Saint-Père-en-Retz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Père-en-Retz
Le menhir de la Riverais.
Le menhir de la Riverais.
Blason de Saint-Père-en-Retz
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Canton Saint-Père-en-Retz
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Estuaire
Maire
Mandat
Joseph Guilloux
2014-2020
Code postal 44320
Code commune 44187
Démographie
Gentilé Pereziens
Population
municipale
4 121 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 28″ N 2° 02′ 37″ O / 47.2077777778, -2.0436111111147° 12′ 28″ Nord 2° 02′ 37″ Ouest / 47.2077777778, -2.04361111111  
Altitude Min. 0 m – Max. 62 m
Superficie 62,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Père-en-Retz

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Père-en-Retz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Père-en-Retz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Père-en-Retz
Liens
Site web http://www.saintpereenretz.fr/

Saint-Père-en-Retz est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Saint-Père-en-Retz comptait 4300 habitants au recensement de 2014. Ses habitants s'appellent les Pereziens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Père-en-Retz dans le département de la Loire-Atlantique

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

Saint-Père-en-Retz est située à 45 km à l'ouest de Nantes et 25 km au sud-ouest de Saint-Nazaire, à une dizaine de kilomètres de la Loire, au nord, et de l'Océan Atlantique à l'ouest.

Les communes limitrophes sont Paimbœuf, Corsept, Saint-Brévin-les-Pins, Saint-Michel-Chef-Chef, Pornic, Chauvé, Arthon-en-Retz et Saint-Viaud.

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, Saint-Père-en-Retz était une commune rurale non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Saint-Père-en-Retz se trouve en plein bocage du pays de Retz.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Saint-Père-en-Retz vient de Sanctus Petrus : saint Pierre.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse fut confiée aux moines de l'Abbaye de Marmoutier située en Touraine.

Devenu par la suite possession de Jean de Montfort, le territoire paroissial va changer de mains. En effet, après la mort du duc Jean III de Bretagne en avril 1341, un conflit successoral oppose Jean de Montfort à Charles de Blois pour la succession de Bretagne. Phillipe VI arbitre en faveur de son neveu, Charles de Blois. Saint-Père-en-Retz devint alors possession du roi de France Philippe VI.

À Saint-Père-en-Retz, sous l'ancien régime existaient deux paroisses sur la présente commune, celle de Saint-Père et celle de Sainte-Opportune qui devint une commune mais fut rapidement supprimée (1793) et donc rattachée à Saint-Père.

La Seconde Guerre mondiale se prolongea à Saint-Père-en-Retz et ses voisines de l'estuaire durant 9 mois de plus (d'août 1944 au 11 mai 1945) que dans le reste de la France : c'est l'épisode connu sous le nom de Poche de Saint-Nazaire. Un événement dramatique connu sous le nom de « catastrophe du Boivre » survint le 17 mars 1945 : quinze habitants, réquisitionnés par les Allemands furent tués par l'explosion d'une mine[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la croix de sable, cantonnée au premier de deux clefs du même passées en sautoir, les pannetons en haut, et au quatrième à la croix de gueules des chevaliers du Temple.
Commentaires : Ce blason évoque le blasonnement du pays de Retz : d'or à la croix de sable, rappelant l'appartenance de Saint-Père-en-Retz au pays de Retz ; la croix du Temple rappelle la commanderie des Biais ; les clés sont celles de Saint Pierre. Blason conçu par M. Ferrand (délibération municipale du 30 mars 1946).

Saint Pierre, le « prince des apôtres », possède deux clés : l'une en or, céleste, l'autre en argent, terrestre. Il a ainsi la capacité d'ouvrir et de fermer les portes du Paradis.

