Denis Foyatier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Denis Foyatier

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Lucius Quinctius Cincinnatus (1832-1834),
jardin des Tuileries, Paris

Naissance 21 septembre 1793
Bussières, Loire, France
Décès 19 novembre 1863 (à 70 ans)
Paris, France
Profession
Spartacus, 1830, musée du Louvre, Paris.

Denis Foyatier, né à Bussières (Loire) le 21 septembre 1793, mort à Paris le 19 novembre 1863, est un sculpteur néo-classique français.

Il est le beau-père du sculpteur Jules Blanchard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille modeste, dont le père était tisserand puis agriculteur à Bezin, hameau de Bussières, Denis Foyatier commence par travailler sur des figurines religieuses, tout en suivant des cours de dessin à Lyon où il est l'élève de Joseph Chinard et de Joseph Charles Marin. En 1817, il entre à l'École des beaux-arts de Paris. En 1819, il expose ses premières œuvres et obtient une bourse de pensionnaire pour l'Académie de France à Rome (Villa Médicis) à Rome.

C'est à la Villa Médicis qu'il réalise le plâtre de son Spartacus qui est très remarqué. Une commande royale en 1828 lui permet d'exécuter en marbre la statue qui assure sa célébrité. Il est décoré de la Légion d'honneur, le 1er mai 1834 pour son marbre La Siesta (Salon de 1834).

Foyatier était l'un des partisans du baron de Richemont, un personnage qui se faisait passer pour Louis XVII.

Denis Foyatier meurt le 19 novembre 1863 et repose au cimetière du Petit-Clamart.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Plusieurs œuvres en bronze de Denys Foyatier ont été fondues sous le Régime de Vichy.

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau guide des statues de Paris, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1988.
  • Dossier de la Légion d'honneur sur la Base Léonore

Hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs villes ont donné son nom à l’une de leurs rues :

  • Paris : Denis Foyatier a une rue portant son nom dans le XVIIIe arrondissement de Paris (rue en escalier et terrasses qui permet d’accéder au Sacré-Cœur, elle borde les installations du funiculaire). L'école primaire qui se situe à cette adresse lui est également éponyme.
  • Roanne
  • Saint-Étienne

ainsi que quelques plus petites communes du département de la Loire :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :