Champagne Louis Roederer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roederer.

Champagne Louis Roederer

Création 1776
Siège social Drapeau de France Reims (France)
Direction

Frédéric Rouzaud (DG)

Jean-Claude Rouzaud (Président)
Site web http://www.louis-roederer.com/

Le Champagne Louis Roederer est une Maison de Champagne fondée à Reims en 1776[1]. C'est l’une des dernières maisons de Champagne indépendantes et familiales. Sa production de vins de Champagne est issue principalement de ses propres vignes et s’élève annuellement à plus de 3,5 millions de bouteilles distribuées dans plus de 100 pays[2].

Historique[modifier | modifier le code]

portrait ancien en buste de Louis Roederer
Louis Roederer père
  • 1776 : Fondation de la Maison à Reims.
  • 1833 : Louis Roederer hérite de la Maison et lui donne son nom. A contre-courant des usages de son époque, il décide d'acheter des parcelles de vignes pour assurer la constance et la qualité des approvisionnements.
  • 1870 : Louis Roederer II succède à son père Louis Roederer Ier.
  • 1873 : Les expéditions atteignent 2,5 millions de bouteilles, soit 10% de la production totale de la Champagne à l'époque, et la Russie est la première destination avec près de 700 000 bouteilles soit 27 % de la production totale de la Maison[3].
  • 1876 : À la demande d’Alexandre II est créée pour la consommation exclusive des Tsars de Russie la cuvée Cristal, première « Cuvée de Prestige » de l'histoire[4].
  • 1880 : Succédant à Louis Roederer II, sa sœur Léonie Olry-Roederer dirige la société.
  • 1908 : Le Tsar Nicolas II rend hommage à la Maison en lui décernant le titre de « Fournisseur officiel de la Cour de Sa Majesté l'Empereur ». Depuis lors les bouteilles de Cristal portent les armoiries du Tsar en médaillon[5].
  • 1932 : Léon Olry-Roederer, fils de Léonie, décède alors que la Maison est au bord de la faillite, victime de la Révolution russe, de la Première Guerre mondiale qui ferme le premier marché de la Maison, de la prohibition aux États-Unis en 1922 puis de la crise de 1929. Sa veuve, Camille Olry-Roederer, prend la tête de la Maison pendant plus de 40 ans et lui redonne son éclat.
  • 1975 : Jean-Claude Rouzaud succède à sa grand-mère Camille. Il est l'un des rares chefs de maisons champenoises à posséder une formation d’œnologue. Il procède à des échanges de parcelles pour donner de la cohérence au vignoble.
  • 1980 : Jean-Claude Rouzaud achète des terres nues dans l'Anderson Valley à trois heures de San Francisco, un secteur possédant un climat frais adapté à la production de vins effervescents, et crée « Roederer Estate ».
  • 1990 : Acquisition de la Maison « Ramos Pinto » au Portugal.
  • 1992 : Acquisition du « Château Haut-Beauséjour », à Saint-Estèphe, à l'état d'abandon.
  • 1993 : La Maison de Champagne « Deutz » à l'époque en difficulté est rachetée, ainsi que la Maison « Delas » dans la Vallée du Rhône.
  • 1994 : Acquisition du « Château de Pez » à Saint-Estèphe.
  • 2004 : Acquisition des Domaines « Ott* » en Provence.
  • 2006 : Succédant à son père, Frédéric Rouzaud dirige l'entreprise familiale depuis le 1er janvier. Jean-Claude Rouzaud préside le Conseil d’administration.
  • 2007 : Acquisition du « Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande » à Pauillac, deuxième grand cru classé en 1855.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Vignoble maison[modifier | modifier le code]

photo récente d'un vignoble avec un bâtiment au milieu
Vignoble

Les 240 hectares du vignoble Louis Roederer sont également répartis sur les trois principales zones de production de la Champagne : la Montagne de Reims, la Vallée de la Marne et la Côte des Blancs. Signature de la Maison, le Pinot noir y est majoritaire. Une quarantaine d'hectares est cultivée en biodynamie[6][7].

