Cruzy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cruzy
Mairie de Cruzy
Mairie de Cruzy
Blason de Cruzy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Saint-Chinian
Intercommunalité Communauté de communes Canal-Lirou
Maire
Mandat
Hedwige Sola
2014-2020
Code postal 34310
Code commune 34092
Démographie
Gentilé Cruzyates
Population
municipale
984 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 24″ N 2° 56′ 29″ E / 43.3566666667, 2.9413888888943° 21′ 24″ Nord 2° 56′ 29″ Est / 43.3566666667, 2.94138888889  
Altitude 92 m (min. : 21 m) (max. : 263 m)
Superficie 25,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Cruzy

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Cruzy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cruzy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cruzy

Cruzy (en occitan Crusi) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Village qui se caractérise par sa position au cœur de plusieurs vallons, entouré de collines boisées et de vignes, et traversé par la rivière Nazoure.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 1955 André Espinasse    
mars 1995 mars 2001 Charles Bruel    
mars 2001 septembre 2002 Georges Pons PS  
Septembre 2002 mars 2008 Gilles Rouyrenc PS  
mars 2008 mars 2014 Hedwige Sola DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 984 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
805 872 857 915 992 1 100 1 060 1 102 1 108
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 088 1 173 1 352 1 358 1 590 1 689 1 539 1 616 1 688
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 714 1 647 1 584 1 565 1 512 1 518 1 425 1 200 1 162
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 158 1 059 905 844 801 830 920 944 957
2011 - - - - - - - -
984 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les habitants du village sont des cruzyates.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte-Eulalie-de-Mérida, église fortifiée de style roman puis gothique, avec de nombreux agrandissements du Xe siècle au XIVe siècle.Classée monument historique en 1913. On peut accéder au clocher qui culmine à 45 mètres par un escalier de près de 100 marches. À l'intérieur, on peut voir une superbe Vierge à l'Enfant du XIVe siècle.
  • La chapelle de Sainte-Foy, peut-être d'origine wisigothique. Il ne reste actuellement pas grand chose de cet édifice situé à deux kilomètres à l'ouest du village car la nef a été détruite. On y accède par une petite route goudronnée menant à Villespassans qui emprunte deux défilés creusés par la rivière Nazoure[3] (défilé de Sainte-Foy, puis plus loin défilé de Marie-Close).
  • Le musée de l'ACAP[4] (Association Culturelle Archéologique et Paléontologique), situé 6 rue de la Poste (entrée gratuite). Ce petit musée contient de nombreux vestiges retrouvés depuis plus de 30 ans sur le territoire de la commune ou de la proche région par les membres de l'ACAP[4] (Cruzy - Creissan - Montouliers - Villespassans). On peut y voir notamment des œufs de dinosaures fossiles, des ossements de dinosaures, des poteries romaines, mais également quatre magnifiques bannières (classées aux Monuments Historiques) réalisées lors des manifestations vigneronnes de 1907. Il existe de nombreux lieux de fouilles sur le territoire de la commune (des ossements de batraciens et de petits reptiles ont été récemment découverts)[réf. nécessaire].
  • Le château de Sériège, daté du XIXe siècle, ce "château vigneron" construit par la famille d'Andoque de Sériège (qui possédait plusieurs domaines viticoles dans la région), est un bel exemple de folies construites pendant l'âge d'or de la viticulture dans le Biterrois. Il ne fut cependant jamais achevé ni habité.
  • Le canal du Midi, l'œuvre de Pierre-Paul Riquet traverse la commune au hameau de la Croisade. La D36 enjambe le canal par un magnifique pont de la fin du XVIIIe siècle.
  • L'ancien moulin de Sainte-Eulalie, sur la rivière Nazoure, il existait à proximité un établissement d'embouteillage d'eau minérale.
  • Le vieux puits, place de l'Église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  3. Routeyou, Autour de Ruisseau de la Nazoure à vélo
  4. a et b Site officiel de l'A.C.A.P


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :