Audi R8 (voiture de route)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Audi R8.
Audi R8
Audi R8 (voiture de route)

Marque Drapeau : Allemagne Audi
Années de production 2007 -
Classe Sportive de prestige
Usine(s) d’assemblage Neckarsulm, Allemagne
Moteur et transmission
Énergie Essence
Position du moteur Centrale arrière
Puissance maximale 520 ch
Transmission Intégrale quattro à visco-coupleur
Poids et performances
Vitesse maximale 301 (V10 FSI 5.2 QUATTRO 325) km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 4 s
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 2 places
Roadster
Châssis Monocoque aluminium Audi Space Frame
Suspensions Triangles superposés, barre stabilisatrice
Direction Crémaillère, assistée
Freins Freins à disque
Dimensions
Volume du coffre 190 dm3

L'Audi R8 est une voiture sportive de prestige de la marque allemande Audi. C'est le premier coupé GT 2 places de la marque qui rivalise ainsi avec les marques historiques de ce segment : Porsche (la 911), Ferrari, Corvette ou Aston Martin.

L'Audi R8 tire son nom de la voiture de course homonyme, victorieuse aux 24 Heures du Mans. Le show-car Avus du salon automobile de Francfort de 1991, le prototype Audi quattro Spyder[1] ou encore le concept-car Audi Le Mans quattro qui inaugura les LED, furent les inspirateurs[2] de l'actuelle R8. La R8 fut officiellement présentée au mondial de l'automobile de Paris de 2006 et est présente dans les concessions Audi depuis avril 2007. Elle est produite à Neckarsulm (Bade-Wurtemberg) en Allemagne et sa construction est organisée comme dans une manufacture[3] où des spécialistes vérifient la qualité de chaque pièce[Note 1]. Le prix de l'Audi, tout comme ses concurrentes, dépasse la barre des 100 000 € sans les options[Note 2].

Face à l’engouement grandissant de la R8 en Europe, Audi a dû revoir à la hausse sa cadence de production qui est désormais de 20 R8 par jour[4]. Le constructeur allemand s'est même décidé à décliner la R8, mue dans un premier temps par un moteur V8, en une version plus puissante (R8 V10) en 2009, une version de course (R8 LMS) en 2009, puis une version découvrable (R8 Spyder) en 2010.

Audi R8 V8[modifier | modifier le code]

Audi R8 V8
Audi R8 (voiture de route)

Années de production 2007 -
Production plus de 10 000[5] exemplaires
Moteur et transmission
Moteur(s) V8 à 90° 4,2 L 32s FSI
Position du moteur Centrale arrière
Cylindrée 4 163 cm3
Puissance maximale 420 ch (309 kW)
Couple maximal 430 Nm
Poids et performances
Poids à vide 1 560 kg
Vitesse maximale 301 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 4,6 s
Consommation mixte de 13,6 à 14,6 L/100 km
Émission de CO2 325 à 349 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 2 places
Roadster
Coefficient de traînée 0,345
Dimensions
Longueur 4 431 mm
Largeur 1 904 mm
Hauteur 1 249 mm
Empattement 2 650 mm
Chronologie des modèles
Précédent Aucun Aucun Suivant

Design[modifier | modifier le code]

L'Audi Le Mans quattro, concept-car inspirateur de la R8.

Les optiques de l'Audi R8, « regard froncé sur l’horizon »[6], sont soulignées par un chapelet de 12 LED (diode électroluminescente) en option couplée avec les phares bi-xénon, une des nouvelles technologies en matière d'éclairage — bien plus efficace que le xénon — pour un éclairage de jour. La calandre de l'Audi R8 reprend le dessin trapézoïdal Single Frame qui équipe toutes les Audi récentes. Cependant les quatre anneaux de la marque sont cette fois placés sur le capot et non sur la calandre.

Le dessin de l'Audi R8 est plutôt autoritaire de par cette calandre imposante et des deux grandes prises d’air supplémentaires de part et d'autre de cette dernière. Par ailleurs, les 6 coloris de la carrosserie de l'Audi R8 ne sont pas forcément uniformes grâce à la présence de Side Blades (sur les flancs) dont la couleur et la matière (en carbone ou en aluminium) peuvent être différentes du reste du véhicule. Dans certains cas, cette possibilité a un surcoût. Le moteur placé sous une vitre de verre impressionne par son dessin — ce dernier peut d'ailleurs en option être éclairé — dont l'accessibilité plaira aux passionnés de mécanique[6],[7].

Quelques mois après la version V10 Spyder, c'est au tour du modèle V8 d'être décliné en carrosserie roadster. Le design reprend celui du Spyder V10, et les Side Blades sont donc là aussi absentes, ce qui rend la voiture moins caractéristique que le coupé.

À l'intérieur, les commandes sont radicalement tournées vers le poste de conduite par une architecture asymétrique. L'Audi R8 est sportive et sobre à la fois : l'intérieur soigné dégageant une impression de sérieux typique de la marque allemande[8] où le cuir Alcantara possède une place majoritaire, les quatre sorties d'échappement, et l'aileron qui se soulève à partir de 100 km/h (et qui se referme en dessous de 80 km/h) en sont les témoins. La R8 reprend par ailleurs le volant non cyclique à base plate apparu sur l'Audi RS4, et qui équipe désormais l'ensemble des gammes S et RS. L'ergonomie et l'éclairage de bord est par ailleurs résolument moderne[7],[8].

Moteur et performances[modifier | modifier le code]

Mue par un moteur V8 atmosphérique essence à 4 soupapes par cylindres de 4,2 L, placé en position centrale arrière, une première dans l'histoire d'Audi[2], emprunté à la berline Audi RS4[9], l'Audi R8 développe une puissance maximale de 309 kW soit 420 ch à 7 800 tr/min et un couple maximal de 430 Nm atteint à 4 500 tr/min[10]. Déployant près de 100 ch au litre et atteignant un régime-tour maximal de 8 250 tr/min pour une vitesse de pointe de plus de 300 km/h, supérieur à sa concurrente la Jaguar XKR, l'Audi R8 passe de 0 à 100 km/h en 4,6 s et de 0 à 200 km/h en 16,5 s[10] dans une sonorité « rauque et bestiale »[7]. Le moteur est compact et léger et ne consomme que 15 litres sur l'autoroute mais ce chiffre s'élève à près de 23 litres à forte cadence[11].

Le moteur est en position centrale arrière, une première pour Audi.

Ces performances s'expliquent en partie par l'adoption de l'injection directe FSI. Cette technologie, développée par Audi, offre, selon le constructeur, sensiblement plus de dynamisme, une hausse du couple et de la puissance, et une baisse de consommation atteignant près de 15 %[12]. Le moteur fonctionne à charge stratifiée en charge partielle — un papillon concentre le flux d'air issu de la tubulure d'admission au niveau de la bougie d'allumage — ou à charge homogène en pleine charge — la pédale d'accélérateur enfoncé, le mélange injecté dans la chambre de combustion est homogène. Ce fonctionnement de l'injection octroie une gestion optimale de la combustion en fonction de la charge[13],[12]. L'inconvénient de ce genre de technologie est qu'elle nécessite une bonne maitrise de son fonctionnement puisque la charge stratifiée n'est réalisable que sur une plage restreinte du régime-moteur[12],[14].

La version Spyder de l'Audi R8 V8.

Ces performances sont également possibles grâce au châssis tout aluminium lui conférant ainsi « seulement » 1 560 kg, mais également grâce à l'attention toute particulière d'Audi à l'aérodynamisme. En effet, l'Audi R8 propose un Cx de 0,345 et une portance négative[15], notamment grâce à deux grands diffuseurs situés dans le pare-chocs arrière. Le rapport poids/puissance est alors de 3,71 kg/ch. Des performances importantes dues également au nouvel emplacement du moteur qui permet une répartition idéale des masses : 44/56[2].

La lubrification du moteur étant réalisée par carter sec, l'Audi R8 supporte aisément les accélérations longitudinales et transversales maximales. Cette technique permet en effet d'abaisser le moteur, et donc le centre de gravité, puisque le moteur ne possède pas de carter d'huile situé en partie basse[16].

Transmission[modifier | modifier le code]

Le levier de changement de vitesses de la R8.

Deux types de boîte de vitesses sont disponibles : une boîte manuelle à 6 rapports, tactile et précise[17], et la boîte de vitesses séquentielle Audi R-tronic (également appelée boîte robotisée) fonctionnant selon le même principe que la boîte E-gear de Lamborghini, utilisant des actionneurs électro-hydrauliques (palettes) situés sur le volant[18],[16]. La technologie Shift by Wire appliquée à cette transmission permet des passages de vitesses très rapides qui, alliée à une boîte de vitesses compacte, assure un plaisir de conduite maximum au conducteur[19],[16]. Néanmoins, elle aurait gagné en efficacité grâce à un meilleur calibrage et n'apporte pas la précision et la douceur des boîtes DSG à double embrayage ou la rapidité de passage des boîtes F1 de Ferrari[8].

La transmission intégrale quattro de dernière génération installée sur l'Audi R8 privilégie le couple sur le train arrière entre 65 et 90 %, affirmant ainsi son caractère de propulsion[2]. Ce couple est réparti variablement entre les deux essieux par l'intermédiaire d'un visco-coupleur[16].

