Citadelle de Kowloon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

22° 19′ 56.21″ N 114° 11′ 19.18″ E / 22.3322806, 114.1886611

La citadelle de Kowloon (sinogrammes : 九龍城寨 / 九龙城寨), dans la péninsule de Kowloon, était une enclave chinoise au milieu de la colonie de Hong Kong, jusqu'à sa démolition en 1993. Un parc lui a succédé. Le lieu était célèbre pour la densité exceptionnelle du bâti, qui laissait à peine pénétrer la lumière.

L'enclave[modifier | modifier le code]

La Citadelle, dénommée Kowloon lors de sa création, fut établie pendant la dynastie Song, pendant laquelle elle servit de poste d'observation de la région contre les pirates et de centre de gestion de la production de sel. Elle a été reconstruite en tant que forteresse au milieu du XIXe siècle sur le même site. Après la cession de l'île de Hong Kong à la Grande-Bretagne en 1842 prévue dans le Traité de Nankin signée par les Qing, les autorités chinoises y établirent un poste militaire et administratif afin de contrebalancer l'influence des Britanniques dans le secteur.

Citadelle de Kowloon, 1915

En vertu de la convention pour l'extension du territoire de Hong Kong signée en 1898, le Royaume-Uni obtint les « Nouveaux Territoires » en bail pendant 99 années, à l'exception de la ville murée. Celle-ci avait alors une population d'environ 700 habitants. Il fut convenu officieusement que la Chine pourrait continuer d’y garder des troupes, à condition que celles-ci n'interfèrent pas avec l'administration provisoire britannique.

La Grande-Bretagne est rapidement revenue sur cette partie officieuse du traité, attaquant la ville murée en 1899, mais la trouvant abandonnée. Les Britanniques ne firent rien par la suite de la citadelle et de son avant-poste, laissant ainsi en suspens la question de la propriété et de la nationalité du lieu. Entre les années 1890 et 1940, l'enclave était composée d'un yamen, ainsi que d'autres bâtiments, qui finirent par devenir un ensemble de constructions de faible hauteur mais extrêmement denses en population. La citadelle resta une enclave chinoise en dépit des évènements turbulents du début du XXe siècle qui entraînèrent la chute de la dynastie Qing, et l'établissement de la République de Chine en 1911, puis de la République populaire de Chine en 1949. La ville murée est restée une curiosité et une attraction pour les touristes et les coloniaux, où l'on pouvait voir « les vestiges de la vieille Chine » à Hong Kong, et ce jusqu'en 1940.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’armée d’occupation Japonaise expulsa les habitants de la citadelle, et la démolit en grande partie – notamment son mur d'enceinte – afin d'utiliser les matériaux dans la construction de l’aéroport voisin, Kai Tak.

Après la seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Images externes
Schéma architectural — Vue latérale
Schéma architectural — Vue du dessus
Vue d'une facade extérieure, photo de fin du 20e siècle
Vue aérienne, photo de fin du 20e siècle

Après la capitulation du Japon, les squatters (soit des anciens résidents, soit plus probablement des nouveaux venus) commencèrent à habiter la citadelle, résistant à plusieurs tentatives par la Grande-Bretagne en 1948 de les en expulser. Désormais sans mur pour la protéger, la Citadelle devint un asile pour escrocs et toxicomanes, car la Hong Kong Police Force n'avait aucun droit d'y entrer, et aucune autorité chinoise en Chine continentale, ni seigneur de guerre, ni communiste, ou Kuomintang, ne souhaitait en prendre la responsabilité.

En 1949, la République populaire de Chine fut établie, et des milliers de réfugiés supplémentaires affluèrent, beaucoup en provenance de Guangdong, se rajoutant à la population déjà présente. L'administration coloniale britannique adopta une politique de laisser-faire. Un meurtre commis dans la citadelle en 1959 qui provoqua une mini-crise diplomatique entre le Royaume-Uni et la Chine. Les deux nations tentèrent de pousser l'autre à accepter la responsabilité de cette vaste parcelle de terrain pratiquement en anarchie, dominée par les Triades chinoises.

En tant que syndicats de crime organisé, les triades y ont été puissantes jusqu'au milieu des années 1970. En 1973-1974, une série de plus de 3 000 incursions de police ciblant les triades au sein de la Citadelle les ont affaiblies. Bien que la citadelle ait été décrite comme un foyer de criminalité, la vie quotidienne y était en grande partie organisée par les habitants plutôt que par les triades. La plupart des résidents y vivaient paisiblement, et n'avaient aucun lien avec des activités criminelles. De nombreuses associations caritatives et groupes religieux aidaient à améliorer la vie des habitants, gérant des écoles et d'autres services sociaux. Le Gouvernement de Hong Kong a également fourni des services tels que l'eau et la distribution du courrier.

La puissance des triades ayant diminué, la ville murée a commencé à se développer de façon presque organique. Il n’y avait que deux règles de construction  : être raccordé à l'électricité, et se limiter à quatorze étages en hauteur, pour ne pas gêner l'aéroport voisin.

La citadelle en 1989, vue d'un avion

Les bâtiments bâtis les uns dans les autres ont transformé le quartier en un monolithe de rapiéçage de centaines de mètres carrés, à la suite de milliers de modifications et d’extensions, pratiquement sans aucune intervention d'architectes ou d'ingénieurs.

Des couloirs labyrinthiques traversaient le monolithe, certains étant d'anciennes rues au niveau du sol, souvent obstruées par les détritus, et d'autres parcourant les niveaux supérieurs, pratiquement entre les bâtiments. Les ruelles étaient éclairées par des lumières fluorescentes, car la lumière du jour y pénétrait à peine, sauf juste sous les toits. Seules huit canalisations municipales approvisionnaient en eau la structure entière (bien que de l’eau fût apportée de puits)[1].

Au début des années 1980, la Citadelle avait une population estimée à 35 000 habitants. Quartier anarchique, la citadelle était réputée pour sa profusion de maisons closes, casinos, salons d'opium et de cocaïne, ses restaurateurs qui servaient de la viande de chien, et pour ses usines clandestines. Elle était également connue pour son nombre très élevé de cliniques de dentiste à l'hygiène déplorable, puisque les dentistes non autorisés pouvaient y pratiquer sans risque de poursuites.

L’évacuation et démolition[modifier | modifier le code]

Au fil du temps, les deux gouvernements, britannique et chinois, considéraient l'anarchie de la citadelle comme de plus en plus insupportable, malgré une criminalité basse dans les statistiques de la police. La qualité de la vie, et les conditions sanitaires en particulier, étaient très en retard sur le reste de Hong Kong, qui devenait une cité riche et moderne.

Après la Déclaration commune sino-britannique de 1984, les autorités britanniques, avec l'accord de la Chine, décidèrent de démolir la ville et de reloger ses habitants en 1987. À ce moment-là, elle avait 50 000 habitants sur 0,026 km². Sa densité de 1 923 076 habitants au km² faisait de la Citadelle le quartier le plus densément peuplé au monde.

L'évacuation, commencée en 1991, fut achevée en 1992. Le gouvernement dépensa jusqu'à 3 milliards de dollars de Hong Kong pour reclasser les résidents et les commerçants. Quelques résidents, parmi ceux qui n'étaient pas satisfaits de la compensation, ont tenté en vain d'empêcher la démolition en usant de tous les moyens à leur disposition.

Avant sa démolition définitive, un groupe d'explorateurs japonais mit environ une semaine pour voyager dans la ville murée déserte, établissant une sorte de carte et une coupe de la ville[2]. Le film Crime Story (1993) avec Jackie Chan a été en partie tourné dans la citadelle abandonnée, et de vraies scènes d'explosions de bâtiments faisaient partie du montage final.

Après la démolition en 1993, la construction d'un parc démarre en mai 1994 sur le site.

Le parc de la Citadelle[modifier | modifier le code]

Le parc de la Citadelle, vestiges de la porte Sud en premier plan.

L'ancien site de la citadelle se trouve dans la zone administrative de Kowloon City. Achevé en août 1995, le parc de la citadelle (九龍寨城公園), qui fait partie du parc de la Carpenter Road, est un parc élégant préservant l'héritage historique de la citadelle d'origine.

Le parc fut conçu dans le style d'un jardin chinois Jiangnan (江南園林) du début de l'époque Qing. Elle est divisée en huit dispositifs de paysage, la pièce maîtresse étant le Yamen, une structure de trois-hall entièrement restaurée dans toute la gloire de la dynastie Qing hébergeant une exposition de photos et quelques reliques utilisées ou retrouvées dans la ville murée.

Il y a aussi deux canons, cinq inscriptions en pierre et trois vieux puits préservés dans divers endroits dans le parc.

Les huit parties du parc sont :

  • Le Yamen
  • La vieille porte Sud
  • Huit circuits de promenade
  • Le jardin des Quatre saisons
  • Le jardin d'astrologie
  • Le jardin des échecs – avec 4 échiquiers chinois géants
  • Le Pavillon de la vue de la Montagne
  • Les Pavillons Guibi et Fui Sing

Yamen[modifier | modifier le code]

À l'origine, le bâtiment du Yamen était le bureau administratif et la résidence du magistrat adjoint de Kowloon. Le bâtiment est une structure de trois-hall établie dans une conception simple et fonctionnelle sans ornements élaborés. Le hall du milieu servait comme bureau tandis que le hall arrière servait de résidence de l'officier.

Après le départ des fonctionnaires de Qing en 1899, le bâtiment du Yamen a été employé par des différents organismes chrétiens, comprenant une maison de la vieillesse, la maison pour veuves et orphelins, une école et une clinique. En 1996, le Yamen a été préservé et reconstitué pour témoigner de son passé historique.

Vestiges de la porte Sud de la Citadelle[modifier | modifier le code]

Les recherches archéologiques ont été menés par l'Office des Antiquités et Monuments en 1993 et 1994[3].

Des vestiges culturels tels que deux plaques (de la porte sud originale) en pierre portant les inscriptions "南門" (Porte sud) et "九龍寨城" (Citadelle de Kowloon) ont été retrouvées. Les fondations du mur de ville, un fossé d’évacuation et un chemin pavé de dalles ont été découverts. Par ailleurs, les fondations des portes Sud et Est originales étaient retrouvées en particulièrement bon état de préservation.

Le yamen et ce qui reste du vieux portail sud de la Citadelle sont préservés en-situ. Ils furent déclarés des Monuments déclarés de Hong Kong en 1996.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :