Ammi Moussa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ammi Moussa
Ammi Moussa La rue principale du centre du vieux quartier
Ammi Moussa
La rue principale du centre du vieux quartier
Noms
Nom algérien عمي موسى
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Relizane
Daïra Ammi Moussa
Code postal 48315 - 48004
Code ONS 4811
Démographie
Population 28 962 hab. (2008[1],[2])
Densité 167 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 52′ 00″ N 1° 07′ 00″ E / 35.86667, 1.1166735° 52′ 00″ Nord 1° 07′ 00″ Est / 35.86667, 1.11667  
Altitude Min. 168 m – Max. 168 m
Superficie 173,55 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Relizane
Localisation de la commune dans la wilaya de Relizane

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Ammi Moussa

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Ammi Moussa

Ammi Moussa, (en arabe  : عمي موسى, traduction française du nom arabe  : Mon Oncle Moussa) est une commune algérienne. Située à 71 km du chef-lieu de la wilaya de Relizane, elle s'étend sur une superficie de 173,55 km2 et compte 11 258 habitant en 1987 et 28 962 habitants en 2000. Siège d'une daira depuis 1987 qui regroupe les communes d'El Oueldja, Ouled Aich et El Hassi. Un marché assez important se tient tous les jeudis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Origines de la population locale[modifier | modifier le code]

La population de cette région est de souche berbère[3], issue de la grande tribu de Beni-Ouragh qui se compose de 23 âarch, ayant conservé des mœurs et des institutions analogues à celles des Kabyles du Djurdjura [4] et qui compte en son sein plusieurs fractions. Actuellement ces fractions dépendent administrativement de plusieurs communes de compétence territoriale de trois wilayas (RelizaneTissemsiltTiaret).

Cartographie des 23 âarch de la tribu de Beni-Ouragh, région d'Ammi-Mussa (1940).

Milieu physique[modifier | modifier le code]

La région d'Ammi Moussa occupe la partie Ouest de la chaîne de montagne de Ouarsenis, un oued important  : Oued Riou naît sur le massif de l'Ouarsenis, traverse au sens d’écoulement sud vers le nord-ouest Aïn Tarek et Ammi Moussa, il rejoint Oued Tleta aux environs de Ouled Moudjeur avant de finir dans le barrage Guergar inauguré en 1985. Son territoire a une altitude moyenne de 150 m par rapport au niveau de la mer, est occupé par 35 % de zones montagneuses, 13 % de collines, 15 % de plaines, 10 % de plateaux, 15,82 % de forêts et seulement 9,18 % d'urbanisme.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est semi-aride. La température moyenne annuelle est de 29 °C. En été, elle peut augmenter jusqu’à 40 °C et en hiver elle descend parfois jusqu’à 4 °C. La pluviométrie se situe entre 400 mm et 600 mm par an.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Ammi Moussa
Oued Rhiou El Ouldja Had Echkalla
Lahlef Ammi Moussa Ramka
Ouled Aiche Aïn Tarek Souk El Had

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Entrée principale d'un palais en ruines Ksar El Koua à 10 km au nord d'Ami Moussa, datant de la période romaine

Son territoire est riche en vestiges archéologiques datant, pour la plupart, de la préhistoire et la période romaine. Des restes mégalithiques à Menkoura, gravures rupestres dans les environs de Bourak'ba et l'Ouarsenis, totémisme berbère préhistorique correspond au culte superstitieux du sanglier à Sidi Bou Halloufa[5].

L'antique Mazices où les romains, ont édifié des forteresses, l'une d'elles la célèbre Ksar El Koua, située à quelques kilomètres d'Ami Moussa, pour sécuriser les convois de blé venant de la plaine du Sersou (grenier de blé), vers les comptoirs installés sur la côte.

Période Zianide[modifier | modifier le code]

Au début du 14e siècle, le sultan Hammou Moussa El-Ziani, de la dynastie des Zianides, a maté un soulèvement des tribus berbères, et, ce n’est qu’en 1314 qu’il a fondé la première agglomération, appelée Ksar Hamou Moussa, d’où le nom de la ville de Hamou Moussa, qui est devenue plus tard Ammi Moussa, son appellation actuelle. À la fin du XIVe s., royaume ziande retrouva quelque importance avec Abou Hammou Moussa, mais avec les premières années XVe s. commença la décadence. En 1511, les Zianides se soumettaient à la souveraineté des Espagnoles établis à Oran. La dynastie Zianide succomba elle-même aux turcs, en 1555 dépendant du beylik important  : Les Kouloughlis qui se rangèrent du coté des français[5].

Article détaillé : Beni-Ouragh.
Vieille Mosquée d'Ammi Moussa datant de la période Ottomane
Une autre vue de la façade de la Mosquée
Ammi Moussa (1959), au lieu-dit Ouled Ali : Un détachement de la 5e division blindée (DB) de l'armée française durant la guerre d'Algérie.
Ammi Moussa : décollage d'un avion militaire de l'ALAT pendant la guerre d'Algérie.(1959).
Servadac et Ben-Zouf à la découverte de Gallia

Colonisation Française[modifier | modifier le code]

Fort La Redoute, construit en 1865 et puis caserne de l'armée française durant toute la période de la colonisation.
Actuellement caserne militaire de l'ANP depuis 1995
Pont de l'Oued Riou ou Pont de Sidi Amara, construit en 1888 par les établissements de construction métallique Daydé & Pillé (Creil).