Châssis et comportement[modifier | modifier le code]

La structure du châssis, dénommée Space Frame, est réalisée à 77 % en profilés d'aluminium extrudés, en tôles d'aluminium à 22 %, et en pièces moulées à 8 %, déjà utilisé sur la Lamborghini Gallardo si bien que son poids est de seulement 277 kg[20]. Celui-ci est par ailleurs équipé de doubles bras transversaux en aluminium forgé garantissent un guidage optimal des roues[19]. Cette géométrie confère à l'Audi R8 son « incroyable dynamisme »[17] que bon nombre de spécialistes s'accordent à dire. Le cadre du moteur est en revanche en magnésium, performant pour plus de rigidité et un poids contenu[9]. L'Audi R8 brille également par sa polyvalence que Martin Winterkom, le dirigeant d'Audi, résume avec humour par « une voiture pour aller chercher le pain »[8]. À noter que l'Audi R8, utilisé dans le film "Iron Man" lors d'une cascade, a du être modifiée. En effet, le châssis étant tellement résistant, les techniciens ont dû le précouper afin d'obtenir l'effet destructeur attendu.

Une Audi R8 de profil.

Le freinage de l'Audi R8, par l'intermédiaire de quatre disques ventilés, dotés chacun de 8 pistons à l'avant et de 4 à l'arrière, est très mordant. Les plateaux de friction sont connectés aux éléments centraux en aluminium par des dissipateurs thermiques destinés à ne pas propager la chaleur dans les moyeux[21]. La résistance au blocage des freins est, selon le magazine Evo, un incroyable atout pour la R8[17]. Des freins céramiques sont proposés en options, évitant ainsi tous les problèmes de chaleur. Les imposants pneus de 235/40 à l'avant et 285/35 à l'arrière, placés sur des jantes de 18 ou 19 pouces sont développés spécifiquement par Pirelli et assurent une bonne adhérence de la R8[20].

À basse comme à haute vitesse, l'Audi R8 profite d'une stabilité remarquable grâce aux suspensions à double triangulation mais également grâce à l'option[Note 3] Audi Magnetic Ride qui permet d'adapter la force d'amortissement en continu. Cette technologie utilise une huile contenant de fines particules métalliques de quelques microns (appelé fluide magnéto-rhéologique), qui sous l'effet d'un champ magnétique créé par une bobine placée dans le corps du piston, modifie la cohésion des particules et fait varier de ce fait la viscosité de l'huile, engendrant ainsi l'affermissement des suspensions[22]. Les suspensions d'origine trop fermes selon le magazine Top's Cars, sont parfaitement compensées par cette dernière option[8].

Habitabilité - Confort[modifier | modifier le code]

Le poste de conduite de la R8.

Côté habitabilité et confort, l'Audi R8 s'équipe de nombreuses technologies dès la version de série comme : les projecteurs xénon, la climatisation automatique, l’autoradio CD, le système idSAT (immobilisation et localisation par satellite) et la sellerie cuir (sièges sport). L'habillage intégral en cuir est quant à lui en option. Les seules deux places de la R8 sont largement dimensionnées de façon à accueillir des sièges semi-baquet « exemplaires » en termes de confort et d'ergonomie[23]. Ils assurent un très bon maintien latéral et une « position de conduite parfaite »[23]. Cependant, le volume accordé au chargement est assez restreint : 100 dm3 dans la partie avant de l'Audi R8 et 90 dm3 derrière les sièges.

Audi propose ainsi tout de même un chapelet d'options comme : l'Audi Hill Hold Assist (assistant de démarrage en côte), le système d’aide au parking avant et arrière (avec ou sans caméra de recul), l’allumage automatique des phares, le régulateur de vitesse ou le système audio Bang & Olufsen, comprenant 12 enceintes alimentées par 10 canaux d’amplification et d’un système de traitement audio numérique, pour une puissance d’amplification totale de 465 watts[24]. D'ailleurs, l'insonorisation de la R8 est particulièrement soignée et « le V8 avec ses accents de turbine transcende le conducteur, un petit renvoi automatique de régime ponctuant la remontée de chaque rapport en mode séquentiel »[25].

L'Audi R8 est équipée de très nombreuses aides électroniques : ABS avec amplificateur et répartiteur de freinage, blocage électronique de différentiel, ESP désactivable à deux niveaux, antipatinage, etc. La sécurité de cette supercar n'est pas non plus négligée : tous les airbags nécessaires sont présents et des fixations ISOFIX sont disponibles de série. Par ailleurs, le pare-brise peu incliné confère une excellente visibilité au pilote[8].

Galerie[modifier | modifier le code]

Audi R8 V12 TDI Concept et TDI Le Mans[modifier | modifier le code]

L'Audi R8 V12 TDI Le Mans de face : les entrées d'air frontales sont très larges.

Audi mise beaucoup sur le développement des diesels sur le continent américain très réfractaire jusqu'à aujourd'hui au gazole. Le constructeur allemand tente ainsi de marquer les esprits en présentant ce qui restera un concept-car de sa voiture d'exception.

Un premier concept de supercar motorisé par un moteur Diesel est apparu au stand d'Audi au Salon de Détroit 2008 : une Audi R8 motorisé par un V12 6.0 TDi ouvert à 60°, dérivé de ceux des Audi R10 du Mans[26] et déjà présent sur l'Audi Q7 accouplé à une transmission manuelle à six rapports. Équipée de deux turbocompresseurs générant 2,6 bar de pression[27] et ainsi développant 500 ch et pas moins de 1 000 Nm de couple disponibles dès 1 750 tr/min, cette Audi R8 abat le 0 à 100 km/h en 4,2 s et affiche un compteur gradué à plus de 300 km/h. Cette nouvelle Audi se veut plus propre, étant équipée d'un filtre à particules et d'un piège à oxyde d'azote, et moins gourmande en carburant ou presque grâce à la technologie AdBlue[28],[29], affichant 10 l aux 100 km[26]. Une consommation qui peut en partie s'expliquer par un poids excessif dû au V12. Audi respecte déjà ainsi les grandes lignes des normes Euro 6 de 2014[30], non encore entièrement définies ...

Intérieur de l'Audi R8 V12 TDI Le Mans.

Côté esthétique, on remarque au premier coup d'œil les très imposantes entrées d'air nécessaire au refroidissement de l'imposant V12. L'Audi R8 s'équipe par ailleurs de jantes spécifiques, d'un toit panoramique en verre coupé en son milieu par une prise d'air qui achemine l'air par deux conduits en carbone vers l'admission, et d'un aileron qui contrairement à l'Audi R8 V8 ne se dissimule plus à basse vitesse mais demeure néanmoins mobile : il se soulève à haute vitesse pour améliorer l'aérodynamisme. Touche élégante à l'intérieur : lorsque le mode sport est activée, l'éclairage des compteurs vire du blanc au rouge[27].

La seule différence entre les Audi R8 V12 TDI Concept et TDI Le Mans est que cette dernière fut présentée au Salon de Détroit 2008 dans une livrée gris mat alors que la TDI Le Mans fut présentée au Salon de Genève 2008 dans une livrée rouge, dont le nom fait, cette fois-ci, référence directe aux succès de l'Audi R10 TDI aux 24 heures du Mans.

Audi R8 V10[modifier | modifier le code]

Audi R8 V10 (GT)
Audi R8 (voiture de route)

Marque Audi
Années de production 2009 -
Classe Supercar
Moteur et transmission
Moteur(s) V10 à 90° 5,2 L 40s FSI
Cylindrée 5 204 cm3
Puissance maximale 525 ch (386 kW)
Couple maximal 530 Nm
Poids et performances
Poids à vide de 1 620 à 1 720 kg
Vitesse maximale 321 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 3,9 s
Consommation mixte 13,7 à 14,7 L/100 km
Émission de CO2 327 à 351 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 2 places
Roadster
Coefficient de traînée Coupé : 0,36
Dimensions
Longueur 4 435 mm
Largeur 1 930 mm
Hauteur 1 252 mm
Empattement 2 650 mm
Chronologie des modèles
Précédent Aucun Aucun Suivant

Moteur et performances[modifier | modifier le code]

Le V10 FSI développe plus de 500 ch.

Malgré le succès incontesté de la R8 V8, certains amateurs de sportives de conception radicale et destinées à une utilisation intensive sur circuit l'avaient trouvé « un peu fade et trop facile à piloter ». Audi décide alors de relever le défi et, alors que la crise sévit dans l'industrie automobile, propose une version surpuissante de sa sportive de prestige[5].

C'est donc sous le capot que se trouve la principale différence entre les versions V8 et V10. Comme son nom l'indique, la R8 V10 s'équipe d'un moteur V10 — toujours placé en position centrale arrière — d'une cylindrée de 5 204 cm3 à 4 soupapes par cylindre, ouvert à 90°, développant une puissance maximale de 525 ch à 8 000 tr/min contre 420 pour le V8. Son couple maximal de 530 Nm est quant à lui fourni à 6 500 tr/min. Il s'agit en réalité d'une version dégonflée du V10 de 560 ch de la Lamborghini Gallardo LP560-4[31]. L'utilisation de magnésium et l'ajout de nombreux inserts de carbone, notamment dans le bloc moteur, permet de maintenir un poids raisonnable de 1 620 kg — avec 258 kg, le moteur ne pèse que 30 kg de plus que le V8 — de sorte que le 0 à 100 km/h s'effectue en 3,9 s et le 0 à 200 km/h en 12 s[32].

Tout comme le V8, la lubrification est réalisée par carter sec afin d'abaisser le centre de gravité de l'automobile. La distribution du moteur est réalisée par chaîne, 4 arbres à cames à calage variable et une gestion à double calculateur[32]. La sonorité du V10 marque par contre sa différence avec la version V8. À bas régimes, « le moteur martèle un peu à la manière d'un V8, mais surtout il grogne comme les dernières générations de Flat Six Porsche »[31].

