Cloud Gate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

41° 52′ 57.67″ N 87° 37′ 23.97″ O / 41.8826861, -87.623325 ()

La Cloud Gate

La Cloud Gate (littéralement « Porte des nuages ») est une sculpture urbaine de l'artiste britannique Anish Kapoor située dans le Millennium Park dans le secteur communautaire du Loop à Chicago (Illinois, États-Unis). Pièce centrale de l'AT&T Plaza, elle est située au-dessus du Park Grill et adjacente à la Chase Promenade. Elle fut construite entre 2004 et 2006 avec un dévoilement temporaire lors de l'été 2004. Surnommée The Bean (« Le Haricot ») à cause de sa forme, son extérieur consiste en 168 plaques d'acier inoxydable polies soudées entre elles. Elle est haute de 10 mètres, sa base mesure 20 m × 13 m et elle pèse 99,8 tonnes. Son aspect s'inspire du mercure liquide. Son extérieur poli reflète et déforme le panorama urbain de la ville. Les visiteurs sont invités à marcher autour et en dessous de l'arche haute de 3,70 m contenant une chambre concave appelée « omphalos » qui multiplie et déforme l'image des spectateurs par réverbérations.

Histoire[modifier | modifier le code]

Début du projet[modifier | modifier le code]

Carte du Millennium Park

Se situant entre le Lac Michigan à l'est et le quartier du Loop à l'ouest, le Grant Park était un chantier et un secteur industriel en bord de mer depuis le milieu du XIXe siècle. Dans la partie nord ouest du parc, au nord de Monroe Street et de l'Institut des beaux-arts de Chicago, à l'est de Michigan Avenue, au sud de Randolph Street et à l'ouest de Columbus Drive, se trouvait le parking et les entrepôts de la compagnie de chemin de fer Illinois Central Railroad qui, en 1997, furent mis à la disposition de la ville pour le développement du Millennium Park[1].

En 1999, les responsables du Millennium Park choisirent la sculpture proposée par le plasticien contemporain britannique internationalement reconnu Anish Kapoor plutôt qu'une proposition de Jeff Koons pour l'exposition permanente du parc[2]. La sculpture en acier inoxydable s'inspire du mercure liquide. Elle est conçue pour refléter le panorama de Chicago. Il s'agit de la première œuvre en extérieur de Kapoor aux États-Unis[3].

« Ce que je voulais faire dans le Millenium Park, c'était quelque chose qui implique le panorama urbain de Chicago... de manière à ce que l'on voit les nuages comme s'ils flottaient dedans et que les grands buildings se reflètent dans l'œuvre. Ensuite, étant donnée la forme de porte, le participant, le spectateur, pourrait entrer dans une chambre très profonde qui produit, d'une certaine manière, les mêmes déformations que l'extérieur fait à la ville. »

— Anish Kapoor[3]

Réverbérations d'images au centre de la Cloud Gate

Kapoor conçoit l'omphalos, une cavité formant une chambre au-dessus de la tête des spectateurs lorsqu'ils passent sous l'arche que forme la Cloud Gate. Elle provoque des réverbérations d'images supplémentaires quand les spectateurs sont au centre de l'œuvre.

Comme la sculpture devait peser environ 100 tonnes, un soin particulier fut apporté à son support. Le toit du Park Grill, sur lequel repose la Cloud Gate, devait donc être assez solide pour soutenir un tel poids. Un large mur sépare les rails du train Metra et le garage du Grant Park au nord, puis se poursuit jusqu'à l'arrière du restaurant où il supporte la sculpture. De plus, la structure est renforcée par des piliers latéraux ancrés en dessous de la place et reliés à l'intérieur de celle-ci par des tiges[4].

Lors de la conception de la sculpture de nombreux points durent être pris en compte : la Cloud Gate pourrait, suivant les fluctuations de température, devenir trop chaude ou trop froide pour être touchée. Les graffitis, déjections d'oiseaux et les traces de doigts pouvaient aussi être des problèmes potentiels et affecter l'esthétique de la sculpture[5],[6].

Conception de la structure interne[modifier | modifier le code]

L'entreprise Performance Structures, Inc. (PSI) fut choisie pour réaliser la sculpture grâce à sa capacité à faire des soudures quasi invisibles[2]. PSI commença le projet en essayant de créer une miniature de la sculpture de Kapoor. Des maquettes ont été réalisées en mousse de polyuréthane haute densité. Kapoor fit ensuite son choix entre elles. La maquette choisie fut utilisée pour concevoir la structure finale, notamment les composants de la structure interne[4]. Il était prévu initialement de construire et d'assembler l'ensemble de la structure à Oakland (Californie), puis de l'acheminer à Chicago par le canal de Panama et la voie maritime du Saint-Laurent. Cette option fut cependant rejetée car jugée trop risquée par les responsables du parc[2]. L'œuvre fut donc assemblée sur le site par l'entreprise MTH Industries.

À l'intérieur de la coquille polie de la Cloud Gate, plusieurs structures en acier permettent son soutien. Les premières pièces de la structure, deux anneaux d'acier, ont été mis en place en février 2004. Ensuite, une triangulation croisée en tubes fut montée entre ces deux anneaux[7]. L'intérieur fut conçu et construit de telle manière qu'aucun point spécifique ne puisse être en surcharge, ce qui aurait eu pour effet de déformer la peau extérieure en créant des courbures indésirables. De plus, la structure interne fut conçue de manière à se dilater et se contracter au gré des fluctuations de températures. Pour y parvenir, chaque pièce fut réalisée pour permettre un mouvement relatif entre elles mais sans appliquer de contrainte sur l'une d'elle. De ce fait, les deux anneaux supportant la sculpture peuvent bouger indépendamment l'un de l'autre et la sculpture peut bouger indépendamment des deux anneaux[4].

Construction et maintenance extérieure[modifier | modifier le code]

En juin 2004, quand le travail commença, une grande tente fut montée autour de l'œuvre afin de la soustraire aux yeux du public[8]. La réalisation commença par l'omphalos auquel les plaques furent fixées à la structure interne supportant l'ensemble. Ces plaques ont été posées par en dessous, de haut en bas de l'intérieur vers l'extérieur[9]. Cette façon de procéder faisait ressembler l'œuvre à un large sombrero une fois la partie basse achevée[10].

De l'oxyde de fer(III) fut utilisé pour donner l'effet miroir lors du polissage

Le revêtement extérieur est composé de 168 plaques d'acier inoxydable, usinées grâce à un logiciel de modélisation tridimensionnelle, et de contreforts métalliques soudés sur leur face intérieure pour obtenir une meilleure rigidité. Environ un tiers des plaques (et toute la structure interne) fut fabriqué à Oakland, désassemblé puis transportés à Chicago par camions[4]. Les plaques furent réassemblées par soudure sur le site, générant plus de 744 mètres linéaires de cordons de soudure[11].

La sculpture était entièrement montée mais pas encore polie lors de l'inauguration du Millennium Park le 15 juillet 2004. L'œuvre fut temporairement dévoilée le 8 juillet pour l'ouverture et Kapoor regretta que le public puisse la voir encore inachevée[12]. Alors que les travaux de polissage devaient recommencer le 24 juillet, le succès populaire de l'œuvre convainquît les responsables du parc de la laisser visible plusieurs mois.

La tente fut remontée en janvier 2005 pour permettre à une équipe de 24 métallurgistes de l'Ironworkers Local 63 de polir les soudures entre chaque plaque[11],[13]. En août 2005, lorsque les portions supérieur et latérales furent achevées, la tente fut retirée. Pour meuler, passer au papier de verre et polir les cordons de soudure, six niveaux d'échafaudages furent montés sur le pourtour de la sculpture[11]. Des cordes d'escalade et des baudriers durent être utilisés pour atteindre certains points de la sculpture difficilement accessibles[11]. Le 3 octobre 2005, l'accès à l'omphalos fut fermé pour permettre aux ouvriers de polir la dernière portion[14]. Chaque soudure de la Cloud Gate nécessita un polissage en cinq étapes pour obtenir son aspect miroir[11] :

Étape Nom Équipement utilisé Type de toile émeri Objectif
1 Meulage grossier Meuleuse d'angle électrique (2,3 kg - 110 mm) Grain 40 Retirer la surépaisseur des cordons de soudure
2 Ponçage grossier Ponceuse à bande pneumatique (6,8 kg - 51 mm) Grain 80, 100 et 120 Lisser les cordons de soudures
3 Ponçage Ponceuse à bande pneumatique (4,5 kg - 25 mm) Grain 80, 120, 240 et 400 Poncer les cordons de soudures
4 Ponçage fin Ponceuse orbitale Grain 400, 600 et 800 Adoucir les cordons de soudures
5 Polissage Disque de polissage électrique (250 mm) 4,5 kg d'oxyde de fer(III) Donner le poli miroir

La sculpture fut finalement présentée le 15 mai 2006[15],[16]. Son prix, d'abord estimé à 6 millions de dollars américains, fut revu à la hausse lors de l'ouverture du parc pour atteindre 11,5 millions de dollars[17] et coûta, au bout du compte, 23 millions de dollars[5]. Elle fut financée par de l'argent privé (particuliers et entreprises), aucun fonds publics ne furent utilisés[5]. Pour garder son poli miroir le bas de la Cloud Gate (1 mètre 80) est dépoussiéré deux fois par jour avec une solution approchant du Windex et est complètement nettoyé deux fois par an avec plus de 140 litres de détergent liquide Tide[18].

Thèmes artistiques[modifier | modifier le code]

Thèmes classiques d'Anish Kapoor[modifier | modifier le code]

Réflexions sur l'omphalos

Anish Kapoor a la réputation de travailler sur des environnements urbains avec des dimensions et des échelles si grandes qu'à elles seules, elles créent le spectacle[19]. Avant de créer la Cloud Gate, Kapoor avait déjà créé des œuvres utilisant la déformation de l'image du spectateur. Ce faisant, il acquît de l'expérience pour brouiller la frontière entre les limites et l'illimité[20]. Sky Mirror, en 2001, était un miroir concave de 6,1 mètres et 9,1 tonnes en acier inoxydable qui proposait déjà ce thème de la distorsion de la perception sur une grande échelle. Ce fut l'une des expériences dont Kapoor se servit lors de la conception de la Cloud Gate[20].

Les œuvres de Kapoor ont souvent pour but d'évoquer l'immatérialité et la spiritualité, un résultat auquel il parvient en sculptant des vides sombres dans la pierre ou plus récemment, à travers l'éclat pur et la réflectivité de ses sculptures[21]. Il explore le thème de l'ambiguïté avec son travail qui place le spectateur dans un état d'intermédiaire[22]. L'artiste joue souvent avec des dualités, solidité/vide ou réalité/reflet, qui a leur tour font allusion à des paires opposées comme la chair et l'esprit, l'ici et l'au-delà, l'est et l'ouest, la terre et le ciel, ce qui crée un conflit entre l'interne et l'externe, le superficiel et le souterrain, le conscient et l'inconscient[23]. Kapoor crée également une tension entre le masculin et le féminin dans ses œuvres avec des points de mire concaves qui invitent les visiteurs à entrer et à multiplier leur image lorsqu'ils sont bien placés[23],[24].

Thèmes spécifiques[modifier | modifier le code]

Reflets de la skyline de Chicago déformée par la sculpture

Kapoor parle souvent de supprimer sa signature sur ses œuvres tout autant que les traces de leur fabrication[21]. Pour lui, supprimer toutes les coutures de la Cloud Gate était nécessaire pour la rendre aussi parfaite que possible, comme « prête à l'emploi ». L'effet provoqué augmente la fascination du spectateur et le fait s'interroger sur ce qu'est l'œuvre et d'où elle vient[25]. La volonté de Kapoor de cacher les coutures de ses œuvres contraste avec celle de Frank Gehry, autre architecte du Millenium Park. En effet, les deux structures conçues par Gehry, le pavillon Jay Pritzker et la passerelle BP, affichent leurs coutures bien en évidence[26].

La Cloud Gate est similaire à plusieurs travaux précédents de Kapoor en cela qu'il respecte les thèmes et questions qu'elle aborde. Bien que les reflets rappellent ceux d'un palais du rire[27],[28], ils ont également une intention plus sérieuse : ils aident à dématérialiser la très grande sculpture, la rendant presque légère[29],[28].

