Athis (Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Athis.
Athis
Vue d'Athis depuis le sud-ouest.
Vue d'Athis depuis le sud-ouest.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Canton Écury-sur-Coole
Intercommunalité CC de la Région de Vertus
Maire
Mandat
Jean-Loup Évrard
2014-2020
Code postal 51150
Code commune 51018
Démographie
Population
municipale
823 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 01″ N 4° 07′ 44″ E / 49.0169, 4.128949° 01′ 01″ Nord 4° 07′ 44″ Est / 49.0169, 4.1289  
Altitude Min. 70 m – Max. 97 m
Superficie 16,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Athis

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Athis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Athis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Athis

Athis est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne. Depuis le 1er janvier 2014, elle a rejoint la Communauté de communes de la Région de Vertus.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Tarnauds au nord d'Athis.

Athis est située dans la Champagne crayeuse. La commune est arrosée par la rivière des Tarnauds, qui passe au nord du village. Au sud et au sud-est, près de Cherville, on trouve les marais d'Athis-Cherville. Ils ont été proposés pour devenir un site Natura 2000 d'importance communautaire. Il s'agit de tourbières alcalines très bien conservées[1]. Les marais sont traversés par le ruisseau la Tranchée, affluent des Tarnauds qui prend le nom de la Noire, en aval d'Athis, et Montjouy en amont. Au nord, d'anciennes carrières forment aujourd'hui des étangs. Cette partie de la commune, comme le long de la Tranchée, est boisée[2].

Le village est desservi par deux routes principales : d'est en ouest, Athis est traversée par la route départementale 3 entre Châlons-en-Champagne et Épernay ; du nord au sud, par la route départementale 19 entre Tours-sur-Marne et Avize[2].

Communes limitrophes d’Athis
Tours-sur-Marne
Plivot Athis Cherville, Jâlons
Les Istres-et-Bury Pocancy Champigneul-Champagne

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie d'Athis.

Athis rejoint la communauté de communes de la Région de Vertus le 1er janvier 2014[3].

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1882  ? Remy Damase Rivière    
1857  ? Théodore Leclerc    
         
1997 2008 Olivier Brun    
2008 en cours Chantal Grégoire[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 823 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
611 647 682 696 713 675 680 686 761
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
757 758 714 646 634 596 555 559 576
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
524 524 507 467 509 524 523 503 516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
538 547 547 588 669 758 823 823 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château d'Athis date des XVIIe et XVIIIe siècles. Il est inscrit aux monuments historiques depuis 1982[7]. Les boiseries, la cheminée en marbre et la glace de la chambre du chevalier de Cappy sont classées monument historique en tant qu'objet depuis 1947[8].

L'église d'Athis est dédiée à saint Rémi. Construite au XIIe siècle, elle est composée d'une tour-porche romane, percée d'une porte et de fenêtres, et d'une nef de style gothique. Elle fait partie de la paroisse Saint-Ephrem de la Berle aux Tarnauds[9]. Elle comprend deux statues du XIIIe siècle classées MH : une vierge à l'enfant assise en pierre[10] et saint Remy en chêne[11]. Un chasuble de satin brodé de la fin du XVIIe siècle est aussi classé[12]. Deux crédences de style Louis XVI en bois taillé, doré et décoré de marbre ont été classées en 1912, mais elles ont été volées[13].

La Ferme aux Oiseaux Exotiques possède plus de 400 oiseaux et un parc floral comprenant plus de 200 rosiers. Ouvert du 1er mai au 30 Septembre.

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Camille Soudant (1922-1944) : résistant, mort pour la France durant la Seconde Guerre mondiale. Il fut fusillé le 19 février 1944 sur le terrain dit de la Folie à L'Épine, près de Chalons-en-Champagne, et depuis renommé en Butte des Fusillés. Il fut fusillé avec 14 autres personnes condamnées également par le tribunal militaire allemand de Châlons. Il est enterré sur le territoire de la commune d'Athis, village où il résidait avec ses parents. La rue devant la mairie porte son nom en hommage.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Marais d'Athis-Cherville », sur Natura 2000 (consulté le 24 mars 2013).
  2. a et b Carte IGN d'Athis sur Géoportail. Consulté le 24 mars 2013.
  3. [PDF]« Compte-rendu du conseil communautaire du mercredi 6 février 2013 », sur site de la CC de la Région de Vertus (consulté le 24 mars 2013), p. 9.
  4. [xls]« Liste des maires de la Marne au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. « Notice no PA00078574 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 24 mars 2013.
  8. « Notice no PM51000034 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 24 mars 2013.
  9. « L’église Saint Rémi à Athis », sur site du Diocèse de Châlons-en-Champagne,‎ 31 janvier 2008 (consulté le 24 mars 2013).
  10. « Notice no PM51000030 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 24 mars 2013.
  11. « Notice no PM51000033 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 24 mars 2013.
  12. « Notice no PM51000032 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 24 mars 2013.
  13. « Notice no PM51000031 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 24 mars 2013.