Design[modifier | modifier le code]

La version Audi R8 V10, bien qu'elle ne diffère esthétiquement que peu avec la R8 V8, attire toujours autant les regards[31], notamment lors de sa présentation officielle au Salon de Détroit 2009. Les passionnées remarqueront cependant les nombreuses et subtiles modifications apportées à la version V10[33].

L'Audi R8 V10 est la première automobile au monde à s'équiper d'un éclairage entièrement à LED.

Une des différences majeures concerne le refroidissement du moteur. Les entrées d'air latérales placés en amont des passages de roues arrières — dissimulés par les Side Blades dont la couleur et le matériau peuvent, tout comme la R8 V8, différer de la carrosserie — sont davantage ouverts afin d'y engouffrer un maximum d'air pour le refroidissement du moteur, tout comme les écopes avant et arrière laqués noir brillant, particulièrement travaillés au niveau des ailettes permettant de rendre le flux d'air suffisamment laminaire pour favoriser la « respiration » de l'automobile[31]. Néanmoins, les modifications esthétiques et techniques dégradent le Cx de 0,34 à 0,36[33].

Un diffuseur spécifique et plus imposant, afin d'améliorer la stabilité à hautes vitesses, ainsi que des nouvelles sorties d'échappements ovales font leur apparition. L'aileron arrière est légèrement plus imposant pour maximiser l'appui au sol à haute vitesse et la calandre est légèrement revue, adoptant un nouveau dessin quadrillé par des lames de chromes. De surcroît, et il s'agit d'une première mondiale dans le monde automobile, l'ensemble des systèmes d'éclairages extérieurs — feux de route, de croisement, de positon et avertisseurs de changement de direction — sont en série à LED[Note 4],[34]. Les badges V10 apposés sur les ailes avant rappellent qu'il s'agit d'une sportive de prestige. Enfin, la Audi R8 V10 est sublimée de « somptueuses » jantes de 19 pouces à dix branches en Y[35].

À l'intérieur, l'Audi R8 V10 ne présente que très peu de différence. Référence en termes de qualité d'assemblage et de finition, l'habitacle se distingue par des instruments de bords cerclés de rouge et badgés V10. Le compte-tours est quant à lui gradué jusqu'à 10 000 tours et le compteur à 350 km/h[35].

Transmission[modifier | modifier le code]

Les deux types de boîte de vitesses sont toujours disponibles : une boîte manuelle à 6 rapports en série et la boîte de vitesses séquentielle Audi R-tronic en option. Cette dernière boîte permet grâce au système « Launch Control » que le conducteur active par pression sur une touche, à la R8 V10 de réaliser des démarrages foudroyants[33]. La transmission intégrale quattro répartissant, par visco-coupleur, le couple entre les deux essieux, équipe également l'Audi R8 V10. Le caractère de propulsion est d'autant plus affirmé dans cette version étant donné que la transmission privilégie le couple sur le train arrière à 85 %[5]. Ce chiffre varie néanmoins en fonction des conditions météorologiques.

Châssis et comportement[modifier | modifier le code]

Le système de freinage a été légèrement modifié pour lui accorder plus de mordant. Les freins en carbone-céramique sont toujours proposés par option. Outre l'amélioration du freinage en conduite sportive, il diminuent le poids des masses non-suspendues de 9 kg[36]. Les roues, équipées des jantes de 19 pouces citées au-dessus et montées sur des pneus de 235/35 à l'avant et de 295/30 à l'arrière, ont été spécialement développées pour la R8 V10[33].

Hormis en ville où l'Audi R8 V10 rencontre quelques difficultés à se mouvoir en raison de sa largeur imposante, elle étonne par sa douceur de conduite. L'embrayage s'avère doux à la course un peu longue, la direction légère à basse vitesse et la suspension conciliante, notamment grâce à la technologie Magnetic Ride livrée de série. Sa stabilité et sa tenue de route « impériales » ainsi que sa direction qui se durcit avec la vitesse font de la R8 V10 une merveille à hautes vitesses. Cette dernière qualité est cependant intrinsèque à toutes les GT de qualité. Par contre, elle surprend davantage par son agilité sur routes sinueuses et bosselées[31],[37].

Habitabilité - Confort[modifier | modifier le code]

L'Audi R8 V10 s'offre à partir de 146 800 €, soit 36 600 € de plus que la version V8. Néanmoins, ce prix prend en compte 18 360 € d'équipements supplémentaires, comprenant la sellerie cuir Nappa, les phares à LED, la suspension Audi Magnetic Ride, les rétroviseurs extérieurs escamotables, le GPS Plus, le chargeur 6 CD, les sièges électriques, le système audio Bang & Olufsen, le Pack éclairage et l'Audi Hold Assist[31].

Audi R8 Spyder[modifier | modifier le code]

L'Audi R8 V10 Spyder en première mondiale au Salon de Francfort 2009.

À l'images de ses concurrentes italiennes telles que les Ferrari F430 et Lamborghini Gallardo LP560-4, l'Audi R8 V10 sera déclinée en version découvrable. Il sera équipée d'une capote en toile, d'où sa dénomination R8 Spyder. Les premières images et les informations apparues sur Internet dévoilent une Audi R8 Spyder mue par le V10 5.2 qui malheureusement, abandonne les Side Blades. En revanche, des écopes sur le capot moteur font leur apparition et ne sont pas sans rappeler la Gallardo Spyder[38].

Audi R8 LMS[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Audi R8 LMS.

Avant même la présentation officielle de la version de série, Audi a introduit au salon d'Essen la version de compétition de sa R8 V10[39]. Elle est conforme aux spécifications GT3, ce qui implique une diminution de sa puissance par rapport au modèle routier ainsi que la perte de la transmission intégrale. Elle est destinée à des clients privés souhaitant participer à des courses d'endurance.

Galerie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

L'Audi R8 V8 au Motor Show Bologna 2007.
  • L'Audi R8 a été désignée Best Handling Car and Fastest Car In The World of 2007 (Voiture la plus Maniable et la plus Rapide de l'année 2007) par le journal Autocar magazine, devançant ainsi sa plus grande rivale, la Porsche 911 GT3 RS[40].
  • Elle a été désignée Voiture de Sport de l'année 2007 par le magazine allemand Autobild, distinction honorifique remise à Werner Frowein, l’un des dirigeants de la marque, à l’occasion du salon automobile qui se tient actuellement à Essen[41].
  • Le magazine Playboy l'a désignée Voiture de l'année 2008[42].
  • L'Association des journalistes automobile (AJAC) récompensa la R8 des titres de Voiture canadienne de l'année, de Voiture de plus grand prestige et de Voiture la plus convoitée de l'année 2008[43].
  • Le magazine Top Gear désigna l'Audi R8 Voiture de l'année 2007.
  • L'Automobile Magazine accorda le titre de Voiture de l'année 2008 à l'Audi R8[44].
  • L'Audi R8 remporta en 2008 le « MSN Car of the Year », avec 42 % des voix, contre la Ferrari F430 avec 13 %, et la BMW M3 et ses 11 %[45].
  • Le Prix mondial de la Voiture de l’année 2008 fut attribuée à l'Audi R8 pour ses performances (Performance Car) et son design (Design of the Year), lors du salon de l'automobile de New York[46].

Préparateurs[modifier | modifier le code]

Les principaux préparateurs automobiles travaillant sur les produits du groupe VAG ou spécialement sur les Audi se sont penchés sur l'Audi R8. Mais son caractère spécifique a aussi attiré l'attention de préparateurs spécialisés dans le très haut de gamme, tel EDO Competition.

ABT[modifier | modifier le code]

R8 GTR

Le très connu préparateur allemand dans le monde du tuning, ABT Sportline a fait, depuis quelques années, la modification des Audi sa spécialité. En décembre 2007, ABT s'attaque à l'Audi R8 aussi bien d'un point de vue moteur qu'esthétique.

Le V8 de l'Audi, initialement à 420 ch atteint après modification, 530 ch. Avec une telle puissance, cette R8 ABT atteint les 100 km/h DA (départ-arrêté) en 3,9 s. En ce qui concerne le design, ABT utilise une part importante de carbone notamment sur le capot. Un spoiler plus imposant fait son apparition à l'arrière et les quatre sorties d'échappement opèrent une rotation pour terminer en diagonale. Les prises sur la face avant, quant à elles, sont légèrement rétrécies en raison du dessin de la carrosserie, plus aigu, adopté par ABT[47].

MTM (Motoren Technik Mayer)[modifier | modifier le code]

Le design de l'Audi R8 est globalement conservé, hormis la teinte de carrosserie bi-tons noire et blanche. L'habitacle est équipé de sièges baquets recouverts de cuir blanc et de nombreux inserts de carbone sont présents. Visuellement, l'Audi se distingue par des jantes MTM en aluminium de 20 pouces montées sur des pneus Michelin Sport Cup de 245/30 à l'avant et 315/20 à l'arrière. Pour stopper cette R8, des disques ventilés de 380/34 mm à l'avant et 356/32 mm à l'arrière sont installés[48].

Néanmoins, la plus grande nouveauté se situe au niveau de la motorisation. Le V8 4,2 L développe désormais 560 ch à 7 750 tr/min grâce à l'adjonction d'un compresseur volumétrique pour un couple gagnant 152 Nm et culminant à 580 Nm. Il est couplé à une boîte manuelle à six rapports associé à une transmission intégrale. Le 0 à 100 km/h est sur cette version MTM est réalisé en 3,9 secondes pour une vitesse maximum de 315 km/h[48],[49].

