Constantin Héger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heger.

Constantin Héger

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Constantin Héger vers 1865

Nom de naissance Romain Constantin Georges Heger
Naissance 1er juillet 1809
Bruxelles, Drapeau de l'Empire français Empire français
Décès 6 mai 1896 (à 87 ans)
Bruxelles, Drapeau de la Belgique Belgique
Nationalité Drapeau : Belgique belge
Pays de résidence Drapeau de la Belgique Belgique
Profession enseignant
Activité principale professeur de français et de mathématique
Ascendants
Joseph Antoine Heger et Marie Thérèse Maré
Conjoint
1. Marie Josèphe Noyer
2. Claire Zoë Parent
Descendants
Marie, Élise Louise, Eugénie, Prospère, Julie Victorine et Paul (tous avec Claire)
Famille
Marie Depage-Picard (petite-fille)

Constantin Héger, de son nom complet Romain Constantin Georges Héger, (Bruxelles, le 1er juillet 1809 - Bruxelles, le 6 mai 1896) était un enseignant belge, professeur puis préfet de l'Athénée royal de Bruxelles en même temps qu'il professait dans l'école privée de sa seconde épouse. Il fut aussi membre de la Société de Saint-Vincent-de-Paul.

Il doit sa notoriété internationale à Emily Brontë et surtout à sa sœur Charlotte, qui furent ses élèves au cours des années 1840. Cette dernière qui l'aimait en secret fera de cet amour le fil conducteur de ses deux premiers romans : The Professor et Villette.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Né à Bruxelles, le 1er juillet 1809[1]dans une famille de joailliers[note 1], Constantin Héger est le fils de Joseph Antoine Heger et de Marie Thérèse Maré[2].

Le jeune Constantin déménage à Paris en 1825 à la recherche d'un emploi. Il travaille pour un temps comme secrétaire chez un avoué mais le manque d'argent ne lui permet point d'entreprendre lui-même une carrière juridique. En 1829, il retourne à Bruxelles, où il devient professeur de français et de littérature en classe préparatoire (7e année)[3] à l'Athénée royal.

Lorsque la révolution belge éclate à Bruxelles en 1830, Constantin combat sur les barricades du 23 au 27 septembre au côté des révolutionnaires. Le 6 septembre 1831, il épouse sa première femme, Marie Josèphe Noyer[4],[5] dont il fit la connaissance en 1830. Leur vie commune est de courte durée, Marie Josèphe meurt le 26 septembre 1833.

Continuant à enseigner à l'Athénée royal, Héger donne également des cours à l'école communale gratuite pour enfants pauvres de la rue Terarken[6],[note 2]. C'est à cette occasion qu'il fait la connaissance de Claire Zoë Parent, directrice du pensionnat pour jeunes filles tout proche situé rue d'Isabelle.

Ils se marient le 3 septembre 1836 et six enfants naissent du couple[7] dont Paul Marie François Xavier, Élise Marie Louise et Julie Marie Victorine (la mère de Marie Picard).

La rencontre avec les sœurs Brontë[modifier | modifier le code]

Lorsque en février 1842, Emily et Charlotte Brontë s'en viennent à Bruxelles pour s'inscrire au pensionnat tenu par le couple Héger-Parent, leur but est de parfaire leur connaissance des langues. Au bout de six mois d'études, elles restent au pensionnat en tant que professeurs. En retour pour le vivre, le couvert et l'enseignement qui leur est toujours dispensé, Charlotte enseigne l'anglais et Emily la musique.

C'est durant cette période que Constantin va changer son nom de famille de « Heger » en « Héger »[7],[6].

