Économie du Liban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Liban
Indicateurs économiques
Monnaie Livre libanaise
Année fiscale année calendaire
Organisations internationales GAFTA OMC, en négociation
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 58,567 milliards de $ (2010)
Produit intérieur brut en PPA
Rang pour le PIB en PPA
Croissance du PIB 8 % (2010)
PIB par habitant en PPA 14 988 $ (2010)
PIB par secteur agriculture : 6,2 % (2010)
industrie : 20,2 % (2010)
services : 73,6 % (2010)
Inflation (IPC) 12 % (2009) 5 % (2010)
Pop. sous le seuil de pauvreté 3 % (2010)
Indice de développement humain (IDH)
Population active 2,5 millions (2005)
Population active par secteur agriculture :
industrie :
services :
Taux de chômage 9,23 % (2008)
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 5,096 milliards $ (2008)
Biens exportés
Principaux clients
Importations 23,9 milliards $ (2010)
Biens importés pétrole et hydrocarbures, produits agricoles et agroalimentaires (2,47 milliards $ en 2009)
Principaux fournisseurs Etats-Unis, France, Chine, Allemagne, Turquie, Japon
Finances publiques
Dette publique 34,48 milliard $ (2008)
Dette extérieure
Recettes publiques 7,121 milliard $ (2008)
Dépenses publiques 9,456 milliard $ (2008)
Déficit public
Aide au développement
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/le.html

L'Essentiel d'un marché Liban, guide Ubifrance, 2011/2012

Banque du Liban, bdliban.com

La population urbaine libanaise, soit 80 % de la population du pays, est connue pour son esprit commercial et son entrepreneuriat. À travers les époques, l'émigration libanaise a permis de créer un réseau mondial d'entreprises "libanaises" implantées partout où se sont implantés les Libanais. Le Liban dispose d'une proportion de main d'œuvre qualifiée comparable à la plupart des pays d'Europe, et la plus qualifiée des pays arabes.

Histoire économique récente[modifier | modifier le code]

La guerre civile de 1975 à 1990 a fortement endommagé les structures économiques libanaises, réduisant de moitié la richesse nationale, et reléguant le pays au rang de simple coffre-fort à pétrodollars du Moyen-Orient. Cependant, la paix à fortement aidé le gouvernement à reprendre le contrôle du pays, et notamment dans la région de Beyrouth, la capitale, en recommençant à percevoir les taxes et en rouvrant les ports et aéroports internationaux de la ville. De ce fait, le PIB par habitant a augmenté de 353 % dans les années 1990. D'ailleurs, sur cette même période, le Liban se situe en 7e position mondiale pour la croissance annuelle moyenne.

Le rétablissement économique de pays a été fortement aidé par un système bancaire performant, le dynamisme de plusieurs PME familiales, l'aide extérieure, et l'investissement étranger, notamment français.

Cependant depuis l'instabilité et le désordre créés par la guerre civile, une partie des flux financiers transitant autrefois par le Liban se sont tournés vers Dubaï.

Par ailleurs, la mauvaise situation des services publics (éducation publique, eau, électricité, assainissement, transports, ...) qui se dégradent chaque jour un peu plus, freine le développement de l'économie.

En juin 2011, des gisements de pétrole et de gaz naturel sont découverts au Liban-Sud.

Importation et exportation[modifier | modifier le code]

Le Liban a importé pour 17,97 milliards USD en 2010 et a exporté pour 5,187 milliards USD. Les principaux fournisseurs commerciaux du pays étaient, dans l'ordre en 2009, les États-Unis, la France, la Chine, l'Allemagne, l'Italie et la Turquie. Toujours en 2009 ses principaux clients étaient la Suisse, les Emirats Arabes Unis et l'Irak[1].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le Liban dispose d'une situation très enviable pour l'agriculture, sur le plan de la disponibilité en eau et de la fertilité des terres. De ce fait, le Liban a la plus grande proportion de terres arables de tous les pays arabes. Mais ironiquement, ce n'est pas un secteur très développé. Il n'utilise que 12 % de la main d'œuvre libanaise, et ne contribue qu'à 11,7 % du PIB, ce qui place l'agriculture au dernier rang des secteurs économiques libanais.

Évolution du PIB[modifier | modifier le code]

Le dynamisme de l'économie libanaise se reflète par la première place qu'occupe le Liban pour le produit intérieur brut par habitant, parmi tous les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord non producteurs massifs de pétrole (donc dont la majorité des revenus ne proviennent pas de l'exportation d'hydrocarbures). Voici un tableau indicatif, que l'on trouvera sur le site du Fonds Monétaire International. L'Arménie a été rajoutée aux pays mentionnés en haut, en raison de la présence d'une importante communauté arménienne au Liban.

Classement en 2006 Pays PIB/Habitant (en PPA)/(US current dollars) en 2011
1 Flag of Turkey.svg Turquie 15 340
2 Flag of Lebanon.svg Liban 14 743
3 Flag of Iran.svg Iran 12 900
4 Flag of Tunisia.svg Tunisie 8 000
5 Flag of Algeria.svg Algérie 7 400
6 Flag of Morocco.svg Maroc 7 350
7 Flag of Armenia.svg Arménie 6 400
8 Flag of Syria.svg Syrie 4 700
9 Flag of Jordan.svg Jordanie 3 310
10 Flag of Yemen.svg Yémen 2 500
* Source : FMI[2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Douanes libanaises citées dans L'essentiel d'un marché Liban, guide Ubifrance
  2. FMI

Articles connexes[modifier | modifier le code]