EDO Competition[modifier | modifier le code]

Edo Compétition a eu moins d'audace esthétique qu'ABT sur l'Audi R8. Outre les jantes spécifiques de 20 pouces, les modifications sont mineures. Cette dernière conserve en effet son aspect général, agrémenté de divers pièces en carbone : un aileron avant, un déflecteur à l'arrière et des lamelles affinées dans les prises d'air[50].

En ce qui concerne le moteur, le V8 FSI développe uniquement 22 chevaux et 20 Nm supplémentaires. Les performances ne sont ainsi que peu améliorées : le 0 à 100 km/h est atteint en 4,5 s et la vitesse maximale passe à 310 km/h[50].

PPI Razor[modifier | modifier le code]

PPI Automotive Design GmbH s'est également décidé à redessiner l'Audi R8 avec, comme à son habitude, une augmentation de puissance et un kit aérodynamique[51].

La puissance du moteur V8 de 4,2 L développe désormais 460 ch, délivre un couple de 465 Nm, et permet à cette Audi d'atteindre les 311 km/h. Sur le plan esthétique, PPI a ajouté principalement des éléments aérodynamiques imposants comme les boucliers avant et arrière et l'aileron carbone. Plutôt étonnant chez les préparateurs, PPI s'est intéressé à l'intérieur de l'Audi R8, en modifiant entre autres le pommeau du levier de vitesses[51].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls 21 concessionnaires peuvent vendre et réparer l'Audi R8 en France. La sélection a été faite sur la base du volontariat en tenant compte tout de même du potentiel de vente des affaires. Une R8 demande par ailleurs 40 m2 dans le showroom en plus des 240 m2 minimum demandés par les standards Audi
  2. En France, le prix de base est de 108 400 € en version boîte manuelle 6 rapports et de 114 350 € pour la version robotisée.
  3. L'option Audi Magnetic Ride est facturée 2 100 € en France
  4. Sur la version V8, le « tout » LED est proposé uniquement en option