Leur séjour au pensionnat de M. et Mme Héger s'arrête net lorsque leur tante maternelle, Elizabeth Branwell, qui s'est occupée de toute la maisonnée des Brontë depuis la mort de leur mère, en 1821, vient à mourir en octobre 1842 d'une occlusion intestinale. Charlotte retourne seule à Bruxelles en janvier 1843 pour enseigner l'anglais. Son second séjour n'est pas heureux : elle est seule, a la nostalgie de sa famille et de son pays, et tombe profondément amoureuse de Constantin Héger. Elle revient finalement au presbytère de Haworth en janvier 1844, et utilise plus tard son expérience au pensionnat dans ses romans The Professor et Villette.

L'étendue des sentiments de Charlotte Brontë envers Contantin Héger n'est pleinement connue qu'en 1913, lorsque les lettres que la première a écrites au second sont publiées pour la première fois. Héger les montre à Elizabeth Gaskell, lorsqu'elle lui rend visite en 1856, alors qu'elle rassemble des éléments lui permettant d'écrire la biographie de Charlotte Brontë, mais elle dissimule leur portée réelle. Ces lettres, que l'on appelle « la correspondance Héger » (the Heger letters), sont déchirées à un moment ou à un autre par M. Héger, mais sa femme en récupère les morceaux dans la corbeille à papier pour les ranger dans son coffret à bijoux. Paul, le fils de Constantin Héger, et ses sœurs, font donation de ces lettres au British Museum. Elles sont peu après imprimées par le quotidien The Times[8] et seront ensuite éditées par Thomas J. Wise, en 1914, sous le titre de The Love Letters of Charlotte Brontë to Constantin Heger.

Vie après les Brontë[modifier | modifier le code]

Après le séjour des sœurs Brontë au pensionnat, Héger devient le principal de l'Athénée royal en 1853, mais démissionne de son poste deux ans plus tard pour protester contre les méthodes mises en œuvre par l'inspection générale de l'école. Cependant, à sa demande, il recommence à enseigner aux plus jeunes élèves jusqu'à sa retraite aux alentours de 1880 tout en continuant à donner des leçons dans le pensionnat de son épouse ainsi que, gratuitement, des cours du soir à la Société de Saint-Vincent-de-Paul de Bruxelles dont il membre[6].

Après leur retraite, le couple déménage rue Ducale où son épouse, Claire, meurt en 1890. Héger déménage alors au no 72 de la rue Montoyer où il meurt le 6 mai 1896[9]. Il est enterré auprès de sa seconde épouse, Claire Parent, et de leur fille Marie dans le cimetière communal de Watermael-Boitsfort[note 3], en bordure de la forêt de Soignes.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Honneur[modifier | modifier le code]

Dates officielles divergentes[modifier | modifier le code]

Plusieurs dates, concernant aussi bien Constantin Héger que sa famille, sont contestées par des ouvrages de référence.

Constantin Héger[modifier | modifier le code]

Sépulture de Contantin Héger, de sa seconde épouse, Claire Parent, et de leur fille Marie dans le cimetière de Watermael-Boitsfort (allée no 104)
Sépulture de Constantin Héger à Watermael-Boitsfort.

Celui-ci serait, d'après le livre In the Footsteps of the Brontes écrit par Easter Alice Chadwick, né le 10 juillet 1809[10] ; or l'acte de baptême conservé par les Archives générales du Royaume stipule bien que, si le jour de la date de baptême est illisible sur le registre, la date de naissance est le 1er juillet 1809[1]. Le texte d'Easter Alice Chadwick, à la page 222, ne concorde pas du tout avec l'inscription réelle écrite sur la sépulture de Constantin Héger à Watermael-Boitsfort. Celle-ci donne des précisions de texte et de dates non inscrites sur la tombe (cf. photo ci-contre).