Le vignoble couvre les deux tiers des besoins en raisins de la Maison. Cette situation permet à Louis Roederer le plus grand contrôle de sa production. Marque de renommée internationale, le Champagne Louis Roederer est aussi un champagne de vigneron.

Les vins de réserve[modifier | modifier le code]

photo récente d'une cave vinicole constituée d'un long et large couloir séparant deux rangées de foudres
Foudres de chênes

Comme tous les champagnes, Louis Roederer assemble des vins de différents terroirs. Ces vins ne sont pas tous immédiatement utilisés. Certains d’entre eux sont mis en réserve dans des foudres en chêne : ils interviendront dans l’assemblage du Brut Premier afin de maintenir la constance du style Roederer.

Plusieurs milliers de litres de vins mûrissent ainsi pendant de longues années dans plus de 150 foudres de chêne. Ce sont les « vins de réserve »[8].

Une entreprise familiale[modifier | modifier le code]

À l’époque des multinationales, Louis Roederer est restée une société familiale et indépendante depuis près de deux siècles, dirigée par des spécialistes du vin. De ce fait, les objectifs de la société sont tournés vers le maintien de la haute qualité de sa production plus que par la croissance des volumes et la conquête de parts de marché[9].

Élaboration[modifier | modifier le code]

Louis Roederer recrute 700 personnes chaque année pour effectuer les vendanges. Les raisins sont cueillis puis rassemblés dans des paniers de 50 kg, transportés vers les pressoirs de la maison et pressurés sur les lieux mêmes de la récolte. Les moûts obtenus sont ensuite acheminés jusqu’aux celliers où ils sont vinifiés séparément, parcelle par parcelle, dans des petites cuves en acier inoxydable ou dans des foudres de chêne.

Les caractéristiques et typicités de chacune des 410 parcelles sont ainsi respectées jusqu’au moment de l’assemblage. En hiver, le Chef de caves de la Maison (Jean-Baptiste Lécaillon) et son équipe d’œnologues dégustent chaque vin provenant de cette immense palette et procèdent à leur assemblage.

Les Vins[modifier | modifier le code]

Non Millésimés[modifier | modifier le code]

Brut Premier[modifier | modifier le code]

Une bouteille de Brut Premier à côté de sa boite d'emballage
Brut Premier

Le champagne non millésimé Brut Premier est composé d'environ 40% de Pinot noir, 40% de Chardonnay et 20% de Pinot Meunier. L’intégration de 20% de vins de réserve (voir plus haut) apporte la complexité et la rondeur caractéristiques des champagnes de Louis Roederer[10].

Assemblé puis mis en bouteille, le Brut Premier vieillit pendant trois années sur lies. Une fois le dégorgement effectué, il repose six mois supplémentaires pour permettre à la liqueur de dosage de s'intégrer harmonieusement au vin.

Carte Blanche[modifier | modifier le code]

La cuvée Carte Blanche a la même composition que le Brut Premier : environ 40% de Pinot Noir, 40% de Chardonnay et 20% de Pinot Meunier, mais le dosage en sucre y est plus important. Elle bénéficie de 3 années de maturation en caves et d'un repos de 6 mois après dégorgement. Ce champagne s'inscrit dans la grande tradition des champagnes demi-secs.

Millésimés[modifier | modifier le code]

Vintage[modifier | modifier le code]

Le Vintage est composé d'environ 70% de Pinot Noir et 30% de Chardonnay[11]. Contenant une proportion de 30% de vins vinifiés sous bois sans fermentation malolactique, le Vintage bénéficie en moyenne de 4 années de maturation en caves, et d'un repos de 6 mois après dégorgement.

Rosé Vintage[modifier | modifier le code]

Issu de la méthode de la saignée, le Rosé Vintage est composé d'environ 70% de Pinot Noir et 30% de Chardonnay[12]. Les raisins entrant dans sa constitution proviennent de parcelles particulièrement ensoleillées (de Cumières notamment). 20% de l'assemblage est vinifié sous bois sans fermentation malolactique. Chaque bouteille vieillit ensuite pendant 4 ans sur lies puis bénéficie après dégorgement d'un repos de 6 mois, avant expédition.