Kapoor essaie de défier les spectateurs à internaliser son œuvre à travers un exercice intellectuel et théorique. En reflétant le ciel, les spectateurs, les piétons et l'architecture environnante, la Cloud Gate limite ses spectateurs à une compréhension partielle de l'œuvre à chaque instant. L'interaction entre le spectateur qui bouge pour créer sa propre vision et l'œuvre donne à celle-ci sa dimension spirituelle[22]. La sculpture est décrite comme une forme lumineuse et désincarnée[22] ce qui était également la description de 1000 Names, l'une des précédentes œuvres de Kapoor[23].

Réception, postérité et controverse[modifier | modifier le code]

Le public s'est rapidement attaché à la sculpture et la surnomma affectueusement The Bean (« Le Haricot »)[21]. La Cloud Gate est devenue une œuvre populaire d'art public[25],[29] et est maintenant utilisée sur de nombreux souvenirs comme des cartes postales, des sweatshirts ou des posters[30]. Elle attire de nombreuses personnes : habitants, touristes et amateurs d'art[31]. La Cloud Gate est aujourd'hui l'œuvre avec laquelle Kapoor est le plus identifié[32].

L'American Welding Society (AWS) reconnut la Cloud Gate, MTH Industries et PSI en leur octroyant un Extraordinary Welding Award groupé[33]. Elle contribua à faire entrer le Millennium Park sur la liste des dix meilleures réalisations architecturales 2004 du Time[27].

La Cloud Gate.

La Cloud Gate est très populaire[25]. Tant est si bien que le maire de Chicago, Richard M. Daley, déclara que le jour de l'inauguration officielle de la sculpture, le 15 mai 2006, serait le « Jour de la Cloud Gate ». Anish Kapoor fut présent lors de cette annonce où Orbert Davis et l'orchestre philharmonique de jazz de Chicago jouèrent un morceau composé par Davis : Fanfare for Cloud Gate[34]. La sculpture servit également de décor et de nombreux films, notamment La Rupture de Peyton Reed et clips comme ceux de Homecoming de Kanye West et Rockstar de Nickelback.

Début 2005, la sculpture fut sujette à controverse quand on refusa à un photographe professionnel l'accès à l'œuvre sans qu'il ne paie de permis[35]. La ville avait mis en place un système de collecte de taxes pour les photographes. Les tarifs étaient de 350 $ par jour pour les photographes professionnels, 1 200 $ par jour pour les vidéastes professionnels et 50 $ par heure pour les photographies de mariage. Ce système fut transformé et aujourd'hui, des taxes ne sont prélevées que pour les films, vidéos ou séances photos nécessitant des équipes de dix personnes[36]. Selon la loi américaine, l'artiste possède le droit de copie de la sculpture : cela signifie que le public peut la photographier librement mais qu'une autorisation est nécessaire pour n'importe quelle reproduction à but lucratif. Cette controverse, accompagnée d'un manque de clarté et de compréhension par le grand public de la loi, mena de nombreux internautes à protester en mettant sur Internet leurs photographies personnelles où qu'ils puissent, notamment sur le site de partage de photos Flickr[37],[38]. Entre 2005 et 2006, des compagnies ont loué des parties du Millennium Park, interdisant l'accès à la Cloud Gate au public, ce qui est paradoxal pour certains car celle-ci est une œuvre d'art publique[39],[40],[41].

