit une langue unifiée et que ne subsistent que de rares dialectes, dont le plus célèbre est sans doute le tsakonien (issu du dorien, ce qui prouve une fois de plus combien la séparation entre les Doriens et les Achéens est restée vivace).

Unité sous-jacente du grec[modifier | modifier le code]

Cette apparente disparité, qui apparaît surtout à l'historien, ne doit cependant pas cacher le fait que les dialectes grecs restent globalement intercompréhensibles quand on se situe en synchronie (il est évident qu'un dialecte aussi archaïque que le mycénien du XIIIe siècle avant notre ère n'aurait sans doute pas été compris par un locuteur de la koinè du Ier siècle de notre ère). En sorte, les principales différences relèvent principalement de la phonétique (mais les systèmes phonologiques restent assez proches : il suffit par exemple de savoir qu'un / ā ionien-attique vaut un η / ê ionien), un peu moins de la morphologie, encore moins du lexique et quasiment pas de la syntaxe. On peut donc parler d'une réelle unité linguistique : les différences dialectales devaient ainsi être considérées principalement comme un problème d'« accent ».

De plus, comme on le verra, les dialectes « littéraires », ceux qu'on utilisait pour la littérature, ont connu une certaine pérennité. Une tragédie classique de Sophocle, écrite majoritairement en ionien-attique, possède nécessairement des passages en « dorien » (ou, plutôt, en ce qui était senti comme tel, car c'est une question de convention) et emprunte parfois à l'ionien, essentiellement quand elle démarque l'épopée. La langue littéraire, surtout poétique, est composite au sens où il s'agit d'un parler artistique (en allemand, une Kunstsprache) obtenue par une création consciente. L'exemple le plus clair est celui de la poésie d'Homère : celle-ci est couchée dans une langue artificielle qui ne fut jamais parlée, qualifiée de « langue homérique », et où les exigences du mètre et les nécessités de la composition formulaire ont fait cohabiter un certain nombre d'éléments anciens (éoliens ou mêmes mycéniens) avec des éléments beaucoup plus récents (la base du dialecte homérique est un ionien relativement archaïque). Mais c'est aussi valable pour la poésie lyrique et iambique, en particulier la Lyrique chorale de Pindare et Bacchylide : les poètes archaïques écrivent une langue bigarrée, conventionnelle, qui selon le genre évite (lyrique chorale) ou cultive (iambographes) l'aspect ionien, mais n'est jamais vraiment transposée de leur parler quotidien.

Enfin, si avant -403 le grec s'écrit différemment selon l'endroit où il est parlé, au moyen des alphabets épichoriques, après cette date, de manière étalée, il en vient à suivre le modèle ionien d'Athènes en même temps que s'assied l'importance du dialecte ionien-attique puis de la koinè. La disparition des consonnes anciennes (digamma, koppa, San), pourtant utiles à certains dialectes, est aussi révélatrice d'une unité sous-jacente : assez rapidement, le grec s'est écrit partout de la même façon.

Les dialectes[modifier | modifier le code]

Le « grec commun »[modifier | modifier le code]

C’est ainsi (ou parfois proto-grec) qu’on nomme l’ancêtre de tous les dialectes grecs, une langue restituée et non attestée étudiée principalement en linguistique comparée et en phonétique historique du grec, permettant de déterminer les étymons des mots historiques. Dans les faits, il s’agit d’une forme dialectale de l’indo-européen possédant encore des caractéristiques qui disparaîtront pour certaines par la suite. Par exemple, on sait qu’en grec commun existait une paire de consonnes présentes aussi en indo-européen et notées * pour la sonore, * pour la sourde, des occlusives labio-vélarisées /gʷ/, /kʷ/ (conformément aux usages philologiques, l’astérisque indique les formes non attestées). Ces consonnes ont évolué différemment selon les dialectes, ce qui explique des disparités apparentes : ainsi, en ionien-attique, le mot pour « bœuf » est βοῦς boûs (cf. latin bove(m), qui donne notre bœuf) mais en mycénien, dialecte bien plus ancien, on trouve pour la même notion un radical qo- (pour le mycénien, on note par q le phonème //) : l’ancienneté du terme mycénien ainsi que le rapprochement avec d’autres langues indo-européennes (gau- en sanskrit, kouz en germanique (avec passage de g à k selon la loi de Grimm) d'où l'anglais cow ) permettent de déterminer que ces deux consonnes // et /b/ ne peuvent que remonter toutes deux au * du grec commun et de l'indo-européen.

