Chouilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chouilly
Chouilly, vue depuis « la Montagnotte ».
Chouilly, vue depuis « la Montagnotte ».
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Épernay-2
Intercommunalité Épernay-Pays de Champagne
Maire
Mandat
Jacques Hostomme
2014-2020
Code postal 51530
Code commune 51153
Démographie
Gentilé Chouillats
Population
municipale
996 hab. (2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 34″ N 4° 00′ 52″ E / 49.0261, 4.0144 ()49° 01′ 34″ Nord 4° 00′ 52″ Est / 49.0261, 4.0144 ()  
Altitude Min. 68 m – Max. 240 m
Superficie 16,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Chouilly

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Chouilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chouilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chouilly

Chouilly est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Ses habitants sont appelés les Chouillats et les Chouillates ou encore les Bilots en référence aux nombreuses oies qui se trouvaient élevées jadis dans le village.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Chouilly se situe dans la partie nord de son territoire communal, au sud de la rivière des Tarnauds et la route départementale 3. Au-delà du village, au sud, l'altitude s'élève[1]. C'est là que se trouve l'essentiel du vignoble chouillat, qui appartient à la côte des Blancs. La commune présente une superficie viticole d'environ 523 hectares[2]. La colline à l'ouest du village, qui atteint 180 m d'altitude au lieu-dit « Plumecoq », comprend l'autre partie du vignoble. La colline située juste au sud du village s'appelle « la Montagnotte ». Le mont Jocasse marque la limite de la commune avec Cuis, au sud-ouest, et s'élève à 174 m. L'extrême sud de la commune est marqué par la Butte de Saran, qui culmine à 243 m[1].

L'intersection du 49e parallèle nord et du 4e méridien à l'est de Greenwich se trouve sur le territoire de la commune (voir aussi le Degree Confluence Project).

Communes limitrophes de Chouilly
Épernay Ay Mareuil-sur-Ay
Pierry Chouilly Oiry
Cuis Cramant
Carte de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les habitants du village sont surnommés bilots (oies). Le village est donc parfois encore appelé Chouilly les bilots. Différentes explications sont données à ce surnom, l'une l'attribue au mauvais caractère des habitants, l'autre au fait que beaucoup d'oies circulaient autrefois dans la rue principale du village (ex-RN 3). Cette population d'oies a été le prétexte à une manifestation populaire organisée à l'occasion de la « journée de Noël » orchestrée par L'Association des Parents d'Elèves : les enfants de l'école ont défilé dans les rues du village, précédés par un troupeau d'oies que dirigeaient un gardien et son chien. Depuis quelques années le Père Noël en personne s'invite à la fête pour la joie et le bonheur de tous les enfants. Ces évènements renouent avec les anciennes traditions de la commune et attirent de nombreux badauds.

Les différents objets mortuaires retrouvés dans les tombes gallo-romaines de Chouilly montrent, de par leur taille plus importante que d'ordinaire, que la commune devait être un village Celte assez prospère.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie se trouve au milieu du Chouilly historique et partage ses locaux avec l'agence postale.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Pierre Nivelle    
1791 1792 Pierre Leclerc    
1792 1794 Edme Moineaux    
1794 1795 Isidore Siret    
1795 1800 Jean Baptiste Nivelle    
1800 1804 Edme Moineaux    
1804 1810 Adrien Roge    
1810 1815 Pierre Louis Roge    
1815 1815 Jean Baptiste Legras    
1815 1816 Pierre Louis Roge    
1816 1817 Pierre Louis Lambert    
1817 1826 Jean Remy Moët    
1826 1840 Etienne Legras    
1840 1845 Henri Alexis Vallois    
1845 1850 Pierre André Debas    
1850 1857 Louis Auguste Vallois    
1857  ? François Aimable Chiquet    
 ? 1869 Pierre André Debas    
1869 1886 François Amable Chiquet    
1886 1896 Louis Victor Coquart    
1896 1910 Théodore Legras    
Les données manquantes sont à compléter.
1995 en cours Jacques Hostomme[3]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 996 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
994 928 938 973 1 031 1 042 1 030 1 029 977
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
972 982 957 921 978 959 1 004 1 021 1 067
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 054 1 082 1 123 1 107 1 075 1 020 935 902 908
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
903 976 1 029 1 044 930 873 975 996 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

Chouilly compte différents équipements sportifs : un stade, trois courts de tennis (dont un couvert), un parcours de santé et un boulodrome.

