Art environnemental

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
NIDOS 1995 Milton Becerra Rio Táchira, Venezuela 1995
Spiral Jetty - Robert Smithson.
Un des chênes plantés pendant la performance de Beuys devant le Musée Fridericianum de Kassel.

Le terme Art environnemental est utilisé pour décrire génériquement le procès artistique ou l'œuvre d'art où l'artiste est en dialogue direct avec l'environnement. Cet environnement peut être aussi vu comme le contexte politique, historique et social.

Hal Foster, critique d'art américain, a défini les œuvres d'art environnemental comme des « projets de sculpture site-specific qui utilisent des matériaux pris dans l'environnement pour créer de nouvelles formes ou pour réorienter notre perception de l'environnement ; programmes qui comportent des objets nouveaux, non naturels dans un scénario naturel ; activités individuelles sur le paysage où le facteur temps est déterminant ; des interventions concertées et de conscience sociale ».

Germano Celant, critique d'art italien très connu, dit qu'il y a, entre l'œuvre et le contexte, un échange mutuel : « l'art crée un espace environnemental, et de même, l'environnement crée l'art »[1]. Même s'il y avait, au début, la volonté de l'art environnemental de se battre contre le « système de l'art », en supprimant l'objet artistique et sa marchandisation, il est apparu nécessaire d'exposer les réalisations pour obtenir la reconnaissance du statut d'œuvres d'art, et les fonds nécessaires. Pour cette raison, les artistes ont commencé à considérer le besoin de filmer et photographier leurs réalisations.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'environnement dans l'espace réel commence à être important dans les œuvres d'art à partir de la fin des années 1950, et il a été considéré par tous les principaux mouvements artistiques (Neo-Dadaisme, Art Program, Minimalisme, Arte Povera, Art Conceptuel), dans les années 1960 et jusqu'au début des années 1970. Au début, l'art environnemental était relié à la sculpture (par exemple, Site-Specific Art, Land Art et Arte Povera), alors que la critique jugeait la sculpture traditionnelle obsolète et pas en harmonie avec l'environnement. Déjà en 1912, Boccioni théorisait, dans son Manifeste technique de la sculpture futuriste, que l'art nouveau serait porté par la sculpture environnementale, susceptible de modifier l'atmosphère environnante.

On trouve d'autres exemple de l'art environnemental dans les avant-gardes historiques : l'environnement des Proun du constructiviste El Lissitskij est un espace d'exposition réalisé pour l'expo à Berlin en 1923, où les éléments architecturaux, plastiques et picturaux sont inextricablement liés entre eux. Le Merzbau du dadaïste Kurt Schwitters est une accumulation progressive d'objets du quotidien dans la maison de l'artiste à Hanovre pendant dix ans, représentant la vie de l'artiste. Marcel Duchamp a aussi apporté ses contributions décisives à l'art environnemental : en 1938, à la galerie des Beaux-Arts de Paris pendant l'exposition internationale du surréalisme, il a suspendu au plafond plus de 1000 sacs de charbon ; en 1942 à l'exposition “First Paper of Surrealism” à New York, il a rempli l'espace avec une toile de 12 miles de fil. L'espace devient un des éléments les plus importants dans le travail de Lucio Fontana (environnement spatial avec des formes spatiales et éclairage en lumière noire, Galleria del Naviglio, Milano). Il utilise l'interaction de l'espace avec des jeux de lumières pour désorienter le spectateur. De même, Pinot Gallizio dix ans plus tard, à la Galerie Drouin à Paris, provoque le même effet par des moyens différents : la Grotte de l'antimatière se compose de 145 mètres de toile qui recouvre entièrement la surface du tunnel. D'autres artistes, comme Enrico Castellani (Environnement Blanc, ou Espace Environnement, 1970) et Gianni Colombo (After Structure), utilisent l'espace de la même façon. Dans le travail de Gianni Colombo, le spectateur marche à l'intérieur des œuvres. Pour Allan Kaprow, le premier artiste qui a défini théoriquement les caractéristiques de l'environnement dans l'article « Introduction to a Theory » dans le magazine Bull Shit, la participation des spectateurs et des interventions au niveau de l'environnement ne sont que la conséquence directe de la fusion entre art et vie. Aujourd'hui on utilise de nouveaux moyens, souvent dans une recherche de spectaculaire.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Bio art
Œuvres composées à partir de matières vivantes, comme les plantes, les mousses, dans une fonction réparatrice.
  • Eco art
Œuvres écologiquement responsables.
Terme utilisé surtout dans les années 1960 et 70, synonyme d'Earth Art[3], d'abord aux États-Unis, ensuite en Europe : s'applique à des œuvres gigantesques. Également appelé “Earthworks”[4], réalisé en territoires naturels, mais pas nécessairement axés sur les questions écologiques.
Les interventions peuvent être subtiles et éphémères ou géantes, comme l'excavation de Michael Heizer (Double Negative, 1969-70), ou la très connue “Spiral Jetty” de Robert Smithson.
Exemples de Land Art : l'Ephemeral Art, œuvres créées pour ne durer que peu de temps et souvent laissées à se dégrader dans les conditions environnementales naturelles, les Walking Works, où l'artiste utilise l'acte de marcher dans un environnement comme expression artistique, comme “A Line Made By Walking”, 1967, une ligne droite, provoquée par le passage de l'artiste Richard Long dans un pré.
  • Environmental Installation ou Sited-sculpture
Installations de sculptures dans une environnement utilisé comme site plus que comme source de matériaux.
  • Site-specific Performance Art
Performance où l'artiste est physiquement connecté à un contexte particulier de l'environnement d'une manière qui est décrite avec la vidéo ou des photographies.
  • Social Sculpture
Œuvres d'art qui mettent l'accent sur la relation entre l'environnement et la société, et qui impliquent la communauté locale ou qui demandent au spectateur de participer activement, pour mieux comprendre l'environnement.
  • Assemblage and Recycled Art
Œuvres d'art réalisées avec des matériaux trouvés (naturels et artificiels).
  • Ecovention
Combinaison des mots "Ecology" et "Invention", qui renvoie à des œuvres qui réparent les dommages causés à l'environnement naturel. Aussi appelé "Reclamation Art" (art de restauration).
Ces œuvres sont souvent situées dans des endroits peu accessibles et modifiés par les agents atmosphériques.
Unhappilly Ever After oeuvre de l'américain Jeff Hong : http://disneyunhappilyeverafter.tumblr.com/