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Audi R8 : Un look dévastateur », sur Caradisiac (consulté le 1er août 2008)
  2. a, b, c et d Lionel Robert, « Tapis Rouge - Audi R8 », Driven, no 1,‎ mars 2007, p. 52-59
  3. Sébastien Dupuis, « Audi R8 (2006) », sur L'Automobile Sportive.com (consulté le 1er août 2008)
  4. Jalil Bennani, « Audi R8 : Déjà un succès commercial », sur Aujourd'hui Le Maroc (consulté le 7 août 2008)
  5. a, b et c Jean-François Destin, « Audi R8 V10 - Présentation », sur Motorlegend,‎ 4 mai 2009 (consulté le 25 juillet 2009), p. 1
  6. a et b Jean-François Destin, « Audi R8 4.2 FSI R Tronic - Design », sur Motorlegend,‎ 16 mai 2007 (consulté le 25 juillet 2009), p. 2
  7. a, b et c Mélina Priam, « Audi R8/Porsche 911 », L'Auto Journal, no 732,‎ septembre 2007, p. 72-77
  8. a, b, c, d, e et f Christophe Bourgeois, « Audi R8, la quadrature des anneaux », Top's Cars, no Hors-série,‎ 2009, p. 16-21
  9. a et b - -, « Audi R8, la 911 va souffrir », Sport Auto, no 542,‎ mars 2007
  10. a et b Henri Cartier, « Voiture de l'année 2008 », Evo, no 27,‎ mars 2008, p. 48-69
  11. Jean-François Destin, « Audi R8 4.2 FSI R Tronic », sur Motorlegend,‎ 16 mai 2007 (consulté le 25 juillet 2009), p. 5
  12. a, b et c Sylvain Richard, « FSI - Moteurs essence à injection directe : Nouvelle génération de moteurs Audi », sur Audi Passion,‎ 19 janvier 2009 (consulté le 24 juillet 2009)
  13. (en) « Definition of FSI », sur Audi Glossary (consulté le 1er août 2008)
  14. « L'injection directe essence », sur Histomobile (consulté le 24 juillet 2009)
  15. « Audi R8 : Un comportement exceptionnel », sur Caradisiac (consulté le 18 juillet 2008)
  16. a, b, c et d « La nouvelle Audi R8 », sur Audi Média Service (consulté le 24 juillet 2009)
  17. a, b et c Jeff Boivin, « Nissan GT-R vs Audi R8 », Evo, no 29,‎ mai 2008, p. 52-59
  18. « Audi R8, brochure canadienne », sur Audi Canada (consulté le 1er février 2009)
  19. a et b Renaud Lacroix, « Audi R8 : Les gènes de la victoire », sur Webcarcenter.com (consulté le 1er août 2008)
  20. a et b Jean-François Destin, « Audi R8 4.2 FSI R Tronic - Châssis », sur Motorlegend,‎ 16 mai 2007 (consulté le 25 juillet 2009), p. 4
  21. « Audi R8 R-tronic », sur Le Télégramme Auto.com (consulté le 6 août 2008)
  22. « Audi Magnetic Ride : Amortissement piloté à la carte », sur Webcarcenter.com (consulté le 18 juillet 2008)
  23. a et b Jean-François Destin, « Audi R8 4.2 FSI R Tronic - Habitacle », sur Motorlegend,‎ 16 mai 2007 (consulté le 25 juillet 2009), p. 3
  24. « Sound System - R8 », sur Bang & Olufsen (consulté le 29 juillet 2008)
  25. Jean-François Destin, « Audi R8 4.2 FSI R Tronic », sur Motorlegend,‎ 16 mai 2007 (consulté le 25 juillet 2009), p. 6
  26. a et b Joël Pape, « Audi R8 TDI Le Mans, Top Fioul ! », L'Automobile Magazine, no 744,‎ mai 2008, p. 11-14
  27. a et b (en) « 2008 Audi R8 V12 TDI Concept », sur Rsportscars.com (consulté le 18 juillet 2008)
  28. Julien Marcos, « Diesel de feu », sur Le Quotidien Auto.com,‎ 6 mars 2008 (consulté le 29 juillet 2008)
  29. Séverine Alibeu, « Additif AdBlue », sur Caradisiac,‎ 8 avril 2007 (consulté le 29 juillet 2008)
  30. Jacques Warnery, « Audi R8 V12 TDi Concept (Detroit 2008) », sur Turbo.fr (consulté le 29 juillet 2008)
  31. a, b, c, d, e et f Jacques Warnery, « Audi R8 V10 5.2 FSI 525 ch », sur Turbo.fr,‎ 23 avril 2009 (consulté le 25 juillet 2009)
  32. a et b Jean-François Destin, « Audi R8 V10 - Mécanique et châssis », sur Motorlegend,‎ 4 mai 2009 (consulté le 25 juillet 2009), p. 3
  33. a, b, c et d Gabriel Lessard, « Audi R8 V10 5.2 FSI (2009) », sur L'automobile Sportive (consulté le 25 juillet 2009)
  34. Frederic Papkoff, « Officielle : Audi R8 V10 5.2 FSI », sur Le Blog Auto,‎ 9 décembre 2008 (consulté le 22 février 2009)
  35. a et b Jean-François Destin, « Audi R8 V10 - Design extérieur et intérieur », sur Motorlegend,‎ 4 mai 2009 (consulté le 25 juillet 2009), p. 2
  36. Revue automobile médicale, mai/juin 2009, p. 24-6
  37. Jean-François Destin, « Audi R8 V10 - Sur la route », sur Motorlegend,‎ 4 mai 2009 (consulté le 25 juillet 2009), p. 4
  38. Yann Brossard, « Audi R8 spyder, Iron Man en a une ! », sur Le Blog Auto,‎ 16 juillet 2009 (consulté le 25 juillet 2009)
  39. « Audi R8 GT3: à Essen la presentation officielle », sur Autos blog,‎ 1er décembre 2008 (consulté le 29 octobre 2009)
  40. « Audi R8 : Voiture de l’année 2007 pour AutoCar », sur Belles Allemandes,‎ 6 septembre 2007 (consulté le 16 décembre 2008)
  41. François Tessier, « Autobild consacre l’Audi R8 “Voiture sportive de l’année 2007″ », sur Le blog auto,‎ 4 décembre 2007 (consulté le 16 décembre 2008)
  42. (en) Chris Shunk, « Playboy names hottest cars of '08, crowns Audi R8 », sur Auto Blog,‎ 8 décembre 2007 (consulté le 16 décembre 2008)
  43. « Voitures canadiennes de l’année 2008: la Audi R8 remporte plusieurs prix », sur Auto Actualités,‎ 13 février 2008 (consulté le 16 décembre 2008)
  44. (en) Joe Lorio, « 2008 Automobile of the Year », sur Automobile,‎ 27 décembre 2007 (consulté le 16 décembre 2008)
  45. (en) Tom Evans, « Audi R8 is crowned Car of the Year 2008 », sur MSN UK,‎ 15 février 2008 (consulté le 16 décembre 2008)
  46. « Salon de l'auto de New York : Voiture mondiale de l'année », sur Auto 123.com,‎ 20 mars 2008 (consulté le 16 décembre 2008)
  47. Patrick Garcia, « ABT R8 », sur Caradisiac,‎ 11 avril 2007 (consulté le 16 décembre 2008)
  48. a et b Aurelien Venet, « MTM Audi R8R 2009 », sur Xelopolis,‎ 17 septembre 2008 (consulté le 16 décembre 2008)
  49. « MTM Audi R8R », sur Automuseum (consulté le 16 décembre 2008)
  50. a et b Patrick Garcia, « EDO Competition R8 », sur Caradisiac,‎ 19 janvier 2008 (consulté le 16 décembre 2008)
  51. a et b « PPI R8 Razor », sur Audi.R8,‎ 12 février 2008 (consulté le 16 décembre 2008)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 21 août 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.