Claire Parent[modifier | modifier le code]

Elle serait, toujours d'après Easter Alice Chadwick, née le 13 juillet 1804[7] et morte le 9 janvier 1890[11]. Or sa sépulture renseigne, uniquement, les années 1805 - 1893 (cf. photo ci-contre). Elizabeth Gaskell, la biographe de Charlotte Brontë, ne donne aucune date dans son livre The Life of Charlotte Brontë. L'acte de baptême de Claire Parent est, quant à lui, assez laconique car il renseigne simplement, parmi les éléments lisibles, qu'elle est née en l'an XII[12] (soit entre le 24 septembre 1803 et le 22 septembre 1804), ce qui conforte la position d'Easter Alice Chadwick quant à la date de naissance par rapport à celle de l'inscription sur la sépulture. « L'acte d'état-civil ne laisse subsister aucun doute : Claire Zoé Parent est bien née le 24 messidor an XII (= 13 juillet 1804, conformément à ce qu'affirme Easter Alice Chadwick), fille de Pierre, négociant et de Marie Charlotte Le Grand, conjoints, domiciliés rue des Comédiens, section 6, n° 1329[réf. souhaitée] ».

Marie Noyer[modifier | modifier le code]

Marie, la première épouse, née le 18 septembre 1804[5], serait, selon l'historien néerlandais Eric Ruijssenaars — dans son livre Charlotte Brontë’s Promised Land — et l'historienne allemande Elsemarie Maletzke — dans son livre Das Leben der Brontes —, morte avec l'enfant commun du couple le 26 septembre 1833 pendant la deuxième pandémie de choléra. Or, l'histoire familiale, reportée par Paul Héger, dit que si Marie-Josèphe, dite « Mimie » ou « La Grise », est bien morte le 26 septembre 1833, c'est des suites de son accouchement ; quant à son bébé, il est mort, à Bruxelles, 9 mois plus tard le 10 juin 1834 avant d'être inhumé à Laeken auprès de sa mère[13],[4]. Easter Alice Chadwick, quant à elle, signale, sans plus, la date de décès[7].

Louise Héger[modifier | modifier le code]

Elizabeth Gaskell précise que la date de naissance de Louise Héger est le 14 juillet 1839 alors que la plupart des sites web renseignent 1842. Cette dernière date semble impossible et doit être confondue avec celle de son frère Prospère Héger, né le 28 mars 1842, qui était ingénieur et mort le 13 janvier 1867 des suites d'une fièvre typhoïde à Torquay[7].

L'école et le pensionnat Héger[modifier | modifier le code]

Plaque à l'endroit le plus proche visible du pensionnat des Hégers
Plaque mentionnant la jonction des rues d'Isabelle et Terarken (don de la Brontë Society)

Créée par Claire Parent, cette « maison d'éducation pour les jeunes Demoiselles » est situé au nos 34 à 38 de la rue d'Isabelle. Plus tard, s'adjoint le no 32 qui devient l'entrée principale et fait face à l'escalier de la rue de la Bibliothèque (actuellement rue Baron Horta)[note 4]. Les bâtiments englobent, entre autres, l'ancienne résidence du capitaine de la Guilde des arbalétriers du grand Serment au service d'Isabelle d'Espagne[6]. Le jardin d'agrément rectangulaire d'une surface d'environ vingt-un ares est largement arboré. Il est situé sur une partie de l'ancien terrain d'exercice de la guilde.