Un homologue païen romain est le dieu Janus, porteur de clés lui aussi, mais qui sont celles du passé et de l'avenir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1er février 1790 20 novembre 1791 Marc Luzeau de la Morinière    
20 novembre 1791 9 décembre 1792 Charles Maublanc    
9 décembre 1792 20 juin 1800 Pierre-François Debucant    
20 juin 1800 1er novembre 1808 Joseph Blanchard    
1er novembre 1808 3 septembre 1815 André Sauvaget    
3 septembre 1815 8 janvier 1821 Désiré Amaury de la Tribouille    
8 janvier 1821 5 septembre 1830 Jean Gabou    
5 septembre 1830 1er novembre 1832 Basilic Leray    
1er novembre 1832 17 septembre 1837 Eugène Aubinais    
17 septembre 1837 9 mai 1839 Léonard Quirouard    
9 mai 1839 14 mars 1848 Étienne Flandrin    
14 mars 1848 17 août 1848 Eugène Aubinais    
17 août 1848 7 novembre 1852 Étienne Flandrin    
7 novembre 1852 8 octobre 1870 Jean-Baptiste Joyau    
8 octobre 1870 10 mai 1871 Gustave Bouchereau    
10 mai 1871 26 juin 1885 Justin Vallée    
26 juin 1885 2 février 1890 Camille Boyée    
2 février 1890 10 décembre 1919 Georges Marion de Procé    
10 décembre 1919 26 juin 1921 Georges Hachet    
26 juin 1921 2 février 1936 Hippolyte Séguineau    
2 février 1936 13 octobre 1945 Alexandre Moriceau   forgeron
13 octobre 1945 20 mars 1965 Joseph Rouxel   marchand de bestiaux
20 mars 1965 25 mars 1977 Georges Leduc   marchand de biens
25 mars 1977 17 mars 1989 Jean Charrier Sans étiquette horloger-bijoutier
17 mars 1989 16 mars 2001 Suzanne Veyrac[Note 1]   notaire
16 mars 2001 14 mars 2008 Michelle Bruneaud-Leroux    
14 mars 2008 en cours Joseph Guilloux[Note 2] Divers droite cadre bancaire retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune absorbe Sainte-Opportune en 1792.

En 2011, la commune comptait 4 121 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 538 1 973 3 067 2 359 2 500 2 665 2 679 2 862 2 977
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 068 3 086 3 094 3 064 2 954 2 983 3 010 3 024 3 026
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 963 3 017 2 969 2 733 2 652 2 608 2 549 2 520 2 608
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 739 2 682 2 627 2 917 3 250 3 457 3 803 3 843 4 113
2011 - - - - - - - -
4 121 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[4], pour le recensement 2004 : base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,9 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Saint-Père-en-Retz en 2009 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,3 
75 à 89 ans
8,6 
12,1 
60 à 74 ans
13,0 
20,9 
45 à 59 ans
20,1 
21,1 
30 à 44 ans
21,3 
18,0 
15 à 29 ans
17,0 
22,4 
0 à 14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre datant du XIXe siècle, dont l'architecte Émile Perrin, n'était autre que le frère du curé de l'époque. Elle possède la plus haute nef du pays de Retz ; l'église contient une relique de la Vraie croix[7] ;
  • Butte de Sainte Opportune, où autrefois était édifiée l'église de Sainte Opportune ;
  • Lavoir et musée du Lavoir ;
  • Conservatoire du pays de Retz, qui présente des collections d'outils du XIXe siècle, environ Modèle:Nopbre (la donation Ecomard-Courtois représente une collection de plus de 400 instruments, objets, œuvres d'art, et une voiture à pédales, en bois de citronnier, de 1906) ;
  • Pierre de la Riverais (ou de la Riveraie) : hauteur 2,50 m, authenticité incertaine en tant que menhir mégalithique.

Économie[modifier | modifier le code]

Un site de production de la biscuiterie Saint-Michel est implanté dans la commune[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Pommeraye (1806-1850), promoteur du célèbre passage Pommeraye à Nantes, né et mort à Saint-Père-en-Retz.
  • Marion de Procé, armateur et maire de la commune, qui bâtit le manoir et reconstitua le parc de Procé de Nantes.
  • Francis Aupiais (1877-1945), prêtre de la société des Missions africaines, député du Togo-Dahomey.
  • René Leduc, aviateur.
  • Joseph Bichon, créateur du musée du lavoir, et du conservatoire du pays de Retz.
  • Jacques Foucher, constructeur amateur d'avion, membre de l'EAA (Experimental Aircraft Association) américaine et membre de la FAI (Fédération Aéronautique Internationale).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélue en 1995.
  2. Réélu en 2014.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Catastrophe du Boivre », sur Recherches de Michel Gautier (consulté le 25 janvier 2011)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. « Saint-Père-en-Retz 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  5. « Résultats du recensement de la population - Saint-Père-en-Retz - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  6. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  7. L'église de Saint-Père-en-Retz
  8. « Saint-Michel-Chef-Chef », sur www.stmichel.fr, Morina Baie Biscuits,‎ 2013 (consulté le 17 août 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :