Montouliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montouliers
Image illustrative de l'article Montouliers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Saint-Chinian
Intercommunalité Communauté de communes Canal-Lirou
Maire
Mandat
Gérard Gleizes
2014-2020
Code postal 34310
Code commune 34170
Démographie
Gentilé Montouliérains
Population
municipale
243 hab. (2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 20″ N 2° 54′ 25″ E / 43.3388888889, 2.9069444444443° 20′ 20″ Nord 2° 54′ 25″ Est / 43.3388888889, 2.90694444444  
Altitude 160 m (min. : 43 m) (max. : 223 m)
Superficie 7,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Montouliers

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Montouliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montouliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montouliers

Montouliers est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon. L'origine du nom du village serait liée à la présence d'une plantation d'oliviers sur la colline où le village a été construit : Monte Olerio, le « mont des oliviers».

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Antiquité : Vestiges de traces humaines datant de la période néolithique.

Présence romaine, aménagement de voies romaines (dont l'une passait près de la fontaine romaine située à proximité du village); les Romains découvrent et mettent en valeur une source située aux abords du village, creusée par les légionnaires romains, appelée "Fontaine Romaine".

  • Moyen Âge : Premier village construit sur une colline, avec des rues appelées "calades".

Les Wisigoths s'installent sommairement dans les environs du village.

Au VIIIe siècle, la région est envahie par des troupes arabes qui seront chassées par les armées franques. Installation sporadique de Francs venus du Nord de la Gaule francique, mais la majeure partie de la population reste attachée à la tradition gallo-romaine.

940 : L'archevêque de Narbonne, monseigneur Aymeri, lègue à l'abbaye de Saint-Pons l'église romane de Saint Baudile de Monte Olerio, première mention du village dans l'Histoire.

1182 : Le nom du village est mentionné dans une bulle du pape Luce III.

Entre le XIIe siècle et le XVIIIe siècle, le territoire de Montouliers, dépendant du diocèse de Saint-Pons (où se trouvait alors une cathédrale) est administré par la sénéchaussée de Carcassonne puis à partir de 1551 par la sénéchaussée de Béziers.

  • Époque moderne : une grande partie des terres de la commune de Montouliers est vendue à l'hospice de Saint-Pons par le seigneur Pierre de Tourbes de Saint-Pons.

1518 : Le village est connu sous le nom de Monteollite.

La commune est rattachée au canton de Cruzy jusqu'en 1802, date à laquelle le canton de Cruzy est supprimé. Montouliers est alors rattachée au canton de Saint-Chinian.

1710-1715 : Épidémie de peste. Le village est durement frappé.

  • Époque contemporaine :

XIXe siècle, apparition notable de la viticulture. La vigne devient une importante source de revenus pour les villageois, avec de nombreux métiers liés à la viticulture.

Au tournant du XXe siècle, en 1901, le village comptait 500 habitants.

Au XXe siècle, le village se modernise : L'eau dessert tous les foyers du village en 1907; 1923 : Arrivée de l'électricité; 1937 : Les vignerons se dotent d'une cave coopérative.

1947 : M. André Fraisse est élu maire du village. Régulièrement réélu, il fut maire du village pendant plus de 50 ans...

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montouliers Blason De gueules à la fasce cordée d'argent, accompagnée de quatre étoiles à huit rais d'or, trois en chef et une en pointe.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Gérard Gleizes PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 243 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
230 232 270 224 270 304 284 275 279
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
276 277 341 346 375 448 401 406 421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
425 426 470 471 390 369 368 314 269
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
286 241 210 187 186 201 219 222 243
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Calade.

La Calade est une vieille ruelle du village, très pentue, dont le revêtement est constitué de pierres et de galets.

  • La fontaine romaine.
  • L'église et ses alentours.
  • Le four à chaux.
  • Ses magnifiques sentiers pédestres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :