Fermo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fermo
Blason de Fermo
Héraldique
Panorama de Fermo
Panorama de Fermo
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Coat of arms of Marche.svg Marches 
Province Fermo 
Code postal 63023
Code ISTAT 109006
Code cadastral D542
Préfixe tel. 0734
Démographie
Gentilé fermani
Population 37 834 hab. (31-12-2010[1])
Densité 305 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 10′ 00″ N 13° 43′ 00″ E / 43.16667, 13.7166743° 10′ 00″ Nord 13° 43′ 00″ Est / 43.16667, 13.71667  
Altitude Min. 319 m – Max. 319 m
Superficie 12 400 ha = 124 km2
Divers
Saint patron Santa Maria assunta
Fête patronale 15 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marches

Voir sur la carte administrative des Marches
City locator 14.svg
Fermo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Fermo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Fermo
Liens
Site web http://www.fermo.net/
Ruelles du centre ancien

Fermo est une ville italienne d'environ 37 900 habitants, chef-lieu de la province de Fermo, dans la région Marches, en Italie centrale.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Fermo est située sur les pentes du mont Sabulo (altitude 319 m). La cité, dominée par la tour de la cathédrale dédiée à "Santa Maria Assunta" (Notre Dame de l'Assomption), est à 6 km de Porto San Giorgio, 68 km de Ascoli Piceno et 67 km d'Ancône.

La ville aujourd'hui est divisée en deux parties :

  • La partie ancienne, qui s'est développée autour du sommet du mont Sabulo, est restée intacte à travers les siècles et garde son caractère médiéval.
  • La partie moderne, qui a bénéficié d'un fort essor démographique, surtout dans les quartiers maritimes, développés par les diverses administrations qui se sont succédé dans les années 1990.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des trouvailles archéologiques permettent de situer la fondation de Fermo à l’âge du bronze dans le contexte de la civilisation Picena. Fermo commença alors à se développer au sommet du mont Sabulo (VIIIe siècle av. J.-C. - IVe siècle av. J.-C.). Les murs mégalithiques du IXe siècle av. J.-C. faits de gros blocs, visibles à proximité de l’abside de San Grégoire et devant l’hôtel Astoria confirment ces informations.

Fermo fut une importante colonie romaine depuis l’an -264 (Firmum Picenum). En l’an -90 les habitants obtiennent la citoyenneté romaine et en 40 trente citernes romaines sont construites[2].

Entre 575 et 580 Fermo est annexé au royaume lombard. Vers la fin du Xe siècle sous la domination des Francs elle devint le centre de la Marca Fermana. Son territoire s’étendait du Conero au sud du fleuve Sangro dans les Abruzzes, des Apennins à la mer.

En 1095 le pape Urbain II prêcha à Fermo la première Croisade[réf. nécessaire]. En 1199, devenue commune libre[2], Fermo passa sous la domination de seigneuries jusqu’au XVIe siècle. La ville atteint l’apogée de sa puissance en 1336. Ensuite sous l’influence pontificale, la ville perdit progressivement de son importance et lors de L'unification de l'Italie elle fut annexée à la Province d'Ascoli Piceno. À l’époque actuelle, où la reconversion industrielle est latente, elle alterne les périodes de reprise et de récession.

En 2004 la nouvelle Province de Fermo a été instaurée, et elle est effective du 2009.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Industrie de la chaussure et du couvre chef.
  • Industrie du tourisme.

Culture[modifier | modifier le code]

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • La cathédrale, reconstruite en 1227 par Giorgio da Como : possède un campanile médiéval. La rosace de la porte principale remonte à 1348.
  • La Piazza del Popolo
  • Le théâtre romain, des rares vestiges d'un amphithéâtre existent également.
  • L'église de San Francesco dont le chœur en brique date de 1240, le reste ayant été restauré au XVIIe siècle.
  • Monastère de l'ordre des dominicains.
  • Citernes Romaines (année 40) appartenant à l'époque impériale, divisées en nombreuses pièces de 9m sur 6m (24 à chaque niveau) ayant servi à la filtration.
  • Le Palazzo dei Priori, restauré en 1446, avec une statue du pape Sixte V en face de lui.
  • La Bibliothèque Communale.
  • Les murailles de fortifications.

Fêtes et traditions[modifier | modifier le code]


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Saturnino Di Ruscio PDL  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Camera, Cantagallo, Capodarco, Cartiera di Tenna, Campiglione, Ete Palazzina, Faleriense, Gabbiano, Girola, Lido di Fermo, Madonnetta d'Ete, Marina Palmense, Moie, Molini Tenna, Montesecco, Parete, Pompeiana, Ponte Ete Vivo, Sacri Cuori, Salette, Salvano, San Biagio, San Lorenzo, San Marco, San Michele, San Tommaso, Santa Caterina, Torre di Palme, Villa San Claudio

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Altidona, Belmonte Piceno, Francavilla d'Ete, Grottazzolina, Lapedona, Magliano di Tenna, Massa Fermana, Mogliano, Monte Urano, Montegiorgio, Monterubbiano, Ponzano di Fermo, Porto San Giorgio, Porto Sant'Elpidio, Rapagnano, Sant'Elpidio a Mare, Torre San Patrizio

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Personnalités nées à Fermo[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a et b Fermo, la discrète dans Le Monde du 30 août 2011.