Une distinction[modifier | modifier le code]

Dans l'Art Environnemental, il faut distinguer les artistes qui ne prennent pas en compte les effets de leurs œuvres sur l'environnement et ceux qui au contraire ne veulent pas causer de dommages, et s'engagent à remettre l'environnement dans son état naturel. Ainsi, la célèbre sculpture “Spiral Jetty” de l'artiste américain Robert Smithson : malgré sa valeur esthétique indéniable, l'artiste est intervenu massivement sur le paysage, érodant et déplaçant de grandes quantités de terre.

Même le travail de l'artiste d'origine bulgare Christo et de son épouse Jeanne-Claude a attiré de vives critiques lorsque, par exemple, en 1969, ils ont temporairement enveloppé la côte de Little Bay, au sud de Sydney, en Australie. Les environnementalistes locaux ont protesté, affirmant que l'œuvre était écologiquement irresponsable, en particulier pour les oiseaux qui nichent sur la côte et pour les manchots et les phoques. La polémique soulevée a attiré l'attention des organisations internationales de l'environnement et elle a conduit les artistes contemporains à repenser le Land Art et le Site-specific Art.

À l'opposé, un artiste environnemental comme le sculpteur sculpteur britannique Richard Long a réalisé de nombreuses d'œuvres temporaires en extérieur avec des matériaux locaux, comme les roches, la boue et les branches, sans endommager l'environnement.

Probablement l'une des œuvres les plus célèbres de l'art environnemental du XXe siècle, "7000 Oaks" (7000 chênes) est réalisé par l'artiste allemand Joseph Beuys à la Documenta en 1982, à l'occasion de laquelle l'artiste et ses assistants ont montré l'état de l'environnement local par la plantation de 7 000 chênes dans et autour de la ville de Kassel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. G. Celant, Ambiente/Arte, dal futurismo alla body art, Edizioni della Biennale di Venezia, Electa, Milano-Venezia 1976, p. 5.
  2. Land Art est aussi le titre d'un film de 1969 où Gerry Schum montre la première œuvre réalisée sur le territoire naturel.
  3. Titre de l'exposition du White Museum of Art en 1969.
  4. Titre de l'exposition dans le Dwan Gallery de New York en 1968, où se réunissaient les artistes du nouveau mouvement : Carl Andre, Robert Morris, Sol LeWitt, Walter De Maria, Michael Heizer, Dennis Oppenheim, Robert Smithson.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wildy, Jade C. Defining Environmental Ar, Master of Art History, Adelaide, S. Aust.: University of Adelaide, 2010.
  • “Analyse d’un processus dans le temps”, Fondation Culturel Chacao, Caracas, Venezuela (2007)
  • Arte contemporanea. Le ricerche internazionali dalla fine degli anni '50 ad oggi, a cura di F. Poli, Electa, 2003
  • Enciclopedia dell'Arte Garzanti, Garzanti Libri s.p.a., 2002
  • Denys Riout, L'arte del ventesimo secolo. Protagonisti, temi, correnti, Einaudi, 2002.

Liens externes[modifier | modifier le code]