Plusieurs événements sportifs sont célébrés dans la commune :

  • Corrida de Chouilly (depuis 1986), le 13 juillet : course à pied.
  • Tournoi de Tennis Open - (20e édition en 2004) - 2e quinzaine de juillet.
  • Rallye National Epernay - Vins de Champagne. Tous les ans depuis 1997 le départ de deux épreuves se déroule dans la ville de Chouilly.
  • Journée pétanque - Chaque année à la mi-mai l'A.P.E. de Chouilly organise un grand concours de pétanque.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie du village repose essentiellement sur la production du champagne. La commune de Chouilly comporte quelque 208 exploitants. Certaines vignes font partie des domaines des maisons Duval Leroy, Moët & Chandon, Pol Roger, Roederer et Taittinger[2].

En 1972, un centre vinicole est créé par le Syndicat Général des Vignerons de la Champagne. Il fusionne par la suite avec le champagne Nicolas Feuillate et devient le Centre Vinicole - Champagne Nicolas Feuillatte. Celui-ci rassemble environ 80 coopératives et 5 000 vignerons. Son site de production se situe au cœur du vignoble, à l'ouest de Chouilly, sur la colline de « Plumecoq » dominant Épernay[6].

La typicité du champagne de la côte des Blancs est de n'être élaboré qu'à partir des différentes variétés de raisins Chardonnay (grains à peau blanche). Ce cépage, un des trois cépages classiques que l'on retrouve dans la composition des champagnes, est réputé comme étant le plus délicat à cultiver, car de par sa précocité, il est particulièrement sensible au gel. C'est pourquoi Chouilly, avec ses coteaux orientés à l'est et donc à l'abri des vents dominants d'ouest, cultive à 99 % ce cépage, le 1 % restant étant du Pinot noir[2] (raisin à peau noire mais à chaire blanche). Les vendanges se font généralement vers la troisième semaine de septembre. Quelques exceptions ont cependant eu lieu en 2003 et 2007 où les vendanges ont été particulièrement précoces ; en 1980, 1984 et 1987 où elles ont été particulièrement tardives[2].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village étant situé dans le vignoble champenois, de nombreuses maisons de Champagne y ouvrent leurs portes.

  • Église Romane St-Martin, ancienne chapelle du château devenue l'église paroissiale en 1478. On trouve dans cette église de nombreuses statues et statuettes du XVIIIe siècle, dont une de Saint-Rémi évêque de Reims qui baptisa le Roi Clovis. Les parties de l'église ont évolué au cours des siècles, et si la nef est du XIIe siècle, la chapelle sud, est quant à elle, du quinzième.
  • « Le jardin humide », espace public au bord de la rivière des Tarnauds, entre jardin et nature, a été aménagé sur zone inondable.
  • « Le jardin de vignes », nouvellement implanté à l'entrée principale de la commune (dans l'axe de l'avenue de Champagne d'Épernay), est un musée à ciel ouvert. Libre d'accès, on y découvre l'évolution de ce trésor Champenois qu'est la vigne, depuis ses origines sauvages jusqu'aux cépages traditionnels.

Situé sur le territoire de la commune mais à l'extérieur du village, se dresse le château de Saran, jadis pavillon de chasse, maintenant propriété de la maison Moët & Chandon. Une sépulture datant du Néolithique fut découverte dans le parc, ainsi que des vestiges gallo-romains :

  • un cimetière gaulois de la Croix des-Huguenots,
  • une nécropole hallstattienne des Jogasses (Jogasse signifie « chênes de Jupiter »),
  • une grotte néolithique appelée « Saran IV » et classée monument historique par arrêté du 10 mars 1961[7].
Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


Manifestations et festivités[modifier | modifier le code]

La Fête patronale a lieu tous les ans, le premier dimanche de juin, avec au programme, des manèges de fête foraine, des stands de restauration ainsi que des spectacles et animations variés. Au mois de juin, une brocante, très prisée et attirant de nombreux badauds en quête de bonnes affaires, est organisée, ainsi qu'une kermesse scolaire avec stands et restauration. Une vente de jouets d'occasion, au courant du mois de novembre, permet à tous de fêter joyeusement Noël.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Emile Schmit, « Le Mont Jogasse ou les Jogasses à Chouilly (Marne) », dans Bulletin de la Société préhistorique française no 7-8,‎ 1926 (DOI 10.3406/bspf.1926.5917, lire en ligne), p. 179-183

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Chouilly sur Géoportail. Consulté le 12 septembre 2012.
  2. a, b, c et d « Chouilly », sur Union des maisons de Champagne (consulté le 12 septembre 2012).
  3. [xls]« Liste des maires de la Marne au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « L'histoire du Centre Vinicole », sur Centre Vinicole - Champagne Nicolas Feuillatte (consulté le 12 septembre 2012).
  7. « Grotte néolithique, dite "Saran IV" », base Mérimée, ministère français de la Culture