Liste des dialectes et répartition[modifier | modifier le code]

Les dialectes littéraires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la langue grecque :
    • A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque, 8e éd., Paris, 1975 (1re éd. 1913 ; l’ouvrage sans doute le plus suggestif qui ait été écrit sur l'évolution du grec ancien)
    • P. S. Costas, An Outline of the History of the Greek Language: with Particular Emphasis on the Koine and the Subsequent Periods, Chicago, 1936
    • G. C. Horrocks, Greek. A History of the Language and its Speakers, Londres, 1997 (la référence ; mène jusqu’au grec moderne)
    • W. Moleas, The Development of the Greek Language. Second Edition, Londres, 2004 (1re éd. 1980 ; plus accessible que le précédent, mais moins fiable)
  • Les différents dialectes :

Orientation générale dans les manuels de C. D. Buck, The Greek Dialects. Grammar, Selected Inscriptions, Glossary, dernière édition 1955 (Chicago & Londres), et de A. Thumb, Handbuch der griechischen Dialekte, 2 vol. révisés respectivement par E. Kieckers et A. Scherer, 1932-1959 (Heidelberg). Le premier est plus user-friendly, sélectif et daté que le second. Depuis lors ont paru R. Schmitt, Einführung in die griechischen Dialekte (Darmstadt, 1977) et Y. Duhoux, Introduction aux dialectes grecs anciens. Problèmes et méthodes. Recueil de textes traduits (Louvain, 1983), qui restent assez sommaires et se complètent davantage qu’ils ne se concurrencent. Le grand traité complet, le seul dont on dispose, est celui de Bechtel, en trois volumes : indispensable bien que souvent cursif, mais anté-saussurien et aujourd'hui très daté. On gagne à utiliser le traité inachevé de Hoffmann, beaucoup plus détaillé et qui a le mérite de collecter, en tête de chacun de ses tomes, toutes les sources connues alors (fragments poétiques et inscriptions notamment). Pour ce qui est de la perception littéraire des dialectes du point de vue d'un locuteur athénien à travers le prisme que constitue l’Ancienne Comédie attique, on dispose de la synthèse de grande ampleur de S. Colvin, Dialect in Aristophanes and the Politics of Language in Ancient Greek Literature, Oxford, 1999.

