Célomètre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Célomètre / télémètre laser

Un célomètre, aussi appelé télémètre de nuages et parfois plafonneur, désigne un appareil servant à mesurer la hauteur du plafond nuageux grâce au retour d'un faisceau lumineux[1],[2],[3].

Principe[modifier | modifier le code]

Les premiers célomètres utilisaient un tambour rotatif muni d'un réflecteur lumineux à faisceau étroit et un récepteur (cellule photoélectrique) à une certaine distance. Lorsque le tambour tourne, le faisceau est projeté vers la base des nuages et retourné vers le sol par diffusion. Le récepteur ne pouvant voir qu'à la verticale, on peut noter l'angle d'élévation au moment où un signal y est reçu du nuage et, par triangulation, la hauteur de ce dernier.

Plus récemment, les célomètres laser ont été développés. Ils émettent une impulsion lumineuse et la hauteur du plafond est calculé par la mesure du temps entre l'émission et le retour du signal (\, \delta t)[3] :

distance = \frac {c \delta t}{2}c est la vitesse de la lumière.

Usage[modifier | modifier le code]

Le célomètre ne sert pas seulement à la mesure des plafonds nuageux. En effet, la lumière passant à travers l'atmosphère est reflétée par toute particule s'y trouvant (poussière, cendre, gouttelettes, etc.). Une partie du faisceau lumineux peut donc être retournée vers le capteur avant d'atteindre la base du nuage. Ce signal plus faible sera également reçu et positionné. Il peut donner une estimation de la visibilité verticale, de la présence de précipitations et de la quantité de polluants dans l'air par le calcul du coefficient d'extinction du signal, se rapprochant ainsi du fonctionnement d'un lidar[4].

Finalement, le nuage ayant une densité plus ou moins grande, le faisceau sera retourné sur une certaine épaisseur avant d'être complètement bloqué par le nuage. L'épaisseur de cette couche de retour de plafond donne une idée du type et de la densité du nuage. En général, les données de célomètres ne dépassent pas 4 km puisque le faisceau lumineux se disperse graduellement par diffusion sur les molécules d'air.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Visibilité », Glossaire météorologique, Météo-France,‎ 2003 (consulté le 2008-05-20)
  2. (fr) Organisation météorologique mondiale, « Lettre C », Glossaire météorologique, Eumetcal,‎ 2003 (consulté le 2008-05-20)
  3. a et b (fr) Service météorologique du Canada, « Célomètre laser », Skywatchers, Environnement Canada,‎ 27 juillet 2007 (consulté le 2008-05-20)
  4. (fr) Département des sciences de l'atmosphère, « Célomètre laser », Université McGill,‎ mars 1998 (consulté le 2008-05-20)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]