Lorsque les sœurs Brontë s'inscrivent au pensionnat, celui-ci, selon Charlotte dans une lettre datée de mai 1842[6], recense quarante jeunes filles externes et douze pensionnaires, trois professeurs féminins plus Constantin Héger, la directrice Claire Héger et une gouvernante anglaise pour les enfants du couple Héger-Parent. Les matières enseignées sont : le français, l'allemand, l'écriture, l'arithmétique, le dessin, la musique et le chant. Dans d'autres lettres, elle décrit que l'école est divisée en trois classes : une de quinze à vingt élèves, une de soixante — toutes les jeunes filles d'origine étrangère hormis Emily, Charlotte et une troisième élève — et une de vingt à trente élèves. Le dortoir principal — celui occupé par Emily et Charlotte — se trouve au premier étage, au dessus des salles classe ; il est composé de deux rangées de huit lits étroits, chacun muni d'un long tiroir servant de garde-robe et enveloppé d'un rideau blanc ; entre chaque lit, un petit meuble pour l'aiguière, le bassin de toilette et un miroir. Les cours débutent, pour toutes les élèves, à neuf heures jusqu'au dîner à midi. Entre treize et quatorze heures, travaux de broderie pendant qu'une élève lit, à haute voix, une œuvre littéraire et enfin, jusque seize heures, reprise des cours. Les pensionnaires prennent alors le souper dans le réfectoire jusqu'à dix-sept heures, et ce, sous la présidence du couple Héger-Parent. Récréation jusqu'à dix-huit heures suivie d'une heure pour préparer les leçons du lendemain puis d'une heure de lecture, en silence, d'un livre religieux[note 5]. À vingt heures, un repas léger composé, invariablement, de pistolets et d'eau suivi de la prière du soir et du couché.

Après la retraite du couple Héger-Parent, les bâtiments de leur institut sont rachetés par le ministère de l'Instruction publique et annexés à l'école primaire communale no 1 de la rue Terarken[14].

Entre 1907 et 1912, tous le quartier subit d'importantes restructurations urbanistiques et l'ancien pensionnat de la rue d'Isabelle finit par disparaitre définitivement, en 1922, sous les bâtiments de la Société générale de Belgique et le palais des beaux-arts.

La famille Héger[modifier | modifier le code]

Des enfants de Romain Constantin, seule Julie Marie Victorine a eu des enfants. La branche des Heger/Héger issue de Romain Constantin s'éteint le 21 juillet 1933 avec la mort d'Élise Marie Louise.

Jean George Heger
(1733-?)
 
 
 
Marie Anne
De Veux
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Joseph Antoine Heger
(1758-1822)
 
 
 
Marie Thérèse Maré
(1771-1847)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marie Josèphe Noyer
(1804-1833)
 
Romain Constantin Georges Héger
(1809-1896)
 
Claire Zoë Parent
(1804-1890)
 
+ 2 garçons
et 5 filles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gustave
Heger

(1833-1834)
 
Marie Pauline Emma
Héger

(1837-1886)
 
Élise Marie Louise
Héger

(1839-1933)
 
Eugénie Claire Zoë
Héger

(1840-1930)
 
Prospère Edouard Augustin
Héger

(1842-1867)
 
Léonie Françoise Jamar
(1842-1932)
 
Désiré Émile Picard
(1838-?)
 
Julie Marie Victorine
Héger

(1843-1925)
 
Paul François Héger
(1846-1925)
 
Léonie
van Mons

(1857-1911)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Antoine Depage
(1862-1925)
 
Marie Pauline Picard
(1872-1915)
 
+ 2 garçons
et 1 fille
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre
Depage
 