  • Attique :
    • W. G. Rutherford, The New Phrynichus, Being a Revised Text of the Ecloga of the Grammarian Phrynichus with Introductions and Commentary, Londres, 1881, chapitre I
    • K. Meisterhans, Grammatik der attischen Inschriften, Berlin : 1re éd. 1885, 2e éd. augmentée 1888, 3e éd. refaite par E. Schwyzer, 1900 (dépassé)
    • G. Björck, Das Alpha impurum und die tragische Kunstsprache: attische Wort- und Stilstudien, Uppsala, 1950 (sur le dialecte littéraire artificiel de la tragédie, notamment les alphas "doriens" des parties lyriques)
    • S.-T. Teodorsson, The Phonemic System of the Attic Dialect 400-340 B.C., Lund, 1974 (abstrait mais utile)
    • A. C. Moorhouse, The Syntax of Sophocles, Leyde, 1982
    • A. A. Long, Language and Thought in Sophocles: A Study of Abstract Nouns and Poetic Technique", Londres, 1968
    • L. Threatte, A Grammar of Attic Inscriptions, I Phonology, II Morphology, Berlin & New York, 1980-1996 (fondamental)
  • Dorien :
    • P.-E. Legrand, Étude sur Théocrite, Paris, 1898, chapitre IV, section 1
    • F. Bechtel, Die griechischen Dialekte, II Die westgriechischen Dialekte, Berlin, 1923
    • E. Bourguet, Le dialecte laconien, Paris, 1927 (présente la vie du dialecte à travers les inscriptions connues du temps de l’auteur)
    • D. L. Page, Alcman. The Partheneion, Oxford, 1951, chapitre III
    • C. Dobias-Lalou, Le dialecte des inscriptions grecques de Cyrène, Paris, 2000
  • Béotien :
    • F. Bechtel, Die griechischen Dialekte, I Der lesbische, thessalische, böotische, arkadische und kyprische Dialekt, Berlin, 1921
    • D. L. Page, Corinna, Londres, 1953, chapitre II
  • Ionien :
    • A. Fick, Die homerische Ilias nach ihrer Entstehung betrachtet und in der ursprünglichen Sprachform wiederhergestellt, Göttingen, 1886, Préface (idées à connaître, pour s’en garder : postule le transfert des épopées homériques depuis leur éolien primitif vers un ionien "récent", qu’il distingue d’un prétendu "vieil ionien" entièrement vernaculaire, et prétend restaurer le dialecte originel [Hésiode en delphique, etc.] des poètes archaïques)
    • R. Meister, Die Mimiamben des Herodas. Herausgegeben und erklärt, mit einem Anhang über den Dichter, die Überlieferung und den Dialekt, Leipzig, 1893 (l’Appendice sur le dialecte est resté capital)
    • H. Weir Smyth, The Sounds and Inflections of the Greek Dialects. Ionic, Oxford, 1894 (presque complet, très grande abondance de données présentées et discutées sans dogmatisme ; vieilli dans le détail mais probablement irremplaçable)
    • O. Hoffmann, Die griechischen Dialekte in ihrem historischen Zusammenhange, mit den Wichtigsten ihrer Quellen, III Der ionische Dialekt, Göttingen, 1898 (exposé très détaillé de la phonétique de l’ionien ; les perspectives générales sont à prendre avec des pincettes car l’auteur adopte le cadre théorique de Fick pour le dialecte homérique et l’évolution de l'ionien en général)
    • A. Hauvette, Archiloque. Sa vie et ses poésies, Paris, 1905, chapitre II, section 2.1 (contre les théories de Fick et Hoffmann sur le caractère ionien vernaculaire du dialecte archiloquien ; montre qu’il s’agit d'un dialecte littéraire, influencé par l’épopée homérique)
    • J. Schöne, De dialecto Bacchylidea, Dissertation Leipzig, 1909
    • J. Wackernagel, Sprachliche Untersuchungen zu Homer, Göttingen, 1916 (sur les atticismes de l’épopée ; a mal vieilli, à prendre avec des pincettes)
    • K. Meister, Die homerische Kunstsprache, Leipzig, 1921 (sur le dialecte homérique comme langue d’art, partant artificielle)
    • F. Bechtel, Die griechischen Dialekte, III Der ionische Dialekt, 1924
    • C. J. Ruijgh, L’élément achéen dans la langue épique, Assen, 1957
    • H. B. Rosén, Eine Laut- und Formenlehre der herodotischen Sprachform, Heidelberg, 1962
    • M. L. West, Hesiod Theogony. Edited with an Introduction and Commentary, Oxford, 1966, chapitre VII des Prolégomènes (détails capitaux, théorie générale contestable, notamment à propos du digamma et de l’imititation de l'épopée homérique)
