Samsung Electronics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres sujets connus sous le nom abrégé de Samsung, voir Samsung.

Samsung Electronics

alt=Description de l'image Samsung Logo.svg.
Création 13 janvier 1969
Fondateurs Lee Byung-chul
Personnages clés Lee Byung-chul, Lee Kun-hee
Action KOSDAQ : 005930, KOSDAQ : 005935, LSE : SMSN, LSE : SMSD
Siège social Drapeau de Corée du Sud 1320-10 Seocho 2-dong, Séoul (Corée du Sud)
Direction Oh-Hyun Kwon
(depuis le 7 juin 2012)
Actionnaires Samsung Life Insurance
Samsung Fire & Marine Insurance
Activité électronique, télécommunication
Effectif 221 726 (2012)[1]
Site web www.samsung.com
Chiffre d’affaires 39 Md EUR (2nd trimestre 2013)[1]
Résultat net 5,26 Md EUR (2nd trimestre 2013)
Le siège de Samsung Electronics à Séoul

Samsung Electronics (coréen : 삼성전자) est une filiale à 100 % du Groupe Samsung, l'un des principaux chaebols coréens. En 2009, elle emploie 187 800 personnes et est la 40e plus importante société dans le monde d'après le classement Fortune Global 500[2]. En 2012, son chiffre d'affaires s'est élevé à 178,6 milliards de dollars, ce qui la classe leader mondial de l'industrie du high-tech devant des groupes comme IBM, Microsoft ou Apple[3].

Samsung a longtemps été un fabricant majeur de composants électroniques tels que des batteries lithium-ion, semi-conducteurs, circuits intégrés, mémoire flash et disques durs pour des clients tels que Apple, Sony, HTC et Nokia[4],[5]. Ces dernières années, l'entreprise s'est diversifiée dans le domaine de l'électronique grand public[6]. C'est aujourd'hui l'un des plus grands fabricants de téléphones mobiles et smartphones, notamment grâce à la popularité de ses modèles Samsung Galaxy[7]. L'entreprise est également un vendeur important de tablettes Android (Samsung Galaxy Tab) et de phablettes avec la série d'appareils Samsung Galaxy Note[8].

Samsung est le premier fabricant au monde d'écrans LCD depuis 2002, de télévisions depuis 2006[9] et de téléphones mobiles depuis 2011[10]. L'entreprise a créé Bada et codéveloppe Tizen, deux systèmes d'exploitation pour les smartphones. Elle conçoit également des ordinateurs portables, des fours à micro-ondes et des appareils photographiques, des baladeurs numériques, avec notamment la gamme Yepp, et bien d'autres équipements.

Samsung dispose de 197 bureaux dans 72 pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

1969 à 1987 : les premières années[modifier | modifier le code]

Samsung Electric Industries est créée en tant que filiale du groupe Samsung en 1969 à Suwon, dans la banlieue sud de Séoul[11]. Ses premiers produits sont des appareils électroniques et électriques tels que des télévisions, calculatrices, réfrigérateurs, climatiseurs et machines à laver. En 1970, le groupe Samsung crée une autre filiale, Samsung-NEC, conjointement avec l'entreprise japonaise NEC, pour la fabrication d'électroménager et d'équipements audiovisuels. En 1974, le groupe s'étend dans le marché des semi-conducteurs en faisant l'acquisition de Korea Semiconductor, l'une des premières usines de fabrication de puces électroniques du pays à l'époque. L'acquisition de Korea Telecommunications, fabricant de commutateurs électroniques, est achevée au début des années 1980.

En 1981, Samsung Electric Industries atteint les 10 millions de postes de télévision noir et blanc fabriqués[12]. En février 1983, le fondateur de Samsung, Lee Byung-chul, fait une annonce plus tard surnommée la déclaration de Tokyo, dans laquelle il déclare que Samsung se destine à devenir un vendeur de mémoire DRAM[13]. L'année suivante, Samsung devient la troisième entreprise au monde à développer une mémoire DRM de 64 kb, après le Japon et les États-Unis[13]. En 1988, Samsung Electric Industries et Samsung Semicondition & Communications fusionnent pour former Samsung Electronics[14].

2008 à aujourd'hui : produits grand public[modifier | modifier le code]

En avril 2011, Samsung Electronics vend ses activités dans les disques durs à Seagate Technology, pour approximativement 1,4 milliards de $, payée pour moitié en liquidité et pour moitié en action Seagate[15].

En novembre 2014, Samsung Electronics annonce la construction d'une usine de smartphone au Vietnam qui représenterait un investissement de 3 milliards de dollars[16]. Cette usine est planifiée pour être construite dans la province de Thái Nguyên, province où une autre usine de Samsung à ouvert en 2012, pour un investissement de 2 milliards de dollars[16].

En décembre 2014, Samsung Electronics annonce la vente de sa filiale dans la fibre optique à Corning, une entreprise américaine spécialisé dans le verre, pour un montant indéterminé. Cette vente se déroule 2 mois après la vente de sa filiale dans les LED[17].

Localisation[modifier | modifier le code]

Continent asiatique[modifier | modifier le code]

Corée du Sud[modifier | modifier le code]

Dans la ville de Suwon en Corée du sud, surnommée Samsung City, 40 000 employés travaillent sans relâche pour Samsung Electronics[18].

Chine[modifier | modifier le code]

Samsung est arrivé en Chine en 1992 et y compte 45 000 employés. Ce chiffre ne représente que 19% des salariés de Samsung, dont le plus gros des troupes reste en Corée du Sud[19].

  • Shenzhen Samsung Kejian Mobile Telecommunication Technology à Longhua. Environ 500 ouvriers. Propriété de Samsung à hauteur de 60 %. Production principale : téléphones portables.
  • Huizhou Samsung Electronics Co, environ 10 000 ouvriers. Propriété de Samsung à 99 %. Produit surtout des lecteurs MP3/MP4, des enceintes et des lecteurs DVD.
  • Tianjin Samsung Mobile Display (TSMD), environ 3 500 ouvriers. Propriété de Samsung à 95 %. Produit essentiellement des écrans pour mobiles.
  • Xian

Inde[modifier | modifier le code]

  • Chennai

Continent américain[modifier | modifier le code]

  • Manaus au Brésil (Amazonie) emploie 6000 personnes. Elle produit des télévisions et des smartphones Samsung pour toute l'Amérique latine

Les différentes activités[modifier | modifier le code]

Samsung Electronics est présent sur plusieurs marchés, avec quatre grandes divisions.

Téléphonie mobile[modifier | modifier le code]

La téléphonie mobile a représenté 26,64 % du chiffre d'affaires en 2010, avec 280 millions de téléphones vendus à travers le monde. Samsung se classe numéro 1 mondial devant Nokia, notamment grâce à des modèles tels que le Galaxy s2 ou le Wave 3[3], et aussi premier en ce qui concerne la vente de smartphones (20 %) devant Apple (19 %) en 2011[20]. Il est cependant intéressant de noter que Samsung ne figure pas dans le classement des 10 téléphones mobiles les plus vendus au monde depuis l'origine de la téléphonie mobile, alors que Nokia y est présente avec 9 modèles de téléphones mobiles[21].

Dalles LCD et LED[modifier | modifier le code]

La seconde division du groupe, LCD, est la production de dalles LCD pour la fabrication d'écrans d'ordinateurs, de téléphones, de téléviseurs. Samsung est leader mondial du secteur. Cette activité a représenté 19,34 % des ventes du groupe en 2010, avec 172 millions de dalles vendues. Mais Samsung doit faire face à une baisse des prix[3]. Le 26 décembre 2011, Samsung Electronics annonce qu'elle rachète les parts de Sony dans leur coentreprise de fabrication de dalle LCD S-LCD (en) créée en avril 2004 pour 1 008 milliards de wons (671 millions d'euros)[22],[23],[24].

Digital Media[modifier | modifier le code]

La troisième activité est l'électronique grand public, Digital Media, c'est-à-dire les écrans plats, les réfrigérateurs, les appareils photos, les imprimantes. Là aussi, le secteur très concurrentiel pèse sur la rentabilité de l'activité, qui a représenté 37 % du chiffre d'affaires 2010 mais seulement 2,8 % du bénéfice opérationnel du groupe[3].

Semi-conducteurs[modifier | modifier le code]

La quatrième activité du groupe est les semi-conducteurs, où Samsung est numéro 2 mondial derrière Intel. La spécialisation de Samsung se situe dans les mémoires (DRAM et flash), où elle est leader mondial avec plus de 50 % des parts de marché. Le segment mémoires représente les deux tiers du secteur des semiconducteurs. Cette activité, qui représente 24,3 % du chiffre d'affaires, a assuré en 2010 58 % du bénéfice opérationnel du groupe et permet de financer les investissements de l'ensemble du groupe[3].

Samsung Glass[modifier | modifier le code]

Servant principalement de compléments pour les activités sportives et pouvant être reliées aux appareils mobiles, ces lunettes connectées grâce à un système de câbles et dotées d'écouteurs et de verres transparents, permettent d'écouter de la musique, d'effectuer des appels ou encore de calculer des performances sportives[25].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Samsung Electronics a décidé début 2011 d'élargir son périmètre d'activités aux énergies propres[3]. L'entreprise a également ouvert à Londres, le 6 décembre 2013, son centre européen d'innovation et investi plus de 10 milliards de dollars en R&D. Le groupe veut développer des idées neuves en matière de design et logiciels, aussi bien pour le grand public que pour les professionnels[26].

