Crespières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Crêpière.
Crespières
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Saint-Germain-en-Laye
Canton Poissy-Sud
Intercommunalité Communauté de communes Gally-Mauldre
Maire
Mandat
Adriano Ballarin
2014-2020
Code postal 78121
Code commune 78189
Démographie
Population
municipale
1 568 hab. (2011)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 01″ N 1° 55′ 22″ E / 48.8836, 1.922848° 53′ 01″ Nord 1° 55′ 22″ Est / 48.8836, 1.9228  
Altitude Min. 43 m – Max. 185 m
Superficie 14,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Crespières

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Crespières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crespières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crespières

Crespières est une commune française du département des Yvelines et de la région Île-de-France, située à environ 17 km à l'ouest de Saint-Germain-en-Laye.

Ses habitants sont appelés les Crespiérois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Crespières dans les Yvelines
Locator Dot.png

Vaste commune rurale, Crespières est située dans la plaine de Versailles à une vingtaine de kilomètres à l'ouest-nord-ouest de cette ville.

Elle est limitrophe d'Orgeval au nord-est, Feucherolles à l'est, de Davron au sud-est, de Thiverval-Grignon au sud sur 800 m., de Beynes au sud-ouest, de Mareil-sur-Mauldre à l'ouest, d'Herbeville au nord-ouest et des Alluets-le-Roi au nord.

La commune est délimitée au sud par le ru de Gally, un affluent de la Mauldre.

Elle est traversée d'est en ouest par la RD 307 qui relie Paris à Mareil-sur-Mauldre et du nord au sud par la RD 198 qui relie Les Alluets-le-Roi à Thiverval-Grignon.

La liaison SNCF la plus proche est la gare de Mareil-sur-Mauldre.

En dehors du bourg, la commune comporte un lotissement résidentiel et privé du « parc de Croix-Marie ».

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attestée dès 918 sous la forme Crisparias, puis Cresperie en 1351[1].

Il s'agit peut-être d'un dérivé du bas latin crispa « ride, pli, ondulation », indiquant une succession de plissements de terrain[2], suivi du suffixe gallo-roman -ARIAS qui a remplacé -(I)ACU au Moyen Âge au sens de « lieu de, propriété de », d'où le sens global possible « lieu où le terrain ondule ». Crispa a donné également le mot crêpe en français

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2008 en cours Adriano Ballarin    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Rösrath (Allemagne) depuis 1998 avec les communes voisines de Chavenay, Feucherolles et Saint-Nom-la-Bretèche

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 568 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
659 662 691 681 698 767 706 738 701
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
732 718 758 740 710 645 690 684 633
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
626 661 653 631 652 593 600 538 604
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
663 627 1 012 1 412 1 506 1 466 1 625 1 642 1 574
2011 - - - - - - - -
1 568 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois très légèrement supérieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,2 %, 15 à 29 ans = 12,9 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 17,5 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 24,3 %, 15 à 29 ans = 11,7 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 24,1 %, plus de 60 ans = 17,7 %).
Pyramide des âges à Crespières en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,2 
4,2 
75 à 89 ans
4,3 
13,2 
60 à 74 ans
13,2 
22,4 
45 à 59 ans
24,1 
22,0 
30 à 44 ans
22,2 
12,9 
15 à 29 ans
11,7 
25,2 
0 à 14 ans
24,3 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.
  • Production de biscuits (LES DEUX GOURMANDS)
  • Commune résidentielle.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

photographie représenatnt le mouylin de la bonde
Moulin de La Bonde
  • Georges Brassens y avait acquis une propriété, le moulin de la Bonde au bord du Ru de Gally, où il habita de 1958 à 1971. Entre 2003 et 2005, un festival a accueilli de nombreux chanteurs souhaitant lui rendre hommage.
  • Valentino, grand couturier italien, habite au château de Wideville.
  • Miguel Berrocal, sculpteur espagnol, habitait une maison dessinée pour lui par Le Corbusier et construite par Wogensky, juste à côté du Château de Crespières.
  • Alain Bashung y vécût également durant les années 1990.
  • Sheila y a vécu aussi quelque temps avant de se lancer dans sa carrière de chanteuse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Crespières

Les armes de Crespières se blasonnent ainsi :

d'azur aux trois fasces ondées et maçonnées d'argent, abaissées sous un lion d'or issant de la première et accompagné en chef de deux fleurs de lys de même, à la bordure de gueules chargée de dix besants d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Longnon, Pouillé de la Province de Sens (1904), p. 212.
  2. Marianne Mulon, Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  3. Marcel Baudot, L'abbaye de la Croix-Saint-Ouen à l'époque carolingienne, d'après le témoignage d'un diplôme de Carloman II, Bibliothèque de l'école des chartes, Année 1983, Volume 141, Numéro 141-1
  4. Bulletin de la Société Historique de Suresnes, Volume 6 ,Numéros 28 à 30, pages 88 et 89
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Crespières en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 avril 2011)
  8. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 avril 2011)