    • V. Schmidt, Sprachliche Untersuchungen zu Herondas, Berlin, 1968
    • G. P. Edwards, The Language of Hesiod in its Traditional Context, Oxford, 1971 (très important)
    • M. Nöthiger, Die Sprache des Stesichorus und des Ibycus, Zürich, 1971
    • G. P. Shipp, Studies in the Language of Homer. Second Edition, Cambridge, 1972 (étudie le mélange des éléments "anciens" et "récents" dans la diction épique ; trouve ces derniers surtout présents dans les similés)
    • R. Janko, Homer, Hesiod and the Hymns. Diachronic Development in Epic Diction, Cambridge, 1982 (fondamental pour la chronologie dialectale des œuvres archaïques en hexamètres)
    • P. Hummel, La syntaxe de Pindare, Louvain & Paris, 1993
    • O. Poltera, Le langage de Simonide : étude sur la tradition poétique et son renouvellement, Berne, 1997
  • Lesbien :
    • O. Hoffmann, Die griechischen Dialekte in ihrem historischen Zusammenhange, mit den Wichtigsten ihrer Quellen, II Der nord-achäische Dialekt, Göttingen, 1893 (toujours très important)
    • F. Bechtel, Die griechischen Dialekte, I Der lesbische, thessalische, böotische, arkadische und kyprische Dialekt, Berlin, 1921
    • E. Lobel, Sapphous mele: The Fragments of the Lyrical Poems of Sappho, Oxford, 1925
    • E. Lobel, Alkaiou mele: The Fragments of the Lyrical Poems of Alcaeus, Oxford, 1927 (les introductions de ces deux éditions des fragments des poètes lesbiens forment un seul et même développement continu sur le dialecte, qui reste encore important : LXXXVIII + XCVII pages)
    • D. L. Page, Sappho and Alcaeus: An Introduction to the Study of Ancient Lesbian Poetry, Oxford, 1955 (surtout les aspects philologiques ; littérairement peu sensible)
    • E.-M. Hamm, Grammatik zu Sappho und Alkaios, Berlin, 1957 (très bonne exposition des faits)
    • W. Blümel, Die aiolischen Dialekte: Phonologie und Morphologie der inschriftlichen Texte aus generativer Sicht, Göttingen, 1982 (tentative de synthèse, trop ambitieuse et partiellement manquée, sur les parlers éoliens)
    • R. Hodot, Le dialecte éolien d’Asie. La langue des inscriptions. VIIe s. a.C.- IVe s. p.C., Paris, 1990 (plus limité que le précédent, lui est préférable)
  • Arcadien :
    • L. Dubois, Recherches sur le dialecte arcadien, Louvain, 1988
  • Pamphylien :
    • C. Brixhe, Le dialecte grec de Pamphylie : documents et grammaire, Paris, 1976
  • Crétois :
    • M. Bile, Le dialecte crétois ancien : étude de la langue des inscriptions, recueil des inscriptions postérieures aux IC, Paris, 1988
  • Tsakonien :
    • G. Deville, Étude du dialecte tzaconien, Paris, 1866 (encore utile)
    • (el) T. P. Kostake, Συντόμη γραμματική της Τσακωνικής διαλέκτου, Athènes, 1951 (en grec démotique)
  • La koinè hellénistique :
    • A. Thumb, Die griechische Sprache in Zeitalter des Hellenismus: Beiträge zur Geschichte und Beurteilung der Koinè, Strasbourg, 1901
    • S.-T. Teodorsson, The Phonology of Ptolemaic Koine, Göteborg, 1977 (traitement abstrait et statistique mais capital)
    • C. Brixhe (dir.), La Koiné grecque antique, Nancy, 1993-2004, 5 volumes : 1. Une langue introuvable ?, 2 La concurrence, 3. Les contacts, 4. Les koinés littéraires, 5. Alternances codiques et changement de code
    • J. Niehoff-Panagiotidis, Koine und Diglossie, Wiesbaden, 1994
  • La koinè impériale :
    • G. Anlauf, Standard Late Greek oder Attizismus? Eine Studie zum Optativsgebrauch im nachklassischen Griechisch, Dissertation Cologne, 1960 (très important)
    • J. Frösén, Prolegomena to a Study of the Greek Language in the First Centuries A.D.: The Problem of Koiné and Atticism, Helsinki, 1974

Notes[modifier | modifier le code]

  1. M. Hatzopoulos, « Le parler des anciens Macédoniens », La Macédoine, Géographie historique, Langu, Cultes et croyances, Institutions, De Boccard, Paris, 2006, p. 35-51.

Voir aussi[modifier | modifier le code]