Occupée par les Français en 1840 pour commander la vallée de l'Oued Riou et protéger la pleine du Chélif, ce point a une assez grande importance stratégique. Les Beni-Ouragh de la région d'Ammi Moussa ont prêté allégeance à l’Émir Abdelkader, firent une résistance énergique aux colonisateurs français et prirent une part active à la révolte de 1864 matée par le général Émile Mellinet.

Près du fort La Redoute qui fut bâti en cet endroit sous le commandement du maréchal Aimable Pélissier et inauguré par Napoléon III en 1865, il s'est groupé un certain nombre d'Européens qui bientôt ont formé un petit village de 435 habitants à l'époque, la commune est créée au tour de 20 douars de Beni-Ouragh en 1868, dans le département d'Oran, arrondissement de Mostaganem, commune en plein exercice le 18 mars 1871, supprimée en 1957, après 1958, elle fait partie du nouveau département de Mostaganem et de l'arrondissement de Inkermann. Elle comptait 1949 habitants en 1959.

Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Au début de l’insurrection, Ammi Moussa comptait déjà une forte concentration d'unités de l'armée française dont la caserne La Redoute, l'une des plus importantes du corps d'armée d'Algérie, qui abrite la grande artillerie la 3/24e, la 2e compagnie du 93e régiment d'infanterie. L'Unité a pour mission de contrôler la wilaya de Relizane et la valée du Chélif, et de combattre dans les monts de l'Ouarsenis. Un détachement de l'ALAT quasi permanent dans la région, le peloton mixte avions-hélicoptères de la 5e DB.

La proximité des monts de l'Ouarsenis où se trouvait les maquis de la wilaya IV a fait que de nombreuses batailles se sont déroulées dans la région entre l'armée françaises et les katibas de l'ALN.

Attentat du 6 février 1956[modifier | modifier le code]

Malgré l’impressionnant dispositif militaire mis en place par les autorités coloniales, les combattants de l'ALN de la wilaya IV, ont réussi à déjouer la vigilance de l'armée française en perpétrant un attentat en plein jour par un commando composé de jeunes d'Ammi Moussa, ciblant plusieurs commerces appartenant aux colons, surtout les administrations, dont le centre des PTT et le bureau des recettes situé non loin de la caserne militaire.

En représailles, les unités de l'armée française ont riposté, touchant toute la population. Bilan : 90 morts, plusieurs blessés et plus d'une centaine d'arrestations.

Plan Challe[modifier | modifier le code]

Durant le plan Challe entre 1959 et 1961, la région d'Ammi Moussa a été marquée par des combats meurtriers et l'intensification des opérations de ratissage dans les maquis de l'ALN de Djebel Bourak'ba, Ouarsenis, Menkoura et Cherrata, avec l'utilisation massive de l'armement lourd, notamment l’artillerie, les blindés, l’aviation et des renforts de régiments parachutistes.

Post-indépendance[modifier | modifier le code]

L'ancienne caserne coloniale " La Redoute " inoccupée entre 1962 et 1994, redevenue caserne militaire de l'ANP en 1995, d'une grande importance qui dépend de la 2e région militaire, ses unités ont joué un rôle important durant la décennie noire dans la lutte anti-terroriste contre les maquis islamistes du GIA basés dans les montagnes boisées de Bourak'ba, Ouarsenis, Menkoura et Cherrata.

Ammi Moussa dans la littérature[modifier | modifier le code]

Dans un roman d'anticipation de Jules Verne, intitulé Hector Servadac Voyages et aventures à travers le monde solaire, paru en 1877, l'auteur cite le nom de Ammi Moussa et celle de la tribu de Beni-Ouragh dans un passage dont voici l’extrait[6] :

« Après avoir contourné la petite baie créée nouvellement par la rupture de la rive, le capitaine Servadac retrouva la berge du fleuve, précisément en face de la place qu’aurait dû occuper la commune mixte d’Ammi-Moussa, l’ancienne Khamis des Béni-Ouragh. Mais il ne restait pas un seul vestige de ce chef-lieu de cercle, ni même du pic de Mankoura, haut de onze cent vingt-six mètres, en avant duquel il était bâti. Ce soir-là, les deux explorateurs campèrent à un angle qui, de ce côté, terminait brusquement leur nouveau domaine. C’était presque à l’endroit où aurait dû se trouver l’importante bourgade de Memounturroy, dont il n' y avait plus aucune trace. »

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Les habitants de cette région, disait Ammi Moussa, lorsqu'il y a abondance des cultures et dès que la sécheresse frappe la région, ils se fâchaient et lançaient le sobriquet « Laâma Moussa, Moussa le borgne » (il faut signaler que le souverain zianide était demi aveugle).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Carte géographique d'Ammi Moussa et sa région durant la colonisation française en 1896.