Compagnie des Indes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une compagnie des Indes était une compagnie qui gérait le commerce entre une métropole européenne et ses colonies.

Alors que l'Espagne et le Portugal s'étaient réservé l'exploitation de l'Amérique à la suite des découvertes de Christophe Colomb tout au long du XVIe siècle, au XVIIe siècle les autres puissances européennes se sont engagées dans une compétition acharnée pour constituer les plus grands empires coloniaux qui puissent alimenter leur capitalisme naissant, tout en confortant la puissance des nations.

Le commerce entre une métropole et ses colonies était souvent contrôlé par une compagnie qui portait le nom de Compagnie des Indes. Sous le vocable mythique des Indes, on recensait alors tous les territoires nouveaux qui pouvaient être atteints en prenant la route de l'Est (Indes orientales) et ceux qu'on rejoignait par la route de l'Ouest (Indes occidentales).

Le contexte historique de création des Compagnies[modifier | modifier le code]

À la suite des croisades ouvrant les routes de l’Orient, les activités commerciales et financières favorisent le capitalisme naissant des républiques italiennes au long des XIIIe et XIVe siècles avant que le commerce ne profite aussi à l’Angleterre et aux pays de la mer du Nord. Deux grands pôles concentrent le commerce de l’Europe : l’Italie du Nord et les pays de la Baltique où prospère la Ligue Hanséatique depuis le Moyen Âge.

La fin du XVe siècle est marquée par les Grandes découvertes : l’Amérique par Christophe Colomb en 1492, mais surtout l’Asie (les Indes) grâce au contournement du Cap de Bonne-Espérance par le Portugais Vasco de Gama en 1498.

À l’aube du XVIe siècle, la puissante République de Venise domine la mer Méditerranée, et par là, grâce à ses relations avec les comptoirs du Moyen-Orient, le commerce des produits - essentiellement le commerce des épices - venus du Levant et de l’océan Indien. Le contrôle de ces produits venus d’Extrême-Orient par caravane ou par navire lui assure la domination des marchés d’Europe. Cette domination commence toutefois à être contestée par la ville d’Anvers, devenue l’entrepôt du poivre importé par le Portugal, utilisant la nouvelle route maritime du Sud.

À partir des années 1570, le commerce de Venise en Méditerranée est mis à mal par les marchands nordiques qui inondent les marchés de produits contrefaits, allant jusqu’à orner leurs tissus du sceau vénitien afin d’en renforcer l’attrait. L’industrie méditerranéenne perd alors à la fois ses clients et sa renommée[1]. Pendant ce temps, l’Espagne met en place le commerce de l’or en provenance des nouveaux territoires qu’elle a découverts en traversant l’Atlantique. Mais elle connaît à son tour un déclin important à la fin du XVIe siècle.

Au début du XVIIe siècle, les Provinces-Unies sont encore en guerre contre la couronne espagnole pour obtenir leur indépendance. La situation sociale y est différente de celle du reste de l’Europe. Le commerce y est développé, la noblesse y a perdu son pouvoir au profit d’une puissante élite bourgeoise. Le pays est renommé pour sa tolérance sur le plan religieux et pour ses techniques agricoles avancées.

À la fin du XVIe siècle, les Hollandais commencent à s’intéresser aux Indes. Cornelis de Houtman part en 1592 avec quatre navires dont trois reviennent à Amsterdam en 1597, sans avoir fait de substantiels profits[2]. Mais l’expédition n’est qu’un précédent au développement d’un important commerce que l’Empire portugais déclinant ne peut contrer. Entre 1598 et 1602, les Hollandais envoient 65 navires divisés en 14 flottes vers l’océan Indien[3]. En 1600, des vaisseaux hollandais arrivent au Japon, puis en Chine l’année suivante[4]. Les flottes qui réussissent à revenir permettent des bénéfices atteignant jusqu’à 265 %, mais ceux-ci pourraient être encore accrus s’il n’y avait une multiplicité de compagnies se faisant une concurrence effrénée en Asie[5].

Dans le sillage des Hollandais, Anglais, Français, Suédois et Danois se lancent à la conquête des sources d'approvisionnement en épices.

Le premier instrument de la domination européenne[modifier | modifier le code]

Les traits communs de ces entreprises[modifier | modifier le code]

  • La traduction des théories mercantilistes
  • L'usage du monopole
  • L'action publique déléguée aux structures privées
  • La mise en œuvre des sociétés par actions

L'impact de leur action sur l'Europe[modifier | modifier le code]

  • La création des empires coloniaux européens
  • La rivalité Pays-Bas-Angleterre
  • La rivalité France-Angleterre
  • La domination du commerce anglais

L'impact sur les sociétés dominées[modifier | modifier le code]

  • L'œuvre missionnaire et la réalité commerciale
  • La première globalisation
  • L'esclavage et l'asservissement des sociétés

Les compagnies des Indes Orientales[modifier | modifier le code]

Les comptoirs Européens en Inde

Angleterre[modifier | modifier le code]

La East India Company, fondée en 1600 a grandement contribué à la constitution de l'Empire britannique.

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

La Vereenigde Oostindische Compagnie, créée en 1602, dans les Provinces-Unies (Pays-Bas), s'implanta dans l'Indonésie actuelle et au Sri Lanka.

France[modifier | modifier le code]

Elle fut constituée par Colbert en 1664. Elle disparait dans un scandale politico-financier en 1793.

Suède[modifier | modifier le code]

La Svenska Ostindiska Companiet est fondée en 1731.

Les compagnies des Indes Occidentales[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

La West-Indische Compagnie est créée en 1621.

France[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

La Svenska Västindiska Kompaniet a été fondée en 1786.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fernand Braudel, La Dynamique du capitalisme, 1985
  2. Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme XVe-XVIIe, t. 3 Le Temps du monde, Armand Colin, 1993 (1979), p. 254.
  3. Braudel, op. cit., p. 247.
  4. Michel Beaud, Histoire du capitalisme, de 1500 à 2000, cinquième édition, Points Seuil Économie, 1999, p. 42.
  5. Frédéric Mauro, L’expansion européenne (1600-1870), Puf, 1967 p. 131.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Haudrère, Gérard Le Bouëdec, Les Compagnies des Indes, éd. Ouest-France, Rennes, 1999
  • Michel Morineau, Les Grandes Compagnies des Indes Orientales, PUF, coll. Que sais-je ?, 1999
  • Philippe Haudrère, La Compagnie française des Indes au XVIIIè s., Ed. Les Indes savantes, 2 tomes, 2005
  • Philippe Haudrère, Les Compagnies des Indes orientales : Trois siècles de rencontre entre Orientaux et Occidentaux (1600-1858), Les Editions Desjonquère, 2006 - ISBN 2-84321-083-6
  • Louis Mézin, Gérard Le Bouëdec, Philippe Haudrère, Les Compagnies des Indes, Ed. Ouest-France - 2005 - ISBN 2-73733-869-7
  • René Favier, Les Européens et les Indes orientales : Au XVIIIe siècle ; aspects maritimes, commerciaux et coloniaux, Ophrys, 2000

Liens externes[modifier | modifier le code]