En 2011, la Cloud Gate est un motif récurrent dans le film Source Code de Duncan Jones. En 2012, elle est présente lors d'une scène de baiser dans le film Je te promets de Michael Sucsy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Timothy J. Gilfoyle, « Millennium Park », The New York Times,‎ 6 août 2006 (consulté le 13 mars 2010) (en)
  2. a, b et c (en) « Sunday afternoon in the Cyber-Age Park: the city's new greensward features Frank Gehny's latest, plus "interactive" sculptural works by Jaume Plensa and Anish Kapoor » de Franz Schulze, Art in America.
  3. a et b (en) « Cloud Gate on the AT&T Plaza », site officiel du Millennium Park.
  4. a, b, c et d (en) « Special Project - Chicago's Millennium Park Project » de Jeffrety Steele, mai 2008, McGraw-Hill Construction.
  5. a, b et c (en) « Bean's gleam has creator beaming - Artist Anish Kapoor admits being surprised by aspects of `Cloud Gate` at Monday's dedication ceremony in Millennium Park » de Noreen S. Ahmed-Ullah, 16 mai 2006, Chicago Tribune.
  6. Gilfoyle op. cit. p. 202.
  7. (en) « Making Metal Gleam » de Jeffrety Steele, avril 2007, USGlass n°4, volume 42.
  8. (en) « A photo essay on the making of Anish Kapoor's Cloud Gate sculpture in Chicago's Millennium Park » de Lynn Becker, Repeat.
  9. Gilfoyle op. cit. p. 204.
  10. Gilfoyle op. cit. p. 206.
  11. a, b, c, d et e (en) « Making it shine » d'Emilie Nunn, 24 août 2005, Chicago Tribune.
  12. (en) « Cloud Gate », Chicago Architecture Info.
  13. (en) « A place to reflect in Chicago », 2 janvier 2005, Los Angeles Times.
  14. (en) « Cloud Gate Sculpture in Millennium Park to be Completely Untented by Sunday, August 28 » de Karen Ryan, 18 août 2005, site officiel du Millennium Park.
  15. (en) « Chicago finds 7bean' meets taste test » de Jon Yates, 15 juillet 2004, Chicago Tribune.
  16. (en) « The Bean Unveiled », 15 mai 2006, Chicago Tonight, WTTW.
  17. (en) « City to finally open its new front yard - Millennium Park's price tag tripled » de Liam Ford, 11 juillet 2004, Chicago Tribune.
  18. (en) « Clean the Bean » de Jackie Bange, 18 août 2005, Chicago Tribune.
  19. (en) « Innies and outies » d'Ariella Budick, 14 juin 2008, The Financial Times.
  20. a et b Gilfoyle op. cit. p. 267
  21. a, b et c (en) « A Most Public Artist Polishes a New York Image » de Randy Kennedy, 20 juin 2006, The New York Times.
  22. a, b et c Gilfoyle op. cit. p. 264.
  23. a, b et c Gilfoyle op. cit. p. 265.
  24. Gilfoyle op. cit. pp. 271–2.
  25. a, b et c (en) « Sculptor as Magician » de Roberta Smith, 30 mai 2008, The New York Times.
  26. (en) « Art/Architecture; Big Shoulders, Big Donors, Big Art » de Fred A. Bernstein, 18 juillet 2004, The New York Times.
  27. a et b (en) « The Best Architecture » de Richard Lacayo, 2004, Time.
  28. a et b (en) « Windy City Redux » d'Eric Roston, 11 octobre 2004, Time.
  29. a et b (en) « Anish Kapoor: Past, Present, Future » de Richard Lacayo, 5 juin 2008, Time.
  30. (en) « Chicago's architectural razzmatazz: New or old, skyscrapers reflect city's brash and playful character » de John King, 30 juillet 2006, San Francisco Chronicle.
  31. (en) « The Week Ahead: May » de Randy Kennedy, 12 mai 2008, The New York Times.
  32. (en) « Thinking Way Out of the Box » de Richard Lacayo, 27 février 2007, Time.
  33. (en) « AWS Honors MTH and Others for Work on Cloud Gate Project », USGNN.
  34. (en) [MP3] « Cloud Gate Day » d'Edward Lifson, 15 juin 2006, Chicago Public Radio.
  35. (en) « Who owns public art? » de Kelly Kleiman, 30 mars 2005, The Christian Science Monitor.
  36. (en) « Millennium Park loosens its photo rules » de Charles Storch, 27 mai 2005, Chicago Tribune.
  37. (en) « Public Park Designated Copyrighted Space », 12 février 2005, Slashdot.
  38. (en) « Chicago's public sculpture can't be photographed by the public » de Cory Doctorow, 6 février 2005, Boing Boing.
  39. (en) « This Sept. 8, No Bean For You - Unless you're a Toyota dealer. In that case, feel free to frolic because the carmaker paid $800,000 to own the park for the day » de Hal Dardick, 6 mai 2005, Chicago Tribune.
  40. (en) « Allstate pays $200,000 to book Millennium Park for one day » d'Andrew Herrmann, 4 mai 2005, Chicago Sun-Times.
  41. (en) « No Walk In The Park - Toyota VIPs receive Millennium Park 's red-carpet treatment; everyone else told to just keep on going » de Noreen S. Ahmed-Ullah, 9 septembre 2005, Chicago Tribune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Timothy J. Gilfoyle, Millennium Park: Creating a Chicago Landmark, University of Chicago Press.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 18 janvier 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.