Fréquencemètre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un fréquencemètre est un instrument de mesure destiné à afficher la fréquence d'un signal périodique.

L'appareil est principalement un compteur d'occurrences d'une transition caractéristique du signal entrant.

  1. Un étage de mise en forme transforme le signal d'entrée en impulsions de même fréquence.
  2. Un oscillateur aussi stable que possible appelé base de temps fournit la référence à laquelle comparer les fréquences.
  3. La mesure peut se faire
    • soit en comptant les impulsions issues de l'entrée dans un temps donné (correspondant à un nombre déterminé de périodes de la base de temps). On obtient directement la fréquence.
    • soit en comptant le nombre de périodes de la base de temps dans l'intervalle entre un nombre déterminé d'impulsions issues du signal d'entrée. On obtient un multiple de la période du signal à mesurer, à partir duquel il faut calculer la fréquence.
    • soit, indirectement, en mélangeant un signal dérivé des transitions caractéristiques à un autre, de fréquence proche, constitué à partir de la base de temps, et en mesurant ensuite, par l'un ou l'autre des moyens précédents, la fréquence des battements qui s'ensuivent.

L'affichage est généralement numérique. Il donne une fréquence moyenne et parfois une indication de la déviation du signal par rapport à cette fréquence.

Base de temps[modifier | modifier le code]

La base de temps est un oscillateur à quartz ; souvent, ce cristal est enfermé dans une enceinte dont la température est contrôlée (OCXO). La meilleure précision s'obtient après plusieurs heures de stabilisation des circuits.

Précision[modifier | modifier le code]

La précision dépend de la base de temps, mais aussi de la durée de la mesure. Il est en effet nécessaire de mesurer un grand nombre de périodes du signal pour obtenir une précision suffisante.

Gigue[modifier | modifier le code]

Certains appareils sont capables de mesurer la fréquence moyenne, mais aussi l'écart temporel de chacune des transistions par rapport à une régularité absolue, appelé gigue.

L'origine de ces écarts peut se situer dans l'oscillateur qui produit le signal à mesurer, mais aussi dans le bruit de fond et les interférences captées, y compris dans le câble qui le relie à l'appareil de mesure.

Voir aussi[modifier | modifier le code]