Cébazan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cébazan
Rue principale de Cébazan
Rue principale de Cébazan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Saint-Chinian
Intercommunalité Communauté de communes du Saint-Chinianais
Maire
Mandat
Gérard Affre
2014-2020
Code postal 34360
Code commune 34070
Démographie
Gentilé Cébazanais, Cébazanaises
Population
municipale
553 hab. (2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 24′ 16″ N 2° 58′ 31″ E / 43.4044444444, 2.9752777777843° 24′ 16″ Nord 2° 58′ 31″ Est / 43.4044444444, 2.97527777778  
Altitude 151 m (min. : 112 m) (max. : 268 m)
Superficie 13,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Cébazan

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Cébazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cébazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cébazan
Liens
Site web cebazan.fr

Cébazan (en occitan Cebasan) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

La commune s'étend sur 13 km2. Elle est entourée par les communes de Pierrerue, Cazedarnes, Puisserguier, Creissan, Quarante, Cruzy, Villespassans et Saint-Chinian. Cébazan est situé à 21 km au Nord-Ouest de Béziers, la plus grande ville des environs. Située à 151 mètres d'altitude, la commune de Cébazan est traversée par le Lirou, le Ruisseau de Ronnel, le Ruisseau du Daro, le Ruisseau de Gabelas. La commune est proche du parc naturel régional du Haut-Languedoc distant d'environ 13 km.

Point le plus haut : Col de Fontjun 268 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cébazan est créé vers l’an 859 par des moines bénédictins. Le village est alors formé de cinq mas qui portent les noms propres des familles qui les occupèrent : Fraisse, Gache, Sipière, Affre et Fontjun. Certaines rues du village portent les noms des fondateurs (rue du hameau de Sipière, rue du hameau de Gache, rue du hameau de Fraisse).

Le village principal : Cébazan / Hameaux : Fontjun - La Vidalette.

Le Col de Fontjun (260 m d'altitude), lieu de combat (affaire de Fontjun) pendant la Seconde Guerre mondiale en 1944 sur la RD612 ex N112.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1797 Castel Louis    
1797 1798 Sipière François    
1798 1799 Miquel Etienne    
1799 1814 Planès Jean    
1874 1815 Affre Jean[1]    
1815 1821 Sipière François    
1821 1830 Miquel Etienne    
1830 1837 Tarbouriech Jean Bernard    
1837 1871 Miquel Jean    
1871 1878 Miquel Emile    
1878 1878 Castel Elie    
1878 1884 Sicard Jean[2]    
1884 1889 Castel Elie    
1889 1891 Rols Emile    
1891 1892 Affre Basile    
1892 1908 Sicard Toussaint    
1908 1915 Sicard Camille    
1915 1921 Sicard Jean    
1921 1944 Villes Lambert    
1944 1959 Cassillac Marius[3]    
1959 1977 Gibrat Paul    
1977 1989 Delort Gilbert Richard    
1989 en cours Gérard Affre    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 553 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
306 281 356 402 371 383 386 398 376
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
351 376 427 474 488 575 553 578 591
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
653 631 634 611 541 541 498 454 487
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
479 420 368 376 377 343 442 459 548
2011 - - - - - - - -
553 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église.
  • Le four à chaux
  • L’église du XIIe siècle
  • Les ruines du château de Saint Bauléry
  • Le cadran solaire de 1846

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cébazan

Les armes de Cébazan se blasonnent ainsi : d'or à un saint Martin à cheval donnant la moitié de son manteau à un pauvre, le tout d'azur posé sur une terrasse de sinople.[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Adjoint remplace le maire décédé.
  2. Adjoint faisant fonction de Maire. Élu Maire en 1881.
  3. Président du comité local de libération. Élu Maire en 1945.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. Didier Catarina et Jean-Paul Fernon, Armorial des communes de l'Hérault, Artistes en Languedoc, (ISSN 1264-5354), p 38.