Blanc de Blancs Vintage[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, le Blanc de Blancs Vintage[13] est composé exclusivement de Chardonnay, provenant de deux crus d'exception de la Côte des Blancs : Le Mesnil-sur-Oger et Avize. Cette cuvée mature en moyenne 5 années en cave, suivies d'un repos de 6 mois après dégorgement.

Cuvée de Prestige[modifier | modifier le code]

Cristal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cristal (champagne).
Louis Roederer Cristal Champagne

Quand Louis Roederer hérite de la maison en 1833, sa première décision est de lui donner son nom, sa deuxième de développer les ventes à direction de la Russie[14]. La cour impériale et le Tsar lui-même deviennent de fervents amateurs du Champagne Louis Roederer.

En 1876, Alexandre II demande à la Maison Louis Roederer de lui confectionner une cuvée spéciale, unique par sa forme et par sa qualité. Ainsi naît Cristal, destiné à l'usage exclusif des Tsars de Russie, donnant ainsi naissance au concept de « Cuvée de Prestige ».

Cristal est élaboré uniquement lors des « grandes années », quand la maturité du Pinot Noir (environ 60%) du Chardonnay (environ 40%) qui le composent est parfaite.

Cristal Rosé[modifier | modifier le code]

Créé en 1974 par Jean-Claude Rouzaud cent ans après la création de Cristal, Cristal Rosé est composé d'environ 55% de Pinot Noir et 45% de Chardonnay[15]. C'est probablement le rosé le plus rare de Champagne.

Données financières[modifier | modifier le code]

En 2012, la Maison de champagne a réalisé 135 millions d'euros de chiffre d'affaires et 44 millions d'euros de résultat net[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Stevenson, World Encyclopedia of Champagne & Sparkling wine (ISBN 1-899791-98-1)
  • Jean-Marie Curien, Guide Curien 2006-2007
  • Richard Julhin's, 4000 Champagnes (ISBN 2-0803-0470-4)
  • Edouard Zarifian, Bulle de champagne (ISBN 2-262-02288-7)
  • J. De Saint-André, Les Grandes usines de Turgan, n°38, janvier 1892

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Champagne Louis Roederer (CLR), Société anonyme au capital de 3 672 000 N.M. 291-001 RCS Reims B 335 681 169 00017, 21, Bd Lundy - B.P. n° 66 - 51053 Reims cedex - France
  2. [1]
  3. J. De Saint-André, Les Grandes usines de Turgan
  4. Magazine Étoile du 01/12/2008, Article "Le Cristal Roederer de Jean-Baptiste Lécaillon" p. 4
  5. « Louis Roederer accrédité "Fournisseur officiel de la Cour Impériale de Russie" le 12 avril 1908 », sur Union des Maisons de Champagne (consulté le 2014/10/23)
  6. « La Maison Roederer teste la biodynamie », sur iDealwine (consulté le 2014/10/23)
  7. « L'abécédaire de Jean-Baptiste Lecaillon », sur L'Union L'Ardennais (consulté le 2014/10/23)
  8. « Le secret des grandes griffes, Roederer, un champagne intemporel », sur Le Figaro Madame (consulté le 2014/10/23)
  9. Magazine Cig'Art, 26/01/2009, p. 84
  10. « Louis Roederer Brut Premier »
  11. http://www.louis-roederer.com/fr/wine/brut-vintage
  12. http://www.louis-roederer.com/fr/wine/brut-rose
  13. http://www.larvf.com/,blanc-de-blancs-definition-dictionnaire-du-vin-vocabulaire-lexique,10355,4025460.asp
  14. "Le Cristal Roederer de Jean-Baptiste Lécaillon" p. 4
  15. http://www.louis-roederer.com/fr/wine/cristal-rose
  16. « Champagne Louis Roederer, chiffre d'affaires, bilan et résultat », sur Verif.com (consulté le 2014/10/23)