Georgie Auld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auld.
Georgie Auld, 1947 (photo : William P. Gottlieb)

Georgie Auld (John Altwerger) est un saxophoniste ténor, alto et soprano, et chef d'orchestre américain, né à Toronto (Canada) le , mort à Palm Springs (Californie), le (à 70 ans).

II étudie l'alto, puis, après l'écoute de Coleman Hawkins, le ténor (1935-36), date à laquelle il obtient son premier engagement professionnel.

Saxo chez Bunny Berigan (1937-38), chez Artie Shaw en 1938, chez Jan Savitt (1940), puis chez Benny Goodman. Dans l'orchestre de Benny Carter, il accompagne Billie Holiday en 1940, et enregistre les premiers titres sous son nom.

De nouveau chez Artie Shaw en 1941, il redevient en 1943 leader d'un big band sur le modèle de Count Basie. Il enregistre de nombreux titres, mais malgré la présence de solistes importants (Dizzy Gillespie, Trummy Young, Al Killian, Joe Albany, Serge Chaloff, Al Porcino, Coleman Hawkins, Howard McGhee) et d'arrangeurs talentueux (Manny Albam, Al Cohn, Neal Hefti, Gerry Mulligan), il reste dans une semi obscurité. Sa carrière devient chaotique par suite de nombreux problèmes pulmonaires. Il est pourtant sideman chez Billy Eckstine, chez Count Basie, chez Woody Herman et maints autres et dirige dans les années 1950 de nombreuses formations comportant artistes West Coast et beboppers, mais devient propriétaire d'un club en Californie, revient à New York pour s'installer à Las Vegas.

II enregistre beaucoup sur un tapis de cordes et un groupe vocal, revient enfin à des groupes plus restreints pour deux disques en 1963. En 1977, il contribue au film New York, New York réalisé par Martin Scorsese, en tant qu'acteur et conseiller technique ; pour ce film, il joue également les solos joués à l'écran par Jimmy Doyle, le personnage interprété par Robert De Niro. Puis rien de notable dans sa production jusqu'à son décès des suites d'un cancer au poumon.

Auld est un saxophoniste hawkinsien (son ample et chaleureux, swingant), mais qui a su intégrer d'autres influences (celles d'Hodges, Carter, Young, Webster, et jusqu'à ses cadets (jeunes loups bebop, Stan Getz).