Cappadocien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Histoire de la langue grecque
(voir aussi : alphabet grec)
Proto-grec (vers 2000 av. J.-C.)

Mycénien (vers 1600-1100 av. J.-C.)


Grec ancien (vers 800-300 av. J.-C.)
Dialectes :
éolien (en), arcado-cypriote (en), ionien-attique,
dorien, pamphylien (en) ; grec homérique.
Dialecte possible : ancien macédonien.


Koinè (dès 300 av. J.-C.)


Grec médiéval (vers 330-1453)
Parlers :
helladique (Έλλαδική) en Grèce, autour de l'Égée et à Constantinople,
katoïtaliote (Κατωιταλιώτικη) en Calabre et Sicile,
paléopontique (Παλαιποντική) autour de la Mer Noire,
anatolien (Ανατολική) en Asie Mineure intérieure, Anatolie et au Proche-Orient
notique (Νοτική) en Cyrénaïque et Égypte.


Grec moderne (dès 1453)
Dialectes :
cappadocien, crétois, chypriote,
démotique, griko, katharévousa,
pontique, tsakonien, yévanique


Romanisation du grec, Greeklish

Si aux époques perse et hellénistique, le cappadocien était une langue indo-européenne du groupe anatolien, parlée dans l'ancienne Cappadoce, à l'époque moderne en revanche, le cappadocien ou grec cappadocien (en grec : Καππαδοκική γλώσσα) était une langue mixte gréco-turque, parlée en Turquie centrale. En fait, il s'agissait de grec médiéval en voie de turcisation. On estime que le processus de turcisation a débuté à partir du moment où l'Empire byzantin a laissé place au Sultanat de Roum, au XIe siècle, et s'est poursuivi sous l'Empire ottoman. Après l’échange de populations entre la Grèce et la Turquie dans les années 1920, les locuteurs cappadociens, orthodoxes, furent contraints d’émigrer en Grèce, où ils furent installés dans diverses régions, notamment en Grèce centrale et septentrionale. Les Grecs cappadociens passèrent très vite au grec moderne standard et on estimait que leur langue s'était éteinte dans les années 1960.

Mais en juin 2005, Mark Janse (Roosevelt Academy, Middelburg) et Dimitris Papazachariou (Université de Patras) ont découvert des Cappadociens en Grèce centrale et septentrionale qui parlent encore couramment leur langue maternelle. Parmi eux, il y a des locuteurs de la troisième génération d’âge moyen, qui ont une attitude positive envers leur langue, contrairement à leurs parents et grands-parents. Un inventaire des locuteurs cappadociens et de leur usage linguistique est actuellement en préparation.

Histoire et recherche[modifier | modifier le code]

Le cappadocien est issu du grec byzantin (Μεσαιωνική Ελληνική). Après la bataille de Manzikert en 1071, la Cappadoce fut isolée du monde grec et le turc devint la lingua franca dans la région. Beaucoup de Cappadociens passèrent complètement au turc (notamment le turc écrit en caractères grecs, karamanli) et là où le grec était maintenu, la langue a été considérablement influencée par le turc environnant. Malheureusement, il n’y a guère de documents écrits en cappadocien médiéval ou pré-moderne, la langue étant essentiellement dépourvue d’une tradition écrite.

Les premières descriptions du cappadocien datent du XIXe siècle, mais en général elles ne sont pas très précises. La première grammaire fiable du cappadocien est Modern Greek in Asia Minor (Cambridge: Bywater & Sotheby, Cambridge University Press, 1916) du premier professeur de langue et littérature grecques byzantine et moderne de l’Université d'Oxford : Richard MacGillivray Dawkins (1871-1955). Elle est fondée sur des recherches de terrain en Cappadoce faites en 1909-1925. Après l’échange des populations, plusieurs dialectes cappadociens ont été décrits par des collaborateurs du Centre d’Études d’Asie Mineure à Athènes : Callaghan McCormick dans les années 1930, Ulağaç (I.I. Kesisoglou, 1957), Aravan (D. Phosteris & I.I. Kesisoglou, 1960), Axo (G. Mavrochalyvidis & I.I. Kesisoglou, 1960) et Anaku (A.P. Costakis, 1964).

Plus récemment, l’étude du cappadocien a connu un renouveau grâce à l’œuvre de pionnier Language Contact, Creolization, and Genetic Linguistics (Berkeley: University of California Press, 1988) de Sarah Grey Thomason et Terrence Kaufman, et une série de travaux sur divers aspects de la linguistique cappadocienne de Mark Janse, qui a de plus fourni un précis de grammaire cappadocienne au futur manuel de dialectes grecs édité par Christos Tzitzilis (Université Aristote de Salonique). La découverte récente de locuteurs cappadociens par Janse et Papazachariou aboutira à une nouvelle grammaire, un dictionnaire et une collection de textes.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'élément grec en cappadocien est largement byzantin, par exemple θír ou tír “porte” du grec (ancien et) byzantin θύρα (grec moderne πόρτα, de l’italien porta), píka ou épka “j’ai fait” du grec byzantin έποικα (grec moderne έκανα). D'autres archaïsmes (pré-byzantins) sont l’emploi des pronoms possessifs mó(n), só(n) etc. du grec ancien εμός, σός, etc. et la formation de l’imparfait à l’aide du suffixe -išk- du suffixe itératif grec ancien (ionien) -(e)sk-.

L’interférence turque apparait à tous les niveaux linguistiques. Le système phonologique du cappadocien comprend les voyelles turques ï, ö, ü, et les consonnes turques b, d, g, š, ž, tš, dž (quoique certaines apparaissent aussi dans des mots grecs à la suite de palatalisation). L’harmonie vocalique turque apparaît dans des formes telles que düšündǘzu “je pense”, aor. 3sg düšǘntsü < düšǘntsi (Malakopi), du turc düşünmek, patišáxïs < patišáxis “roi” (Delmeso), du turc padişah. La morphologie nominale cappadocienne est caractérisée par l’émergence d’une déclinaison nominale agglutinative et la perte progressive du genre grammatical, e.g. to néka “la (neutre) femme (féminin)”, génitif néka-ju, pluriel nékes, génitif nékez-ju (Ulağaç).

Une autre caractéristique turque est le marquage morphologique de l’(in)définitude, e.g. líkos “loup (nominatif / accusatif indéfini” vs. líko “loup (accusatif défini)”. Des formes agglutinatives apparaissent également dans le système verbal, par exemple le plus-que-parfait írta ton “j’étais venu” (littéralement, “je venais j’étais”) (Delmeso) par analogie avec le turc geldi idi (geldiydi). L’ordre des mots cappadocien est essentiellement réglé par des considérations discursives telles que topique et focus, mais il y a une tendance vers l’ordre SOV avec ses corrélations typologiques (suffixation et modifieurs pré-nominaux).

Dialectes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]