Lucien
Depage
 
Henri
Depage

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le grand-père, Jean George Heger, est lui aussi joaillier et l'atelier familial est installé au no 196 de la rue de la Liberté (actuellement rue Washington).
  2. Créée en 1820, cette école remplaçât l'école pour vagabonds dont l'existence ne dépassa pas un an.
  3. La sépulture se trouve au milieu de l'allée no 104.
  4. Cet escalier fut construit en 1797.
  5. Charlotte Brontë qualifie, dans ses lettres, ce moment de « lecture pieuse » et de « nightmare » (« cauchemar »).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Recherche libre : Heger », Registre paroissial / Acte de baptême, Bruxelles, sur www.arch.be, Archives générales du Royaume (consulté le 1er juillet 2013) : « Acte no 1523 de 7-1809 », p. 1
  2. « Recherche libre : Mare », Etat civil / Acte de mariage, Bruxelles, sur www.arch.be, Archives générales du Royaume (consulté le 1er juillet 2013) : « Acte no 269 du 10-3-1799 », p. 3
  3. In the Footsteps of the Brontes, p. 218
  4. a et b Michel Hourman, « Marie-Joséphine NOYER », Arbre généalogique, sur www.geneanet.org, GeneaNet (consulté le 12 juillet 2013)
  5. a et b « Recherche libre : Marie Noyer », Registre paroissial / Acte de baptême, Bruxelles, sur www.arch.be, Archives générales du Royaume (consulté le 1er juillet 2013) : « Acte sans numéro du 18-09-1804 »
  6. a, b, c, d et e The Life of Charlotte Brontë, ch. 11
  7. a, b, c, d et e In the Footsteps of the Brontes, p. 214
  8. The Times du 29 juillet 1913, traduites et commentées par Marion H. Spielmann.
  9. (en) Eric Ruijssenaars, « Demolition of the house in which Monsieur Heger died », sur www.brusselsbronte.nl, The Brontë Brussels Group,‎ 12 mai 2007 (consulté le 15 juillet 2013)
  10. In the Footsteps of the Brontes, p. 212 et 222
  11. In the Footsteps of the Brontes, p. 222
  12. « Recherche libre : Claire Parent », Registre paroissial / Acte de baptême, Bruxelles, sur www.arch.be, Archives générales du Royaume (consulté le 1er juillet 2013) : « Acte no 2438 de l'an XII », p. 1
  13. (en) Sue Lonoff, « An Unpublished Memoir by Paul Heger », Bronte Society Transactions, vol. 20, no 6,‎ 1er janvier 1992, p. 344 à 348 (ISSN 0309-7765) (OCLC 4798283283)
  14. Département de l'Instruction publique, École primaire n° 1 (rue Terarken, 4), 1880-1938, Bruxelles, Ville de Bruxelles, coll. « Archives de la ville de Bruxelles » (no AVB IP II 133),‎ 1880 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Easter Alice Chadwick, In the Footsteps of the Brontes, Londres, Isaac Pitman and Sons,‎ 1914 (1re éd. 1895), 502 p. (ISBN 978-0-8383-1272-8, liens OCLC? et notice BnF?, lire en ligne) (KBR code III 40.307 A) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Paul Héger, Héger, 1700-2000 : de Charlotte Brontë à l'ULB et à la Communauté européenne, Bruxelles, Éditions Racine,‎ 2003, 142 p. (ISBN 978-2-8738-6343-2, lien OCLC?) — Issu d'une autre branche des Héger, l'auteur ne doit pas être confondu avec le fils de Constantin Héger.
  • (en) Charlotte Brontë (préf. Thomas J. Wise), The Love Letters of Charlotte Brontë to Constantin Heger, Londres, Colophon,‎ 1914, in-8, 43 p. (lien OCLC?) (KBR code 311619) — En français avec traduction en anglais. Édité à 30 exemplaires pour l'usage privé de Thomas J. Wise.
  • (en) Elizabeth Cleghorn Gaskell (préf. May Sinclair), The Life of Charlotte Brontë, Londres, J.M. Dent & co,‎ 1908 (1re éd. 1891), 411 p. (lien OCLC?, lire en ligne), chap. 11, 12 et 13 — Ouvrage transcrit en format html par Mitsu Matsuoka de l'université de Nagoya. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Henri Depage (préf. Albert Devèze), La vie d'Antoine Depage : 1862-1925, Bruxelles, La Renaissance du livre,‎ 1956, in-8°, 367 p. (lien OCLC?), « Les origines du pensionnat Héger », p. 31 à 41 — Henri Depage est le fils cadet d'Antoine Depage.
  • (en) Michael E. Schiefelbein, The lure of Babylon : Seven Protestant novelists and Britain's Roman Catholic revival, Macon, Mercer University Press,‎ 2001, 202 p. (ISBN 978-0-8655-4720-9, liens OCLC? et notice BnF?, résumé), chap. 5 (« A Catholic Baptism for Villette's Lucy Snowe »), p. 140 à 142

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]