Résultats et parts de marché[modifier | modifier le code]

Au deuxième trimestre 2013, Samsung Electronics annonce un bénéfice de 7 770 milliards de wons soit l'équivalent de 5,26 milliards d'euro. Un bénéfice qui est en hausse de 50 % par rapport à celui du deuxième trimestre 2012. Quant au chiffre d'affaires, il s'établit à 57 460 milliards de wons soit près de 39 milliards d'euro. Soit une hausse de 20,7 % en comparaison de celui du deuxième trimestre 2012. Ces progressions sont notamment dues aux ventes du Galaxy S4 et de composants.

Samsung et la justice[modifier | modifier le code]

Une enquête menée en 2012 par l'ONG China Labor Watch révèle un travail massif d'enfants chez les sous-traitants de Samsung en Chine, ainsi que des violations de règles de sécurité[27].

La justice brésilienne a intenté un procès à Samsung en 2013 à propos des conditions de travail « déplorables »[28],[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Samsung dépasse les 10 millions d’applications TV téléchargées sur Samsung Apps
  2. « Global500 - Samsung Electronics », sur cnnmoney.com (consulté le 30/01/2011)
  3. a, b, c, d, e et f « Samsung, un dragon d'une autre taille », sur lesechos.fr (consulté le 30/01/2011)
  4. « Apple spent nearly $5.7 billion on Samsung parts in 2010, faces 'strong' response to its patent suit », engadget.com,‎ 19 avril 2011 (consulté le 7 mai 2013)
  5. « HTC ditches Samsung components for other suppliers, a la Apple », www.techradar.com,‎ 10 octobre 2012 (consulté le 7 mai 2013)
  6. « Samsung Reports Best Sales Ever, Expects PC Deals in Q4 », IDG News Service (consulté le 29 octobre 2010)
  7. (en) Samsung overtakes Apple as world's most profitable mobile phone maker
  8. BBC News - Samsung gains tablet market share as Apple lead narrows. Bbc.co.uk (1er février 2013).
  9. « Samsung To Add LCD Cell Lines in Tangjeong », EETimes (consulté le 13 mai 2010)
  10. Chloe Albanesius, « Samsung Beats Apple as 2011's No.1 Smartphone Maker », PC Mag,‎ 27 janvier 2012 (lire en ligne)
  11. « History – Corporate Profile – About Samsung – Samsung », Samsung (consulté le 10 juillet 2011)
  12. History of Samsung (6): Entering the Global marketplace 1981~1983
  13. a et b Anthony Michell, Samsung Electronics and the Struggle for Leadership of the Electronics Industry, John Wiley & Sons,‎ 2011 (ISBN 9781118181591, lire en ligne), p. 23
  14. Samsung's History - 1980-1989 Entering the Global Marketplace
  15. Disques durs : Samsung appartient officiellement à Seagate, Pc Inpact, Nil Sanyas, 20 décembre 2011
  16. a et b Samsung Electronics to build $3 billion smartphone plant in Vietnam, Reuters, 10 novembre 2014
  17. Samsung Electronics exits fibre optics amid sharper focus on reviving smartphones, Reuters, 2 décembre 2014
  18. Employés, Samsung, sur le figaro.fr
  19. Samsung pourrait se recentrer au Viêt Nam
  20. Le duo Apple et Samsung règne sur les smartphones
  21. Les Echos, « Les téléphones portables les plus vendus au monde », Les Echos,‎ 30 septembre 2013 (consulté le 30 avril 2014)
  22. Reuters, Écrans LCD : Samsung rachète les parts de Sony, La Tribune, le 26 décembre 2011
  23. (en) Rajamanickam, « Samsung buys Sony’s Stake from LCD joint venture », RtoZ Social Media News,‎ 26 décembre 2011 (lire en ligne)
  24. (en) BBC, « Samsung buys Sony's entire stake in LCD joint venture : Samsung Electronics has agreed to buy out Sony's entire stake in their liquid crystal display (LCD) joint venture. », BBC News,‎ 26 décembre 2011 (lire en ligne)
  25. Lunettes connectées: "Microsoft Glass" en test et un brevet Samsung, futura-sciences.com, 28 octobre 2013
  26. Samsung choisit Londres pour l’innovation, silicon.fr, 9 décembre 2013
  27. « Samsung attaqué en justice sur "les conditions de travail indignes" chez ses sous-traitants chinois », sur Le Monde,‎ 26 février 2013
  28. « Samsung attaqué au Brésil pour des conditions de travail déplorables dans ses usines », sur Usine digitale,‎ 19 août 2013
  29. « Le Brésil réclame 82 millions d'euros à Samsung pour mauvaises conditions de travail », sur L'Expansion